kaleiyahitsumei: (Default)
 Disclaimer : Tales of Vesperia n'est pas à moi

Titre : L'eau miraculeuse

Auteur : Kaleiya Hitsumei

Beta : Eliandre

Rating : T (pour cause d'insultes et d'incitations à frapper une certaine catégorie de personne de la part d'un des protagonistes…)

Genre : Humour, Romance, Friendship, Crossover

Arc UA : Fées

Note : Présence de personnages de Tales of the Abyss.


 

L'eau miraculeuse

Le lendemain de leur retour à Zaphias, Yuri avait accompagné Flynn jusque chez la sorcière Rita Mordio. Comme il n'était guère tenté de s'approcher d'elle pour l'instant – toute fée qui se respecte savait ce qu'elle pouvait risquer comme mésaventure face à ce genre de personnage -, il préféra rester dans la rue marchande, regardant les différentes boutiques et flânant un peu.

C'est en passant devant la librairie – la plus grande de la ville – qu'il s'arrêta, son regard onyx attiré par un livre à la couverture bleu foncé présent sur un étalage et dont le nom de l'auteur était incrusté en fines lettres dorées sur la partie basse.

Jade Curtiss.

Cela devait bien faire plus de cinquante ans qu'il n'avait pas vu ou entendu ce nom ainsi que le personnage qui allait avec – pas qu'il s'en plaignait dans un sens mais vrai que lui et sa langue acérée manquaient un peu parfois. Depuis le temps, il était probablement mort, ayant laissé à titre posthume de rares ouvrages témoignant de ses différents travaux.

Les expériences scientifiques de ce type n'intéressaient en rien Yuri, surtout quand il se remémorait la façon dont sa route avait croisé celle de cet homme…

-§-

Empire de Malkuth, Grand Chokmah – Plus d'un demi-siècle auparavant

A l'origine, le plan était simple : quitter Egothor juste une journée de façon à ce que la reine des fées ne le remarque pas et revenir tout en faisant comme si de rien n'était. Elle savait que la plupart des autres jeunes fées ne poseraient aucune question mais elle devait aller dans un endroit suffisamment éloigné de la forêt pour limiter les risques d'être découverte – quoique vu son jeune âge, elle était encore considérée comme une novice et n'était donc pas très connue de ses aînés. Le fait que ses pouvoirs ne s'étaient pas encore manifestés avait contribué à son anonymat.

Par contre, il y avait une chose qu'elle n'avait pas prévu avec cette fichue graine de coquelicot : l'atterrissage. Elle avait certes pu parcourir une très grande distance en peu de temps mais se retrouver les quatre fers en l'air dans une fontaine, ce n'était pas franchement agréable… Avoir ses cheveux, ses vêtements et ses ailes trempés était très agaçant.

La jeune fée se disait qu'elle avait eu de la chance d'être arrivée de nuit et qu'il n'y ait eu personne pour voir son atterrissage calamiteux… jusqu'à ce qu'elle se retrouve piégée dans une sorte de prison aqueuse. Elle tenta de s'en extirper mais, rapidement, se retrouva à court d'air. Avant qu'elle ne perde connaissance, elle sentit que l'entrave liquide qui l'avait capturée s'était dissipée et vit une silhouette vêtue de bleu.

A son réveil, elle eut la très mauvaise surprise de constater qu'elle était à l'intérieur d'une fiole de verre et que sa taille n'était plus celle qu'elle avait avant de s'être évanouie. Elle observa plus attentivement sa prison et, voyant qu'elle était sur une étagère qui devait être à plus d'un mètre du sol, elle eut une idée pour se sortir de là. Avec ses ailes mauves et argent translucides dont la forme était identique à celle d'un papillon, elle prit autant d'élan que possible et fonça sur la paroi transparente une première fois. Le récipient ayant à peine vacillé sous l'impact, elle tenta une deuxième fois en y mettant plus de force.

Ce fut à son troisième essai que le flacon bascula sur le côté et qu'elle en profita pour l'aider à rouler jusqu'au bord de l'étagère.

Cependant, elle ne s'était pas du tout attendue à ce que, dans sa chute, elle soit rattrapée par la personne vêtue de bleu qui l'avait capturée…

« Tiens tiens… Qu'avons-nous là ? »

A travers la paroi de verre, elle put voir que son geôlier était un homme dont les cheveux châtain clair lui tombaient un peu en dessous de ses épaules et dont le regard brillant d'intelligence – voire de sadisme vu le sourire en coin qu'il avait – était caché derrière une paire de lunettes à fine monture.

« Laisse-moi sortir de là quatre yeux ! » hurla-t-elle avant de poser ses mains sur ses oreilles, ayant découvert que sa voix avait fortement résonné contre les murs translucides de sa prison.

« Hum… J'ai bien peur que non. » lui répondit avec un faux sourire désolé ce type qu'elle commençait déjà à détester.

Connard… Si elle pouvait lui foutre son poing dans sa gueule d'intello, elle ne s'en priverait pas…

« Cependant, j'admets ne porter qu'un intérêt très limité aux gens de votre espèce donc… » commença-t-il avant d'ôter le bouchon de liège qui fermait la fiole de verre.

… Bon, peut-être pas un type si détestable finalement. Elle eut quelques secondes d'hésitation avant de sortir de cette fichue bouteille mais, au lieu de se dépêcher de quitter cet endroit comme elle aurait pu le faire, elle choisit de reprendre sa taille normale pour constater que cet homme n'était pas, de tant que ça, plus grand qu'elle.

« Si je ne vous intéresse pas, pourquoi vous m'avez capturée ? » demanda-t-elle, sa tempe gauche battant de colère d'avoir été enfermée dans un si petit endroit.

« Pour éviter à une fée ignorante comme vous d'attirer inutilement l'attention. » lui répondit l'homme en remettant ses lunettes en place.

Son poing alla de lui-même frapper le visage de son interlocuteur… qui avait dû voir le coup venir, l'ayant paré d'une main à la plus grande fureur de la fée.

« Quelle violence envers un pauvre homme sans défense ! » déclara-t-il sur un ton ironique qui montrait clairement qu'il était en train de se moquer d'elle.

Manifestement, elle allait devoir changer de plan car il était nettement plus fort qu'il ne le laissait paraître. Il avait en tout cas l'air de bien s'amuser à lui lancer ces piques comme si de rien n'était… ce qui correspondait à peu près au seul domaine où elle pouvait peut-être le battre.

« Sans défense ? J'aurais pourtant juré que vous m'aviez enfermée dans ce flacon mais j'imagine que j'ai été victime d'hallucinations. » lança-t-elle, jouant à son tour la carte de l'ironie.

« Ou peut-être était-ce un sosie de ma personne. » répliqua l'homme en réajustant ses lunettes d'une main, un léger sourire aux lèvres. « Vous seriez surprise d'apprendre que cela n'est pas si rare de trouver une personne qui nous ressemble comme deux gouttes d'eaux. »

« Oh ? Mais c'est bien étrange car il m'a semblé vous entendre dire il y a peu de temps que vous m'aviez capturée car je n'étais qu'une idiote de fée. »

« 'Ignorante' était le terme exact. »

« Ça revient au même pour moi. » déclara-t-elle, ne pouvant s'empêcher de sourire en coin.

« J'aurais cependant dû ajouter le mot 'impolie' vu le temps depuis lequel nous parlons et le fait que vous ne vous soyez toujours pas présentée. »

Là, elle ne l'avait pas vu venir mais il marquait un point. Et puis maintenant, elle était certaine qu'il n'était pas dangereux… du moins pour elle.

« Lily est le nom qu'on m'a donné là d'où je viens. » répondit la fée avant de croiser les bras sur sa poitrine. « Et quel est le vôtre ? »

Pile au moment où il s'apprêtait à parler, les portes derrière lui furent violemment ouvertes et un animal rose entra à toute vitesse, forçant l'homme à lunettes à se décaler et elle avec. Sauf que la bête, qui s'avéra être un porc, rebroussa chemin vers elle en grognant affectueusement et en tentant de lui grimper dessus, ce qui n'était pas du tout de son goût.

« Mais… Mais lâche-moi et… » commença-t-elle avant de remarquer que l'animal tirait sur sa longue robe noire. « Non non non ! Tu vas me la déchirer si tu continue ! »

Pour son plus grand malheur, Lily constata que son agresseur ne semblait pas du tout vouloir lui obéir, comme un peu tous les autres animaux à qui elle avait déjà eu affaire avant. Elle les aimait bien mais parfois, ils le lui rendaient un peu trop…

« Saphir ! »

Un homme aux longs cheveux blond cendré entra dans la pièce et prit l'animal dans ses bras, ce dernier lâchant sa robe en poussant comme un grognement de dépit. La fée ne cacha pas sa joie d'être enfin tranquille tandis que le nouvel arrivant était visiblement en train de parler au porc d'une manière… affectueuse qui dérouta quelque peu Lily.

