kaleiyahitsumei: (Default)
May 13 – 14 Fern : “Discretion; secret bond of love”

Beta : Eliandre

UA : Crossover avec Arsène Lupin bien que j’admette qu’il est peu perceptible pour les non-connaisseurs de ce héros de Maurice Leblanc.

 


 

Encore une fois, les gros titres des journaux ne faisaient pas honneur à la police qui, encore une fois, n’avait pas réussi à coincer le célèbre gentleman-cambrioleur – il fallait dire que ce dernier s’était copieusement moqué, via une lettre envoyée à l’Echo de France, de l’inspecteur Cumore qui avait réussi à se faire piéger en beauté par le malfrat. Le vol incroyable d’une collection de tableaux faisait sensation, essentiellement parce que personne ne parvenait à comprendre comment il avait pu y parvenir.

Cependant, les petits mystères de ce genre, Flynn s’était habitué à les résoudre, accédant aux lieux en se faisant passer pour un journaliste ou un photographe – tout dépendait de qui acceptait de lui rendre service ou non. Il avait ainsi réussi à en éclaircir un certain nombre mais face au dédain de la police à son égard, il les gardait pour lui dans un petit carnet à la couverture de cuir marron qu’il rangeait dans un tiroir du bureau du petit meublé où il logeait.

Il y a quelques temps, alors qu’il rentrait chez lui, il eut la surprise de découvrir que quelqu’un y était déjà, visiblement en train de l’attendre en lisant le journal du jour. Bien entendu, il demanda à cet intrus au regard anthracite comment il avait pu pénétrer dans son appartement et pour toute réponse, il eut un sourire narquois puis l’inconnu lui avait montré son carnet de notes. Flynn Scifo avait alors compris qu’il avait face à lui le célèbre Yuri Lowell, voleur de renom qui s’était fraîchement évadé de la prison de la Santé.

Le cambrioleur lui avait proposé de rejoindre sa bande, offre que le jeune homme avait refusée poliment. Il préférait jouer les détectives amateurs pour passer le temps entre l’écriture de deux nouvelles plutôt que de franchir la ligne, une décision que celui qui devint un très bon ami respecta et il se contenta donc de lui conter ses différentes aventures à travers la France ainsi qu’à d’autres endroits du globe.

Ils se voyaient régulièrement, leurs rendez-vous n’étant jamais planifiés d’avance mais toujours des plus appréciés.

Puis un soir, leurs rapports se firent plus qu’amicaux, probablement en partie à cause de l’excellente bouteille de vin rouge qui avait accompagné leur dîner. Les regards se croisaient plus souvent qu’à l’accoutumée, leurs mains se frôlaient plus que les convenances ne le toléraient et lorsque que la fin du repas arriva, au lieu de prendre congé, le cambrioleur resta et lui proposa de lui conter une autre de ses aventures.

En tout honnêteté, l’écrivain ne se souvenait plus lequel d’eux deux avait initié ce baiser mais il se rappelait avec clarté de la nuit qu’ils avaient passé ensemble et du fait que le malfrat avait disparu au petit matin.

Cette liaison, Flynn la gardait secrète, d’une part car il ne souhaitait pas que les ennemis de Yuri se servent de cela contre lui et d’autre part car il savait pertinemment que malgré la grande popularité du gentleman-cambrioleur, personne n’accepterait qu’il ait un homme pour amant. Il acceptait donc les quelques aventures sentimentales que son aimé pouvait avoir au cours de ses escapades, même si cela lui était parfois difficile.

Cependant, l’écrivain oubliait tout cela quand son cher et tendre venait le voir lui faisant le récit de ses dernières péripéties ou partageant avec lui quelques moments d’intimité. Il avait même osé frapper à sa porte déguisé en femme, tout cela parce qu’un de ses voisins commençait à poser des questions sur qui pouvait bien venir le voir à cette heure du soir.

Récemment, ce souci de voisinage ne se posa plus car Flynn, grâce à un roman qui s’était bien vendu et suite à un héritage, avait acquis un modeste pavillon près d’Etretat où il pourrait avoir tout le loisir d’écrire au calme et où Yuri passait régulièrement le voir, restant parfois plusieurs jours d’affilé sous prétexte de vacances qu’il avait besoin de prendre.

Même s’ils ne pouvaient pas se montrer ensemble au grand jour, cela ne les empêcherait pas pour autant de s’aimer en secret…

kaleiyahitsumei: (Default)
May 11 – 12 White Heather : “Protection; wishes will come true”

Beta : Eliandre

UA : Pokémon

 


 

Après quelques semaines de tourisme et une bonne série de combats de pokémons, Flynn et Yuri étaient arrives à Rosalia, la ville de Johto qui était la plus intéressante d’un point de vue historique.

—Je tenterai bien l’arène, déclara le jeune homme à la longue chevelure de jais dont le Noctali le suivait comme une ombre.

—Tu dis ça dans chaque ville Yuri, fit remarquer celui aux cheveux blonds indisciplinés, son Mentali occupé à fixer l’immense tour Ferraille qui dominait la ville. Rappelle-toi que tu as failli te faire massacrer à Doublonville.

Oh oui… Flynn s’était à présent suffisamment bien familiarisé avec l’équipe de son meilleur ami pour savoir que la moitié de celle-ci était du type ténèbres, ce qui n’était pas le meilleur choix face à une championne d’arène qui possédait des pokémons de type normal dont un Ecremeuh particulièrement redoutable. Le Noctali de Yuri avait dû battre en retraite tout comme son Grahyena qui avait frôlé le KO. Ce fut Absol qui réussi à vaincre ce redoutable adversaire grâce à un coup critique bien placé.

—Et toi t’as eu un souci à Mauville il me semble, rétorqua Yuri en le fixant, les bras croisés sur son torse. Tu n’aurais pas eu ton Draco, tu n’aurais pas gagné.

Ah ça, il était clair qu’il n’avait pas la bonne équipe face à des pokémons volants et rapides. Il avait exclu d’office son Insecateur et son Arcanin car ce dernier n’aurait pas tenu la cadence. Son Locklass avait usé de ses attaques de type glace tout le long mais il n’était pas parvenu à toucher le plus rapide de ses ennemis et avait fini KO sans que son dresseur ne puisse prévenir cela. Son Draco lui avait finalement permis de gagner le combat mais il regrettait encore d’avoir mal calculé son coup, une erreur qu’il n’avait pas refaite à Ecorcia où il avait privilégié son Arcanin et son Roucarnage.

—Dois-je parler du concours de capture d’Insecte ? répliqua Flynn, s’attirant un grognement agacé de la part de son meilleur ami.

—Oui bon…

Là encore, Yuri avait été désavantagé par la nature de son équipe car s’il avait un Noarfang et un Elecsprint qui auraient été parfaits pour ce genre d’occasion, ceux-ci étaient trop puissants et il ne pouvait prendre un de ses pokémons ténèbres, ceux-ci étant vulnérables aux insectes, ou son Goupix car celui-ci n’était pas assez habitué à lui. Il avait finalement opté pour son pokémon électrique et ce qui devait arriver se produisit : tous les pokémons qu’il aurait pu capturer avaient été mis KO et il avait dû se contenter d’un prix de participation tandis que Flynn avait gagné une baie.

Après un passage au centre pokémon, ils se promenèrent un peu dans les rues, trouvant assez vite l’arène qui, malheureusement, était fermée car le champion était absent. Ils continuèrent donc leur tourisme jusqu’à ce que leurs Mentali et Noctali ne deviennent étrangement nerveux…

Les deux dresseurs échangèrent des regards interrogatifs en voyant leurs compagnons à quatre pattes fixer intensément un monument en ruine : la Tour Cendrée.

—Ô premier de la classe, dis-moi pourquoi ce truc à l’air d’avoir cramé, lança Yuri avec une pointe d’ironie.

—Si tu avais écouté en cours, tu saurais qu’il est comme ça depuis longtemps, répondit Flynn avec un soupir agacé. La tour a pris feu il y a plus d’un siècle et il n’en reste que son rez-de-chaussée. Les visites y sont limitées à cause du sol instable et de quelques accidents.

—Y a pas une légende ou un truc comme ça des fois comme des pokémons qui auraient péri dans l’incendie et qui auraient été ressuscités par un autre ?

—Je note qu’encore une fois, tu n’avais écouté que ce qui t’intéressait…

Connaissant son cher ami d’enfance, il n’avait dû retenir cette histoire que parce qu’il avait envisagé de peut-être aller l’explorer pour découvrir si cette légende était véridique ou non – certes, tous deux, enfants, avaient souhaité voir de près des pokémons légendaires mais la probabilité pour que cela arrive était très faible. Même s’il appréciait son goût pour l’aventure, Flynn préfèrerait qu’il ne s’amuse pas à prendre des risques inconsidérés comme il l’avait fait à Ecorcia lorsqu’ils avaient eu la surprise de tomber sur la Team Rocket.

—Justement, ça vaudrait le coup de vérifier si c’est vrai, finit par dire Yuri en s’avançant vers la tour en ruine. Ca nous changera de ces abrutis qui veulent piquer les pokémons des autres.

… Mieux valait le suivre car avec sa chance, il était fichu de passer à travers le sol…

A peine entrés dans la Tour Cendrée, les deux dresseurs tombèrent nez à nez avec le champion d’arène de Rosalia et un homme, visiblement obsédé par l’idée de trouver Suicune, un pokémon légendaire qui aurait péri dans ce fameux incendie. Yuri tenta évidemment de négocier un combat avec Mortimer mais celui-ci leur précisa que tant que quelqu’un était dans la tour, il ne pouvait pas s’en absenter, faisant que tant que son ami Eusine voulait fouiller celle-ci, il ne retournera pas à son arène.

Résignés, ils profitèrent d’avoir accès aux lieux pour les explorer, leurs Mentali et Noctali les guidant dans l’obscurité qui régnait.

—Il fait grand soleil dehors et ici, on voit à peine à un mètre ! s’exclama le dresseur aux cheveux de jais en suivant la lumière émise par son pokémon ténèbres. Comment tu veux trouver un pokémon là-dedans autre qu’un Nosferapti ?

—J’admets que là, je souhaiterais qu’on sache une bonne fois pour toutes s’il y a bien Suicune dans cette tour car tu vas être infernal si tu ne peux pas combattre Mortimer, déclara Flynn qui n’appréciait pas du tout le son du plancher sous ses pieds. Par contre, je ne suis pas certain que le sol supportera notre poids partout.

—Dans ce cas, autant sortir mon détecteur de catastrophes.

Sur ces mots, Yuri appela son Absol, un pokémon ténèbres qui avait la mauvaise réputation de porter malheur, faisant que beaucoup de personnes s’en méfiaient. Or, la vérité était que les Absol avaient la capacité de sentir le danger, une chose que Yuri avait bien comprise lorsqu’il avait capturé le sien à Hoenn et, grâce à lui, échappé de justesse à un raz-de-marée ou réussi à contourner une tempête de sable. Pour cette raison et aussi pour son poids plus proche du leur, il était le mieux indiqué pour savoir ce qui pouvait tant stresser Noctali et Mentali.

Avec précaution, Absol posa une patte sur en avant, cherchant visiblement à vérifier si le sol pouvait supporter son poids. Il continua à progresser lentement puis d’un coup, il s’arrêta. Il recula d’un pas et lança une attaque en direction du sol… créant un trou béant en face de lui.

—J’en conclus qu’il ne fallait pas passer par là, déduisit Yuri en voyant l’étendue des dégâts occasionnés par une attaque qui n’était pas aussi puissante qu’elle aurait pu l’être. Reste qu’à…

—Attends, l’arrêta Flynn, les yeux fixés sur l’ouverture nouvellement créée. On dirait qu’il y a un sous-sol.

C’était très difficile à distinguer avec l’obscurité mais en regardant attentivement, il leur fut confirmé que la Tour Cendrée possédait bel et bien un niveau souterrain qui avait résisté à ce fameux incendie. Or, si ces pokémons légendaires étaient bien dans la tour, ils ne pouvaient être qu’en bas.

Se félicitant d’avoir pensé à embarquer une corde – c’était principalement à cause du fait que Yuri avait littéralement sauté dans le Puits Ramoloss à Ecorcia et qu’il avait failli se faire très mal –, Flynn l’attacha solidement à une poutre qui avait résisté aux flammes. Ils descendirent ensuite dans l’ouverture après avoir rappelé leurs pokémons dans leurs pokéballs puis une fois arrivés en bas, ils firent ressortir leur Mentali et Noctali afin d’éclairer les lieux… et ceux-ci n’étaient absolument pas tranquilles.

A peine les deux dresseurs eurent-ils une source de lumière qu’ils virent la cause de la nervosité de leurs compagnons : trois gros pokémons étaient présents et l’aura puissante qui émanait d’eux était des plus intimidantes.

Cette fois-ci, leur souhait d’aventure venait de se réaliser…

Soudain, un bruit horrible retentit au dessus d’eux et en levant la tête, Flynn aperçut une ombre qui grandissait très vite : quelque chose venait de se détacher du plafond et allait les écraser. Il se hâta de pousser Yuri pour qu’il ne soit plus en danger et, alors qu’il aurait dû recevoir de plein fouet de qui était tombé, un cri retentit et ce qui était un énorme bloc de bois fut projeté loin de lui par une boule de feu.

Deux autres cris de pokémons se firent entendre et il reporta son attention sur les fameux chiens légendaires. Entei, qui était visiblement celui l’ayant sauvé, fut le premier à s’élancer et à utiliser les rochers du sous-sol pour se hisser en quelques bonds jusqu’à une ouverture béante dans le plafond. Raikou l’imita en effectuant des sauts puissants et agiles. Quant au fameux Suicune, au lieu de suivre ses deux comparses, il fit un tour autour d’eux, les observant avec curiosité avant de s’élancer à son tour vers la sortie.

—Alors ça… lâcha Yuri qui n’avait pas perdu une miette de ce qu’il venait de se produire. Jamais je n’aurais cru les voir de si près.

—Moi non plus, avoua Flynn, encore sous le choc de ce qu’il venait de se passer.

Ca pour une rencontre, c’était une sacrée rencontre ! Qui plus est, ils étaient bons pour les remercier car sans les trois chiens légendaires, ils seraient probablement morts mais comment allaient-ils retrouver des pokémon aussi rapides ?

kaleiyahitsumei: (Default)
 May 9 – 10 Marvel of Peru : "Flame of love; timidity"

Beta : Eliandre

Note : Suite de l'UA Miraculous, toujours pour le Fluri Month 2016.


 

Demain, au grand dam de Yuri, c'était la Saint-Valentin, le jour de l'année qu'il détestait le plus. Soi-disant le jour des amoureux mais aussi d'une fête devenue purement commerciale qui lui donnait mal au cœur rien que d'y penser.

Seulement cette année, il allait être contraint d'y participer car Judith lui mettait la pression à lui ainsi qu'à Arche, une fille de sa classe, pour que tous deux se décident à avouer leurs sentiments aux personnes qu'ils aimaient…

—Judy, c'est stupide ton idée d'envoyer une carte, grommela-t-il en se repenchant sur ses devoirs de géographie. Tu sais que je déteste écrire en plus.

—C'est horriblement cliché, ajouta Arche, reconnaissable à ses longs cheveux roses noués en queue de cheval et à ses vêtements un peu amples qui masquaient le fait qu'elle n'avait pas de formes. Comme si j'allais envoyer une carte à l'obsédé de service alors que je lui ai balancé un seau dans la figure car je l'ai surpris en train de se rincer l'œil en cachette dans le vestiaire des filles.

—C'était d'ailleurs un tir magnifique de ce que j'ai entendu.

—Merci, j'en suis très fière !

—Dois-je vous rappeler les raisons exactes de vos célibats respectifs ? questionna Judith avec un grand sourire.

Yuri grogna à cette remarque, accompagné par Arche qui se mit ensuite à faire la moue en croisant les bras contre sa poitrine. Si le jeune homme n'avait jamais réussi à aborder Flynn à cause de sa poisse infinie, sa camarade aux cheveux roses ne parvenait pas à trouver comment déclarer ses sentiments à Chester à cause des rapports explosifs qu'ils entretenaient depuis toujours… et peut-être aussi parce qu'elle avait été possédée par un akuma il y a peu, la changeant en une sorcière qui adorait balancer des boules de feu un peu partout – même si elle avait récupéré sa confiance en elle après cet évènement, elle ne savait toujours pas si elle souhaitait prendre le risque ou non d'inviter à un rencard celui qu'elle aimait depuis un bon moment.

—Avec la chance que j'ai, le facteur va la perdre, déclara-t-il en rangeant ses affaires dans son sac à dos. Ne compte pas sur moi pour faire ça Judy.

—Et moi je préfère lui rendre la monnaie de sa pièce en allant l'épier sous la douche plutôt que de lui envoyer une carte qu'il ne va peut-être même pas lire, ajouta Arche en haussant les épaules. Je sais qu'il me déteste donc…

—Là, ma belle, je ne suis pas de ton avis, contra Judith avec fermeté. Si la carte vient de toi, il va forcément la lire !

—Pendant que vous discutez, je vais aller là où vous pouvez pas me suivre, fit le seul homme du groupe en quittant calmement la bibliothèque.

Bien qu'il ait sous-entendu qu'il allait aux toilettes, la vérité était qu'il comptait s'installer deux minutes dans un recoin tranquille à l'abri des regards. Une fois certain que personne ne risquait de venir le trouver là, il laissa sortir Tikki de la poche de sa veste.

—Sérieusement, c'est vraiment un truc de filles la Saint-Valentin, grommela Yuri, repensant encore à l'idée de cette carte que Judith lui avait suggérée. Pourquoi faudrait-il un jour bien spécifique pour déclarer sa flamme à quelqu'un ?

—Certains garçons sont romantiques tu sais, lui répondit son kwami avec un sourire. Après, si tu n'aimes pas écrire, tu peux toujours faire des biscuits ou un gâteau. Tu adores faire des pâtisseries !

—Serait-ce une façon déguisée d'exiger plus de cookies de ma part ?

—C'est surtout ma manière de te dire que j'aime beaucoup ta cuisine et de te remercier pour toutes les bonnes choses que tu prépares.

Le compliment lui faisait plaisir et il ne le cacha pas. Tikki vint lui faire un bisou sur la joue, un geste adorable qui fit germer une idée dans sa tête.

—Peu importe comment tu le formuleras, je ne suis toujours pas fan de la Saint-Valentin, dit Yuri avec le sourire. Cependant, rien ne m'empêche de décider de faire plaisir à tous ceux que j'aime en leur faisant de quoi grignoter.

—C'est une très bonne idée ! approuva vivement le kwami dont les yeux bleus pétillaient. Mais comptes-tu faire quelque chose de spécial pour Flynn ?

—Lui faire un cadeau sera déjà bien je pense. Je demanderai demain ses goûts à Chester pour être certain de viser juste.

Manifestement, ce plan convenait à Tikki qui hocha la tête avant de retourner se cacher dans la poche de sa veste. A présent, Yuri allait devoir expliquer au vieux qu'il aurait besoin de la cuisine pendant un bon moment… et réfléchir à s'il lui offrait ou non des biscuits sachant que son cher tuteur légal n'aimait pas ce qui était sucré et que lesdits biscuits risquaient fort d'être utilisés comme appâts afin de se dégoter un rencard à la dernière minute – connaissant Raven, il doutait fort que cela se passerait autrement.

-§-

Cela devait faire au moins une bonne demi-heure que Flynn était assis seul dans la classe, en avance pour le cours d'anglais. Bien qu'il ait prétexté qu'il finirait un devoir, en réalité, il se creusait les méninges pour écrire un poème de Saint-Valentin pour Ladybug, tout cela sous le regard ennuyé de Plagg qui profitait que personne ne soit là pour manger son camembert.

—Tu es quand même au courant que Ladybug a deux yeux, deux bras et deux jambes comme tout le monde ? questionna le kwami avec un certain agacement. Pas de quoi fouetter un chat !

—L'amour ça ne se contrôle pas, répondit Flynn en cherchant une rime à son poème. La Saint-Valentin est une parfaite occasion pour lui déclarer mes sentiments…

—Et te faire à nouveau jeter ?

… Plagg avait réussi à le déconcentrer. Le jeune homme poussa un soupir dépité et, pour la huitième fois depuis qu'il s'était installé là, il froissa sa feuille de papier puis la jeta dans la corbeille.

