kaleiyahitsumei: (Default)
Disclaimer : Ben… tout m’appartient vu que c’est une fic originale.

Auteur : Kaleiya Hitsumei

Beta : Eliandre

Titre : Les démarcheurs au téléphone

Note : Je sais pas comment ce truc m’est venu. Probablement quand j’ai constaté qu’un numéro commençant par un zéro et un huit avait tenté de m’avoir quand je dormais (vive les boules quies) et que je me suis demander comment mes chers personnages gèrerait la chose s’ils étaient à ma place. Voilà le résultat.

 



« Monsieur Martin ? Ici la société… »

Asahi n’avait pas besoin d’en entendre plus pour savoir qu’il avait affaire à un démarcheur. Une plaie du monde des humains… Généralement, ils les laissaient parler un moment avant de leur raccrocher au nez. Cependant, le téléphone sonnait toujours et ça l’énervait vraiment.

Puis un jour, il trouva une solution à son problème : Mélissa.

Quand il entendait sonner le téléphone, il regardait rapidement où se trouvait la jeune femme et, suivant l’endroit, faisait sauter les plombs ou bien coupait l’eau. La philosophie zen n’ayant jamais eu le moindre effet sur la brune, elle partait au quart de tour à la moindre petite chose qui n’allait pas. En particulier quand il était impliqué, elle cherchait immédiatement un défouloir et, si le téléphone sonnait, c’était la personne qui était au bout du fil qui prenait.

Asahi se demandait encore pourquoi il n’avait pas pensé à cette solution plus tôt.

§§§

De par son handicap récent, Connor ne pouvait plus faire certaines choses et c’était Chandra qui s’en occupait à sa place. L’ennui, c’était que face aux démarcheurs, elle ne parvenait pas vraiment à s’en sortir toute seule de ce qu’il parvenait à entendre, la jeune femme n’ayant jamais été une très grande adepte de l’art de la conversation.

Du coup, quand il sentait au ton de sa voix qu’elle galérait face à son interlocuteur, il jouait la carte de l’ennui en lui demandant de lui faire la lecture ou bien il lui demandait son aide pour le premier truc qui lui venait à l’esprit. A chaque fois, elle raccrochait tout de suite le téléphone pour venir s’occuper de lui.

Connor savait très bien qu’il profitait à fond de sa cécité mais il estimait être le seul à avoir le droit de monopoliser l’attention de Chandra. Jaloux lui ? Mais oui. Et possessif qui plus est.

§§§

Orieul n’était pas une grande fan des technologies du monde des humains, en particulier des caméras de surveillance. A contrario, son fiancé, Sheen, appréciait beaucoup tous les équipements disponibles pour cuisiner.

Par contre, la jeune femme adorait répondre au téléphone depuis qu’elle était tombée sur un démarcheur qui voulait lui vendre une assurance. Elle avait immédiatement sentie l’arnaque et s’était dit qu’elle pourrait peut-être s’amuser un peu. Autant dire qu’elle s’était éclatée en lui tenant la patte pendant une bonne heure, surtout quand elle avait compris qu’un démarcheur ne pouvait pas raccrocher si facilement le téléphone contrairement à elle.

Depuis, Sheen laissait toujours sa tendre moitié décrocher le téléphone quand celui-ci sonnait et l’écoutait sortir un incroyable baratin qui, parfois, n’avait ni queue ni tête. Et puis, il avait bien remarqué qu’elle était excitée comme une puce à chaque fois que la conversation durait plus de quarante minutes, signifiant qu’elle avait trouvé un bon pigeon ou bien un sacré désespéré à l’autre bout du fil.

Il aimait trop Orieul pour lui refuser un jouet aussi distrayant qui, généralement, la motivait encore plus pour une petite séance de sport de chambre dans la nuit.

§§§

Bastien détestait les démarcheurs. A chaque fois qu’il passait du temps dans ce monde, il y avait droit au moins une fois par jour et ça l’exaspérait d’entendre ce discours commercial apprit par cœur. Il pouvait toujours couper son téléphone mais l’ennui, c’est qu’il risquait de manquer un appel pour un job bien payé.