« Ça ne va pas de me faire des frayeurs comme ça ? Je sais que tu voulais bien faire en retrouvant mon petit Jade mais qu'est-ce qu'il t'a pris d'aller embêter cette jolie demoiselle ? »

En entendant cela, l'homme à lunettes pousser un soupir de dépit face à cette scène, elle devina que « mon petit Jade » devait faire référence à lui.

« Votre Majesté avait-elle besoin de me voir ? » demanda Jade avec une légère pointe d'agacement.

Majesté ? Lily dut regarder plus attentivement cet homme et se remémorer certaines de ses conversations avec Aube quand elle venait à Egothor pour réaliser qu'il était Peony IX, l'empereur de Malkuth.

N'ayant pas suivi leur conversation, la fée ne comprit pas tout de suite qu'elle était à présent le centre de leur attention. Ce fut lorsque celui aux longs cheveux blond cendré vint vers elle en la détaillant du regard qu'elle s'en aperçut.

« C'est bien la première fois que je vois une fée ! » s'exclama-t-il avec un certain enthousiasme. « Jamais je n'aurais imaginé me retrouver face à une aussi belle créature… »

« Votre Majesté… » commença Jade en remettant ses lunettes en place. « Croyez-vous qu'il soit vraiment très approprié de reluquer une jeune femme que vous venez à peine de rencontrer ? »

Ça, elle avait bien remarqué qu'il avait, en un coup d'œil, détaillé sa longue robe noire sur laquelle étaient peints des lys blancs et roses, dont le bas était fendu sur les deux côtés jusqu'à mi-cuisse et dont le haut était fermé sur un côté par des boutons en argent en forme de fleurs de lys. Sa longue chevelure noire était agrémentée d'une couronne de lys blancs et coiffée en une tresse sur le côté droit tandis que ses chaussures se résumaient à de simples sandales noires.

Est-ce que ça la gênait ? Pas vraiment. C'était même plutôt amusant de voir cette fascination qu'elle provoquait chez un humain qui, soit dit en passant, n'était pas laid à regarder.

« Il peut continuer s'il en a envie. » déclara-t-elle en s'assurant que le porc n'allait pas de nouveau lui montrer à quel point il l'aimait, les grands yeux noirs de l'animal étant amoureusement fixés sur elle.

L'empereur s'apprêtait à dire quelque chose quand le bruit de quelques coups frappés à la porte attirèrent leur attention suivi d'un « Votre Majesté ? Vous êtes-là ? » prononcé par une femme. Peony soupira légèrement d'avoir été interrompu et se dirigea à contrecœur vers la porte.

« A tout à l'heure j'espère ! » lança-t-il en lui faisant un sourire séducteur avant de sortir de la pièce avec son animal de compagnie, Jade refermant la porte derrière lui.

« Pour un roi, il est… un peu spécial non ? » demanda-t-elle en repensant à la reine des fées qui était plutôt stricte comparée à cet homme.

« Ah ? Je n'avais rien remarqué de tel. »

Ce type se foutait de sa gueule encore une fois… Manifestement, si elle restait dans le coin, elle avait vite intérêt à faire avec.

Par contre, elle n'aimait vraiment pas la façon dont il la regardait… Surtout ce sourire particulièrement malsain qui lui faisait froid dans le dos.

-§-

Si un jour elle avait l'occasion d'étrangler Jade Curtiss avec des lianes, elle le ferait volontiers… quand il dormirait le plus profondément possible.

Elle était une fille, MERDE ! Alors pourquoi la forcer à se transformer en garçon pour circuler dans le palais et en ville ? Bon, avoir un pantalon était plus pratique pour marcher et elle arriverait bien à demander à une autre fée de lui refaire sa tresse quand elle rentrerait à Egothor. Au pire, elle pouvait toujours prétexter qu'elle avait eu envie de changer de coiffure, ce qui pouvait passer très facilement.

Mais il aurait au moins pu lui demander son avis avant de la présenter sous le nom de « Yuri » à tous ceux qui posaient la question. Pas que ça lui déplaisait mais bon…

« Je suppose que tu reconnais ceci. »

Elle tourna la tête vers la direction indiquée par Jade et reconnut la fontaine dans laquelle elle s'était retrouvée à son arrivée. Contrairement à cette nuit, il y avait pas mal de personnes qui se trouvaient autour : des enfants qui jouaient, des adultes qui étaient assis sur des bancs en pierre à proximité et une ou deux personnes qui remplissaient un seau d'eau.

En soi, rien d'extraordinaire, même pour elle.

« Oui… et ? » demanda-t-elle sans cacher son désintérêt de la chose.

« Et vu que tu ne sembles pas intéressée par cette information, je vais me la garder pour mon seul bénéfice. »

« Dans le cas où je manifesterai une certaine curiosité, aurais-je cette réponse avec laquelle tu es en train de me narguer ? »

Elle eut un rire en guise de réponse et, haussant un sourcil face à cette scène, vit le magicien remplir une fiole de verre avec l'eau de la fontaine. Il lui fit signe ensuite de la suivre et après quelques minutes, ils furent de retour dans ce qui servait de laboratoire à cet homme où elle remarqua, sur une des tables, la présence de trois pots en terre cuite qui ne s'y trouvaient pas au départ.

« On m'a informé tôt ce matin, pendant que tu dormais, d'un petit miracle. » déclara-t-il en s'avançant vers l'endroit où se trouvaient les trois pots, la fiole d'eau en main. « Un vieil homme a utilisé l'eau de la fontaine pour arroser un plant de basilic qui était presque entièrement desséché dans l'espoir qu'il repartirait peut-être. Il a été extrêmement surpris de voir celui-ci revivre en quelques secondes et s'épanouir encore plus qu'auparavant… »

A ces mots, Jade versa une partie du contenu de sa fiole dans l'un des pots et, au bout d'un très court laps de temps, une tige se mit à sortir de terre, se couvrant progressivement de feuilles jusqu'à devenir un magnifique plant de sauge d'une quinzaine de centimètre de hauteur. La fée ne cacha pas sa surprise devant ce phénomène et vint observer de plus près le végétal tandis que son hôte alla refermer la porte.

« C'est depuis que je suis tombée dans cette eau que… » commença-t-elle avant d'être brusquement coupée.

« Cela ne fait pas le moindre doute. » confirma l'homme en redressant ses lunettes. « C'est pour cela que j'ai fait amener ici trois pots contenant chacun une graine et une terre différente afin de réaliser une petite expérience. »

Là-dessus, il vint verser le reste de l'eau dans le deuxième pot et, cette fois-ci, ce fut un pissenlit qui en sortit. Il fit un geste de la main vers le pot restant, invitant Lily à s'y intéresser.

« Si mon hypothèse est juste, en tombant dans la fontaine, tes pouvoirs de fée l'ont en quelque sorte contaminée et elle possède à présent des propriétés magiques. »

En regardant le contenu du dernier récipient en terre cuite, elle vit tout de suite que cette terre était stérile et que, normalement, rien ne pouvait y pousser. Mais si elle voulait savoir quels étaient ses pouvoirs de fée, c'était le moment idéal pour ça.

En inspirant puis en expirant, elle plaça ses mains de chaque côté du pot et se concentra sur la graine qui devait s'y trouver. Elle ne put retenir son air surpris en voyant la terre stérile devenir fertile avant que, progressivement, de la menthe pousse avec ardeur et, de par son parfum, n'embaume toute la pièce.

-§-

Zaphias - Présent

C'est comme ça que Yuri avait connu Jade Curtiss et découvert une partie de ses pouvoirs de fée. Bien entendu, il avait participé à d'autres expériences de ce genre et tout se passait à merveille : il testait les limites de ses capacités et apprenait à les contrôler. Il y avait aussi une autre personne dont il avait pu faire la connaissance à cette époque…

« Yuri ! »

Il sortit de ses pensées en entendant la voix de Flynn. Il se tourna dans sa direction et le vit arriver en compagnie d'une jeune adolescente aux courts cheveux châtain, pas bien grande et dont les yeux verts brillaient à la fois d'intelligence et de colère. Vu la tenue un peu étrange qu'elle portait – c'était rare des filles de cet âge qui portaient une veste rouge et noire trop large ainsi qu'une seule chaussette – et le léger frisson qu'il ressentit en la regardant, c'était sans aucun doute la sorcière Rita Mordio.