—A ce rythme, tu vas détruire une forêt entière, observa le kwami avant de manger en une bouchée sa part de camembert. Comment comptes-tu lui envoyer ton poème dégoulinant d'amour qui plus est ? Tu ne sais même pas qui il est réellement.

—Je lui remettrai en main propre, répondit Flynn avant de réaliser le problème qui se posait à lui. Mais encore faut-il que je le croise…

—Ah ben tu as enfin compris l'absurdité de ton idée ! Il était temps !

—Rien ne m'empêche d'aller lui dire en…

Soudain, un cri retentit à l'extérieur de la pièce. Plagg alla vite se cacher sous le col de sa veste tandis qu'il ouvrit la porte pour voir ce qu'il se passait. A peine eut-il mis le nez dehors qu'une flèche sombre passa à côté de sa tête et se planta dans le mur derrière lui avant de disparaître dans un nuage de fumée noire.

Il était aisé de deviner ce qu'il se passait : quelqu'un au lycée venait de se faire akumatiser.

Flynn se hâta de retourner dans la salle de classe après avoir vérifié que personne ne se trouvait à l'étage où il était. Plagg sortit en grommelant de sa cachette.

—Je n'ai même pas pu faire ma sieste digestive ! râla-t-il.

—Dis-toi qu'après tous ces efforts, tu dormiras très bien cette nuit, lui lança le jeune homme avec un sourire en coin avant de tendre sa main portant la chevalière en argent. Plagg, transforme-moi !

A contrecœur, le kwami se laissa absorber par le bijou, le Miraculous du Chat Noir, permettant ainsi à son porteur de revêtir le costume ainsi que le masque du héros Chat Noir. Certes, la tenue était moulante et les oreilles de chat sur sa tête ainsi que la longue ceinture qui pendait derrière étaient un peu gênant mais personne ne savait qui se cachait derrière cette identité, faisant que Flynn n'avait aucun problème pour dire ou faire tout ce dont il avait envie.

Il ressortit de la salle, son bâton extensible en main, puis il chercha où pouvait se trouver la victime du jour. Son ouïe très fine lui indiqua que sa cible avait dû semer pas mal de chaos derrière elle mais aucun bruit de flèches tirées ne provenait du lycée, signifiant que l'ennemi du jour avait quitté le bâtiment.

Avec l'aide de son bâton, il rejoignit les toits et scruta attentivement les alentours… pour repérer un homme vêtu d'un costume noir et rouge qui possédait aussi des ailes de cette même couleur. Face à lui, il y avait un de ses camarades de classe qu'il menaçait de son arc – à la longue tignasse rousse bien flamboyante, Flynn n'eut aucun mal à reconnaître Luke et vu le caractère de ce dernier ainsi que la situation dans laquelle il se trouvait, il ne devait pas être très innocent dans cette histoire. L'heure du sauvetage avait sonnée.

-§-

—Tikki, transforme-moi !

Chance qu'il s'était déjà caché car en plus de lui avoir donné un coin où se transformer sans attirer l'attention, cela lui avait permis d'éviter de recevoir une de ces flèches maléfiques et d'en subir les effets. Or, Yuri avait pu constater que quiconque en recevait une se retrouvait empli de haine envers ses proches et que l'ennemi du jour était donc une sorte de Cupidon inversé qui était très doué au tir à l'arc…

Un déclic se fit dans son esprit et, devenu Ladybug, il jeta un rapide coup d'œil à cet adversaire tandis qu'il prenait en chasse cet abruti de Luke Fon Fabre – Yuri n'avait jamais pu le piffer et ils étaient ennemis depuis qu'ils se connaissaient.

Pas de doute : la victime de Papillon était un homme et le seul garçon qui se débrouillait aussi bien avec un arc au sein du lycée était Chester Burklight – l'autre meilleur archer était une fille, Natalia Kimlasca Lavender, leur déléguée de classe et aussi l'autre personne que Yuri ne pouvait pas encadrer.

Il se dépêcha de retrouver l'ennemi du jour et n'eut pas beaucoup de distance à couvrir : Chester avait en joue Luke et s'apprêtait à lui faire subir le même sort qu'à tous ceux qui avaient été victimes de ses flèches…

—Prépare-toi à haïr tous ceux qui te sont chers, déclara la victime de Papillon. Tu vas payer…

—C'EST PAS VRAI, MES CHEVEUX ! hurla Luke en tenant sa tignasse entre ses mains. D'abord ce crétin de Lowell me renverse son jus de chaussette sur mes fringues et toi tu me ruines une heure de coiffage ! Donc tu sais quoi ? Tires-la ta foutue flèche, vas-y !

… Là, Yuri était estomaqué, ce qui était aussi le cas du cupidon maléfique qui ne savait visiblement pas comment réagir à cela. Cependant, le super-héros hésitait entre profiter de l'occasion pour tenter de piquer l'arc de son ennemi avec son yoyo, coller son poing dans la gueule de cet abruti de rouquin afin de lui apprendre à apprécier le café au lait et aussi pour lui rappeler qu'il n'était pas le seigneur de ces lieux ou attendre la suite.

—Finalement, ce serait du gâchis d'utiliser une flèche sur toi, conclut la victime de Papillon en baissant son arc. Avec ton caractère pourri, qui pourrait t'apprécier ?

—HEIN ? fit le principal concerné, l'air ahuri.

Profitant de cette ouverture, Yuri se servit de son yoyo et l'envoya droit sur le bras gauche de sa cible avant de tirer de toutes ses forces… puis de réaliser son erreur car s'il empêchait à présent Chester d'utiliser son arc, celui-ci avait bien compris qu'il n'avait qu'à s'envoler pour lui poser de sérieux soucis, ce qu'il n'avait pas hésité à faire. Le héros avait beau tirer, celui en face avait plus de force et il aurait récupéré son yoyo si son adversaire ne tenait pas fermement celui-ci.

Soudain, un éclair métallique vint frapper l'archer volant, lui faisant lâcher prise sur le fil.

—Besoin d'aide Buginette ? demanda Chat Noir qui vint le rejoindre en un bond, son bâton lui revenant dans la main.

—T'as mis le temps ! répliqua Yuri en récupérant son arme. Et arrête avec ce surnom !

Une volée de flèches maléfiques vint interrompre leur échange et les deux super-héros eurent juste le temps d'esquiver en sautant sur le côté.

—Où est caché son akuma ? questionna Chat Noir avant de faire tourner rapidement son bâton entre ses doigts pour se protéger d'une nouvelle attaque. Je ne crois pas qu'il soit dans son arme.

Bonne question ça. L'arc ou le carquois étaient effectivement à exclure car Chester ne venait jamais au lycée avec son équipement pour le tir à l'arc. Yuri évita à nouveau une attaque puis, tout à coup, il nota un objet brillant sur la bretelle du carquois. Qu'est-ce que c'était au juste ?

-§-

De tous ceux qui auraient pu être pris pour cible par Papillon, il avait fallu que ce soit son ami Chester. Flynn connaissait Luke et il avait dû s'en prendre méchamment à quelqu'un pour réussir à le faire sortir de ses gonds mais même cela n'aurait pas suffit à attirer un akuma vers l'archer… sauf si Natalia était impliquée. Son meilleur ami lui avait avoué avoir un faible pour elle et il n'était pas à exclure qu'elle ait rejeté ses avances et que Luke, en ayant été témoin, en ait rajouté.

Cependant, ce n'était pas sa principale préoccupation car à présent, le nouveau super-vilain les avait remarqués, ce qui signifiait qu'ils étaient devenus ses proies et qu'il ne désirait qu'une chose : leurs Miraculous.

—Il a un truc qui brille sur la bretelle de son carquois, lui signala Ladybug avant d'esquiver une nouvelle série de flèches.

—Je vais essayer de le distraire !

Sur ces mots, Flynn s'écarta rapidement de son partenaire et partit en arc de cercle, faisant attention à ne pas se rapprocher trop de l'ennemi.

—Hey Robin des Bois ! s'exclama-t-il en sautant sur un lampadaire. Tu veux jouer à chat avec moi ?

Manifestement, la réponse était oui vu que la victime du Papillon fonça droit sur lui et qu'il dut se dépêcher de fuir pour éviter un nouveau projectile. Cependant, l'archer prenait bien garde à rester en hauteur et en mouvement, empêchant toute tentative de saut. Ladybug en était certainement arrivé à la même conclusion car il ne retenta pas de l'attraper avec son yoyo.

Pendant un instant, il envisagea d'utiliser son superpouvoir, le Cataclysme, mais il n'avait rien à détruire à portée de main, excepté peut-être ce carquois mais c'était à condition de réussir à le toucher, ce qui n'était pas gagné. Le Lucky Charm de son partenaire pourrait peut-être compenser ce qui lui manquait…

—Chester, espèce de crétin !

Cette voix les fit tous deux se stopper et l'archer, flèche prête à être tirée, se tourna vers son origine… avant de se figer de stupeur.

—Arche ?

-§-

Profitant qu'il avait un peu de répit, Yuri utilisa son Lucky Charm… et il obtint un mégaphone rouge à pois noirs. Honnêtement, il aurait préféré des bolas ou un autre truc qui aurait pu lui permettre de clouer l'ange de la haine au sol mais c'était toujours moins ridicule que la serviette de bain ou la cuillère. Par contre, comment il allait se servir de ça au juste ?

—Ladybug !

A l'entente de son nom de super-héros, le jeune homme se tourna et fut surpris de voir arriver Arche vers lui, l'air complètement affolée. Pourquoi Judith n'était-elle pas avec elle ?

—Je ne sais pas exactement comment Chester est devenu comme ça mais quasiment tout le monde au lycée se déteste maintenant ! s'exclama-t-elle, faisant comprendre au héros que sa meilleure amie avait dû recevoir une flèche elle aussi. Il est passé devant moi sans me voir je crois et il a tiré sur Natalia avant de se barrer.

—Ecoute, tu devrais aller te mettre à l'abri dans un bâtiment, conseilla-t-il à la jeune fille. Ce serait plus…

Soudain, un déclic se fit dans l'esprit de Yuri. Le problème avec cet ennemi, c'était qu'il volait et qu'il était difficile à immobiliser – ce point-là, il l'avait compris à ses dépends. Chat Noir avait le pouvoir de neutraliser ses flèches mais tant qu'il bougeait, impossible pour lui de le plaquer au sol, même en utilisant son bâton. Cependant, une certaine personne savait très bien comment attirer l'attention de leur adversaire…

—Attends, fit-il en lui faisant signe de ne pas bouger. Tu le connais bien ?

—On se prend la tête une fois par jour minimum, répondit Arche sans hésiter. Pourquoi ?

—Fais-toi plaisir et vide ton sac.

Avec un grand sourire, il lui tendit le mégaphone… qu'elle fixa avec étonnement avant de le prendre entre ses mains. Puis, après une seconde d'hésitation, elle prit une inspiration et Yuri se hâta de s'écarter d'elle tandis qu'elle se servit enfin de l'appareil.

—Chester, espèce de crétin !

Dissimulé derrière un arbre, le héros nota que l'archer avait tourné la tête vers Arche et qu'il semblait étonné de la voir. La flèche qu'il avait encochée fut tirée mais elle rata la jeune fille d'au moins trois mètres, ce qui était inhabituel de la part d'un champion comme lui. Il était perturbé.

—Nan mais je rêve ! hurla sa camarade, visiblement en colère. Ca va pas la tête ! Comme si je pouvais pas te détester plus que maintenant espèce d'obsédé !

—Ca te va bien de me dire ça planche à pain ! cria l'archer, à présent bien énervé. Je me demande encore pourquoi tu te fatigues à mettre un soutif alors que t'as pas de seins !

—Et toi alors ? T'as peut-être de sacrés biscottos mais t'as un sacré pois chiche dans le cerveau par moment !

Là, ils étaient lancés et par expérience, Yuri savait qu'ils n'étaient absolument plus attentifs à ce qui les entourait. Il profita donc d'une nouvelle série de répliques cinglantes pour attraper l'arc avec son yoyo pendant que Chat Noir, ayant eu tout le temps de préparer son Cataclysme, sauta sur l'archer en un bond puissant.

Pris par surprise, l'ennemi se retrouva plaqué au sol et le héros en noir n'eut qu'à toucher son carquois pour détruire celui-ci, ne laissant que l'objet brillant qui se trouvait dessus.

—Fin des entrechats ! s'exclama son partenaire en attrapant l'objet du délit. A toi de jouer Buginette !

—La ferme chaton ! répliqua Yuri en attrapant le bijou que lui avait lancé Chat Noir.

Il laissa tomber ce qui s'avérait être une broche par terre et l'écrasa violemment avec son pied, libérant un papillon noir : l'akuma. Avec son yoyo, il le captura puis le purifia, laissant à sa place un papillon blanc. Ensuite, il n'eut qu'à récupérer le mégaphone et le lancer en l'air, libérant la magie se trouvant à l'intérieur qui répara tous les dégâts occasionnés par l'akuma.

Libéré de l'emprise du papillon maléfique, Chester était redevenu normal et était visiblement désorienté, n'ayant plus de souvenirs de son akumatisation.

—Mais qu'est-ce que je fiche ici moi ? demanda-t-il en regardant de tous les côtés avant de voir Arche qui venait vers lui. Il s'est passé quoi au juste ?

—Oh, t'as juste été encore plus crétin que d'habitude, répondit la jeune fille avec un sourire taquin. Je peux te donner plus de détails si tu veux.

Le bip que Yuri perçut dans ses oreilles lui indiqua qu'il était temps qu'il file : il n'allait pas tarder à se dé-transformer. Il s'apprêtait à partir quand Chat Noir s'interposa, lui faisant signe d'attendre.

—Qu'est-ce que tu veux au juste ? demanda le jeune homme en fronçant les sourcils.

—Je… répondit difficilement son partenaire, l'air penaud. J'aimerais te dire un truc… Je…

—C'est peut-être pas le bon moment.

D'un geste, il désigna la bague au doigt du héros en noir : elle n'avait plus que trois coussinets et se mettait elle aussi à bipper.

—Une prochaine fois peut-être ? proposa Yuri avec un sourire amical. Ce n'est pas comme si on ne risquait pas de se revoir tous les deux.

Et sur ces mots, il se hâta d'utiliser son yoyo pour partir.

-§-

C'était la Saint-Valentin et Flynn n'avait qu'une envie : se taper la tête contre la table pour ne pas avoir été fichu de déclarer sa flamme à Ladybug. Evidemment, Plagg s'était bien moqué de lui quand ils étaient rentrés et le jeune homme avait passé sa nuit à ruminer son échec.

Le bon côté, c'était que grâce à une idée diabolique de son partenaire, Chester était sauvé et était, comme tous les jours, assis à sa gauche en classe. La seule différence était qu'au lieu de discuter avec lui, il était occupé à papoter avec Arche, profitant que le cours n'avait pas encore commencé. Au ton de leur conversation, il était clair que ces deux-là s'étaient rapprochés dans le bon sens.

Au moment où il comptait entamer une discussion avec Judith, Yuri entra dans la salle de classe, les bras chargés de boîtes en carton. Flynn, par réflexe, se leva pour venir l'aider mais Luke, qui se tenait contre le bureau du professeur pour parler en face de Natalia, eut l'indélicatesse de pousser leur camarade, ce qui le déséquilibra et lui fit lâcher ce qu'il tenait.

—Attention !

De justesse, Flynn avait empêché la chute de Yuri et rattrapé les boîtes qu'il avait failli perdre, cela sous les yeux ébahis de certains de leurs camarades.

—Ceci est un jour à marquer d'une pierre blanche, déclara Judith. Un énième épisode poisse de Yuri fut évité grâce au courageux Flynn !

La remarque attira des applaudissements et quelques sifflements de la part de leurs camarades, ce qui, à la vue des rougeurs sur les joues de Yuri, le gênait autant que lui.

—C'est pas utile d'en faire un tel évènement Judy, déclara le jeune homme aux cheveux de jais en s'installant à sa place. Et si tu continues, tu n'auras pas le cadeau que je t'ai préparé.

—Toutes mes excuses dans ce cas, dit l'administratrice du Ladyblog en fixant les boîtes avec intérêt. C'est tout pour moi ?

—Pas seulement.

Yuri remit une boîte avec un ruban bleu à Judith qui se hâta de l'ouvrir… et dont les yeux se mirent à briller en voyant le contenu. Arche reçut une boîte avec un ruban rose tandis que en eut Chester une avec un ruban vert et tous deux furent visiblement très contents de leur contenu. Puis Flynn réalisa que son camarade lui en tendait une à lui aussi.

—On m'a dit que tu n'aimais pas le sucré mais j'espère que ça ira quand même.

Agréablement surpris de recevoir un cadeau, il murmura un « merci » timide puis ouvrit cette boîte avec le ruban blanc… pour découvrir qu'elle contenait une bonne dizaine de cookies entièrement au chocolat noir et dont l'odeur lui indiqua qu'ils étaient certainement faits maison. Tenté, il en goûta un et savoura le goût du chocolat ainsi que la saveur épicée qui vint ensuite en bouche.

—J'ai pris le risque de mettre du piment dans le chocolat, précisa Yuri en voyant son expression surprise. J'avoue que je ne suis pas très sûr de mon coup…

—C'est parfait, furent les seuls mots que Flynn prononça, savourant le biscuit avec délice.

—Je vais tous les mangers si je ne referme pas ça ! s'exclama Judith qui reposa un cookie aux raisins dans sa boîte. Ils sont exquis !

—Merci Yuri ! firent Arche et Chester avec leurs pouces en l'air.

Le concerné haussa les épaules comme si de rien n'était mais Flynn pouvait distinctement voir qu'il souriait, signe qu'il était probablement heureux de leur avoir fait plaisir.

kaleiyahitsumei: (Default)
May 7 – 8 Azalea : “Take care of yourself for me”

UA : Pokémon (j’y jouais quand j’y ai écrit donc…)

Beta : Eliandre

 


 

Bourg Geon, un village de Johto qui représentait le commencement de bien des aventures. Habituellement, les jeunes dresseurs se rendaient au laboratoire pour recevoir leur premier pokémon avant de quitter leur ville natale. Cependant, certains n’avaient pas commencé ainsi…

Se tenant devant ce qui avait été sa maison durant toute son enfance, Flynn ressentait une bouffée de nostalgie, se souvenant de sa mère qui s’était occupée de lui ainsi que de l’Arcanin de son père qui l’avait consolé après la mort de son maître. C’était vers ses onze ans que sa famille avait déménagé au Bourg Palette puis deux ans plus tard, son dernier parent l’avait quitté et il avait décidé de partir à l’aventure, n’ayant plus vraiment d’attaches.

En tournant la tête sur le côté, il vit son Arcanin humer l’air avec insistance, probablement pour se familiariser de nouveau avec toutes les odeurs de ce qui avait longtemps été sa demeure. L’âge commençait à se faire sentir chez le pokémon feu, devenu plus calme avec les années et probablement ayant gagné en sagesse vu à quel point les autres pokémons de l’équipe de son jeune maître le respectait. Cependant, techniquement parlant, Arcanin n’était pas le premier compagnon de voyage du jeune homme aux cheveux d’or…

Quand il vivait encore à Bourg Geon, il y avait un très bon ami avec qui il passait beaucoup de temps à jouer. Un jour, ils s’étaient un peu éloignés du village et ils avaient découvert par hasard un membre de la Team Rocket qui planifiait de s’introduire dans le laboratoire pour y voler des pokémons. Ils avaient attendu qu’il ait le dos tourné pour lui prendre le sac qui contenait les plans du bâtiment et le sbire a bien failli réussir à les avoir… sauf qu’il avait eu la malchance de déranger une famille de Mimigal qui n’avait manifestement pas apprécié cela. Arcanin était ensuite venu les trouver et la police était arrivée pour emmener le sbire.

Seulement, le sac qu’ils avaient dérobé contenait aussi deux œufs de pokémon qui avaient été volés à Rosalia. Leur propriétaire légitime, ayant appris comment son voleur avait été arrêté, avait décidé d’en faire cadeau aux deux jeunes justiciers en leur précisant de bien s’en occuper. Ce fut quelques jours plus tard que les œufs avaient fini par éclore, révélant deux Evoli qui, avec le temps, s’étaient révélés être deux vraies petites canailles. Lui et son meilleur ami en gardèrent chacun un et tous les quatre, ils avaient passé pas mal de bon temps jusqu’au jour du déménagement.