Un jour, il rompit le serment qu’il s’était fait de ne pas utiliser ses pouvoirs de voyance quand il décrocha le téléphone et qu’il donna le nom, prénom et adresse de celui qui était à l’autre bout de la ligne en lui précisant bien que si jamais il le rappelait pour lui vendre encore ces fichues fenêtres, il se pointerait chez lui dès le lendemain et lui montrerait sa façon de penser.

Etrangement, son téléphone avait beaucoup moins sonné après qu’il ait fait le coup deux ou trois fois. Ce n’était pas pour lui déplaire.

§§§

Salomé avait visité pas mal de mondes différents dans sa longue vie et elle avait difficilement rencontré plus tenace que les démarcheurs au téléphone. Dans le monde des humains, à part les témoins de Jéhovah, y avait pas pire.

Au début, elle se contentait de leur raccrocher brutalement au nez mais ces charognards revenaient à la charge dès le lendemain, ce qui la poussa à chercher une autre solution.

Elle la trouva en passant devant un tribunal et, depuis ce jour, à chaque fois qu’un démarcheur avait le malheur de l’avoir en ligne, elle prononçait les mots « procès pour harcèlement si jamais vous tentez de me rappeler » qui avaient tendance à bien les calmer. Ceux qui eurent la mauvaise idée d’insister ne pouvaient pas savoir que le lendemain, ils allaient avoir une très mauvaise surprise en prenant leur service.

En même temps, comment pouvaient-ils savoir que Salomé avait largement les moyens financiers pour se payer un très bon avocat et, si elle désirait être plus tordue, racheter une entreprise toute entière pour la dissoudre quelques mois après ?

§§§

Demetra entendait déjà suffisamment le téléphone sonner quand elle allait travailler dans le monde des humains avec ses sœurs de cœur donc elle n’aimait pas que des démarcheurs viennent en rajouter.

Elle et ses chères sœurs avaient tendance à rester discrètes en temps normal mais quand elles étaient énervées, il valait mieux ne pas rester dans les parages ou bien prier pour qu’aucune d’entre elles n’ouvre la bouche. Seulement, les démarcheurs découvrirent cela bien malgré eux.

Que ce soit elle ou ses sœurs, leurs téléphones respectifs se firent plus silencieux après qu’elles eurent poussé une bonne gueulante à leur interlocuteur qui, lui, dut changer de travail suite à une soudaine surdité provoqué par un son particulièrement strident qui lui avait crevé ses deux tympans.

En même temps, les démarcheurs ignoraient qu’ils avaient des harpies à l’autre bout du fil et que leurs cris pouvaient rendre sourd quiconque les entendait pendant des semaines durant.

§§§

Le comte Chaos avait beaucoup entendu parler des démarcheurs du monde des humains. Il regrettait qu’il n’y ait pas d’équivalent chez eux car il en aurait bien chassé un ou deux avec sa compagne pour déjeuner.

Après tout, il y avait pas mal de bons vignobles chez les humains et un démarcheur était généralement un être humain de sang pur donc il était plus que comestible pour lui.

Plus le temps passait et plus il était tenté de se faire des petites vacances avec sa délicieuse partenaire vampire dans le monde des humains. Une petite carte des vins rouges avec une petite traque de démarcheur en entrée, ça lui paraissait être un excellent menu pour commencer.

 


 

NB : Fin de la connerie. Et vous, vous faites comment avec les démarcheurs au téléphone ?

Auteur vs Persos :

Orieul : Il en manque un paquet !

Kaleiya : Je sais mais aucun d’eux ne va dans le monde des humains quasiment donc…

Belphégor : Je peux savoir pourquoi t’as mis mon vrai nom pour moi ?

Orieul : Râle pas ! Elle a donné que ton prénom et ça va pas te tuer.

Belphégor : De toute façon, on a une créatrice avec un esprit sacrément tordu avec nous donc je me fais plus aucune illusion.

Kaleiya : Je sais pas comment je dois prendre ça…

Profile

kaleiyahitsumei: (Default)
Kaleiya Hitsumei

April 2017

S M T W T F S
      1
2345678
9 1011 12131415
16171819202122
23242526272829
30      

Syndicate

RSS Atom

Most Popular Tags

Page Summary

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Jul. 25th, 2017 04:38 pm
Powered by Dreamwidth Studios