« Vous avez du nouveau ? » demanda-t-il en comblant la distance qui les séparaient tout en restant instinctivement sur ses gardes.

« A part que le responsable s'y est pris comme un sagouin, pas encore. » fit la plus jeune qui, visiblement, fulminait intérieurement. « Mais ça doit être un vieux croulant à présent car ça doit bien dater de plus de vingt ans vu comme c'est mal fait ! »

« Peut-être que ma tante ou mon oncle aurait une idée du responsable. » suggéra Flynn, pensif.

« Pas certain pour ton oncle. » coupa Yuri. « Il n'était pas maudit contrairement à ta tante qui en avait des traces. »

« Donc ce serait la famille de ma mère qui serait maudite… Peut-être que mon grand-père saurait quelque chose avec un peu de chance mais j'ignore s'il est encore en vie. »

Oh que si il était vivant… Il avait dû déménager une ou deux fois suite à une « expérience » un peu ratée mais il se portait comme un charme. Et le jeune homme à la longue chevelure sombre n'avait jamais trouvé le courage pour aller le voir une dernière fois, surtout après avoir eu le choc de sa vie en rencontrant Flynn…

-§-

Empire de Malkuth, Grand Chokmah – Plus d'un demi-siècle auparavant

Quand trois coups furent frappés à la porte, la fée s'éloigna vite de la table, mettant ses mains dans son dos tandis que Jade se tourna vers la porte, précisant à celui qui se trouvait derrière que c'était ouvert.

« Désole de te déranger Jade mais l'empereur Peony aimerait te voir. » fit le jeune homme qui venait d'entrer, ses yeux bleus venant ensuite se fixer sur elle. « Oh mais j'ignorais que tu avais un invité. »

Il vint vers la fée et, ôtant le gant qu'il avait à la main droite, tendit amicalement cette dernière.

« Je suis le comte Gailardia Galan Guardios mais pour les amis, c'est Guy. »


 

NB : Pour ceux qui ne savent pas à quoi ressemble Guy, cherchez « Guy Cecil » du jeu Tales of the Abyss et comparez-le avec Flynn.

Auteur vs Persos :

Kaleiya : Bon… c'est lequel qui a piqué les lots pour notre version de « Questions pour un champion » ?

Orieul&Belphégor : C'est pas moi !

Sheen : Ils sont d'accord…

Kaleiya : Je présume donc qu'Orieul est celle qui a piqué les bouquins d'histoire…

Orieul : Mais j'avais rien sur les guerres napoléoniennes dans ma bibliothèque !

Kaleiya : Et Bastien a dérobé les valises…

Belphégor : Besoin de transporter un truc et je comptais les rendre.

Kaleiya : Ravie de savoir que ce n'était pas un corps… Y reste plus que ce truc pour faire soi-même ses sodas donc…

Kal, Orieul & Belphégor (regards suspicieux vers Sheen)

Sheen : … Il se pourrait que j'ai voulu l'essayer…

kaleiyahitsumei: (Default)
Disclaimer : Tales of Vesperia appartient à Namco Bandai

Auteur : Kaleiya Hitsumei

Titre : Entremetteurs

Beta : Eliandre

Arc UA : Fées

Rating : K+

Note de dernière minute : De par mon planning, ce sera très certainement ma seule publication en février, y compris pour Arabian Nights. Donc on se reverra au mois de mars j'espère.




Bien que Flynn ait accepté de retourner à Zaphias, quand ils revinrent à Halure, il demanda à Yuri s'ils pouvaient y rester un jour ou deux, ce qui ne sembla poser aucun problème à son compagnon de voyage. Le lendemain de leur nuit à l'auberge, il se permit de visiter la ville, ce qu'il n'avait pas eu l'occasion de faire lors de son premier passage.

« Flynn ! »

Le blond, alors en train d'admirer les fleurs du grand arbre d'Halure, se retourna et reconnut Estellise, simplement vêtue d'une robe blanche avec des petits pois jaunes cintrée à la taille et d'une paire de ballerines blanches. Par rapport à sa tenue de fée, elle était très sobre.

Elle vint se placer face à lui, serrant contre elle le livre qu'il lui avait offert lors de leur première rencontre.

« Bonjour Dame Estellise. » dit-il en s'inclinant légèrement afin de lui montrer son respect. « Comment allez-vous depuis l'autre nuit ? »

« Je me porte à merveille Flynn et je vous remercie encore de m'avoir offert ce merveilleux roman. » répondit-elle en lui souriant.

« C'était la moindre des choses après ce que vous avez fait pour moi… »

La jeune fille parut un peu nerveuse à l'entente de cette phrase. De par ce qu'il avait appris ces derniers jours, il n'eut pas trop de difficulté à comprendre le pourquoi.

« Je sais que c'est Yuri qui vous avait demandé de me soigner. » déclara-t-il, ce qui sembla grandement soulager la fée.

« Oui… Il avait laissé la fenêtre ouverte et j'étais censée partir une fois mon travail terminé mais… » fit-elle en regardant brièvement le livre qu'elle tenait entre ses mains. « Je crois que je lui ai attiré des ennuis… »

Son compagnon de voyage n'avait rien évoqué de tel excepté le fait que la jeune fille avait été un peu trop curieuse. Puis il se souvint que, le lendemain matin, Yuri était en grande discussion avec une jeune femme aux cheveux roux et que cela ne s'était pas très bien terminé… Flynn jugea bon de ne pas poser de questions sur ce sujet.

« Je ne sais pas si je devrais mais puis-je vous demander un petit service ? »

Cette question l'intrigua quelque peu mais si elle avait besoin de son aide, il ne voyait aucun inconvénient à la lui apporter.

« Bien entendu. » répondit-il. « Que puis-je faire pour vous aider ? »

« Pour être honnête, j'aurais besoin que vous m'assistiez pour… jouer les entremetteurs. » précisa Estellise, un peu gênée. « J'ai rencontré une jeune fille un peu timide et elle ne sait pas comment dire ce qu'elle ressent à celui qu'elle aime. Du coup, j'aurais besoin que vous parliez à ce garçon… »

C'était un peu… particulier comme demande. Il n'avait jamais fait ce genre de chose auparavant mais s'il pouvait rendre service à une personne qui en avait besoin, cela pouvait en valoir la peine.

« Je n'y vois aucun inconvénient. » déclara-t-il. « Qu'est-ce que je dois lui dire au juste ? »

« Il faudrait d'abord lui dire que Nancy – la jeune fille avec le châle rouge que vous pouvez apercevoir assise un peu plus loin – souhaiterait lui parler. » lui indiqua la fée. « Le garçon se trouve près du magasin d'objets. Son nom est Elwin. »

-§-

Quoique fabriquait Flynn avec Estelle, Yuri comprit que cela devait tenir à cœur sa camarade pour qu'elle demande de l'aide à un humain et non à lui. Bien qu'il n'entendait pas ce qu'il se disait, il devina, de par les gestes de chacun, que cela devait concerner cette fille avec le châle qui se triturait nerveusement les doigts depuis un bon moment et ce garçon qui était un peu mieux vêtu que les habitants d'Halure – il n'était pas noble car ses vêtements n'étaient pas faits pour être voyants et pompeux mais la qualité du travail de tailleur laissait plutôt penser qu'il devait être un marchand qui gagnait relativement bien sa vie.

En observant le blond discuter avec ce jeune homme et Estelle qui était visiblement occupée à tenter de donner de l'espoir à la jeune fille timide, il ne put s'empêcher de sourire, sachant à présent le pourquoi de ce manège : ils jouaient les entremetteurs.

Yuri savait que ce n'était pas du tout censé être le travail de la fée Daisy, les pouvoirs de cette dernière étant plutôt dans le domaine de la guérison. Mais elle aimait tellement ce genre d'histoires qu'elle n'avait visiblement pas pu s'empêcher d'intervenir.

Il se rappela du temps où il avait encore ses ailes et tous ses pouvoirs, la belle époque où, avec sa camarade Jasmine, ils avaient voyagé, réunissant les âmes sœurs et apprenant à utiliser leurs capacités respectives. Ils s'étaient bien amusés tous les deux, loin de la forêt d'Egothor et de la ville de Myorzo.

Quand il remarqua l'expression un peu déçue de Flynn, Yuri comprit que cela n'avait pas dû se passer comme prévu. Le garçon semblait désolé, ce qui confirma ses soupçons. Puis une odeur de jasmin vint à ses narines…

« Notre chère Estelle risque d'être un peu désemparée. » fit une voix féminine qu'il ne reconnut que trop bien.