Aujourd’hui, l’Evoli de Flynn avait évolué en un magnifique Mentali, un pokémon très recherché par les collectionneurs. Son partenaire l’avait bien aidé dans le Kanto et malgré une ou deux insubordinations, il était devenu un pokémon très sérieux et extrêmement fiable. Ensemble, ils avaient combattus pas mal de dresseurs et capturés pas mal de pokémons : un Roucool qui avait évolué depuis longtemps en Roucarnage, un Insecateur, un Electrode et un Tétarte. Les deux derniers avaient été échangés contre un Locklass et un Draco quand il était repassé à Safrania puis à Parmanie.

Un coup d’œil à son Pokématos lui confirma ce dont il se doutait déjà : l’heure du rendez-vous était passée depuis trente minutes.

Flynn n’était pas revenu à Bourg Geon pour un retour aux sources mais parce qu’il y avait donné rendez-vous ce jour à son ami d’enfance qu’il n’avait pas revu en chair et en os depuis le jour de son déménagement. Ayant prévu un éventuel retard ou souci technique du Train Magnétique, il était parti avec quelques jours d’avance, prenant ainsi le temps de profiter du Parc Naturel près de Doublonville ou de visiter la Tour Chétiflor à Mauville.

Un son attira l’attention de son Mentali qui eut tout juste le temps d’éviter une charge d’une boule noire qui, une fois arrêtée, s’avéra être un Noctali.

Le dit-Noctali ne s’avoua pas vaincu et les deux pokémons entamèrent un jeu de poursuite qui était étrangement familier au jeune homme…

—Salut ! Désolé pour l’attente !

A l’entente de cette voix, Flynn tourna la tête et vit Yuri, son ami d’enfance, dont la chevelure de jais était plus longue que dans son souvenir. De plus, il était accompagné d’un Absol dont la corne noire portait des traces d’anciennes cicatrices.

—Je me doutais que tu ne serais pas à l’heure tu sais, déclara le jeune homme aux cheveux blonds tandis que son vieil ami venait le rejoindre. La ponctualité n’a jamais été une de tes qualités.

—Pour ma défense, la petite canaille qui joue avec la tienne m’a retardé vers Rosalia quand il a eu un coup de foudre pour une belle madame Goupix, se défendit Yuri en montrant une Honor ball, une Poké ball qui avait la particularité d’être entièrement blanche. J’ai été contraint de la capturer car autrement, je ne sais même pas s’il aurait accepté de me suivre jusqu’à Mauville.

—Je m’étais plutôt attendu à un retard de train ou de bateau…

—Y a pas de train magnétique à Hoenn et pour le bateau, y a eu un souci à Nénucrique car une bande de petits malins avait bloqué le port avec des Wailmer.

La poisse légendaire de son ami d’enfance était donc toujours présente…

Flynn n’avait pas été le seul à avoir déménagé : Yuri aussi y avait été contraint quand celui qui était son tuteur légal, un scientifique, avait été muté à Bourg Geon. Pendant tout le temps de cette longue séparation, les deux garçons avaient échangé des lettres et s’étaient appelés certains soirs via leurs Pokématos. Lorsque chacun a envisagé de commencer à combattre les champions d’Arène et battre la Ligue Pokémon, ils s’étaient juré de se revoir dans leur ville d’origine…

—Avant de continuer sur les banalités, ça te dirait un p’tit aperçu de nos équipes respectives ? demanda le jeune homme aux longs cheveux bruns avec un sourire en coin.

—Tu sais que tu vas encore perdre ? répliqua Flynn en sortant une de ses pokéballs, celle contenant son Insecateur.

—Faut bien que je vois si t’as toujours la forme depuis tout ce temps.

Oh ça, il n’avait aucun doute que son cher meilleur ami avait tout fait pour venir le retrouver. Chacun avait laissé derrière leur nouvelle ville, n’y ayant pas de réelle attache, pour revenir là d’où ils étaient originaires. Certes, ils n’y avaient techniquement plus de foyer mais rien ne les empêchaient de démarrer un nouveau voyage ensemble à Johto puis de s’établir ensuite quelque part.

Car après tout, tous deux étaient revenus ici après plus de cinq ans d’absence en un seul morceau, comme ils se l’étaient promis le jour de leur séparation.

kaleiyahitsumei: (Default)
May 5 – 6 Daisy : “Loyal love; I’ll never tell”

Beta : Eliandre (qui m’a accuse de vouloir sa mort… elle va me faire le coup à chaque fic de ce genre je pense…)

UA : J’ose tenter le crossover avec Miraculous vu que je suis à fond dedans… Par contre, pas possible de coller Yuri en Chat Noir car Flynn porte mieux la bague que les boucles d’oreilles. De plus, à cause du casting de base de Vesperia, je suis obligée de piocher dans d’autres Tales of pour compléter certains rôles (dans le cas présent, c’est Chester de Tales of Phantasia qui va s’y coller)

_________________________

Sincèrement, Yuri avait hâte que le cours se termine. Il était crevé et ce n’était pas à cause du café où il vivait avec son tuteur légal mais plutôt de la longue nuit qu’il avait eue la veille et du fait qu’il s’ennuyait royalement. Certes, il avait une belle vue sur son voisin de devant dont il croquerait bien un morceau mais à chaque fois qu’il avait tenté de l’aborder, d’une manière ou d’une autre, ça avait foiré : son parapluie s’était refermé sur lui, il avait trébuché sur un sac qui était sur son passage, un abruti lui avait jeté une bombe à eau sur la tête, il avait accidentellement renversé son café noisette sur sa seule chemise blanche, quelqu’un était venu le déranger pour une bricole… Oui, Yuri avait fini par se faire, assez difficilement, à l’idée que lui et Flynn, ça ne risquait pas de dépasser le stade de la simple camaraderie.

Un coup de coude dans son bras gauche le força à se réveiller un peu. Il tourna discrètement la tête vers Judith, sa voisine de table et meilleure amie qui lui glissa un morceau de papier pendant que leur vieux prof d’histoire-géo avait le dos tourné. Il le prit entre ses doigts et le déplia :

« Quand est-ce que tu vas te décider à l’inviter à prendre un verre avec toi après les cours au lieu d’admirer sa nuque ? »

Vérifiant que personne ne le regardait faire, il attrapa son stylo et lui écrivit rapidement une réponse :

« Le jour où l’univers cessera de s’en prendre à moi dès que je tente quoique ce soit. »

Yuri savait qu’il avait la poisse et il vivait très bien avec mais depuis qu’il connaissait Flynn, il avait l’impression que sa malchance avait empiré. Instinctivement, il avait passé son index sur les boucles d’oreilles noires qu’il portait…

Enfin, la sonnerie de fin des cours retentit et la majorité des lycéens présents eurent du mal à retenir un soupir de soulagement – en même temps, demandez à des ados de seize ans de rester le cul vissé sur une chaise durant des heures quand il faisait grand soleil dehors et qu’en prime, il faisait chaud…

—J’ai bien cru que cette heure ne se finirait jamais ! s’exclama Judith en s’étirant, attirant sur elle les regards de la majorité des mâles de la classe sur son décolleté. J’ai plein de commentaires qui m’attendent sur mon blog et une chasse aux super-héros qui m’attend.

—Me semble que t’as une alerte sur ton téléphone en cas d’attaque de super-vilain, fit remarquer Yuri en rangeant ses affaires dans son vieux sac à dos noir et rouge. T’as le temps de prendre au moins un goûter, nan ?

—Hmm… C’est vrai que je n’ai pas encore testé le nouvel arrivage… Chester, Flynn, ça vous dit de venir vous détendre un peu ?

Leurs deux voisins de devant se retournèrent en entendant leurs noms. Le premier, Chester, était un jeune homme aux longs cheveux argent noués en catogan et au regard perçant. C’était un bon ami et Yuri appréciait bien sa compagnie. De plus, Chester faisait du tir à l’arc depuis tout petit et il participait à des compétitions depuis son entrée au collège. Il était aussi très bon au bras de fer, ce que beaucoup dans leur classe avaient appris à leurs dépens.

Le second, Flynn, était considéré comme le plus beau garçon du lycée avec ses cheveux blonds et ses yeux azur. Sa famille travaillait dans le milieu de la mode et il portait toujours des habits venant des collections créées par son père – le bonus était qu’il faisait souvent des séances photos pour des campagnes de publicité. C’était aussi l’un des meilleurs élèves de la classe sachant qu’en plus, il faisait de l’escrime, prenait des cours de chinois depuis plusieurs années et de piano.

Et Yuri en pinçait pour lui depuis un bon moment déjà…

—Si vous servez toujours vos limonades maisons, je viens, déclara Chester avec le sourire. Et toi vieux ?

—Je vais devoir décliner cette invitation, dit Flynn avec regret. Mon professeur de piano était souffrant la semaine précédente donc j’ai un cours ce soir. Désolé.

—Dommage, fit Judith, visiblement déçue. Demain peut-être ?

—Sauf séance photo de dernière minute, ça devrait être bon pour moi. Et pour toi Yuri ?

Il s’apprêtait à répondre quand son vieux sac décréta qu’après environ six ans de bons et loyaux services, il était temps pour lui d’arrêter les frais : il choisit ce moment précis pour se déchirer sur le côté et faire tomber une bonne partie de son contenu au sol et ce, sous les grognements agacés de son propriétaire. Mais qui avait-il bien pu énerver là-haut pour que ce genre de choses arrive à lui ?

—Rappelle-moi de t’offrir un exorcisme pour ton anniversaire, lui lança Judith avec une pointe de malice.

—J’y manquerai pas…

-§-

Il était environ huit heures du soir quand Yuri monta dans sa chambre après avoir aidé Raven a fermer le café puis manger rapidement un morceau et faire la vaisselle. Une fois la trappe qui lui servait de porte refermée, une petite créature rouge avec des pois noirs sortit de la poche de sa veste pour s’installer sur son bureau, plus précisément à côté d’une boîte contenant exclusivement des cookies.

—Comment vas-tu faire pour transporter tes affaires de classe demain ? lui demanda le petit être, un kwami nommé Tikki. Tu n’as pas d’autre sac à dos.

—Le vieux me prêtera le sien mais je pense que je vais tenter de m’en fabriquer un nouveau, répondit Yuri en fouinant dans une vieille boîte en bois sombre. L’avantage, c’est qu’il sera peut-être plus solide et que je ferais des économies d’argent.

—C’est vrai que tu n’as pas beaucoup de côté et puis comme cela, tu es certain qu’il sera à ton goût.

—C’est l’idée. Par contre, même avec un patron, ça va me prendre un bon moment.

—N’hésite pas à prendre ton temps pour faire les choses bien et surtout, n’oublie pas que tu as besoin de dormir.

Yuri sourit à son kwami. Il aimait l’optimisme de Tikki et le fait qu’elle lui donnait souvent de bons conseils. Certes, il lui arrivait de ne pas l’écouter mais il comprenait après son erreur. De plus, elle lui avait offert de quoi bien rythmer sa vie un peu monotone par moment.

—Le but est surtout d’éviter d’avoir de nouveau ce genre d’accident face à Flynn, soupira-t-il en jetant un œil aux pièces de tissu nécessaires pour son sac. C’est à croire des fois que l’univers ne veut pas que je m’approche de lui…

—Dans certains cas, tu étais simplement distrait, répliqua Tikki en prenant un des cookies dans la boîte. Toi et Flynn vous avez beaucoup de choses en commun de ce que j’ai vu.

—Même groupe favori, même jeux favoris… Si j’étais certain de ses préférences de partenaire, je foncerai.

—Il y en a un par contre qui ne cache pas son jeu de ce côté.

A cette remarque, Yuri fit une grimace. Il savait parfaitement de qui elle parlait et, honnêtement, il ne tentera pas sa chance avec ce chat de gouttière... Les jeux de mots pourris qu’il sortait lui donnait parfois envie de vomir.

—Je ne suis pas contre le flirt mais s’il pouvait arrêter ses blagues, ça m’arrangerait, déclara-t-il tout en fronçant le nez en constatant quelles étaient les parties les plus techniques pour le sac à dos. Je meurs d’envie de le frapper par moment…

—Tu ne t’en es pas privé hier soir, fit remarquer Tikki en prenant une bouchée du biscuit.

Ca, Yuri en était assez fier : l’autre abruti l’avait encore dragué lourdement en plein combat contre un méchant et, exaspéré par ses avances, il avait fini par craquer et avait « accidentellement » fait tomber son yoyo sur sa tête, ce qui lui avait remis les pieds sur terre.

Le vrai rôle de Tikki était de le transformer en super-héros et de lui offrir des superpouvoirs. Dans son cas à lui, c’était la création et il devait faire marcher sa tête pour comprendre comment utiliser les objets qu’il faisait apparaître – il restait quand même quelques secondes à se demander quoi faire de ce qu’il avait obtenu car parfois, ça relevait du ridicule… Son arme était un yoyo au fil incassable et s’il était resté perplexe quand il l’avait obtenu, maintenant, il se débrouillait très bien avec.

—Je sais que mon nom de super-héros n’est pas l’idéal mais je n’en peux plus de l’entendre m’appeler « Ma Lady » comme si j’étais une fille ! s’exclama-t-il en détachant le semblant de chignon qu’il portait. Et honnêtement, si je pouvais demander à Judy d’enlever son fichu sondage sur la possibilité d’une relation amoureuse entre lui et moi…

—Tu ne peux pas lui dire qui tu es ! le coupa vivement Tikki qui en était à la moitié de son cookie. Personne ne doit le savoir.

Ca, malheureusement, il le savait. Même son partenaire ignorait qui il était sous le masque et l’inverse était vrai. Ses seules certitudes étaient qu’il pouvait avoir une totale confiance en lui et que s’il n’avait pas connu Flynn, il aurait peut-être accepté ses avances…

-§-

Après cette journée, Flynn était épuisé et il se félicita d’avoir profité de son heure de permanence pour s’avancer dans ses devoirs. Cependant, il savait parfaitement qu’il n’aurait pas la possibilité de se reposer dans l’immédiat car il avait un « petit détail » à régler avant…

Arrivé dans son immense chambre, il se passa une main dans les cheveux, sentant ceux-ci se heurter à la chevalière en argent qu’il portait, tandis qu’un petit être noir dont l’apparence évoquait celle d’un chat se hâta de sortir de son sac et de se jeter sur le sofa blanc.

—Mon royaume pour du camembert… fit le kwami en s’affalant sur un coussin. Je suis affamé !

—N’exagère pas Plagg, le réprimanda Flynn, un peu agacé par ce petit goinfre. Je t’ai laissé largement de quoi tenir toute la journée.

—Que nenni ! Il n’y avait que des miettes dans cette boîte !

Le jeune homme leva les yeux au ciel face à tant de mauvaise foi. Son kwami était un ventre sur pattes et cela ne le dérangerait pas s’il acceptait de manger de tout. Or, ce petit être magique n’acceptait qu’un seul type d’aliment : du fromage bien puant, plus particulièrement du camembert bien odorant qu’il était contraint de mettre dans une boîte étanche s’il ne voulait pas que toutes ses affaires sentent comme une véritable fromagerie ou comme s’il sortait d’un intensif cours de sport.

—C’est bien parce que tu as été sage pour une fois, capitula Flynn en sortant la boîte de camembert qu’il avait cachée la veille. Et essaie de ne pas tout manger d’un coup.

Il savait très bien qu’il parlait à un mur en posant le mets tant désiré sur la table basse car dès qu’il vit son aliment favori, Plagg se jeta dessus et commença à le dévorer avec gourmandise. Dans un soupir de dépit, le jeune homme s’installa devant son ordinateur et se mit à regarder les dernières mises à jour du Ladyblog.

Manifestement, Judith n’avait pas progressé dans son enquête pour découvrir la vraie identité de Ladybug, ce qui était une bonne chose bien que cela l’empêchait du même coup de trouver plus d’indices sur qui pouvait bien se cacher derrière ce masque rouge à pois noirs. Certes, Flynn avait accepté leur accord de ne pas révéler qui ils étaient réellement mais de temps à autre dans les combats, il tentait d’en savoir un peu plus sur son séduisant partenaire…

—Je ne sais pas pourquoi tu t’entêtes à vouloir tant te rapprocher de lui, déclara Plagg en venant s’installer sur son bureau avec un morceau de camembert. Il y a quand même mille fois plus intéressant et puis il ne répond pas vraiment à tes avances. Passe à autre chose.

—Tu sais très bien que c’est encore nouveau pour moi et que le peu que je connais à l’amour vient de films ou de romans, répliqua le jeune homme en commentant le nouvel article qui avait été posté. Il est hors de question que j’abandonne maintenant !

—Dois-je te rappeler le nombre de râteaux que Chat Noir a reçu ?

Flynn grogna à cette remarque de son kwami. Certes, il était Chat Noir, un super-héros détenant le pouvoir de la destruction mais il avait tendance à attirer la malchance quand il était transformé – c’était mieux dans un sens car seul Ladybug pouvait purifier les akumas et il lui fallait parfois un coup de pouce pour vaincre des ennemis ou les distraire. Il avait Plagg dans les pattes, un être magique qui lui donnait plus de fil à retordre qu’autre chose à cause des bêtises qu’il faisait régulièrement : fouiner en douce dans le sac d’un de ses camarades en classe, voler des objets brillants, se cacher quand il avait besoin de se transformer… Régulièrement, il le sermonnait sur sa conduite ou devait ruser pour obtenir de lui ce dont il avait besoin.

—Je m’en fiche, fit-il tout en validant son commentaire sur le Ladyblog. Peu importe qui est le garçon sous ce masque, je l’aime.

—Beurk ! s’exclama le kwami avec une moue dégoutée. Tu vas finir par me couper l’appétit avec ces bêtises !

Vu que Plagg avala en une bouchée son morceau de camembert, il lui en fallait bien plus pour perturber son repas. Flynn se remit à parcourir le Ladyblog quand un rôt sonore retentit à sa gauche.

—Plagg !

—Quoi ? Tu m’as dit de ne plus faire ça au musée donc faut bien que je le fasse ailleurs !

Décidément, ce kwami ne respectait vraiment rien. Il lui tenait encore rigueur d’avoir causé la chute de Yuri l’autre jour car il avait voulu regarder ce qui se cachait dans le sac d’une fille de la classe et qu’il avait fait tomber celui-ci dans le passage juste avant que son camarade ne vienne rejoindre sa place. Déjà qu’ils avaient du mal à avoir des rapports normaux entre eux, si en plus les bêtises de Plagg aggravaient la situation… D’ailleurs…

—A tout hasard, tu es bien resté au fond de mon sac tout l’après-midi ?

A cette question, le kwami, qui venait juste de revenir après être allé chercher un morceau de camembert, cessa tout mouvement et ses grands yeux verts se tournèrent sur le côté.

—Comment te dire… commença Plagg, l’air gêné. J’avais besoin de faire une petite promenade après ma sieste digestive et… Je ne suis pas allé très loin mais j’avais vu ce truc brillant dépasser du sac de derrière…

—Dis-moi que tu ne l’as ni mangé, ni volé, espéra Flynn, exaspéré par la conduite de l’être magique.

—Mais pour quoi me prends-tu ? Une chèvre ? Non non non ! C’était un truc en métal avec deux pieds et une pointe… Comment ça s’appelle déjà cet instrument ?

—Un compas ? proposa le jeune homme, se souvenant qu’il avait fait de la géométrie l’heure précédant le cours d’histoire.

—C’est ça ! Je m’ennuyais donc j’ai… peut-être un peu joué avec…

Face à cette confirmation, Flynn se frappa le front avec sa main et ne put s’empêcher de se sentir en partie coupable des malheurs de Yuri. Si seulement il pouvait trouver un moyen de réparer cette bêtise et discipliner un peu son kwami…

-§-

Le lendemain matin, Flynn fut déposé devant le lycée par son chauffeur. Il avait pensé, au préalable, à laisser de quoi manger à son kwami dans son sac et espérait qu’il se tiendrait tranquille pour aujourd’hui. A présent, il n’avait plus qu’à passer à son casier pour poser quelques affaires et rejoindre Chester en classe.

Cependant, avant qu’il ne commence à grimper les marches, un bruit attira son attention et en tournant la tête, il repéra Yuri qui avait les cheveux détachés et qui regardait de travers un chat tigré tenant un élastique noir dans sa gueule.