« J'en conclus que tu en sais déjà pas mal sur ce qu'il se passe Judy. » lança-t-il à l'attention de la jeune femme à la chevelure bleutée qui était à présent à ses côtés.

Jasmine – le nom d'humaine qu'elle utilisait était « Judith » mais comme il trouvait que c'était trop long, il l'appelait « Judy » - rit un peu à cette phrase.

« Le jeune Elwin doit malheureusement rentrer chez lui. » déclara la fée sur un ton légèrement déçu. « Il n'était venu que pour les affaires donc la pauvre Nancy n'aura que peu de chances de le revoir à Halure. »

« Ôte-moi d'un doute mais, si ma mémoire est bonne, la solution dans ce genre de cas est qu'elle le suive. » fit-il, se tournant à présent vers sa camarade.

« Je suis persuadée qu'elle aura très rapidement cette idée en tête. »

Yuri ne cacha pas son sourire amusé. Judith, fée spécialisée dans les relations amoureuses, était très douée pour lire le cœur des gens, au point parfois de leur donner un petit coup de pouce en leur faisant quelques suggestions pour trouver l'amour. Elle aimait aussi séduire les hommes, un passe-temps dont elle ne se lassait pas.

« Sinon, qui est ce beau blond qui discute avec Estelle ? » demanda-t-elle avec curiosité. « Il me semble l'avoir vu avec toi un peu plus tôt. »

« Un ami. » répondit-il, restant volontairement évasif.

« Juste un ami ? C'est drôle car il m'a semblé que vous étiez très liés tous les deux… »

A cette phrase et au sourire malicieux qui l'accompagnait, Yuri comprit que Judith savait pour le lien. Soit Estelle avait mentionné la chose – il serait forcé de lui rappeler qu'elle lui avait promis de tenir sa langue – sans faire attention, soit elle l'avait su d'une autre manière. Il aurait vraiment préféré qu'elle ignore ce détail…

« J'étais obligé de le faire donc non, nous ne sommes pas proches à ce point-là. » répliqua-t-il, cachant difficilement son agacement.

« C'est dommage. » fit la fée aux cheveux bleus. « Les anciens de Myorzo se seraient faits une joie d'apprendre ton retour et de te mettre immédiatement à contribution. »

Un grognement lui échappa à la mention de cette bande de fées complètement coupée du monde et qui se croyait mieux que les autres. Quand il vivait à Egothor et qu'il avait découvert ses pouvoirs, il n'avait pas compris tout de suite dans quel pétrin il était. La reine des fées de l'époque ne faisait pas vraiment le poids face à eux et quand il en avait eu l'occasion, il s'était enfui avec l'aide Judith.

« Tu sais bien que Khroma ne partage pas leur avis. » lui rappela son amie. « Mais de mon avis, vous iriez très bien ensemble. »

Là, maintenant, il essayait de faire de son mieux pour ne pas rougir. Pourquoi fallait-il toujours qu'elle mette le doigt pile là où il ne fallait pas ? Même sans ses ailes et une bonne partie de ses pouvoirs, Yuri restait une fée et Flynn un humain. Généralement, ce genre d'union était loin d'être heureuse et ce, à cause de l'espérance de vie plutôt courte des humains par rapport à celle des fées. Et puis le blond méritait bien mieux…

« Oublie ça Judy. » dit-il d'un ton un peu sec. « Une fois qu'il sera rentré chez lui, il reprendra sa vie et il m'oubliera… »

« Pourquoi ai-je l'étrange impression que tu me parles de quelque chose de vécu ? » le questionna-t-elle, visiblement intriguée.

Il l'ignora, ne souhaitant vraiment pas parler de ça maintenant. Il savait qu'elle n'insisterait pas si elle constatait qu'il n'avait aucune envie d'aborder ce sujet. C'était une part de son passé qu'elle ne connaissait pas, datant d'avant leur rencontre et qu'il aurait bien aimé oublier une bonne fois pour toute. Mais le destin avait parfois un drôle de sens de l'humour…

Quand il vit Estelle se diriger rapidement vers eux, Flynn la suivant, il revêtit un de ses habituels sourires taquins.

« Judith ! Je ne te savais pas ici ! » s'exclama la jeune fille aux cheveux roses avec joie. « Tu tombes vraiment au bon moment ! »

« Si tu parles de ce charmant couple que tu tentais d'aider, j'avais déjà menée ma petite enquête. » déclara la jeune femme à la chevelure bleutée, un sourire amusé aux lèvres. « Je m'assurerai personnellement que ces deux âmes sœurs soient réunies. »

« Oh merci Judith ! Je ne savais plus quoi faire quand… »

Yuri laissa les filles discuter entre elles tandis qu'il rejoignit Flynn, occupé à regarder la fée des amoureux de haut en bas – vu qu'elle n'était vêtue que d'un corset rouge vif accompagné d'une jupe droite courte et noire ainsi que de bottes de même coloris, il pouvait aisément comprendre que cette tenue assez révélatrice et provocante le surprenne.

« Est-ce qu'elle est… » commença le blond en désignant Judith.

« Yep. » coupa le brun. « On parlait justement de votre petite aventure du jour et elle est plutôt confiante sur le fait que cela se terminera bien. »

« Oh. Je dois admettre que j'ai peut-être suggéré une idée un peu folle à mademoiselle Nancy… Ca devait surement me venir d'un de ces romans d'amour dont raffolent mes cousines. »

Un léger rire échappa à Yuri à cette phrase. Il pensait savoir d'où venait cette « idée folle » mais se garderait bien de le dire.

« Tant que tu as passé du bon temps… » fit-il à voix basse avant de reprendre. « Et tu te sens bien ? »

« Pas de vertiges, de malaises ou quoi que ce soit d'autres de ce style. » répondit Flynn.

Bonne nouvelle. Cela voulait donc dire que la malédiction n'avait subi aucun changement et que celui qui en était à l'origine n'avait encore rien remarqué. Par contre, cela n'allait surement pas durer et il fallait espérer que cette sorcière qui avait révélé au blond le lien qu'il avait créé puisse retrouver celui qui l'avait maudit. Mais comme c'était toute sa famille qui en portait les traces, sans forcément en avoir des symptômes aussi violents que ceux que pouvaient avoir le jeune homme, cela risquait de compliquer la chose…

« Estellise s'inquiète à ton sujet. » reprit le blond. « Elle a peur de t'avoir causé des problèmes. »

« Estelle s'inquiète toujours pour moi. » répliqua-t-il avec un sourire en coin. « Et puis si c'est moi qui lui demande un service, c'est plutôt normal que j'en paie les pots cassés. »

A tous les coups, elle avait dû apercevoir Sodia ce jour-là. Sauf que ce que sa camarade ne pouvait pas savoir, c'était que la rousse était venue pour une toute autre raison et que la divulguer donnerait, cette fois-ci, un vrai motif pour la jeune fille d'être très soucieuse le concernant. Il était donc hors de question que cela se sache, surtout que pour l'instant, tout se passait plutôt bien.

-§-

Tôt le lendemain matin, tandis que Yuri était encore en train de dormir à l'auberge, Flynn en avait profité pour aller se dégourdir un peu les jambes, souhaitant profiter un peu des premières heures du jour avant leur départ et, si possible, dire au revoir à Estellise.

Cependant, en allant près du grand arbre d'Halure, ce ne fut pas la jeune fée aux cheveux roses qu'il trouva mais Judith, reconnaissable à sa chevelure bleutée coiffée en chignon et, ayant troqué son corset ainsi que sa jupe contre un haut sans manches beige assez décolleté sur le devant et un pantalon kaki qui soulignait la forme de ses hanches. Après avoir fait connaissance la veille, elle avait quitté leur groupe et il pensait qu'elle était partie du village.

« Bonjour Dame Judith. » lui dit-il en s'inclinant légèrement et en tentant de fixer son regard ailleurs que sur les formes généreuses de la jeune femme. « Je ne pensais pas vous croiser si tôt. »

« J'avais encore des choses à faire par ici. » déclara-t-elle en lui souriant. « Et ce n'est pas la peine d'utiliser tant de formalités vous savez. Je n'appartiens pas à la noblesse. Appelez-moi simplement Judith. »

« Très bien Da… ahem… Judith. Si vous êtes occupée, alors je ferais mieux de… »

« En fait, je souhaitais justement vous parler en privé. »

Flynn fut un peu surpris en entendant cela. Que pouvait-elle bien vouloir lui dire alors qu'ils n'avaient fait qu'échanger des politesses la veille ? Il lui fit donc signe qu'il l'écoutait, curieux de savoir ce qu'il en était.

« J'ai juste une question à vous poser. » précisa-t-elle. « Que ressentez-vous pour Yuri ? »

Là, il ne cacha en rien le fait qu'il était totalement pris de court, ne s'attendant absolument pas à cela. Mais pourquoi donc lui demander une telle chose et ce sur une personne qu'il ne connaissait que depuis peu de temps ?

« Je… Je ne pense pas vraiment pouvoir vous répondre. » finit-il par déclarer. « Cela fait peu de temps que nous nous connaissons mais à part le fait que c'est quelqu'un que j'apprécie, je ne vois pas ce que je pourrais vous dire de plus. »

Ce n'était pas totalement la vérité cela dit. Quelque chose l'attirait chez Yuri mais il ne parvenait pas à comprendre ce qui l'intéressait vraiment chez la fée qui n'avait plus d'ailes. Peut-être était-ce de la simple fascination…

« Je vois… » fit simplement Judith, un léger sourire en coin. « Dans ce cas, je vais vous laisser. Peut-être à bientôt et bon retour chez vous Flynn. »

« Bon voyage à vous et peut-être à une prochaine fois. »

Tandis qu'il la regarda s'en aller, il continua de réfléchir à cette question puis réalisa une chose : que se passerait-il une fois qu'il serait de retour à Zaphias ? Il avait eu les réponses à ses questions donc une fois qu'il sera allé voir la jeune sorcière et qu'il aura résolu son problème de malédiction, lui et Yuri n'auraient plus vraiment de raisons pour rester en contact. Surtout une fois qu'il se serait fiancé, ce qui romprait le lien créé par la fée.

De son côté, Judith observa le jeune homme au loin, souriant légèrement avant de quitter le village des fleurs tout en se disant qu'elle allait bien s'amuser avec ces deux-là.




NB : Deuxième texte sur l'arc des fées qui marque surtout l'introduction de Judith. Combien je vais en faire pour cet arc UA ? Aucune idée. On verra bien ce que l'inspiration me dictera.

Auteur vs Persos :

Kaleiya : Tiens ? J'suis étonnée de te voir ici.

Mélissa : Pas vraiment le choix… Entre l'autre abruti qui squatte le salon et la cuisine qui est interdite d'accès deux heures, le choix est limité pour être au calme.

Kaleiya : Sheen occupe encore la cuisine ? Comment ça se fait ?

Mélissa : Quelqu'un a foutu en l'air un de ses plats donc il est de très mauvaise humeur là…

Kaleiya : … Vu ce qui traînait dans le frigo l'autre jour, je serais peu étonnée d'apprendre que le coupable n'est autre que ma squatteuse habituelle et ma videuse de cave professionnelle…
kaleiyahitsumei: (Default)

Disclaimer : Tales of Vesperia n’est (toujours) pas à moi

Auteur : Kaleiya Hitsumei

Beta : Eliandre

Titre : L’anneau brisé

Arc UA : Fées

Genre : UA, Fantasy, Romance

Rating : K+

Résumé : Apprenant qu’une fée s’est liée à lui, Flynn part à sa recherche pour rompre cet engagement mais comment retrouver une fée que l’on ne se souvient pas avoir vue ?


Cela faisait un moment à présent qu’il était assis à une table de l’auberge de la comète, une choppe de bière devant lui et, posé à côté, deux parties d’un anneau en or. S’il n’avait pas eue la bonne idée de passer chez un tailleur pour acheter un pantalon brun avec une chemise bleu pastel et un gilet brun, il aurait eu du mal à passer inaperçu avec ses vêtements habituels et, en particulier, sa veste bleue portant les armoiries de sa famille et attestant de son titre de Duc. Il n’était pas censé se trouver dans un lieu situé dans les quartiers pauvre mais, de par ce qu’il avait appris de la sorcière Rita Mordio, il doutait que ceux de la noblesse ne veuillent le prendre au sérieux, surtout de par le fait que, normalement, ces êtres n’interagissaient plus avec les humains depuis pas mal d’années.

« Une fée s’est liée à vous et, tant qu’elle et vous n’aurez pas rompu cet engagement, il vous sera impossible de vous marier. »

Sur le coup, Flynn avait eu du mal à croire ce qu’elle venait de lui annoncer. Cependant, il devait admettre qu’après trois tentatives de fiançailles avec des jeunes femmes de bonne famille choisies par son oncle et qui se sont soldées par des bagues se brisant à l’instant où elles touchaient leur annulaire ainsi que des orties qui apparaissaient comme par magie autour de leur poignet, il comprit qu’elle ne devait très certainement pas s’être moquée de lui.

Le seul souci, c’était que les fées n’avaient plus d’interactions avec les humains depuis une trentaine d’années et il n’avait aucun souvenir d’en avoir rencontré une un jour. De plus, cette histoire de lien restait très obscure pour lui. Rita n’avait pas pu lui en dire plus et lui avait conseillé de trouver quelqu’un qui connait encore les vieilles histoires. Ne voulant pas avoir affaire à la noblesse, Flynn avait choisis de chercher dans les quartiers pauvres mais pour l’instant, il était au point mort. Les seules personnes à qui il avait posé la question ici lui avait rit au nez et il en était à présent à devoir les ignorer tandis qu’ils se saoulaient allégrement.

« Mais regardez qui voilà ! Yuri Lowell est revenu parmi nous ! »

A cette exclamation, Flynn leva ses yeux bleus vers celui qui venait d’entrer dans la taverne, découvrant un jeune homme aux longs cheveux bruns à la haute silhouette élancée mise en valeur par une chemise noire ouverte jusqu’au milieu du torse ainsi qu’un pantalon de même couleur et une ceinture de cuir qui soulignait sa taille, accentuant le côté androgyne déjà présent dans ses traits et son allure générale. De plus, il remarqua qu’il avait, relié par une lanière de cuir entourant le fourreau de celle-ci, une épée en sa possession.

Le regard gris du nouvel arrivant brillait d’une étincelle malicieuse en fixant le barman.

« Quoi ? Ca vous a tant manqué que ça de vous prendre un coup de poing de ma part ? » demanda le fameux Yuri avec un ton remplit d’ironie. « Hey Fred ! File-moi ta meilleure bouteille ! »

« Ha ha ha ! Tu peux rêver Lowell ! » répliqua le barman. « Je viens de racheter des chaises donc j’aimerai qu’elles durent encore quelques temps. »

Il n’en fallait pas plus pour comprendre que l’intéressé aimait déclencher des bagarres dans les bars ou, du moins, dans celui-ci vu comme il avait l’air d’y être connu.

Quand Flynn remarqua que l’un des saoulards faisait signe au jeune homme à la longue chevelure et qu’il lui chuchota quelque chose à l’oreille tout en lui jetant des regards moqueurs en coin, il réprima un grognement, sachant pertinemment de quoi il devait être en train de lui parler. Il prit le parti de boire une gorgée de sa boisson en les ignorant du mieux qu’il le pouvait.

Seulement, alors qu’il s’apprêtait à reprendre sa choppe en main, il eut la surprise de voir un verre d’eau être posé sur sa table puis que Yuri Lowell vienne occuper la chaise lui faisant face. A cela, il poussa un soupir d’agacement.

« Qu’est-ce-que tu veux ? » demanda-t-il sur un ton sec. Il en avait assez que les personnes de cette taverne rient de lui et commençaient à sérieusement avoir envie de retourner chez lui.

« On m’a raconté un truc intéressant et j’aimerai savoir si c’est vrai. » lui répondit le brun avec un sourire en coin, ses yeux anthracite fixés dans les siens.

« Et ? Qu’est-ce-que ça change que ce soit vrai ? »

Un léger rire fut émis par Yuri à l’entente de cette phrase.

« C’est pas des crétins comme ça qui passent leur vie ici à boire la première bouteille à leur portée qui croient à ce genre de chose tu sais. » fit-il en désignant les saoulards qui s’étaient moqués de lui d’un geste de la main. « Ces types-là sont bons qu’à se faire taper sur la gueule. »

« Donc tu es en train de m’affirmer que je suis allé au mauvais endroit ? » questionna Flynn, intrigué.

« Pas nécessairement… Mais je pense que tu aurais plus de chances de trouver une fée à Halure qu’a Zaphias. »

« Et pourquoi donc ? »

Yuri le regarda quelque secondes en haussant un sourcil avant d’éclater de rire, ce qui n’était pas franchement à son goût. Il voulut se lever pour rejoindre la sortie et ne plus entendre ces railleries mais son interlocuteur lui attrapa le poignet pour l’en empêcher.

« Tu sais vraiment rien sur les fées hein ? »

A cette question, il ne put s’empêcher de rougir un peu de honte. Il avait justement espérer pallier à son ignorance en posant des questions à ce sujet.