—Rends-moi ça sac à puces ! ordonna le jeune homme au félin. J’ai pas envie de retourner dans ma chambre et d’être encore en retard alors que j’habite à côté !

Visiblement, l’animal n’en avait rien à faire et lorsque Yuri tenta de récupérer son bien, le chat l’esquiva avec aisance et garda une distance d’un mètre entre eux. Flynn dut se retenir de rire en entendant les jurons de son camarade qui n’était, à priori, pas très doué avec les félins. Il finit par intervenir lorsqu’il le vit tenter de sauter sur sa cible et que celle-ci lui échappa de nouveau, faisant qu’il se retrouva à genoux par terre.

—Besoin d’un coup de main ? demanda-t-il en tendant sa main au jeune homme. Tu n’es pas très doué avec les chats il semblerait.

—Celui-là a trouvé très drôle de me voler mon élastique alors que j’essayais de me coiffer en chemin, grogna Yuri en attrapant la main qui lui était présentée et en se relevant. En plus, cette sale bête me nargue…

A ces mots, un regard gris se mit à jeter des éclairs en direction du félin qui les observait, l’élastique toujours dans sa gueule. Flynn fit signe à Yuri de le laisser faire puis, doucement, il s’agenouilla et tendit sa main en avant.

—Viens minou, dit-il avant de faire claquer sa langue, prenant garde à ne pas regarder l’animal dans les yeux.

Au bout de quelques secondes, le chat combla la distance qui les séparait et vint lui renifler la main. Puis il se frotta au dos de celle-ci et laissa tomber l’élastique au sol, permettant ainsi à son propriétaire de venir le récupérer.

—J’aurais pu le faire… grommela Yuri, visiblement un peu gêné pendant que le félin s’en alla en trottinant. Merci en tout cas.

—Ce n’est rien, fit Flynn en se relevant tandis que son camarade se concentrait à présent sur sa coiffure. Tu veux que je t’aide ?

—Ca ira. Je compte pas me casser la tête.

Effectivement, au bout de trente secondes, Yuri avait terminé : au lieu de son habituel chignon décoiffé, il avait opté pour une queue de cheval, une coiffure simple qu’il pouvait effectivement réaliser sans miroir. Cependant, cette manière de nouer les cheveux évoquait à Flynn celle de Ladybug…

La sonnerie se mit à retentir, les ramenant tous deux à la réalité : ils allaient être en retard s’ils ne se dépêchaient pas !

—Merde ! jura Yuri en attrapant le sac à dos marron qu’il avait posé au sol pour se coiffer. Fichu chat !

Tous deux se dépêchèrent de courir pour franchir les portes du lycée et ainsi débuter une nouvelle journée de cours.

kaleiyahitsumei: (Default)
May 3 – 4 Stock : “You’ll always be beautiful to me”

Titre : Après l’enfer

Beta : Eliandre

Note : Deuxième thème du Fluri Month 2016. Par contre, si vous permettez, je vais aller me chercher une nouvelle cachette...

__________________________________

D’eux deux, jamais Yuri n’aurait imaginé que Flynn serait celui qui aurait besoin d’aller voir un psychiatre. Il avait honnêtement envie de dire que cela ne servait à rien et aurait voulu croire que son compagnon parviendrait à surmonter cela, comme il avait toujours réussi à le faire jusqu’à présent face aux coups durs de la vie.

Mais cette fois-ci, la douleur de la blessure à la fois physique et morale était plus difficile à supporter que prévu et il avait fallu se rendre à l’évidence : s’ils ne parvenaient pas à le convaincre de se faire aider, il risquait de faire une grave dépression.

Dans l’appartement, tous les miroirs que Yuri n’avait pas eu le temps de dissimuler avaient été brisés avec rage et toutes les surfaces réfléchissantes qu’il avait repérées avaient été recouvertes avec une bombe de peinture pour éviter une nouvelle crise. S’il pouvait éviter de jouer encore une fois les femmes de ménage, ça l’arrangerait grandement car il servait déjà d’infirmier depuis quelques jours et il craignait que cela dure encore un moment.

Sans surprise, il retrouva Flynn dans le noir sur leur vieux sofa, assis avec les genoux pliés contre son torse et ses mains tenant ses jambes. Ses yeux bleus avaient perdu leur éclat depuis qu’il avait été sorti de cet enfer et son visage d’ange était caché sous des bandages et des pansements qui dissimulaient le carnage d’en-dessous.

—Tu sais qu’il va falloir que j’allume pour te changer tes pansements ?

Sa seule réponse fut un faible hochement de tête, ce qui lui donnait quelque peu la nausée en repensant à leurs échanges avant que son compagnon n’ait été capturé puis torturé par ce fou. Il avait échappé à la mort car la police l’avait retrouvé à temps et abattu ce psychopathe alors qu’il essayait de s’enfuir. Cependant, si Yuri le pouvait, il sortirait volontiers cet enfoiré de sa tombe pour lui infliger un supplice plus cruel que celui qu’il avait fait subir à son conjoint.

Il alluma la lumière, s’attirant un grognement de mécontentement de Flynn. Il n’était que trois heures de l’après-midi mais ouvrir les rideaux risquait de faire fuir son compagnon et ce n’était pas ce dont il avait besoin, surtout quand il faisait déjà appel au peu de patience qu’il possédait pour le gérer alors qu’il était dans un état pire que lamentable.

Ca le faisait vraiment chier d’avoir dû devenir l’adulte responsable de ce couple.

Yuri posa la boîte contenant tous les bandages propres, pansements et produits pour désinfecter sur la table basse puis il s’assit à coté de Flynn. Ce dernier, avec réticence, s’assit correctement, son regard fixé au sol et la mâchoire serrée. Depuis son retour, il ne parlait presque plus et s’il continuait ainsi…

Doucement, il commença à ôter les bandes blanches qui ne servaient plus à cacher qu’autre chose puis il s’attela à la partie la moins évidente : décoller les pansements avec délicatesse. Le premier sur la joue gauche partait assez facilement et révéla les dégâts les moins graves qui étaient une série de cinq coupures peu profondes faites délibérément et qui cicatrisaient très bien. Pour ce qui recouvrait le côté droit du visage, il prit plus de précautions car il se doutait d’avance que même si ce n’était plus aussi horrible que le premier jour, jamais ces marques ne disparaîtraient complètement.

A présent, le carnage était visible en plein lumière : les multiples brûlures faites avec une cigarette, d’autres coupures peu profondes mais plus nombreuses et d’autres blessures dont une, vue sa forme, avait probablement été faite avec un morceau de métal chauffé. Il avait aussi été battu mais ce taré, apparemment un tueur en série qui s’attaquait aux hommes homosexuels, aimait défigurer ses victimes avant de les tuer. Son compagnon avait échappé de peu au pire mais les dommages physiques et émotionnels ne seraient jamais complètement réparés.

Yuri essaya, comme souvent, de caresser sa joue mais Flynn écarta la tête en grognant, détournant ses yeux sur le côté. Là, sa patience atteignait ses limites…

—Flinnie, regarde-moi, ordonna-t-il avec fermeté.

—Laisse-moi, répondit son compagnon avec une voix éraillée.

—Si tu n’obéis pas, je ne vais plus tenir compte des recommandations qu’on m’a faites et te coller mon poing là où je pense.

—Alors fais-le. Ca ne va pas changer gran…

Si Flynn avait été dans un état autre que celui-ci, il l’aurait bel et bien frappé pour lui remettre les idées en place mais là, c’était loin d’être une solution à ce problème. Pour cette raison, Yuri avait opté pour l’option opposée : il lui a attrapé le menton pour le forcer à tourner la tête vers lui puis il l’embrassa sur la bouche. Son compagnon tenta de se libérer de sa prise mais il ne le laissa pas faire et passa sa main libre derrière son crâne pour l’empêcher de rompre trop tôt ce contact.

Il s’écarta légèrement, ses yeux gris fixés dans les iris bleus qui étaient emplis de stupéfaction et de regrets.

—Pourquoi tu fais ça ? demanda Flynn avec étonnement.

—Parce que je refuse de te laisser tomber et que je t’aime espèce d’abruti ! répondit Yuri avec véhémence. Tu as besoin de moi et je compte bien te coller aux basques jusqu’à ce que tu ailles mieux, peu importe le temps que ça prendra.

—Et si…

Il ne le laissa pas continuer sa phrase et le coupa en l’embrassant à nouveau. Cette fois-ci, il ne chercha pas à se retirer et au bout d’une bonne seconde, il répondit timidement au baiser.

—C’est pas pour ta belle gueule que je te supporte depuis tout ce temps, fit Yuri avec un sourire taquin. Depuis le temps qu’on se connait, tu devrais le savoir.

Ces quelques mots firent apparaître un léger sourire sur les lèvres de son compagnon. Ce n’était pas grand-chose mais c’était toujours mieux que de le voir broyer du noir. Avec du temps et avec le soutien nécessaire, il parviendra peut-être à reprendre sa vie en main mais pour le moment, il devait absolument l’aider à remonter la pente et veiller à ce qu’il ne dégringole pas de nouveau.

kaleiyahitsumei: (Default)
May 1 – 2 Rose bud : “Confession of love”

Note : UA avec la version de Charles Perrault de Peau d’âne sachant que j’admets que j’avais peut-être aussi le film avec Catherine Deneuve en tête.

 



Le gâteau

 

 

Depuis plusieurs jours, le prince Flynn n’avait pas quitté sa chambre et refusait de manger quoique ce soit, inquiétant ses parents au plus haut point. Il n’allait plus à la chasse, ne souhaitait plus aller au bal et seule la tristesse dominait ses traits. Des dizaines de médecins étaient venus l’examiner et tous étaient d’accord : le jeune homme souffrait de la maladie d’amour.

N’y tenant plus, la reine demanda à son fils ce qu’il désirerait afin d’apaiser le mal qui le ronge. A cette question, le prince répondit qu’il souhaiterait manger un gâteau fait par la main de Peau de Loup. La mère aimante questionna les serviteurs sur qui était cette personne et tous lui dirent que ce n’était qu’un gredin, un sauvage tout juste bon à nettoyer l’auge aux cochons. Mais ne voulant que le bien-être de son enfant, la reine ordonna qu’on lui amène un gâteau fait par cet homme…

Peau de Loup, ou plutôt Yuri de son vrai nom, fut assez surpris de voir des membres de la garde du roi devant sa vieille cabane. Il écouta la demande du prince et, avec un léger sourire en coin, pria ces messieurs de patienter le temps qu’il exécute cette royale requête.

Le jeune homme, une fois à l’abri dans sa masure délabrée, ôta sa peau de loup pour en libérer sa longue chevelure de jais et dévoiler ses habits qui étaient loin de ceux d’un simple villageois. Il se souvenait du prince Flynn pour l’avoir vu passer par Halure lorsqu’il partait chasser… et aussi car, quelques jours plus tôt, il l’avait surpris en train de l’observer par la fenêtre du toit, ses yeux azurs le fixant avec un émerveillement non feint.

Oui, Yuri savait parfaitement qu’il était doté d’une grande beauté… et cela avait faillit causer sa perte le jour où son beau-père, roi d’un pays lointain, avait commencé à le courtiser. Le jeune prince avait tenté de calmer ses ardeurs en lui demandant des cadeaux de plus en plus somptueux mais pour son plus grand désespoir, rien n’avait marché. Sur conseil d’une fée, il avait donc exigé la peau de cet énorme loup que son beau-père avait capturé des années plus tôt puis il avait fui dans la nuit, ayant compris que c’était la seule solution s’il voulait éviter un mariage qu’il ne désirait point.

Concernant le prince Flynn, le bel éphèbe était assez amusé que celui-ci veuille un gâteau de sa part. Il mentirait en disant qu’il n’avait aucun sentiment pour ce jeune homme aux cheveux d’or dont le charisme était perceptible. Il avait aussi vu l’étincelle dans ces yeux azurs et savait donc que ce prince s’était épris de lui.

Ce fut donc une fois qu’il eut ôté toute la crasse de ses mains qu’il se mit au travail, sortant farine, œufs, beurre… Il s’appliqua à son ouvrage et, avant de faire cuire sa pâte, il eut un instant d’hésitation. Le prince Flynn comprendrait-il qu’il y avait une chance pour que ses sentiments soient réciproques ? Probablement mais il fallait qu’il en soit certain. Pour cette raison, Yuri retira la bague qu’il portait à son doigt et la « laissa tomber » dans son moule avant de l’enfourner. Le gâteau cuit, il remit sa peau de loup et confia celui-ci à la garde du roi.

Le soir venu, le met tant désiré par le prince lui fut apporté. Une fois seul dans sa chambre, il commença à déguster ce dessert avec appétit… et faillit s’étouffer avec le bijou caché à l’intérieur. Intrigué, il observa cette bague, un anneau d’or surmonté du plus beau des rubis et que seul un doigt fin pouvait enfiler. Le cœur de Flynn fut envahi d’une grande joie face à cela et il plaça le bijou à son chevet, le fixant de ses yeux azur jusqu’à sombrer dans de délicieux songes où il pouvait observer à loisir cet être gracieux brosser sa longue chevelure de jais…

A son réveil, il prit délicatement la bague entre ses doigts, ses pensées encore hantées par celui à qui elle appartenait. Pour cette raison, quand sa mère vint s’enquérir de sa santé, il lui déclara, en lui montrant le précieux bijou, qu’il se portera mieux le jour où il sera marié à la personne qui pourra enfiler cet anneau.

kaleiyahitsumei: (Default)
 Titre : Le prix à payer

Fandom : Miraculous Ladybug

Auteur : Kaleiya Hitsumei

Beta : Eliandre

Rating : T

Note : Et voici donc ma première fic sur le fandom de Miraculous Ladybug et accessoirement ma première sur A03. Bonne lecture à vous et je m'excuse pour Plagg.

Résumé : Après de multiples efforts, le Papillon avait mis la main sur les Miraculous de Ladybug et de Chat Noir. Cependant, il ignorait que, pour faire appel à ce pouvoir absolu qu’il avait tant désiré, il aurait un bien lourd tribut à payer.

_________________________

Les Miraculous de la coccinelle et du chat noir, détenant respectivement le pouvoir de création et celui de destruction, avaient fini par tomber entre les mains du Papillon quelques jours plus tôt. Cet exploit, il l’avait réussi en faisant de nouveau appel à Volpina, la seule parmi ses victimes qui avait encore toute sa rancœur et qui avait été réellement proche de réussir sa mission, et en agissant lui-même : la fille renarde avait réussi à leurrer Ladybug pour récupérer ses boucles d’oreilles tandis que lui avait convaincu Chat Noir de lui remettre sa bague.

C’était ainsi que Gabriel Agreste avait enfin atteint son but… et qu’il savait que, cette fois-ci, ni Marinette Dupain-Cheng, ni son fils Adrien ne pourrait lui barrer la route. A présent, il possédait le pouvoir de réaliser son désir le plus cher : retrouver son épouse disparue.

Seulement, il ignorait qu’en échange de son vœu, il devrait payer un lourd tribut.

A l’instant même où les deux adolescents étaient venus pour essayer de l’arrêter, il avait commencé à formuler son souhait. Une lumière dorée avait commencé à apparaître et il avait continué à appeler sa chère et tendre… avant d’entendre le cri de détresse de Marinette. Gabriel Agreste avait tourné la tête et constaté avec horreur que son fils unique Adrien était étendu au sol, inconscient. En voyant les étincelles dorées qui sortaient du corps de l’adolescent, il réalisa qu’il devait choisir entre son enfant et son épouse. Il lui était impossible d’avoir les deux.

Face à ce cruel dilemme, il prit la décision la plus difficile de sa vie : il annula son vœu, abandonnant tout espoir de retrouver sa femme.

Cependant, si Adrien était vivant, il ne s’était pas réveillé pour autant. Depuis ce fameux jour, il était plongé dans un profond sommeil et Gabriel, rongé par la culpabilité, passait toutes ses nuits au chevet de son fils. Il n’avait pas voulu l’envoyer à l’hôpital, sachant pertinemment que les médecins ne pourraient rien faire pour lui. L’adolescent avait été installé dans sa chambre, relié à plusieurs appareils destinés à s’assurer qu’il allait bien. La version officielle que le styliste avait faite circuler via son assistante, c’était que son fils était gravement malade et qu’il était soigné à domicile.

Cet après-midi-là, il avait tout fait pour régler les tâches les plus urgentes et laissé à Nathalie le soin de gérer le reste jusqu’au lendemain. Lorsqu’il fut seul, il s’assit sur la chaise qu’il avait déplacé à côté du lit et ses yeux se fixèrent sur le visage paisible d’Adrien. Son kwami, Nooroo, vint se poser à côté de l’oreiller.

 —Que puis-je faire pour racheter mon erreur ? se demanda Gabriel avec désespoir. Comment pourrait-il me pardonner après tout ce que je lui ai infligé ?

 —Je suis certain qu’il y parviendra maître, répondit Nooroo, son regard tourné vers les appareils qui étaient connectés à l’adolescent. Cela prendra peut-être du temps mais les choses s’arrangeront.

De coups frappés à la porte les interrompirent et le kwami se hâta de se cacher.

 —Monsieur Agreste, des visiteurs pour… monsieur Adrien, annonça Nathalie derrière le panneau de bois.

 —Faites-les entrer.

Seuls ceux qui y étaient autorisés pouvaient entrer dans le manoir Agreste et, excepté le personnel, la liste était très courte depuis ces derniers jours. Une seule personne avait l’autorisation de venir voir son fils car celle-ci, tout comme lui, connaissait l’exacte vérité. Ce n’était pas une surprise pour lui de voir apparaître Marinette Dupain-Cheng, alias Ladybug, dans la pièce. Ce qui l’intriguait cependant c’était l’homme qui l’accompagnait : visiblement d’origine chinoise, il était petit et son regard noir était empli d’une certaine sagesse.

La porte refermée, cet inconnu observa longuement Adrien en caressant son bouc.

 —Bonjour monsieur Agreste, salua poliment l’adolescente avant de désigner celui qui était venu avec elle. Je vous présente maître Fu qui est celui qui garde les Miraculous.

 —On m’appelle aussi le Grand Gardien, compléta le sage. Marinette m’a demandé si je pouvais arranger cela.

Pour la première fois depuis ces derniers jours, une lueur d’espoir fut visible. Pendant de longues minutes, maître Fu examina l’adolescent, les sourcils froncés tandis que Wayzz, le kwami du sage, l’imitait, posant parfois quelques questions à Nooroo.

 —Pouvez-vous me remettre la bague du chat noir ? demanda le vieil homme. J’aimerai vérifier quelque chose.

Marinette fouilla rapidement dans son sac pour en sortir une boîte en bois de forme hexagonale qu’elle remit à maître Fu. Il l’ouvrit, dévoilant le bijou en argent qui se trouvait à l’intérieur, puis en prit le contenu entre ses doigts, l’examinant sous tous les angles. Les sourcils froncés, il alla se placer près du jeune homme endormi.

 —Lorsque le pouvoir absolu détenu par les Miraculous de la coccinelle et du chat noir est utilisé, leurs kwamis utilisent une énergie considérable, expliqua le sage en passant la bague à l’annulaire droit d’Adrien. L’avoir interrompu a eu aussi des conséquences sur eux.

 —Oui, acquiesça l’adolescente avec tristesse. Tikki n’est toujours pas réapparue.

 —J’ignore combien de temps le jeune Adrien restera dans cet état mais s’il se réveille, ce sera très certainement le même jour que Plagg, son kwami. Tous les deux ont besoin de récupérer et cela sera  bien plus long que pour Tikki. La seule chose à faire est d’attendre.

Un maigre espoir s’était ravivé à ces mots. Ce n’était pas beaucoup mais ils n’avaient pas d’autre choix que de s’y raccrocher et de patienter…

Après que maître Fu et Wayzz soient partis, Marinette alla s’installer au chevet de son partenaire et lui prit la main avec douceur. Gabriel Agreste, lui, regardait de nouveau le visage de son fils, y guettant le moindre signe indiquant qu’il reprenait conscience. Un long silence régna dans la pièce pendant plusieurs minutes.

 —Il m’avait dit un jour qu’il se sentait seul, dit l’adolescente, ses yeux bleus emplis de tristesse. A l’époque, je ne savais pas qu’il était Chat Noir mais maintenant, je comprends pourquoi il semblait toujours si heureux quand on combattait ensemble.

 —Adrien intériorisait sa peine, concéda Nooroo en regardant le jeune homme. Devenir Chat Noir a dû lui offrir une échappatoire à son quotidien.

Puis le silence régna de nouveau, interrompu uniquement par les sons émis par les machines présentes dans la pièce. Au bout d’un moment, Nathalie vint prévenir son employeur qu’il avait un rendez-vous important dans quelques minutes. Gabriel Agreste la suivit à contrecœur et après s’être assuré d’être prêt, il demanda à sa subordonnée de remettre un double des clés du manoir à mademoiselle Dupain-Cheng. C’était le moins qu’il pouvait faire pour essayer de racheter son erreur…

______________________________________

NB : La fin peut paraître un peu abrupte mais c'est voulu : je veux me laisser une marge pour faire une suite (de toute manière réclamée par ma chère beta qui m'en veux pour ce que j'ai osé faire à son chouchou...). 

kaleiyahitsumei: (Default)
 Récapitulatif des différentes divinités de Soleil de Minuit :

Dieux de Soleil de Minuit
NomFonctionPays où il est vénéré
Sol
  • Dieu du soleil
  • Dieu du feu et de la lumière
  • Dieu d'Hélios
  • Epoux de Topaze et père de ???
  • Frère aîné de Luna et Umbra
Hélios
Luna
  • Déesse de la lune
  • Déesse de Séléné
  • Epouse d'Océan
  • Soeur cadette de Sol et Umbra
Séléné
Umbra
  • Dieu de la nuit et des ténèbres
  • Dieu de la ruse
  • Dieu et père des Nyx
  • Frère de Sol et de Luna
Terres des Nyx
Océan
  • Dieu de l'eau
  • Dieu des Krytiens
  • Epoux de Luna
Myorzo et Séléné
Topaze
  • Déesse du foyer et de la famille
  • Epouse de Sol
  • Mère de ???
Partout
???
  • Dieu du Neilos
  • ???
Hélios
???
  • Dieu du Néant
  • Père de Sol, Umbra et Luna
  • Scellé sous le lac Lymna
???
kaleiyahitsumei: (Default)
 Pour les curieux, voici quelle est la situation des pays de divers points de vues :


Hélios


Régime politique : Monarchie de Droit Divin. Le dirigeant est censé être un descendant du dieu Sol. Le pouvoir du roi est quasi-absolu. Il n'a aucun pouvoir sur les affaires religieuses. 

Capitale : Aurum

Dieux vénérés : Sol, Topaze et ???. 

Chef religieux : Sorcier solaire.

Symbole : Soleil

Climat : Très chaud voire aride ou désertique. 

Régions possédées : La rive est du Fleuve Sauvage, les Dunes, les rives du Neilos, les Chutes d'Abou Simbel et, théoriquement, un quart de la région du Lymna (non exploitée à cause des tensions avec les Nyx)

Ressources disponibles :
  • Agriculture : Céréales (Orge et Blé essentiellement), Légumes (Ail, Oignons, Fèves, Lentilles, Choux, pois chiches, concombres...), Fruits (Figues, Dattes, Grenades, Pastèques et Melons) et Fruits secs, Miel
  • Elevage : Boeufs, Vaches, Oies, Canards, Chèvres
  • Pêche : Poissons du Neilos et de la Mer Azurée
  • Pierres et Métaux : Or, Argent, Cuivre, Granit, Marbre, Albâtre, Calcaire et autres pierres de taille
  • Pierres précieuses ou fines : Turquoise, Rubis, Emeraude, Topaze, Lapis-Lazuli, Jaspe, Citrine...
  • Tissus : Lin, Coton (très peu employé)
  • Artisanat : Poteries, Parfums, Maquillage, Joaillerie, Patisseries, Verreries
Accords commerciaux en vigueur :
  • Séléné : Echange de cosmétiques et de pierres contre du bois et des teintures
  • Terres des Nyx : Aucun accord
  • Myorzo : Echange d'Argent de de pierres bleues contre des agrumes et des coquillages.

Si Hélios possède beaucoup de mines et de carrières, son agriculture est fragile et dépendante du Neilos. Les tensions avec les Nyx les empêchent d'exploiter le Lymna qui est riche en certaines ressources (Coton, Vignes, Poissons...) mais ils compensent cela via le commerce. 


Séléné
 
 

Régime politique : Empire. L'empereur est un membre de la famille impériale mais n'est pas forcé d'être un descendant de Luna. En cas de mort de l'empereur, le devin lunaire peut être appelé à devenir le régent de l'Empire si l'héritier est trop jeune.

Capitale : Tsuki

Dieux vénérés : Luna, Océan et Topaze

Chef religieux : Devin lunaire

Symbole : Lune

Climat : Climat plutôt océanique avec été doux et hiver frais excepté au niveau de la mer Azurée où les températures sont plus chaudes.

Régions possédées : La rive ouest du Fleuve Sauvage, les Gorges d'Echidna et un quart de la région du Lymna.

Ressources disponibles :
  • Agriculture : Céréales (Riz en grande partie, Avoine et Maïs), Légumes (Choux, Tomates, Carottes, Avocats...), Fruits (Cerises, Pommes, Poires, Pêches, Raisins...), Miel de forêt, Champignons, Thé, Cacao, Canne à sucre
  • Elevage : Boeufs, Vaches, Cochons, Porcs, Poules, Oies, Canard
  • Pêche : Poissons de la Mer Azurée et d'étangs.
  • Bois : Bambou, Chêne, Orme et autres bois.
  • Pierres précieuses ou fines : Jade, Saphir, Cornaline, Quartz
  • Tissus : Soie, Coton
  • Artisanat : Sculpture, Peinture, Ébénisterie, Teinture, Parfums, Porcelaine
Accords commerciaux en vigueur :
  • Hélios : Echange de cosmétiques et de pierres contre du bois et des teintures
  • Terres des Nyx : Echange de vins et de laine contre du thé et de la porcelaine
  • Myorzo : Echange d'agrumes et de coquillages contre des saphirs
Séléné est un pays très fertile et dont le climat rend celui-ci propice à la culture de nombreuses plantes. Il est très réputé pour le thé, la boisson principale de l'empire ainsi que pour ses soies et ses porcelaines de très grande qualité. 


Terres des Nyx


Régime politique : Chefs de Clans. Les Nyx sont regroupés en divers clans et le chef du clan dominant règne sur l'ensemble des Nyx. Cependant, le Sage nocturne, en plus d'être neutre, n'appartient à aucun clan et est le principal contre-pouvoir.

Capitale : Némésis

Dieux vénérés : Umbra et Topaze

Chef religieux : Sage nocturne

Symbole : Dague

Climat : Eté doux et hiver froid aux abords du Lymna, Climat rude avec été froid et hiver glacé dans les Dents de Cerbère.

Régions possédées : La moitié du Lymna et les Dents de Cerbère.

Ressources disponibles :
  • Agriculture : Céréales (Seigle), Légumes (Pommes de terre, patates douces, Carottes), Fruits (Châtaignes, Noisettes, Pommes, Raisins, Poires...), Baies, Miel de forêt et de montagne, Champignons
  • Elevage : Moutons, Chèvres, Dindes
  • Pêche : Poissons de lac.
  • Gibier : Sanglier, Cerf, Biche, Lapin...
  • Pierres précieuses ou fines : Onyx, Améthyste, Diamant, Agate, Ambre
  • Tissus : Coton, Fourrure, Laine, Cuir et Velours
  • Artisanat : Armurerie
Accords commerciaux en vigueur :
  • Séléné : Echange de vins et de laine contre du thé et de la porcelaine
  • Hélios : Aucun accord
  • Myorzo : Echange d'agrumes contre de la viande séchée.
Les Nyx pratiquent l'agriculture sur les rives du Lymna, seul lieu réellement propice à cela. Ils sont essentiellement des chasseurs et pratiquent l'élevage à la fois pour se nourrir et surtout pour se vêtir. Leur artisanat est moins développés à cause des luttes entre les clans. 
 
 
kaleiyahitsumei: (Default)
 Carte sommaire du monde de Soleil de Minuit :



Elle sera mise à jour bientôt je pense car j'ai réalisé que j'avais oublié quelques petites choses... Mais déjà, cela peut permettre aux plus paumés d'entre vous d'avoir un peu en tête la géographie de ce monde.
kaleiyahitsumei: (Default)
 Note : Il me semble que cela fait un moment que je n'ai rien publié. Bonne lecture à vous.

Playlist :

Lacuna Coil – Trip to the darkness

Xandria – Beware

Luca Turilli – Mystic and Divine

Xandria – Emotional man


Partie 2

Prenant sa source au lac Lymna, seule frontière commune entre Hélios, Séléné et les terres des Nyx, le fleuve Neilos traversait tout le royaume du dieu Sol en lui faisant profiter de ses bienfaits avant de se jeter dans la mer Azurée. Ses crues fertilisaient les sols, donnant ainsi des récoltes luxuriantes et abondantes… jusqu'à ces dernières années. Les rives du fleuve dépérissaient très lentement, faisant que les réserves de nourriture baissaient en conséquence. La situation n'était pas encore dramatique mais elle risquait de le devenir si la prochaine crue n'était pas assez forte.

Même si le Neilos n'était pas à la charge du dieu Océan, Judith avait choisi de prier son dieu à chaque fois qu'elle était sur les rives du grand fleuve, comme c'était le cas cette nuit. Les Krytiens n'avaient pas besoin de rituels complexes pour communiquer avec lui, leur divinité leur ayant offert, en échange de leur dévouement, une intuition plus développée afin de mieux comprendre le cœur des gens. C'était grâce à cette capacité que la jeune femme avait appris à qui faire confiance et de qui se méfier – bien que pour ceux vénérant Umbra, une longue observation de la personne lui était nécessaire car ils étaient souvent très doués pour dissimuler leur vraie nature, ce qu'elle avait appris tardivement.

Quand son peuple avait réalisé qu'un déséquilibre se faisait en Hélios, elle s'était portée volontaire pour enquêter un peu plus de trois ans plus tôt. Les siens n'avaient pas vraiment des âmes d'aventuriers, une des raisons pour laquelle elle avait choisi de remplir cette mission en plus du fait que le dernier membre de sa famille, son père, était décédé quelques années auparavant. Elle avait donc chevauché Ba'ul, une des nombreuses entités créées par Océan, de Myorzo et avait traversé la moitié de la mer Azurée pour atteindre le delta du Neilos.

A partir de ce point, elle était seule.

Pendant plusieurs jours, Judith avait remonté le fleuve, visitant village après village avant de s'éloigner du cours d'eau et finir par trouver une preuve de ce qu'elle cherchait. Ce petit hameau avait vu sa réserve d'eau tomber dans un seuil critique et ses habitants ne savaient quoi faire. Si elle ne fut pas étonnée de voir Rita qui travaillait dur pour essayer de résoudre cette situation, elle fut cependant très surprise de rencontrer Yuri dont les caractéristiques physiques correspondaient plus aux Nyx qu'aux Héliens – les Krytiens n'avaient jamais eu d'animosité envers le peuple des ténèbres mais restaient méfiants envers eux car, si son peuple était réputé pour sa franchise, les Nyx avaient la réputation inverse et n'aimaient guère les Krytiens car ils étaient insensibles à leurs talents de persuasion.

Après de longs échanges, tous trois s'étaient aperçus qu'ils poursuivaient le même but et le jeune homme avait ainsi poussé les habitants à se révolter… ce qui causa sa perte en attirant Raven parmi eux. Judith n'avait réalisé que trop tard son double-jeu et n'avait pas pu intervenir à temps pour sauver son ami du piège dans lequel il était tombé. Deux mois après, elle avait réussi à s'infiltrer dans Aurum et tenté de l'aider à s'évader mais ce fut un cuisant échec.

Puis Raven l'avait trouvée… et elle lui avait collé un coup de poing pour les avoir dupés. Elle lui avait accordé ensuite deux minutes pour parler et ce fut là qu'elle avait su qu'il avait au moins été honnête sur une chose : lui aussi cherchait à comprendre ce qu'il se passait en Hélios. Il l'avait informée sur la condition exacte de Yuri et lui avait conseillé de partir puis d'attendre qu'il la contacte elle ou Rita.

Au bout de trois ans d'une correspondance discrète, la Krytienne reçut enfin une missive plus que pertinente : en fouillant les archives, l'espion avait découvert que plusieurs temples avaient été dégradés au fil des ans et cela correspondait à la période où la colère de Sol avait commencé à s'abattre sur eux. Un examen approfondi de ces lieux de cultes s'imposait mais rien ne disait que cela les aiderait. Après mûre réflexion, Rita avait décidé de se rendre à Séléné pour obtenir leur aide et, éventuellement, trouver des indices via Luna. Là encore, Raven les avaient bien aidées en leur indiquant le seul passage possible sans risquer de se faire arrêter, bien qu'il soit aussi le plus périlleux.

Ce soir, elle avait décidé qu'il était plus que temps de prier Océan, à la fois pour qu'il procure ses bienfaits à Hélios et aussi pour qu'il aide son amie tant qu'elle était à Séléné. Elle ôta ses vêtements, les déposant près d'un épais buisson de papyrus, avant de prendre une inspiration… et de commencer à marcher sur l'eau. Elle s'arrêta au bout de vingt pas puis leva ses bras au ciel avant de se pencher jusqu'à toucher la surface du Neilos. Quand l'eau se mit à remonter le long de ses membres, elle sut que son dieu l'écoutait.

Elle plongea dans le fleuve tête la première et nagea en effectuant un cercle. A son troisième tour, la zone où elle était passée s'illumina d'une lueur bleu sombre. La jeune femme se plaça au centre et s'allongea sur le dos, se laissant totalement porter par le liquide translucide. De minces fils de cette eau lumineuse vinrent parcourir son corps, retraçant ses courbes, passant entre ses seins ou encore frôlant ses lèvres. Judith sentait à peine cela, son esprit étant uniquement concentré sur sa prière à Océan.

-§-

Cela faisait à présent une semaine que Flynn travaillait au harem, restant à l'affût du moindre de ses dangers. Karol lui avait appris certains des codes que lui et Yuri avaient mis au point pour se défendre contre d'éventuelles tentatives d'empoisonnement, à qui il ne fallait pas faire confiance parmi les serviteurs, les habitudes des autres favoris… tout cela sans que le principal concerné n'intervienne.

Que le favori ne l'apprécie pas, il pouvait aisément le concevoir. Par contre, qu'il persiste à l'ignorer ainsi en permanence l'exaspérait au plus haut point. Le soldat avait des fois une folle envie de lui coller son poing dans la mâchoire mais les conséquences potentielles de son geste lui ôtaient l'envie de passer à l'acte. Il n'en valait pas la peine. Il devait se contenter de faire son travail et de veiller à sa sécurité.

Cette nuit-là, Flynn avait de nouveau du mal à dormir et il avait commencé à entamer une promenade nocturne quand, venant de l'entrée du harem, il vit la silhouette du capitaine Schwann qui portait quelque chose dans ses bras… ou plutôt quelqu'un car il reconnut la tenue aux teintes sombres que le roi avait faite porter à Yuri dans l'après-midi.

« Aide-moi à l'emmener dans les bains. » lui ordonna son supérieur en remarquant sa présence.

Le soldat s'exécuta sans poser de questions. Il vint prendre les jambes du favori et, à deux, l'emmenèrent à côté de l'un des bassins qui était éclairé par les quelques bougies encore allumées. Le jeune homme avait senti comme quelque chose de poisseux contre ses doigts sans trop savoir ce que c'était et, quand il eut un minimum de lumière et l'occasion d'utiliser son odorat, il réalisa que c'était du sang.

« Qu'est-ce que… » commença-t-il à demander en tournant son regard azur vers son capitaine.

« Le roi n'était pas d'excellente humeur et c'est Yuri qui en a fait les frais. » répondit Raven en ôtant les vêtements sombres du pensionnaire du harem. « Il a été drogué au préalable donc ne t'étonne pas s'il est étrange. Si tu juges qu'il ne va pas mieux, préviens-moi dès que possible. Je repasserai au harem au plus tard demain soir. »

Ce qui signifiait qu'il allait devoir s'occuper seul du favori à partir de maintenant – il pouvait toujours aller chercher Karol mais si c'était pour voir son ami et protecteur dans cet état, Flynn préférait lui épargner cela.

Après un salut à son supérieur, il reporta toute son attention sur le jeune homme aux longs cheveux bruns… et ne put s'empêcher de déglutir en constatant l'étendue des dégâts. Il se pencha sur lui et entama une inspection complète du corps pâle allongé au sol. En lui soulevant légèrement la tête et après avoir écarté ses mèches sombres, il découvrit une marque de morsure à la base de sa nuque et la trace d'un coup qu'il avait dû recevoir en bas du visage et qui n'allait pas du tout être beau à voir le lendemain. Ayant remarqué des éraflures sur le torse du favori, il le tourna ensuite sur le côté pour examiner son dos, découvrant ainsi d'autres traces, plus nombreuses, qui suggéraient qu'il s'était frotté contre quelque chose de rugueux, sa peau étant griffée jusqu'au niveau de sa taille.

Vint ensuite l'emplacement sur lequel le soldat redoutait le plus de devoir s'attarder : son bassin. Il remit délicatement le jeune homme sur le dos, notant de nouveau le sang qui avait coulé le long de ses jambes et qui n'était pas encore tout à fait sec. Il suivit la coulée rouge sombre de son regard azur, découvrant avec une grimace à la fois de dégoût et d'horreur qu'elle venait de ses parties intimes. Prenant son courage à deux mains – et surtout après s'être répété en boucle que tous deux étaient des hommes –, il écarta les jambes du favori et vit à quel point cette nuit fut différente des autres.

Cela ne faisait certes qu'une semaine qu'il était en poste au harem mais Yuri ne s'était pas gêné pour le pousser à bout de diverses manières. L'un des sujets qu'il avait abordé pour le faire réagir était les relations sexuelles entre deux hommes, un thème où il avait été dans le détail concernant les bonnes techniques pour donner du plaisir à celui qui était soumis durant l'acte.

Sauf que là, pour Flynn, ce n'était pas une relation consentante qu'il y avait eue mais un viol pur et simple. L'acte avait manifestement été très brutal et il ne pouvait s'empêcher d'avoir pitié du favori. Combien de fois avait-il eu droit à ce genre de traitement ? Etait-il le seul dans ce cas précis ? De toutes les rumeurs qui pouvaient être entendues sur le roi Thar, jamais il n'avait ouïe dire qu'il déchaînait sa colère sur les hommes désignés pour satisfaire ses désirs charnels.

Pour le moment, sa seule certitude était qu'il devait le laver puis le monter dans ses appartements, tout cela le plus discrètement possible.

Le soldat ôta rapidement son pagne et ses sandales, ayant jugé plus aisé d'accompagner le favori dans le bassin plutôt que d'opter pour une autre méthode. Il se baissa ensuite pour l'y porter quand un détail important s'imposa à son esprit : la longue chevelure noire qui, au vu de la fraîcheur nocturne, risquait fort de ne pas sécher avant que le soleil n'ait réchauffé le harem. S'il la laissait détachée ainsi, elle serait trempée et Yuri risquait d'attraper la mort durant la nuit. La solution se présenta moins d'une minute plus tard sous la forme de bandeaux en lin de divers coloris qui étaient parmi différents ornements destinés à la chevelure. Il attrapa le premier venu, un de teinte orangée, le passa autour de la tête du favori. Ensuite, se remémorant les gestes précis de Sodia quand elle se recoiffait après s'être baignée dans le Neilos, il rassembla les mèches sombres et soyeuses puis les sépara en trois parties égales et commença à les tresser soigneusement ensemble.

Ses yeux azur ne pouvaient s'empêcher de trouver une certaine beauté fragile à ce jeune homme qui était particulièrement exaspérant dès qu'il ouvrait la bouche. Si l'on s'arrêtait à son visage imberbe et ses traits fins, il était aisé de le confondre avec une femme. Actuellement, il n'avait plus l'impression d'être avec cet individu rebelle et provocateur mais avec un être qui, s'il se montrait trop brusque, pouvait se briser à tout instant.

Après avoir achevé son œuvre et rassemblée celle-ci en un chignon qu'il maintint en place à l'aide d'épingles d'or, Flynn prit délicatement le favori dans ses bras et, avec précaution, descendit les marches du bassin, se glissant ainsi dans l'eau tiède dont émanait de légères senteurs fleuries. Il entreprit avec soin de s'asseoir sur les marches carrelées tout en plaçant Yuri sur ses cuisses, le dos contre son torse et sa tête posée sur son épaule gauche, faisant que le liquide translucide les atteignaient tous deux en haut de la poitrine.