« Les fées aiment la nature et Halure est une ville qui en est proche. » précisa Yuri en reprenant un peu son sérieux. « Mais si j’étais toi, je m’achèterai des chaussures faites pour marcher d’abord. Je pense pas me tromper en affirmant que tu dois avoir les moyens pour ça. »

Flynn mis quelques secondes avant de comprendre : effectivement, il n’avait pas eue l’idée de changer aussi de chaussures et avait donc gardé les souliers parfaitement cirés qu’il avait aux pieds et qui détonnait avec les godasses usées des autres personnes présentes à la taverne ainsi qu’avec les bottes de voyage de son interlocuteur.

« … Merci du conseil. » finit-il par dire avant de tenter de se lever de nouveau, constatant que celui qui lui faisait face ne comptait pas le laisser s’en aller. « Tu peux me lâcher à présent ? »

« Ca dépend si tu me laisse ou non t’accompagner Flynn. » reçut-il comme réponse.

« Attends une seconde… Comment tu connais mon nom au juste ? »

« C’est vrai que la dernière fois, t’avais plutôt mauvaise mine et t’étais bien trempé. »

Le déclic se fit à cet instant. Quand il avait dix-sept ans, il avait été malade durant plusieurs semaines, au point que certains jours, marcher était un véritable supplice pour lui. Durant cette période, un jour où il se sentait bien, il avait accompagné sa tante et une de ses cousines en ville. Cependant, tandis qu’elles regardaient la devanture d’une boutiques de vêtements, il s’était placé d’un des côté du pont pour observer le cours de la rivière mais il fut subitement pris d’un vertige puis quelqu’un d’un peu pressé eut la mauvaise idée de le pousser, ce qui le fit passer par-dessus le rebord et tomber à l’eau. Il avait reprit connaissance dans son lit et on lui avait expliqué que sans l’intervention d’un jeune homme de son âge, il se serait certainement noyé.

Flynn réfléchit un instant puis, comprenant que Yuri risquait de toute façon de ne pas le laisser tranquille autrement, il finit par céder.

« C’est d’accord… »

-§-

Après que Flynn se soit pris une paire de chaussures plus adaptée ainsi qu’une épée et un peu d’argent, lui et Yuri avaient voyagé à pied jusqu’à Halure. Le trajet devait leur prendre, à l’origine, trois jours, mais la météo s’étant montrée capricieuse et quelques brigands ayant tenté en vain de les détrousser, il leur fallut un jour de plus pour arriver à destination. Il s’en voulait un peu d’avoir profité de l’absence de son oncle et de sa tante pour partir mais il savait bien que, autrement, il n’aurait pas pu quitter Zaphias, ses proches le voyant encore comme le jeune homme fragile et maladif qu’il avait été durant une courte période de sa vie.

Cependant, la veille, la pluie les avaient surpris dans la plaine, faisant qu’ils avaient dû se trouver un abri et qu’ils y avaient passé la nuit. Le lendemain, il s’était senti mal et cela n’avait pas échappé à Yuri qui, durant tout le trajet, l’avait surveillé du coin de l’œil.

« Je t’assures que je vais bien Yuri ! » s’exclama-t-il une fois dans leur chambre à l’auberge Denebola du village d’Halure.

« Flynn, je t’ai entendu tousser tout à l’heure et je te sentais trembler l’autre nuit dans ton sommeil ! »

« On était trempés ! »

Et puis pourquoi est-ce qu’il se souciait tant de sa santé alors qu’ils se connaissaient à peine ?

-§-

Lorsqu’il perçut le son d’une toux rauque au matin, Yuri se réveilla d’un coup. Il se leva rapidement et constata que Flynn était en train de se tenir contre le rebord de son lit, une forte quinte de toux secouant son corps tout entier. Son instinct ne l’avait pas trompé. S’ils avaient pu faire un feu cette fameuse nuit, il n’aurait pas prit froid et, visiblement, il avait beau aller bien depuis le jour où il l’avait repêché à Zaphias, sa santé était encore fragile.

Quand il vit son camarade s’écrouler au sol, sa toux s’intensifiant, il se précipita auprès de lui pour le rallonger dans son lit et le recouvrir avec la couverture. La toux se calma rapidement mais en voyant que le blond tremblait, il comprit qu’il avait besoin d’être soigné et vite.

-§-

Une odeur florale lui vint aux narines tandis qu’il se réveillait. Il se souvenait s’être levé avec la tête lourde puis d’avoir été pris d’une quinte de toux. Après, c’était le noir total. Il ignorait quelle heure il pouvait être mais il savait une chose : il se sentait mieux.

Cependant, le parfum qui emplissait lui pièce lui évoquait étrangement les fois où ses cousines et lui, enfants, faisaient des couronnes de fleurs avec des marguerites ou cueillaient des pâquerettes pour offrir à sa tante. Et puis il était certain qu’il avait déjà senti une autre fragrance un jour où il avait été malade mais il ne parvenait pas se souvenir de quand exactement.

Flynn ouvrit les yeux, constatant que la lampe de la chambre était allumée et que la nuit était tombée. Seulement, en tournant la tête du côté du lit de Yuri, il fut surpris de constater que, assise dessus, s’y trouvait une jeune femme, visiblement plongée dans la lecture d’un roman s’il se fiait à son regard vert d’eau qui était fixé sur les pages du livre qu’elle tenait entre ses mains. Il profita qu’elle n’ait pas remarqué son réveil pour l’observer en détail, s’attardant sur ses courts cheveux d’une couleur rose assez inhabituelle et agrémentés d’une couronne de marguerites, ses longs gants blancs et jaunes qui montaient jusqu’à ses coudes, sa robe blanche au liseré jaune avec un col montant et qui s’arrêtait juste en dessous de son genou, et enfin ses chaussures blanches qui, chacune, était surmontée d’une marguerite. Cependant, un détail étrange attira son attention : la paire d’ailes translucides, dont la forme lui évoquait celle des libellules, qui bougeait dans son dos.

Soudain, il sentit un picotement au niveau de son nez et, sans autre avertissement, éternua, signalant ainsi à sa mystérieuse visiteuse qu’il ne dormait plus. En l’entendant, elle poussa un petit son de surprise et posa rapidement son livre sur le lit avant de se lever précipitamment mais, sentant venir la chose, Flynn s’était relevé au plus vite et était parvenu à attraper un de pans de sa robe.

« Attendez ! » fit-il dans son geste, attirant sur lui une paire d’yeux vert suppliant.

« Ne… Ne me faites pas de mal… » dit-elle d’un ton terrifié.

« Ce n’est pas mon intention madame, je vous le jure. »

A cette phrase, elle sembla se calmer. Pour lui prouver sa bonne foi, il la lâcha et, bien qu’elle recula d’un pas, il constata qu’elle n’avait, pour l’instant, plus l’intention de s’enfuir.

« Vous ne comptez pas me capturer et me mettre dans une lanterne n’est-ce-pas ? » demanda-t-elle avec un peu de méfiance. « J’ai lu des histoires où des humains capturaient des fées pour les collectionner. »

« Je ne suis pas ce genre de personne, soyez-en certaine. Par contre, venez-vous de me dire que vous étiez une fée ? »

Elle sembla cette fois-ci très étonnée par ses paroles et elle vint se rassoir sur le lit à côté du sien, la regardant avec plein de curiosité.

« Vous ne saviez pas jusqu’à maintenant à quoi ressemblait une fée ? »

« Honnêtement, cela ne fait que quelques jours que j’essaie d’en apprendre plus au sujet de votre peuple et on m’a pas mal ris au nez pour ça. »

Elle lui demanda ensuite le pourquoi de son intérêt pour les fées et Flynn lui raconta ce qu’il s’était passé à chaque tentative de fiançailles puis lui rapporta ce que lui avait déclaré la sorcière qu’il était allé voir.

« Hmm… J’ai peur de ne pas pouvoir vous aidez à trouver laquelle de mes consœurs a pu se lier à vous. » lui déclara-t-elle avec une pointe de déception. « Je ne quitte Halure que pour retourner à la forêt d’Egothor et, généralement, je ne fais que soigner ceux qui, comme vous, souffrent d’un mal lié à la magie. »

« Comment ça ? » demanda-t-il.