La position était loin d'être idéale mais c'était la seule qui lui évitait d'avoir une mort par noyade sur la conscience.

Son bras gauche enroulé autour de la taille du favori, il attrapa un savon de sa main droite et le frotta minutieusement contre cette peau claire. Quand il frôlait ou touchait une zone meurtrie, il entendait la respiration lente de son homologue se couper dans un faible gémissement de douleur avant de reprendre sur ce même rythme. A chaque fois que cela se produisait, un léger frisson d'horreur parcourait le soldat, d'une part parce qu'il n'approuvait pas ces méthodes pour neutraliser quelqu'un et d'autre part… à cause de ce que cette trop grande proximité déclenchait chez lui.

Ignorer cela était compliqué, surtout quand il arriva à la partie où il devait laver le bas de ce corps âbimé…

Installant Yuri plus en hauteur sur les marches, Flynn déglutit tout en lui écartant les jambes, se plaçant entre elles en se répétant à lui-même qu'il n'avait aucune raison d'être gêné. Une bonne partie du sang était parti avec l'eau tiède, la souillant dans cette zone du bassin, mais quelques traces demeuraient encore.

Sauf qu'à peine avait-il commencé à promener ses doigts sur cette peau douce et laiteuse qu'une voix rauque retentit…

« Is Spmetgnol… »

Le soldat fixa son regard azur sur le visage du favori et constata que son expression demeurait inchangée. Qu'est-ce que…

« Euq tnengèr sel serbmo ! »

Dans un souffle glacial, toutes les bougies s'éteignirent au même instant, faisant que la seule source de lumière furent les quelques rayons de lune qui parvenaient à s'infiltrer jusqu'aux bains. Flynn ne se sentait vraiment pas en sécurité et, quand il vit deux yeux rouges luire dans l'obscurité et le fixant avec avidité, il regretta amèrement d'être dans sa condition actuelle.

« Siuped dnauq sneiv ut em riov al tiun nom rehc erèrf ? »

Qu'est-ce que c'était cette langue ? Flynn n'en comprenait pas un traître mot et surtout, pourquoi ne parvenait-il pas à faire le moindre mouvement ? Etait-ce parce que ces iris carmin le figeaient sur place ?

« … Ej sneiv ed risias. Ut se'n sap Los te ut en sdnerpmoc neir à al eugnal sed Xyn. »

Pendant un instant, le jeune homme crut discerner de la peine dans ce regard mais cela fut si court qu'il pensa l'avoir imaginé.

« Ut saref nu tiafrap tutitsbus. »

Tout à coup, il sentit des jambes se serrer autour de sa taille et le visage de cet inconnu s'approcha du sien… révélant, via le faible rayon de lune qui l'éclairait, que personne n'avait pénétré dans les bains. Il n'y avait que lui… et Yuri dont les iris, auparavant d'un bel anthracite, s'étaient changés en deux orbes rouges brillants et le fixant d'une telle manière qu'il en avait froid dans le dos. Il aurait voulu parler, crier, pouvoir émettre le moindre son mais étrangement, il n'y parvenait pas. Il était seul avec le favori, manifestement possédé par quelque chose qu'il ne pouvait identifier.

L'être aux yeux carmin pencha sa tête vers la nuque du soldat et, après avoir expiré sur sa peau hâlée par le soleil un souffle chaud qui lui provoqua un frisson le long de sa colonne vertébrale, il lui mordilla le lobe de l'oreille, coupant nette la respiration de Flynn qui ne s'attendait pas du tout à ce genre de chose. Il sentit une main descendre le long de son torse, s'attardant sur chaque détail de sa musculature tandis qu'une langue chaude et humide léchait son oreille, ramenant ces sensations dérangeantes qu'il avait ressenti plus tôt.

Le jeune homme voulait que cela cesse car, instinctivement, il savait comment cela risquait de se finir. Il avait surpris par hasard deux pensionnaires du harem s'échanger ce genres de « faveurs » avant de s'éloigner vers leurs appartements. Même si son corps réagissait à tout cela, il n'avait aucun désir d'avoir ce genre de proximité avec le favori, une personne qui, malgré sa beauté indéniable, l'agaçait au plus haut point – il avait aussi parfaitement conscience des retombées potentielles et ne tenait pas vraiment à terminer prématurément sa carrière. Il devait garder l'espoir de pouvoir se tirer de ce guêpier…

Soudain, une lueur bleue apparut, stoppant les actions de l'être aux yeux rouges, puis elle se propagea à toute l'eau du bassin, révélant au regard azur de Flynn des zébrures noires sur son corps qui se dissipaient, lui rendant du même coup toute sa mobilité. Il s'éloigna donc rapidement de son assaillant et s'immergea complètement dans le liquide devenu étincelant.

« Je ne peux pas repousser Umbra éternellement… »

Qui était l'homme qui venait de lui parler de cette voix éthérée ? Et… avait-il dit « Umbra », comme le dieu des Nyx ?

Le soldat refit surface et, après un rapide balayage de la pièce du regard, trouva où était celui qu'il cherchait : il était accroupi en haut des marches du bassin, ses yeux le fixant intensément de leur éclat carmin. La lumière émanant de l'eau permit au jeune homme de bien le voir et ainsi de se souvenir de la seule représentation du dieu des ténèbres qu'il avait pu voir dans sa vie : un homme au teint clair, à la longue chevelure sombre…

Et Yuri lui ressemblait énormément… ce qui ne pouvait signifier qu'une chose quand on sait que cette divinité avait créée à elle seule tout un peuple qui la vénérait : le favori était très certainement un Nyx.

« On est visiblement moins bête que je ne l'aurais imaginé. » déclara Umbra avec un sourire en coin, cette fois-ci dans un langage que Flynn comprenait. « Dommage car j'aurais pu bien m'amuser à te torturer… »

« Menteur… » fit la voix éthérée qui semblait émaner de l'eau elle-même.

« Tss… Veux-tu bien te montrer au lieu de te cacher comme cela ? »

« Ej en xuep sap… No tuev em eriurtéd siuped srueisulp seénna te erèp esnep euq tse'c iot. »

Quoiqu'ait pu dire l'inconnu, cela avait eu un fort effet sur Umbra dont le visage s'était décomposé. Toute l'assurance qu'il dégageait au départ s'était brusquement évanouie et il affichait à présent une mine abattue, comme s'il venait d'apprendre la plus terrible des nouvelles. Puis quand la lumière bleue commença à faiblir, le dieu des Nyx grogna de colère.

« Quel crétin ! »

A l'instant où le bracelet cessa de luire et rendit au bassin sa nature d'origine, les bougies se rallumèrent et la divinité des ténèbres s'écroula au sol…

-§-

Son corps endolori, Yuri ouvrit difficilement les yeux, maudissant intérieurement ce rayon de soleil qui l'avait tiré du sommeil. Couché sur le ventre, il leva légèrement son buste pour tourner sa tête de l'autre côté mais à l'instant où elle toucha son oreiller, une vive douleur le réveilla complètement et le força, avec quelques difficultés, à s'asseoir sur son lit. Il porta sa main à sa mâchoire, la retirant presque aussitôt quand il sentit que cela lui faisait très mal.

Des bribes de souvenirs lui revenaient : le roi qui était d'une humeur exécrable et lui qui n'avait pas pu s'empêcher d'ouvrir la bouche... avant de recevoir un violent coup de poing au visage. Après ça, tout était flou, signe qu'il avait très certainement été drogué cette nuit-là mais, étrangement, il n'avait pas envie de vomir, ce dont il n'allait pas se plaindre.

Par contre, en réalisant qu'il était totalement nu sous ses draps, le favori se demanda qui l'avait amené jusqu'à son lit et, surtout, qui l'avait déshabillé – il ressortait toujours des appartements royaux avec au minimum un long pagne, le souverain n'appréciant guère que tous au palais puissent reluquer ce qu'il considérait comme sa propriété exclusive. Etait-ce Raven ou bien Karol ? Quoique non, son cadet ne serait pas parvenu à le coucher seul et puis la nuit, il dormait et le vieux ne l'aurait pas réveillé. Quant à son aîné, jamais il n'aurait pris le risque de le monter dans cette tenue jusqu'à sa chambre.

… Et par élimination, Yuri comprit que ça ne pouvait être que Flynn, le soldat ayant, de ce qu'il en avait vu, le sommeil léger et ayant très bien pu se lever en entendant du bruit dehors. Quelle joie…

D'ailleurs, où était-il le coincé de service ?

En balayant la pièce de son regard anthracite, il le vit debout dans un coin, les bras croisés sur son torse nu et ses yeux bleus le fixant avec une rage non dissimulée. Personne d'autre n'était présent dans la pièce et la porte était fermée, faisant que quoiqu'il pouvait se passer ici, personne ne les verraient – le favori se demandait sincèrement ce qu'il avait bien pu faire au soldat pour le mettre dans un état pareil ce coup-ci.

« C'est quoi le problème aujourd'hui ? » demanda le jeune Nyx en grimaçant légèrement, sa mâchoire n'ayant pas beaucoup apprécié d'être sollicitée. « J'ai insulté ta famille en dormant ? »

L'absence de réponse n'était pas un très bon signe, surtout quand il nota que les jointures de ses mains avaient légèrement blanchies. Son garde utilisait visiblement tout le contrôle qu'il avait sur lui-même pour ne surtout pas répliquer à la provocation, que ce soit physiquement ou verbalement.

« D'accord… T'as coupé ta langue pendant que je dormais ? »

Si parler ne lui faisait pas aussi mal, il aurait fait des phrases plus longues. Sa mâchoire n'était certainement pas cassée mais elle avait subi un sacré choc, ce qui ne lui permettait pas d'essayer de tester pleinement les limites actuelles de Flynn. Qu'avait-il bien pu dire ou faire bon sang ?

Jugeant que le plus simple serait probablement d'essayer de le frapper, il voulut se lever de son lit… mais eut la très désagréable surprise de s'apercevoir que ses jambes n'arrivaient plus à le porter, faisant qu'il retomba brusquement sur ses draps – c'était probablement ça l'effet secondaire de la drogue à laquelle il avait eue droit la veille, ce qui n'était vraiment pas de son goût actuellement. Heureusement, il les sentait encore, signe qu'avec un peu de repos, il pourrait marcher. Par contre, pas question de sortir du harem, surtout si, comme il le pensait, son visage avait pris des couleurs à un endroit bien précis.

« Cela arrive souvent que tu sois ramené ici après avoir été maltraité par le roi ? »

Etonné par cette question à laquelle il ne s'était nullement attendu, Yuri reporta son attention sur Flynn, notant qu'il avait accumulé une sacrée tension dans les épaules. Ce n'était pas tout à fait la raison de sa colère mais au moins, il ouvrait la bouche.

« En quoi ce que je fais hors de ta présence te regarde ? » demanda le favori, un peu irrité par ce sujet qui lui rappelait à quel point il avait été obligé de se soumettre aux désirs de celui qui était son geôlier.

« J'ai bien compris que tu n'étais pas ici de ton plein gré et je ne saisis pas pourquoi tu ne cherches même pas à lutter contre les abus dont tu es la victime. » répliqua sèchement le soldat. « Pourquoi tu ne cherches pas à changer ta situation ? »

« Parce que la seule et unique fois où j'ai tenté de m'évader, Sa Majesté a eu le grand honneur de faire décapiter mon serviteur et mon garde de l'époque devant moi au lieu de me jeter dans une cellule. »

Il avait eu un ton glacial en évoquant ce jour où ses espoirs de liberté avaient été réduits à néant et où il avait dû mettre sa fierté de côté pour se soumettre aux désirs du roi. De plus, il avait bien remarqué que le souverain ne se lassait pas de lui, bien au contraire. Le roi Thar faisait toujours en sorte que son cher petit Nyx, être exotique par excellence, reste dans la prison doré qu'était le harem dont il n'ouvrait la porte que pour prendre possession de ce corps selon son envie du moment. Il n'avait pas d'autre choix que d'écarter les cuisses, même les nuits où il aurait voulu que son cul serve à autre chose qu'à être empalé sur ce pénis et à subir des va-et-vient jusqu'à épuisement.

Le visage de Flynn avait pâli à cette phrase, signe qu'il avait à présent compris pourquoi le favori ne cherchait pas à changer sa situation… ce qui, après coup, attisa la méfiance de Yuri. C'était la première fois que le soldat avait une attitude offensive avec lui et, qui plus est, il aurait pu poser ces questions à Karol ou à Raven car tous deux lui auraient répondu assez facilement.

Le jeune Nyx se concentra sur l'attitude de son garde, notant sa posture défensive et qu'à présent, il faisait tout pour ne pas croiser son regard. Il remarqua un tic inhabituel : sa main qui venait triturer nerveusement le lobe de son oreille.

« Que s'est-il passé pendant que je dormais ? » demanda brusquement Yuri, son regard anthracite fixé sur la seule autre personne présente dans la pièce.

« Rien de particulier. » répondit Flynn un peu trop rapidement, ses yeux bleus tournés sur le côté tandis que sa respiration s'était très brièvement bloquée.

« La vérité Flinnie… »

La patience du favori commençait déjà à atteindre ses limites, sûrement parce qu'il ne pouvait pas quitter son lit pour aller régler cela via un bon coup de poing. Le soldat était toujours en colère contre lui mais il ne lui en dévoilait pas la raison…

« Pour la dernière fois, crache le morceau ! » s'exclama Yuri en haussant le ton, agacé par cette situation qui ne se débloquait pas.

Enfin, Flynn se décida à le regarder de nouveau dans les yeux et ce fut là que le Nyx décela le sentiment qui était caché derrière les autres : la peur. Le garde le craignait et, avec une réticence qu'il ne dissimula pas, il se rapprocha jusqu'au lit, réduisant la distance les séparant.

« Comment un Nyx a-t-il fait pour entrer au harem ? » demanda le soldat à voix basse.

Le sang de Yuri se glaça en entendant cette question. De quelle manière avait-il pu se trahir ? En avait-il parlé à quelqu'un ? Non, probablement pas vu son caractère… Mais il fallait vraiment qu'il tienne sa langue autrement, cela ferait une tête coupée supplémentaire.

« Qu'est-ce qui te fait dire que je suis ce que tu prétends ? » lança le favori, tentant ainsi de provoquer son interlocuteur pour obtenir plus d'informations. « Un petit oiseau est venu te le murmurer à l'oreille ? »

« Cesse de te moquer de moi ! » répliqua Flynn, visiblement agacé. « Est-ce que ce, pour changer, tu pourrais me répondre franchement au lieu de détourner la conversation quand le sujet ne te plaît pas ? »

« Techniquement parlant, c'est à moi que tu es censé obéir au sein du harem et je n'ai pas de comptes à te rendre ! Nous ne sommes pas amis que je sache. »

Un silence pesant se fit entre eux, un mutisme où chacun se toisait du regard, attendant que l'autre réagisse. Puis le soldat ricana et rompit ce contact en penchant légèrement sa tête en avant.

« Toi et moi, amis ? » fit le garde sur un ton sarcastique avant de relever les yeux, ses iris bleus devenus aussi froids qu'un bloc de glace. « Depuis le premier jour, tu fais tout pour me faire partir donc dans ces conditions, comment cela pourrait-il être envisageable ? »

« Quitte donc ton poste si ça t'amuse Flinnie. » répliqua Yuri d'une voix froide sous laquelle il essayait de masquer son inquiétude. « Sauf que si tu racontes partout que je suis un Nyx, je doute fort que l'on se revoit toi et moi. »

-§-

Si Rita avait eu vent des rumeurs sur Séléné, elle aurait su qu'elle ne devait surtout pas toucher aux arbres, plus particulièrement si c'était pour faire du feu. L'adolescente avait bien compris la leçon : si ramasser du bois mort ne craignait rien, essayer d'en prélever directement à la source était risqué car celle-ci pouvait potentiellement tenter de la suspendre en l'air par les pieds. Elle s'était évanouie au bout d'un moment et, à son réveil, elle était à Tsuki, la capitale de l'empire.

En tant que citoyenne d'un royaume potentiellement ennemi, elle s'attendait à être en cellule mais, au lieu de cela, elle avait été reçue et traitée comme une invitée, ayant même le privilège de s'asseoir à la table du jeune empereur Ioder ! Comment pouvaient-ils se montrer si ouverts envers elle alors qu'elle pourrait très bien être une espionne d'Hélios ? Elle eut la réponse de la bouche même de la princesse Estellise : si elle avait eu de mauvaises intentions, jamais la forêt, progéniture d'Océan et de Luna, ne l'aurait laissée aller aussi loin sur leurs terres.

L'adolescente en conclut donc que si les Héliens étaient victimes du terrible courroux de Sol, ce n'était pas le cas des Sélénites qui profitaient pleinement des bienfaits de la divinité qu'ils priaient.

Ainsi, Rita essayait de se montrer digne de cette hospitalité… bien qu'elle ait dû se battre un moment pour comprendre comment enfiler cette énorme pièce de tissu et comment mettre cette fichue ceinture – sérieusement, comment était-il possible de nouer un ruban dont la longueur devait au minimum être de deux fois sa taille ? Si les serviteurs avaient subi un bon moment sa mauvaise humeur, elle se calma instantanément quand ce fut la princesse qui vint à son secours : Estellise, en plus d'avoir de grands yeux turquoise emplis d'une douceur qui ne la laissait pas indifférente, dégageait une aura d'une bonté incroyable, raison pour laquelle elle la laissa lui mettre des barrettes en forme de fleurs de cerisier dans les cheveux.

Le plus compliqué restait de s'adapter au mode de vie des habitants car bien qu'elle appréciait ces bâtiments en bois aux toits en pagode et l'élégance de l'habillement sélénite, l'adolescente avait du mal à marcher avec ces sandales nommées « getas » (1) et, surtout, les couverts d'Hélios lui manquaient cruellement – sincèrement, comment arrivaient-ils à manger avec deux baguettes en bois sans en mettre partout ? De plus, certains aliments lui étaient totalement inconnus, notamment le riz et de nombreux fruits comme les cerises ou les pommes – pour ces dernières, la princesse lui avait expliqué que les Nyx cultivaient d'autres variétés chez eux, plus adaptées à leur climat plus frais.

L'instant le plus redouté par Rita fut l'audience auprès de l'empereur Ioder… qui était très différent du roi Thar. Si le souverain d'Hélios était un homme dur qui avait un visage marqué par les années ainsi que de la cinquantaine qui s'approchait de lui à grand pas, le dirigeant de Séléné était un jeune homme à qui l'on donnait difficilement quinze ans et qui cachait derrière ses sourires innocents un cœur presque aussi grand que celui de sa cousine Estellise et qui recherchait avant tout la paix et ce, malgré les difficultés politiques actuelles.

« La situation était donc si grave à Hélios… » avait déclaré l'empereur en perdant son sourire une fois qu'elle lui eut raconté la situation dans laquelle se trouvait son pays. « Cela est pire que ce que Luna nous avait annoncé. »

« La déesse Luna a parlé à notre devin à travers moi. » expliqua Estellise face à la question qu'elle avait silencieusement formulée. « Sol est très en colère et impossible de lui parler pour en découvrir l'origine exacte. De plus, Umbra refuse lui aussi de parler à Luna. »

« Pour ce qui est de la rage du dieu solaire, avec une amie et une… vague connaissance, nous pensons que cela aurait un rapport avec des temples qui ont été dégradés sur plusieurs années. » expliqua Rita, exposant ainsi les résultats actuels de cette longue enquête. « Nous en avions étudié les vestiges de l'un d'eux et à l'époque, je le pensais dédié à Sol… »

Sauf qu'à présent, l'adolescente était revenue sur ses hypothèses d'origine car elle avait conservé des doutes sur ceux du grand temple de Sol situé à Aurum, là où chaque sorcier solaire avait été élu à vie parmi les prêtres qui y officiaient… C'était peut-être juste parce qu'elle ne les appréciait pas eux et leur hypocrisie depuis qu'ils l'avaient rejetée car elle était soi-disant trop jeune pour les rejoindre mais elle n'avait pas oublié que Raven lui avait recommandé de se méfier de ces individus, plus particulièrement de Garista qui était l'actuel sorcier solaire.

« Se pourrait-il que ces temples détruits étaient ceux de Topaze ? » demanda la princesse avec une vive inquiétude. « Cette divinité est pourtant la protectrice du foyer et de la famille, y compris à Séléné… »

« Cela est probable mais dans le temple en question, aucune femme n'était, de ce que nous avions identifié, représentée. » répondit Rita en se remémorant ses longues heures de fouilles avec Judith. « Cependant, mon amie, qui est Krytienne, avait pensé un instant que nous étions dans un lieu dédié à Océan car il était étrangement proche du Neilos… »

« Même si ceci me paraît logique, il me semble que le dieu des Krytiens n'est pas vénéré au royaume de Sol. » déclara Ioder avec un léger froncement de sourcils. « Pardonnez-moi d'avance mais ce serait peut-être comme avoir un temple dédié à Umbra en plein milieu d'Aurum ! »

« J'avoue avoir pensé quelque chose de ce style quand elle m'a dit cela… » admit l'adolescente en se retenant d'ajouter qu'elle connaissait au moins deux personnes qui vénéraient le dieu de la nuit dans la capitale hélienne. « Mais les gravures, bien que très endommagées, semblaient représenter quelqu'un qui était semblable à Sol, d'où ma première conclusion. »

Un détail dans les histoires sur Sol et Topaze avait toujours dérangé Rita : pourquoi Topaze, certes compagne du dieu solaire, avait été divinisée APRES la naissance de leurs deux fils qui fondèrent Hélios ? La raison de cela était obscure et l'adolescente suspectait qu'elle avait été oubliée ou bien effacée des récits mais si elle pouvait poser cette question à Luna…

« Puis-je avoir un entretien avec le devin lunaire ? » questionna-t-elle, souhaitant échanger ses idées avec lui et connaître son avis.

« Certainement oui ! » s'exclama Estellise avec un grand sourire. « Il sera sûrement enchanté de voir que tu vas bien. »

Ah oui… Rita avait oublié que, d'après ce qui lui avait été rapporté, c'était lui qui l'avait tirée des griffes de la forêt de Séléné. Ce serait donc une bonne occasion de le remercier mais elle espérait en son for intérieur qu'il n'était pas du même acabit que le sorcier solaire.

Accompagnée comme presque toujours par la princesse, l'adolescente la suivit hors de la salle privée où elle avait été reçue, traversant plusieurs passages qui offraient une belle vue sur de petits jardins intérieurs avant d'arriver devant un pont de bois blanc dont les rambardes étaient décorées de rubans colorés.

« Hum… Estellise ? » fit Rita, un peu nerveuse en pensant à ce qu'elle comptait lui demander.

« Oui Rita ? » dit la princesse avec son habituel sourire, celui qui donnait l'impression qu'elle était la bonté incarnée quand quelqu'un le voyait.

« Heu… Ahem ! Tu disais tout à l'heure qu'Umbra ne parlait plus à Luna. Vous avez des nouvelles concernant les Nyx ? »

La mine de celle aux grands yeux turquoise s'assombrit instantanément, donnant ainsi une partie de la réponse qu'attendait l'adolescente.

En temps qu'hélienne, elle était censée ignorer le fonctionnement du peuple de la nuit mais elle s'était renseignée sur le sujet quand elle avait su que Yuri était un Nyx. Certes, il n'était pas très causant sur son pays natal mais il avait fini par céder face à son désir de savoir et il lui avait expliqué que les enfants d'Umbra étaient répartis en différents clans dont les chefs luttaient entre eux afin d'obtenir le droit de régner sur tous les Nyx. A l'époque où son ami avait quitté Némésis, quatre clans étaient en guerre et le sage nocturne, seul individu neutre, avait poussé son protégé à fuir cette folie provoquée par le clan dominant : l'Alliance de Sang.

« Le dirigeant actuel, Barbos, est loin d'être en accord avec nos idéaux pacifiques. » déclara Estellise avec une profonde tristesse dans la voix. « S'il n'était pas en conflit avec l'autre clan, il aurait probablement déjà tenté d'attaquer ton pays. »

« Il n'y a plus que deux clans ? » s'étonna Rita avant de se mordre la langue, réalisant qu'elle n'était pas censée savoir ce détail.

« Oui. L'Alliance de Sang a éliminé les Chasseurs d'Ombres et les deux autres clans, suite à la mort de leurs chefs respectifs, se sont alliés derrière un nouveau leader qui s'avère être un adversaire de poids pour Barbos. De ce que l'on sait, il risque fort de perdre sa place. »

De mémoire, ce Barbos était déjà à la tête des Nyx quand Yuri vivait à Némésis, signifiant qu'il ne devait pas être de première jeunesse. A tous les coups, son adversaire était plus jeune que lui et, avec de la chance, suffisamment raisonnable pour faire cesser les luttes internes qui existaient au sein du peuple de la nuit depuis… tiens ? Son ami ne lui avait pas donné de date précise maintenant qu'elle y repensait…

« Est-ce que l'empereur pense que ce nouveau chef de clan pourrait pacifier les Nyx ? » tenta Rita, espérant ainsi obtenir l'information qu'il lui manquait.

« Pour l'instant, nous ignorons qui il est. » répondit la princesse qui semblait réfléchir à la question. « D'après les rumeurs qui nous sont parvenues, il se peut qu'il arrive à unifier les clans mais cela ne s'est plus produit depuis plus de vingt ans… C'est dommage car le commerce serait plus florissant. »

L'adolescente estimait que cela était une drôle de coïncidence car Hélios subissait le courroux de Sol tandis que les Nyx vivaient dans un conflit permanent… et ce à partir de la même période ! Difficile de penser que cela était l'œuvre du dieu solaire donc soit cela était un pur hasard, soit Umbra n'était pas inconnu à toute cette histoire car elle trouvait curieux qu'il ait laissé son peuple se faire la guerre alors qu'un pays ennemi était en train de s'affaiblir. Si un lien existait entre ces deux évènements, elle devait le trouver et vite.

-§-

Après coup, Flynn s'était dit qu'il n'avait pas eue une excellente idée en claquant la porte de la chambre de Yuri. Encore une fois, le favori avait joué avec ses nerfs… mais cette fois-ci, c'était différent et il avait vraiment besoin de prendre l'air.

Ignorant tous ceux qui étaient présents dans la cour ainsi que le soleil brûlant de l'après-midi, le soldat marcha sans se soucier de là où il se rendait, ses pensées emplies des évènements de la nuit dernière ainsi que des questions que tout cela avait soulevées.

Yuri, un Nyx ? Il avait encore du mal à le réaliser, surtout en repensant à toutes les histoires horribles que l'on racontait sur le peuple de la nuit, l'une des pires étant probablement celle où ils enlevaient les nouveau-nés durant les nuits sans lune et qu'ils versaient leur sang dans le lac Lymna afin d'honorer Umbra. Cependant, cela se tenait, le favori n'étant absolument pas matinal et sa garde-robe étant aussi noire que les ténèbres. De plus, il avait aussi le statut de prisonnier et était donc potentiellement dangereux.

Sauf que Flynn ne comprenait toujours pas comment un membre du peuple de la nuit avait réussi à entrer au harem et ce, sans que personne ne s'en soucie ! Il avait espéré que cet imbécile parlerait mais c'était trop lui demander. Il n'avait plus qu'à signaler cela à son capitaine ou demander une entrevue avec le roi et…

« Je ne ferais pas ça à ta place. »

En entendant cette voix éthérée, le soldat s'arrêta brusquement. Il jeta un œil à son bracelet qui luisait faiblement, fronçant le nez en repensant aux évènements de la nuit. Il tourna la tête pour s'assurer qu'il était seul et entreprit de tirer les choses au clair.

« Qui êtes-vous au juste ? » demanda Flynn à voix basse, un peu exaspéré qu'on lui dise quoi faire sans lui expliquer ce qu'il se passait réellement.

« Quelqu'un qui préfère te voir vivant que mort. » lui répondit son mystérieux interlocuteur. « Si tu ébruites ce que tu sais, c'est ta tête qui sera tranchée et pour rien qui plus est. »

Machinalement, le jeune homme ne put s'empêcher de déglutir. Karol lui avait déjà raconté que certains de ses prédécesseurs avaient eu ce genre de fin suite à un impair de leur part mais il était resté très évasif sur la faute en question. Si ce que cet être mystérieux lui disait était vrai, alors… cela sous-entendrait-il que quelqu'un ne voulait pas que l'on sache qu'un Nyx était au harem ?

« J'en conclus que je vous dois la vie par deux fois… » murmura le soldat avec respect.

« Juste une fois. » rectifia la voix éthérée. « Quoiqu'Umbra comptait faire, il ne t'aurait jamais tué, ça j'en suis certain. »

« Permettez-moi d'en douter… »

« Il est loin d'être quelqu'un de mauvais, crois-moi. C'est juste que, tout comme Sol, il a une forte personnalité et il n'est pas évident à gérer quand il lui prend l'envie de s'amuser. »

La divinité des ténèbres avait voulu s'amuser avec lui ? Etrangement, Flynn n'avait aucune envie de savoir à quel genre de jeu le dieu de la nuit comptait jouer avec lui…

« Et si tu veux payer ta dette envers moi, j'ai une suggestion à te faire. » poursuivit le mystérieux interlocuteur sur un ton ferme. « Fais confiance à ton ami… »

« Ce n'est pas mon ami. » coupa abruptement le soldat.

« Mais il n'est pas ton ennemi et je sais que tu en es conscient. C'est bien pour cela qu'il faut impérativement, pour ta survie et éventuellement la sienne, que vous fassiez des efforts pour vous entendre autrement, ce n'est pas que vous deux qui serez en danger. »

Cette phrase intrigua grandement Flynn. Qu'est-ce qui était sous-entendu ici ?

« Qu'est-ce que cela veut dire exactement ? »

« Cela signifie que, si tu venais à mourir aujourd'hui, je disparaîtrai avec toi. »

Sur ces dernières paroles, le bracelet cessa de luire.

-§-

En tant que capitaine et homme de confiance du roi Thar, le capitaine Schwann Oltorain – il préférait son pseudonyme « Raven » mais seules quelques personnes l'employaient en ces lieux – possédait ses appartements au palais. Rien de bien extravagant : une chambre sobrement meublée adjacente à un bureau où il recevait différents rapports venant de ses hommes. Quelques caches avaient été aménagées par ses soins, lui permettant ainsi de dissimuler certaines petites choses comme une correspondance entre lui et deux jolies demoiselles qu'il n'était pas supposé fréquenter…

Ce jour-là, Raven avait pas mal de choses en tête mais il dut les mettre de côté, prenant en main la dernière lettre reçue il y avait quelques minutes de la part de leurs espions près des terres des Nyx et quitta son domaine, quelque peu soucieux. Il salua distraitement plusieurs de ses hommes, poursuivant sa route d'un pas rapide jusqu'à parvenir devant ces portes de bois ouvragé et gardées par deux soldats qui les ouvrirent avant de l'annoncer.

« Votre Majesté, le capitaine Schwann. » répéta le serviteur qui était présent dans ce qui était la salle de travail du roi, là où il gérait les affaires du royaume.

Le roi Thar leva brièvement son regard mordoré vers lui avant de le reposer sur la lettre qu'il avait entre ses mains. Les audiences publiques étant finies depuis le début de l'après-midi, le souverain avait ôté la plupart de ses bijoux en or ainsi que la coiffe qui masquait intégralement ses cheveux blonds parsemés de fils d'argent, ne laissant apparaître que le bouc qu'il arborait depuis la veille – sa Majesté s'était lassée du collier de barbe et l'avait fait raser par un serviteur pour ensuite laisser ses poils repousser le temps nécessaire avant une nouvelle taille. Cependant, il portait toujours les mêmes habits, à savoir une longue toge blanche brodée de fils d'or sur les extrémités des manches et très certainement cette ceinture en cuir sur laquelle étaient cousues des perles turquoise et bleu roi.

« Laissez-nous je vous prie. » fit Raven à l'attention du serviteur qui se hâta de s'exécuter. Il n'avait pas besoin d'une paire d'oreilles potentiellement indiscrète.

« Assieds-toi. » ordonna Thar en terminant sa lecture.

« Je préfère rester debout votre Majesté. »

Le capitaine Schwann n'avait guère envie de rester trop longtemps ici, surtout qu'il n'avait pas encore été voir au harem comment se portait Yuri. Il s'en voulait de l'avoir envoyé subir la rage du roi et de lui avoir fait boire cette drogue faite par Garista mais un autre pensionnaire du harem n'aurait pas eu la volonté nécessaire pour se remettre d'une nuit aussi violente… ou même de tout simplement y survivre car la colère qui émanait du souverain était encore palpable et les nouvelles qu'il amenait n'allaient pas arranger cela…

« Dis-moi ce qui t'amène dans ce cas. » exigea le roi sur un ton agacé. Il n'aimait guère que l'on discute ses ordres quand il était contrarié.

« Il semblerait que quelque chose cloche du côté des Nyx. » débuta Raven, intriguant immédiatement le souverain. « Dans les derniers rapports, il était mentionné que deux clans avaient fusionné pour mieux combattre l'Alliance de Sang… »

« Les Griffes de la Nuit et Les Crocs du Serpent, je sais. » coupa le roi Thar avec fermeté.

« Oui… Mais je viens de recevoir un rapport qui a dû partir avant l'aube et il mentionne qu'un évènement grave a dû se produire à Némésis car les deux clans auraient subitement cessé de se battre alors que leurs deux chefs étaient encore en vie. »

Cette information fit tiquer le souverain qui délaissa totalement sa correspondance, exigeant d'un geste de la main ce dernier rapport que Raven se hâta de lui remettre. Les yeux mordorés parcoururent rapidement les quelques lignes présentes.

« N'auraient-ils pas pu essayer d'en apprendre davantage avant d'envoyer un oiseau porter cette missive ? » demanda Thar avec une rage qu'il s'efforçait de contenir.

« N'oubliez pas que nous jouons avant tout contre Barbos qui nous est ouvertement hostile… » rappela le capitaine Schwann, ayant bien en mémoire les dégâts que pouvaient faire l'Alliance de Sang. « S'il venait à lancer un raid contre un des villages les plus proches du lac Lymna, ce serait un véritable massacre et si nos hommes sont découverts, nous perdrons toute chance de les contrer à temps. »

« Et tu me suggères donc d'attendre que Sol ait achevé de détruire notre pays ? »

« Je vous conseillerai plutôt de ne pas passer vos nerfs sur vos amants en ce moment, plus spécialement sur ce bel éphèbe que vous avez fait entrer de force au harem avec mon aide. »

Le regard du roi lançait des éclairs mais Raven voyait à la manière dont son visage se contractait qu'il mettait toute sa volonté pour se maîtriser. Le capitaine se souvenait encore de la façon dont le souverain avait fixé avec grand intérêt ce jeune homme qui avait osé le défier et dont la longue chevelure sombre tranchait avec sa peau claire. A cet instant, il avait su qu'il pouvait peut-être éviter un bain de sang dans ce village en trompant habillement ce garçon, ce qui avait fonctionné à merveille. Ce qu'il n'avait pas prévu, c'était que ce jeune Nyx serait directement propulsé au rang de favori et qu'il occulterait les autres pensionnaires du harem aux yeux de sa Majesté…

Après de gros efforts, le roi Thar lâcha un soupir d'agacement et se tint l'arête du nez entre l'index et le pouce de sa main gauche.

« J'aurais mérité d'être assommé cette nuit-là… » grogna le souverain avant de quitter son siège pour se placer face à Raven et le dominer de son bon mètre quatre-vingt. « Tu aurais dû t'arranger pour que je ne boive pas autant avant de rejoindre mes appartements. »

« En toute honnêteté votre Majesté, j'aurais eu bien du mal à y parvenir avec Garista à vos côtés. » répliqua le capitaine, notant vite le léger froncement de sourcils de son interlocuteur. « J'imagine que ce qu'il vous a dit lors du dîner de la veille est la cause de votre colère. »

« Il souhaiterait invoquer Sol et il voulait mon accord, ce que je lui ai refusé. »

Le sorcier solaire voulait forcer leur divinité à leur parler ? Certes, cela permettrait peut-être de découvrir la cause réelle de sa rage mais Sol pouvait aussi décider de détruire tout Hélios… Il fallait être fou pour avoir une telle idée.

« Aurait-il perdu l'esprit ? » demanda l'espion, ne cachant pas sa stupéfaction face à cette nouvelle. « Je ne sais pas ce qu'il prépare mais… »

« Rien de bon, je sais. » coupa le roi Thar en prenant un parchemin qu'il lui tendit. « Il m'a donné tout le détail de ce qu'il comptait faire mais il lui manque un élément essentiel : un réceptacle qui sera accepté par Sol. Cela va certainement lui prendre du temps donc essaie de le devancer si tu le peux. »

« Entendu. »

Garista avait beau être le sorcier solaire et donc le personnage le plus important du royaume après le roi Thar, ce dernier ne lui faisait aucunement confiance ainsi qu'à ceux du temple de Sol d'Aurum. Son travail était d'apaiser la colère du dieu solaire mais celle-ci ne faisait qu'augmenter, comme si elle était perpétuellement alimentée par quelque chose. Raven avait été promu capitaine quand Yuri s'était retrouvé au harem et l'espion avait eu pour mission de creuser de son côté sur les vraies origines de la colère de leur divinité avec une liberté d'action presque totale. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour suspecter les prêtres de Sol de ne pas être très clairs et il en avait immédiatement fait part à son souverain… qui ne faisait plus confiance à grand monde à présent – si on devait citer la liste de ceux qu'il jugeait fiables, il devait difficilement y avoir plus de cinq noms et ce même si l'on incluait les serviteurs.

Cependant, le capitaine Schwann gardait quelques petits détails secrets tant que cela lui était possible…

« Une dernière chose. » fit le roi Thar, cette fois-ci l'air soucieux. « Comment se porte Yuri ? »

« Je ne suis pas encore allé le voir mais il est entre de bonnes mains. » répondit Raven sur un ton rassurant. « Le soldat que j'ai placé à ses côtés est digne de confiance bien qu'il y ait quelques étincelles… »

Le favori n'avait presque pas évoqué son gardien auprès du souverain mais l'espion avait suffisamment de retours de la part de Karol pour savoir que Flynn avait du mal avec le caractère du jeune Nyx. Il fallait cependant espérer qu'il ne craquerait pas comme tous ceux qui l'avaient précédé…

« D'où vient-il exactement ? » questionna le roi, un sourcil haussé. Son Altesse n'avait pas encore pu voir à quoi ressemblait le jeune soldat, Yuri faisant en sorte de ne pas sortir du harem avec une autre personne que Raven.

« D'un village au bord du Neilos. » répondit l'espion afin de satisfaire la curiosité de son interlocuteur. « Il est très dévoué à son travail et je doute fort qu'il soit corruptible si c'est ce qui vous inquiète. Je ne l'ai pas choisi par hasard. »

« Bien… Pense à me l'amener un jour en même temps que Yuri que je juge cela par moi-même. »

Le capitaine Schwann hocha la tête pour bien lui signifier qu'il avait compris. Puis le souverain reprit place sur son siège et se replongea dans la paperasse. Leur conversation était terminée… pour l'instant.

Raven quitta la salle de travail et prit la direction du harem, son esprit essayant de chercher ce qui avait bien pu se passer chez les Nyx.

Via tout ce qu'il savait sur les coutumes et les mœurs du peuple de la nuit, ce n'était certainement pas une trêve – Barbos était quelqu'un qui posait problème depuis bien longtemps et la paix n'était pas envisageable avec lui ou son clan. Il ignorait encore qui était l'autre chef de clan car ce personnage était très discret et bien que cela faisait deux mois qu'il était en activité, les rapports le concernant étaient contradictoires mais le seul point sur lequel il était sûr, c'était sur l'intelligence de l'individu. Pour qu'il ait cessé de faire la guerre à l'Alliance de Sang, c'était qu'un évènement grave avait eu lieu à Némésis ou ailleurs dans les Terres des Nyx – il n'était pas à exclure qu'Umbra ait décidé de mettre lui-même fin au conflit à la vue de ce que Sol infligeait à Hélios depuis des années.