« Oh oui… En fait, il arrive parfois que des actions faites avec de la magie affectent le corps humain de la même façon qu’une maladie classique. Les enfants y sont le plus sensible et peuvent garder cette sensibilité en grandissant s’ils ont été victime d’un mal magique sans en manifester les symptômes. »

« Ils les développent tardivement ? »

« Oui. Et… il se peut que ce soit votre cas mais je n’en suis pas vraiment certaine. Par contre, je suis sure qu’une fée vous a déjà soigné une fois. Peut-être qu’elle est celle que vous cherchez et qu’elle en saura plus à votre sujet ? »

Encore fallait-il qu’il la trouve… Mais déjà, il venait d’obtenir une piste non négligeable : la forêt d’Egothor. Il ne lui restait plus qu’à la trouver et à enquêter là-bas.

Cependant, il avait encore une question…

« C’est peut-être le cas oui mais il y aurait une dernière chose… » commença-t-il. « Je me demandais juste comment vous étiez entrée ici ? »

« Oh ? Tout simplement par la fenêtre. » lui déclara-t-elle en la désignant d’un geste de la main. « Elle était mal fermée donc ce fut facile. »

« Et depuis combien de temps êtes-vous ici ? »

La fée réfléchit une dizaine de secondes à la question, fixant de ses yeux verts le livre qu’elle avait délaissé et que Flynn reconnut comme lui appartenant.

« Au moins une demi-heure je pense. » répondit-elle avant de rougir un peu. « Quand j’ai vu ce roman qui dépassait de votre sac, je n’ai pas pu résister. »

Le jeune homme, en prenant quelques affaires, avait, par réflexe, embarqué son livre de chevet du moment qui était un roman d’aventure. De par le fait qu’il ne lui restait que deux chapitres à lire, il l’avait terminé assez vite.

« Si vous le désirez, vous pouvez le garder. » lui proposa-t-il avec un léger sourire. « Je l’ai terminé et il risque de m’encombrer dans mon sac. »

En voyant le visage de la fée s’illuminer de joie, il comprit qu’il venait de lui faire un cadeau qui était merveilleux à ses yeux.

« Merci ! Je vous promets que j’en prendrai le plus grand soin ! » déclara-t-elle avec un grand sourire.

Elle allait partir quand, soudain, elle se stoppa dans son action.

« Oh ! C’est vrai que je ne me suis pas présentée… » réalisa-t-elle avant de s’incliner légèrement face à lui. « Mon nom de fée est Daisy mais, en tant qu’humaine, je me nomme Estellise. »

« Enchanté Dame Estellise. » fit-il en l’imitant. « Mon nom est Flynn Scifo. »

« C’est un honneur Flynn. Cependant, il faut que je vous laisse. Notre reine risquerait de ne pas apprécier si elle venait à s’apercevoir que je vous ai parlé. »

« Je comprends. J’espère en tout cas que l’on pourra se revoir et vous remercie pour votre aide. »

« Je l’espère aussi. »

Sur cette phrase, la jeune fée s’illumina d’une douce lumière rose et rétrécit jusqu’à devenir une petite lumière puis elle sortit par la fenêtre.

-§-

Il faisait beau ce matin-là et Flynn se sentait prêt à repartir. Cependant, il devait d’abord trouver où était cette forêt d’Egothor et mettre la main sur Yuri qu’il n’avait pas revu depuis la veille. Après avoir questionné les habitants, il ne parvint pas à en apprendre plus sur ce lieu où il désirait se rendre mais on lui avait recommandé d’aller au port de Nor où ses chances seraient bien plus élevées.

Quand à son compagnon de voyage, il finit par l’apercevoir près de la fontaine d’Halure, en grande discussion avec une jeune femme aux cheveux roux coiffés en une natte sur le côté et qui semblait d’assez mauvaise humeur. Il se rapprocha un peu pour pouvoir les entendre…

« Tu es gonflé de faire ça ! » s’exclama la jeune femme avec colère. « Il faut que tu lui dise ! »

« Tu sais aussi bien que moi quelles sont les règles donc c’est plutôt surprenant de ta part que tu me demandes de les enfreindre à nouveau. » répliqua Yuri avec calme.

« Tu as été puni pour ça mais je me demande des fois si tu as vraiment retenue la leçon. »

« Plus que tu ne le crois Sodia… »

« Alors pourquoi tu ne tentes pas de te racheter ? »

Le silence se fit et la jeune femme, Sodia, regarda son interlocuteur, intriguée.

« Yuri, qu’est ce qui ne va pas ? » demanda-t-elle.

« Rien… Va-t’en à présent.»

« Quoi ? Attends… Jure-moi que tu vas… »

« PARS ! »

Elle resta un instant interdite puis, sans prévenir, elle donna une violente gifle à son interlocuteur avant de s’en aller, visiblement furieuse. Flynn attendit qu’elle se soit éloignée pour rejoindre Yuri, ce dernier massant sa joue endolorie.

« Querelle amoureuse ? » demanda-t-il l’air de rien.

Le brun se tourna vers lui, l’air un peu surprit de le voir.

« Non, juste une vieille connaissance. » répondit-il sur un ton évasif avant de le fixer avec attention. « Tu te sens mieux à présent ? »

« Oui, ca va aller. » fit le blond avec un sourire. « On devrait pouvoir reprendre la route à présent. »

« Reprendre la route ? Tu ne devais pas te renseigner avant ? »

« C’est déjà fait et j’ai trouvé une piste solide. »

« Et on va où du coup ? »

« Au port de Nor afin de trouver des informations concernant la forêt d’Egothor. »

A cette phrase, Flynn constata que Yuri s’était comme figé, son teint ayant subitement pali. A l’expression de son visage, il n’eut pas besoin de plus pour savoir que quelque chose clochait…

« Tu en as entendu parlé n’est-ce pas ? » questionna-t-il bien qu’il se doutait déjà de la réponse.

Son compagnon évitait son regard, se mordant la lèvre inférieure. Il était clairement nerveux et ne souhaitait pas dire ce qu’il savait. D’ailleurs, à présent, Flynn commençait à se demander si sa rencontre avec Yuri était réellement un hasard… Et cette dispute entre lui et cette fille était étrange elle aussi…

« Si tu ne veux rien me dire, je… » commença-t-il avant qu’une main ne vienne attraper son poignet.

« Je sais où c’est. » déclara son interlocuteur, évitant toujours de le regarder dans les yeux. « Mais je ne peux pas aller là-bas. »

« Alors je m’y rendrais seul. Tu n’as qu’a… »

« Hors de question. »

Cette fois-ci, les yeux gris se fixèrent dans les siens, brillant de multiples émotions qu’il ne parvenait pas à déceler. Cependant, il était certain d’y voir de la peur mêlée à une certaine culpabilité.

« Demain soir, je vais t’expliquer. »

-§-

Juste après leur conversation, ils étaient partis en direction de la colline d’Ehmead, étape obligatoire pour rejoindre le port de Nor. L’ambiance était assez tendue entre eux et aucun n’avait cherché à engager la discussion depuis. C’est à leur arrivée le lendemain au passage de la colline que Flynn fut intrigué par le fait que Yuri leur fasse faire un détour au lieu d’emprunter le chemin direct et d’éviter de s’enfoncer dans les bois. Cependant, quand ils parvinrent, au crépuscule, à une falaise leur donnant une vue imprenable sur l’océan, il ne se posa plus la question de ce détour. Ils installèrent leur campement à cet endroit, près de quelques Myosotis en fleur.

La nuit était à présent tombée et la pleine lune s’était dévoilée, éclairant de sa lueur blafarde les alentours. Flynn venait d’éteindre le feu de camp tandis que, depuis que le soleil avait disparu de l’horizon, Yuri était resté sous la tente.

« Tu comptes sortir de là un jour ? » demanda-t-il à son compagnon de voyage.

Il y eut un silence avant qu’il ne reçut une réponse.

« Si tu me promets de faire ce que je dis après qu’on ait parlé. » entendit-il venir de l’intérieur de la tente.

« Oui, je te le promets. »

Un autre silence et, enfin, il vit Yuri sortir de sa cachette. Cependant, à peine le jeune homme s’était-il tourné pour regarder la pleine lune qu’il s’illumina d’une douce lumière blanche qui était étrangement familière à Flynn. Quand elle se dissipa, une jeune femme avait prit la place de son compagnon de voyage. Elle avait une longue chevelure sombre agrémentée d’une fleur de lys blanc sur un côté, une veste noire moulante aux manches longues fermée par une ceinture en tissu blanc, en partie transparente et qui avait des fleurs de lys de différentes couleurs sur toute l’ouverture, une robe blanche lui arrivant au dessus du genou dont il ne voyait que le bas et qu’il supposait être décolleté sur le devant vu qu’il ne l’avait pas aperçue dans l’ouverture de la veste et, pour finir, des bottes noires chacune surmontée d’un lys blanc.

Il avait déjà vu ce style de tenue avec Estellise donc il ne lui fut pas difficile de supposer qu’une fée était probablement face à lui. Par contre, un détail clochait : elle n’avait pas d’ailes.

Elle vint s’asseoir à côté de lui, amenant avec elle une fragrance fleurie extrêmement familière à ses narines.

« Yuri ? » demanda-t-il, attirant sur lui une paire d’yeux gris qu’il connaissait depuis peu. « Tu es… »

« La vilaine fée qui a trouvé très amusant de se lier à toi sans te demander ton avis. » répondit la jeune femme avec un faux sourire amusé. « Je comprendrais que tu m’en veuilles d’ailleurs. »

« Non, je veux… Je veux juste savoir pourquoi tu as fait ça et… comment ça se fait que tu n’ais pas d’ailes ? »

La fée réfléchit un moment puis finit par prendre la parole.

« Je l’ai fait car c’était le seul moyen que j’avais en ma possession pour t’aider. » déclara-t-elle en lui prenant la main. « Regarde. »

Flynn, intrigué, obéit et, quand elle passa ses doigts sur la paume de sa main droite, il vit apparaître des tâches noires et pourpres sur sa peau qui disparurent après un nouveau contact avec les doigts de la fée.

« Qu’est-ce que c’était que ça ? » demanda-t-il, ses yeux bleus s’étant plantés dans ceux, gris, de Yuri.

« Une malédiction. » répondit-elle avec un ton neutre. « Après t’avoir sauvé de la noyade, je me suis demandé comment tu allais et, un soir de pleine lune, je me suis introduite dans ta chambre. C’est en cherchant à comprendre pourquoi tu souffrais dans ton sommeil que j’ai découvert que tu étais maudit et qu’il ne devait plus rester beaucoup de temps avant que tu ne meures. »

« J’ai été… maudit ? Mais pourquoi ? »

« Ce n’est pas toi en particulier mais toute ta famille. Seulement, bien que présente chez tes cousines, elle ne s’est pas manifestée mais il se peut que leurs enfants en héritent. »

« Et il y aurait un moyen de rompre cette malédiction ? »

« Trouver son origine mais ce n’est pas vraiment le domaine des fées. Un sorcier serait mieux indiqué. Dans ton cas, je n’ai fait qu’en retarder les effets d’une certaine manière… »

« C'est-à-dire ? »

« Si je romps le lien que j’ai créé ce soir-là, elle va reprendre là où elle s’est arrêtée. Elle a même déjà tenté de profiter d’un moment de faiblesse de ta part. »

Quand il était brusquement tombé malade suite à la pluie qui les avaient surpris…

« Comme je ne pouvais rien faire pour te soigner, j’ai demandé à Estelle de le faire à ma place mais, comme d’habitude, elle s’est montrée curieuse. » fit Yuri avec un sourire amusé. « Elle t’a bien aimé en tout cas. »

« Je dois avouer que j’ai été… surpris et un peu désolé de l’avoir effrayée. » admis Flynn avant de revenir au sujet. « Concernant ce lien, qu’est-ce que cela signifie réellement pour toi de t’être liée à moi ? »

Aux rougeurs qui apparurent sur les joues de la fée, il comprit qu’elle était assez gênée par cette question.

« Attends… Après que plusieurs bagues de fiançailles se soient brisées sous tes yeux, tu n’as toujours pas compris ? » demanda-t-elle, visiblement un peu étonnée.

« Comment veux-tu que je… » commença-t-il avant de réaliser. « Une seconde… C’est comme si on était mariés ! »

« C’est pour ça que je te disais que j’étais une vilaine fée au début. Et puis, techniquement parlant, c’est moi qui me suis liée à toi et tu n’étais pas consentant donc tant que l’inverse n’a pas été fait, c’est réversible. »

C’était vraiment… troublant mais pas dérangeant bizarrement. Seulement, il n’allait pas pouvoir rester dans cette situation éternellement donc c’était plutôt une chance que ce « mariage » ne soit pas définitif…

« Tu veux me demander autre chose ? » lui demanda Yuri.

« En fait… Je me demandais… » commença Flynn avant de s’interrompre, se disant finalement que ce n’était pas ses affaires. « Non, il n’y à rien d’autre. »

« Menteur. J’ai bien remarqué que tu regardais bizarrement mon dos depuis tout à l’heure donc pose de nouveau ta question. »

« … Pourquoi tu n’as pas d’ailes ? »

« Parce que j’ai été punie pour avoir trop souvent enfreint les règles et que, du coup, je suis devenue dépendante de la pleine lune pour pouvoir utiliser mes pouvoirs. »

Ca avait le mérite d’être clair au moins. Il hésita un peu mais il jugea bon de ne pas continuer. Le reste ne le regardait pas.

Yuri poussa un léger soupir puis laissa ses yeux se poser sur les Myosotis qui poussaient tout près d’eux. Elle se tourna ensuite de nouveau vers lui, ses orbes gris fixés dans les siens.

« Maintenant, tu dois tenir ta promesse. » déclara-t-elle en souriant tout en posant son index sur le nez de son interlocuteur avec malice. « Tu dois faire tout ce que je te dis. »

Flynn resta un instant interdit, son regard azur plongé dans celui de la fée. Il s’apprêtait à parler quand elle posa son doigt sur ses lèvres.

« Rentre chez toi. » lui dit-elle, son visage devenu complètement neutre. « Tu n’as plus aucune raison d’aller à Egothor à présent. »

Elle s’efforçait visiblement de rester aussi impassible qu’elle le pouvait mais il voyait cette étincelle au fond de ses yeux, un mélangé entre peur et tristesse. Qu’est-ce qui pouvait l’effrayer dans ces quelques mots ? Etait-ce lié à cette forêt dont il ne savait rien sur l’endroit où elle se situait ? Ou bien était-ce autre chose ?

Et puis pourquoi avait-il presque le sentiment qu’elle le suppliait du regard ?

Il ne comprit pas vraiment pourquoi il eut ce geste sur le coup mais, quand il sentit ce léger sursaut parcourir le corps de Yuri quand il écarta une fine mèche de cheveux noire qui était venue obscurcir ce visage dont la pâle couleur le fascinait à la lueur de la pleine lune, il sortit de cette étrange transe dans laquelle il était entré.

« Désolé… » fit-il en détournant légèrement le regard. « Je ne sais pas ce qu’il m’a pris. »

« Pas la peine de t’excuser tu sais. » répliqua-t-elle, la malice de retour dans le son de sa voix. « Et puis si je m’en étais vraiment offusquée, tu serais déjà en train de te débattre avec des orties. »

Suite à cela, elle lui donna un léger coup de poing dans le bras avec un air joueur, le surprenant quelque peu. Il lui répondit de la même façon puis se retrouva subitement allongé sur le dos, la fée étendue sur lui avec les bras croisés sur son torse et le mirant de ses yeux gris brillant d’amusement.

« T’es pas mal dans cette position tu sais. » déclara Yuri avec un sourire en coin. « Tu ferais un excellent oreiller ! »

Sans donner le moindre avertissement, Flynn reprit le dessus, chacune de ses mains posée d’un côté du visage de la fée.

« Et si je ne suis pas de cet avis ? » demanda-t-il avec un ton joueur.

« Dans ce cas, je vais devoir employer d’autres méthodes… »

S’ensuivit deux fines mains qui vinrent le chatouiller, l’une au creux de sa nuque et l’autre au niveau de ses côtes. Ne s’avouant pas vaincu face à cet assaut des plus traitres, il répliqua de la même façon et tous deux se battirent de cette façon pendant de longues minutes, riant joyeusement jusqu’à en avoir mal au ventre.

Puis ils rejoignirent leur tente et s’allongèrent face à face avant de sombrer dans les méandres du sommeil.


NB : Fin de cet OS. Pour cet Arc sur les fées, d’autres OS suivront au fur et à mesure de mes envies et de mon inspiration. En tout cas, j’espère que cela vous a plu.

Auteur vs Persos :

Orieul : J’en connais une qui est mal barrée…

Kaleiya : J’suis déjà au courant tu sais…

Asahi : Les probabilités sont en ta défaveur concernant tes chances de survie face à un certain duo.

Kaleiya : Je le sais déjà… D’ailleurs, vous foutez quoi ici vous deux ?

Orieul & Asahi : On s’occupe en attendant que le repas soit prêt…

Kaleiya : … Je vois… En gros, vous avez été virés de la cuisine…

Profile

kaleiyahitsumei: (Default)
Kaleiya Hitsumei

August 2017

S M T W T F S
   1234 5
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Syndicate

RSS Atom

Most Popular Tags

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Sep. 21st, 2017 01:58 pm
Powered by Dreamwidth Studios