Un autre point sur lequel l'espion se devait de méditer était Garista et sa subite envie d'appeler le dieu solaire via un réceptacle humain. L'idée n'était pas illogique mais bien tardive quand l'on savait que cet homme occupait cette fonction depuis sept ans et ce suite au décès de son prédécesseur. Le sorcier solaire était élu parmi les prêtres les plus importants du temple de Sol d'Aurum mais le roi Thar suspectait qu'une partie des offrandes était détournée, ce qui expliquerait la colère perpétuelle de Sol. Cependant, le capitaine Schwann était dans l'impossibilité d'y infiltrer un de ses hommes sans que celui-ci ne se fasse repérer… Il était donc contraint de faire surveiller Garista quand il était au palais et d'espérer qu'il fasse une erreur, ce qui n'était pas encore arrivé.

Les portes du harem passées, Raven prit le chemin menant au bâtiment des favoris quand il nota la présence de Flynn, adossé contre la grille de métal bloquant l'accès à une partie des lieux – l'espion ne savait pas exactement pourquoi cette grille avait été érigée mais il avait eu vent que l'édifice qui se situait de l'autre côté aurait brûlé plusieurs années auparavant.

« Alors soldat, on tire au flanc ? » lança le capitaine avec un brin d'humour quand il fut à quelques pas du jeune homme. Quand il nota que ce dernier avait sursauté en entendant le son de sa voix, il comprit qu'il ne l'avait pas vu.

« Non capitaine. » répondit le jeune soldat en se mettant au garde-à-vous. A l'expression de son visage, quelque chose devait le tourmenter.

« On se calme petit. Je viens juste prendre des nouvelles. »

S'il n'avait pas été attentif, il aurait probablement manqué le léger soupir de soulagement que Flynn laissa échapper avant qu'il ne lui fasse son rapport sur l'état de Yuri. Le favori s'était réveillé mais il aurait besoin d'un ou deux jours de repos ainsi que de pas mal de temps pour que ses blessures s'estompent, ce qui était prévisible vu comme la nuit avait été violente pour le concerné – Raven nota dans un coin de son esprit qu'il était préférable de le laisser au harem tant qu'il portait des traces visibles de ce qui avait été un déchaînement de rage.

« Bon, j'expliquerai à son Altesse qu'il va devoir se passer de notre jeune ami pendant un petit moment. » déclara l'espion en se grattant machinalement le menton. « Et te serais-tu pris la tête avec Yuri à tout hasard ? »

« On peut dire cela… » fit Flynn, restant étrangement évasif et dont le regard bleu s'était légèrement détourné. Il cachait quelque chose…

« Rassure-moi, il ne t'a pas dégoûté au point que tu désires déjà changer de poste ? »

La réponse qu'il reçut fut rapide et elle était négative… mais le soldat était clairement tourmenté et quoique ce soit, il essayait de ne pas lui en parler. Le souci, c'était que la dernière fois que le capitaine Schwann avait vu ce genre de réaction chez un des hommes assignés à la protection de Yuri, c'était que celui-ci avait accidentellement ou non découvert la vraie nature du favori… et qu'il cherchait comment présenter la chose. Seulement, aucun n'avait connaissance que le roi avait donné l'ordre d'exécuter tout garde assigné à ce poste qui aurait le malheur de ne pas tenir sa langue sur ce point.

Raven espérait intérieurement que son cadet ignorait encore la vérité… Sauf qu'il se doutait que c'était le cas contraire et cela lui ferait mal au cœur de devoir éliminer ce garçon.

« Quelque chose te tracasse-t-il ? » demanda l'espion, appréhendant les prochains mots de son interlocuteur.

« En fait… » commença Flynn avec quelques secondes d'hésitation. « Comment se fait-il que Yuri ait fini au harem ? Je veux dire… Peut-être que je ne suis pas censé le savoir…»

« Tu as entendu parler de la dernière fois qu'un village s'est rebellé contre le roi ? »

La question prit de court le jeune homme qui le fixa avec un étonnement non feint.

« Oui. Le chef de la rébellion a été emprisonné en échange de la vie des habitants et le village a été… » déclara-t-il avant de réaliser, ses yeux s'étant légèrement agrandis face à cette révélation. « C'était Yuri. »

« Exact. » confirma Raven avec un léger hochement de tête tandis qu'il nota que son cadet avait tourné son regard sur le côté. « Il a négocié auprès de sa Majesté pour que ceux qui l'avaient suivi dans cette révolte ne soient pas exécutés. Comme tu t'en doutes, le prix qu'il a payé est sa liberté. »

« C'était à ce sujet que nous nous sommes disputés. Je ne comprenais pas pourquoi il ne se révoltait pas et… il m'a dit ce qu'il s'était passé la seule fois où il a tenté de s'échapper. »

Ah… Ceci expliquait cela. La version officielle était, effectivement, que le serviteur et le garde du favori avaient été mis à mort pour servir de punition à Yuri.

Mais officieusement, le capitaine Schwann avait émis des doutes sur ce serviteur quand il avait noté que le jeune Nyx était étrangement fatigué durant les deux premières semaines où il était au harem. Il avait été volontairement indiscret en examinant la chambre et l'état physique du jeune homme s'était subitement amélioré, ce qui avait confirmé ses soupçons : il avait été drogué et les deux personnes censées s'occuper de lui y étaient mêlées. La tentative d'évasion de Yuri fut un excellent prétexte pour se débarrasser d'eux. La vérité fut volontairement dissimulée car le roi Thar avait bien noté que le favori était bien plus altruiste que les autres pensionnaires du harem et que le meilleur moyen de lui ôter toute envie de se rebeller était de s'en prendre à son entourage.

« Depuis ce jour, Yuri fait tout ce qu'il peut pour éloigner les autres de lui. » déclara le capitaine Schwann, la mine sombre. « Il a demandé au roi de récupérer Repede puis il a exigé que Karol soit son serviteur attitré quand il a noté que le petit était malmené par les autres mais je doute fort, le connaissant, qu'il lui dise tout ce qu'il a sur le cœur. »

« Parce que vous espériez que je réussirai à obtenir sa confiance ? » questionna le soldat qui le fixait de nouveau, cette fois-ci dans un froncement de sourcil qui était étrangement familier à l'espion. « Comment pourrais-je réussir à établir une relation avec lui s'il me rejette même quand je veux l'aider ? »

« Tout simplement car je suis persuadé que tu es parfaitement capable d'être plus têtu que lui. »

Flynn manifesta à nouveau sa surprise, effaçant sans le savoir cette expression qui évoquait quelque chose de connu à Raven.

-§-

Le soir était arrivé et, pendant que les autres favoris ainsi que leur suite profitaient d'un banquet avec le roi, l'angoisse de Yuri n'avait fait que croître. Ce n'était pas pour lui qu'il avait peur mais pour Flynn qu'il n'avait pas eu la bonne idée de retenir quand il le pouvait. Vu le temps qui s'était écoulé, il devait probablement déjà avoir été exécuté et à présent, le favori devait se préparer mentalement à voir venir Raven, la mine grave, pour lui annoncer la nouvelle.

Quand la porte s'ouvrit, Karol se leva d'un bond de sa couche et le Nyx sentit son cœur cesser de battre… jusqu'à ce qu'il voit ces épis blonds devenus si familiers, le forçant à retenir un profond soupir de soulagement.

« Tu es revenu ? » demanda le serviteur, à la fois étonné et visiblement heureux.

« J'étais juste parti m'éclaircir les idées. » répondit le soldat avec un léger sourire avant de s'agenouiller pour gratter Repede derrière les oreilles. « Je ne comptais pas abandonner mon poste comme cela. »

Yuri percevait nettement que quelque chose était passé sous silence mais, bien trop occupé à se maîtriser, il ne chercha pas à tirer les vers du nez de Flynn cette fois-ci. Il craignait qu'en ouvrant de nouveau la bouche, il ne puisse plus éviter un dénouement dramatique…

« Tu ne vas pas… parler de quoique ce soit, hein ? » questionna le serviteur, faisant que le favori dut se mordre la langue pour ne pas montrer son agacement face à cette interrogation justifiée mais maladroite. « Je veux dire… »

« Karol. » coupa fermement le Nyx en fixant le plafond. « Tu ne crois pas qu'il serait temps qu'on mange quelque chose ? »

« Ah ? J'y vais tout de suite. »

Après que le jeune adolescent soit parti avec Repede sur ses talons, Yuri tourna la tête vers Flynn qui, sans surprise, le fixait, les bras croisés sur le torse. Cependant, la colère avait disparu de ses yeux bleus qui brillaient avec détermination.

« Ton petit tête à tête avec toi-même t'a fait comprendre que tu t'étais trompé ? » ne put s'empêcher de demander le favori avec son habituel ton sarcastique. « La conversation a dû être assez… »

« Je t'ai déjà dit d'arrêter ce petit jeu. » coupa le soldat avec un calme perturbant. « Et je suis certain de ce que j'avance te concernant. »

Connaissant l'individu, il aurait dû au moins aller en parler à Raven… et son exécution aurait rapidement été planifiée. Donc qu'est-ce qui avait pu le faire changer d'avis ? Ce n'était pas normal du tout…

« Alors pourquoi tu es revenu ici ? » demanda Yuri, son désir d'avoir des réponses étant bien plus grand que tout autre chose.

S'attendant à une réponse verbale ou à un pur silence, le favori fut extrêmement intrigué quand Flynn se rapprocha et vint s'asseoir sur le lit avant de lever le poignet auquel il portait ce bracelet.

« Réponds-moi honnêtement. » fit le soldat avant de désigner le bijou. « Est-ce que ceci t'évoque quoique ce soit. »

« Heu… » lâcha le Nyx, étonné, avant de reporter son attention sur le bracelet. « La joaillerie n'est pas franchement mon truc tu sais… »

« Et si je te dis que c'est ce qui m'a permis de découvrir ton secret ? »

Là, Yuri fut bien plus intéressé par le bijou et l'examina plus attentivement. Après avoir obtenu une permission silencieuse, il l'ôta du poignet de Flynn et le scruta sous toutes les coutures.

En apparence et pour la majorité des gens, ce bracelet n'avait rien de particulier à par sa turquoise, une pierre qui avait été polie jusqu'à former cet ovale lisse au toucher. Cependant, le favori avait vécu avec le sage des Nyx avant de quitter Némésis et, pour avoir déjà observé des objets fabriqués pour communier avec Umbra, il arrivait à deviner ce que les yeux d'un non-initié à ce genre de choses ne pouvait percevoir : au dos de la pierre, de très fins symboles avaient été soigneusement gravés il y avait très certainement pas mal de temps. La lanière de cuir n'était pas d'origine et les légères entailles laissaient supposer qu'au départ, elle était probablement montée sur une bague, très certainement en or vu que l'on était à Hélios mais le hic était que cette pierre n'avait rien à voir avec Sol. Elle avait soigneusement été percée de sorte à ne pas abîmer les écritures, ce qui pouvait plus correspondre à Océan mais là encore, cela ne collait pas car les Krytiens n'utilisaient pas de cuir pour leurs bracelets et, de ce qu'il en savait via Judith, ils les portaient à la cheville.

Sa seule certitude était que ce bracelet devait appartenir à un temple mais si ce n'était pas celui du dieu solaire ou du dieu aquatique, à qui ? Et surtout, comment quelqu'un qui avait, de ce qu'il en avait perçu, un rang social relativement bas avait pu mettre la main dessus ? Aurait-il mal compris le fonctionnement de la société hélienne ?

« D'où te vient cet objet ? » demanda Yuri tout en cherchant à voir si le nom de la divinité associée à ce bijou était encore intact avant de s'apercevoir qu'il était effacé.

« Un cadeau de mon père. » répondit Flynn en plissant les yeux. « Et tu sais ce que c'est... »

« Pas avec certitude mais ton père pourrait peut-être te dire où il l'a obtenu. »

En voyant la mine du soldat s'assombrir, le favori n'eut pas besoin de plus pour savoir que cela ne serait pas possible. Il ne pouvait pas comprendre la douleur de perdre un parent vu qu'il n'avait jamais connu les siens, faute à ces luttes entre les clans à Némésis qui faisaient régulièrement de nombreux orphelins et à laquelle il avait échappé en devenant apprenti du sage nocturne avant de quitter les siens quelques années plus tard.

« Je vois… » soupira Yuri en prenant la main de Flynn dans la sienne, geste qui, à son étonnement, ne fut pas rejeté. « Ça fait longtemps qu'il n'est plus là ? »

« Il est tombé gravement malade quand j'étais enfant et ce bracelet est tout ce qu'il m'a laissé. » répondit le soldat avant de formuler une question silencieuse quand ses yeux azur se fixèrent sur leurs mains jointes.

« Nous ne sommes guère adeptes des multiples condoléances verbales chez les Nyx car nous préférons les actes aux paroles. De plus, je peux difficilement partager ta peine. »

« Parce que tu n'es pas d'ici ? »

« Pas de famille, tout simplement. »

Un « oh » s'échappa des lèvres de Flynn mais, vu son regard, il ne le prenait pas en pitié et ne risquait pas de prononcer des paroles inutiles, ce à quoi il avait déjà eu droit plusieurs fois depuis son arrivée à Hélios. Yuri détestait que l'on s'apitoie sur son sort, ce qui était un trait de caractère typique des Nyx : le peuple de la nuit estimait que des palabres ne soulageait en aucun cas les proches des défunts et que seuls des actes comme leur offrir un soutien moral ou un contact chaleureux pouvait apaiser un minimum leur peine – en même temps, les promesses en l'air ne valaient rien chez les Nyx à cause de leur verbe qui était plus souvent menteur qu'autre chose. Les enfants d'Umbra possédaient cette valeur en commun avec les Krytiens.

« Pour en revenir à ton bracelet, c'est très certainement un objet qui vient d'un temple. » poursuivit le favori en rendant le bijou à son propriétaire. « Le problème, c'est que je n'arrive pas à deviner à quelle divinité il est lié car je doute fortement que ce soit Sol ou même Océan… »

« Et ce n'est pas Topaze. » ajouta le soldat, faisant hausser un sourcil au Nyx. « J'ai une amie qui la prie régulièrement et puis… celui qui m'a parlé était un homme. Il m'a précisé qu'il… risquait de disparaître avec moi si je venais à mourir. »

Ça, c'était très intéressant car elle était la seule autre divinité qui avait, normalement, une forte influence sur Hélios… Il connaissait l'histoire du dieu Sol et de son épouse Topaze, une mortelle divinisée, grâce à Rita qui en savait beaucoup plus qu'elle ne le devrait pour quelqu'un de son âge, principalement parce qu'elle avait fouillé les archives du temple de son village à plusieurs reprises alors qu'elle n'était pas une prêtresse de Sol. La déesse du foyer s'entendait très mal avec Umbra mais aucune histoire ne donnait la même version sur l'origine de leurs rapports plus que tendus. Topaze agissait en parfait accord avec son mari qu'elle soutenait ardemment… mais était-ce toujours le cas actuellement ? Yuri réalisa qu'il ne s'était pas posé la question jusqu'ici, surtout que, de mémoire, Sol avait eu trois fils avec elle : deux qui avaient fondé le royaume d'Hélios et le troisième qui s'était mystérieusement volatilisé des récits juste après sa naissance…

« Le troisième fils de Sol peut-être. » supposa le Nyx à voix haute, ce qui sembla surprendre son interlocuteur. « Ce n'est pas parce que je ne suis pas un Hélien que je ne connais pas vos coutumes tu sais… Et puis j'ai toujours trouvé étrange qu'il y ait un si grand trou dans vos histoires. »

« Mon père m'avait raconté pas mal d'histoires sur Sol et de mémoire, le cadet de la fratrie était maladif… » déclara Flynn, visiblement occupé à fouiller ses souvenirs. « Sol avait demandé à Océan de le guérir je crois… »

Tiens ? Il n'avait jamais eu vent de cette version-ci. L'histoire de la progéniture de Sol variait-elle d'un village à un autre ?

« C'est la première fois que j'entends parler de cela… Que sais-tu d'autre ? » demanda la favori avec un intérêt non dissimulé.

« … Désolé, ça remonte à tellement longtemps… » finit par répondre le soldat avant de lui lâcher la main en détournant brièvement ses yeux bleus avant de le regarder de nouveau avec assurance. « Mais sache que je ne compte pas parler de ton secret. »

Des paroles sincères, sans la moindre once de mensonge. Yuri n'avait pas obtenu toutes les réponses aux questions qu'il se posait mais il allait s'en contenter pour le moment… ce qui impliquait qu'il devait garder Flynn à portée de main.

-§-

Le soleil s'était couché depuis deux bonnes heures quand Raven eut la surprise de recevoir un nouveau message de la part de ses espions. Quand le corbeau s'était posé sur le rebord de sa fenêtre, l'espion achevait de faire une prière à Umbra et il faillit sursauter quand il entendit croasser. Le capitaine se hâta d'ôter le message attaché à la patte du corvidé et le laissa s'installer sur le perchoir qu'il avait dans sa chambre, se préparant à entamer une bonne nuit de sommeil.

Ses yeux bleus lurent la missive… et son sang se glaça quand il eut achevé sa lecture. Barbos était-il devenu fou ? Sauf si…

Raven sortit de ses appartements avec précipitation et se dirigea à toute vitesse vers ceux du roi. Les soldats gardant les portes de la chambre royale cachèrent difficilement leur surprise, plus encore quand il leur fit signe de lui ouvrir et qu'il pénétra dans la pièce sans leur laisser le temps de l'annoncer, attirant sur lui le regard à la fois étonné et intrigué du souverain, simplement vêtu d'un pagne blanc.

« Puis-je savoir ce que tu fais ici à cette heure alors que je m'apprêtais à aller me coucher ? » questionna le roi Thar avec un agacement non feint tandis que les gardes refermaient les portes.

« Lisez-ceci votre Altesse. » répondit l'espion en tendant le message qu'il venait de recevoir, la respiration quelque peu saccadée après sa marche précipitée.

Les sourcils froncés, le souverain prit la missive et s'approcha d'une lampe à huile pour le lire. Quand les yeux de celui-ci s'agrandirent d'effroi et que son teint se mit à pâlir, il était clair que lui aussi venait de saisir la gravité de cette information. Contrairement à ce que pouvait raconter le peuple, leur dirigeant était loin d'être fou…

« Des nouvelles de l'autre chef de clan ? » demanda le roi Thar d'une voix blanche.

« Si la rumeur disant qu'il est plus intelligent que son rival est vraie, il s'est certainement caché quelque part le temps de trouver une solution. » déclara Raven en se remémorant le peu qu'il savait sur l'opposition à l'Alliance de Sang. « Je doute que nous puissions le contacter directement mais je pense qu'il pourrait demander l'asile à Séléné. »

« Tu as le moyen de savoir cela ? »

« Disons que j'ai une connaissance fiable qui, avec un peu de chance, a pu réussir à y pénétrer sans être repérée. »

« Et selon toi, Barbos aurait-il perdu l'esprit ? »

« Malheureusement, je crois que non. »

« Alors dans ce cas, comment pourrait-il savoir ? Qui a découvert cela et nous a trahis ? »

La question se posait… Raven avait des soupçons, le roi Thar aussi, mais tous deux savaient pertinemment que sans preuves formelles, ils ne pouvaient rien faire contre cette personne ou comprendre ses motivations. Leur seule certitude était qu'ils devaient vite renforcer la sécurité au palais car si un raid de Nyx devait se produire, ce serait directement à Aurum, durant la nuit de la nouvelle lune… et très certainement dans le but de mettre la main sur le jeune Nyx qui se trouvait au harem depuis trois ans.


1 : Les getas sont des chaussures traditionnelles japonaises qui, pour nous les occidentaux, s'apparentent à des sandales de bois avec une lanière de tissu. Elles se portent pieds nus ou avec des tabi qui sont des chaussettes japonaises.

Auteur vs Persos :

Orieul (cachée sous une énorme couverture) : Brr… Je hais ce temps…

Kaleiya : Ben c'est de la neige et il était temps.

Belphégor : Je crois que ce sont les températures qui la dérangent…

Kaleiya : Faut qu'elle s'y fasse car il est hors de question que j'aille plus au sud.

kaleiyahitsumei: (Default)
 Crossover : Dragon Age Inquisition

Note : Plus court que le précédent mais je ne me voyais pas le faire plus long non plus.


Il était connu dans tout Fort Céleste que le Commandant Flynn Scifo, un Templier des plus respectés, et Yuri Lowell, un mage Altus tévintide craint par une bonne partie de ceux faisant partie de l'Inquisition, entretenaient d'excellents rapports. De plus, suite au fait que le mage n'avait jamais caché ses préférences de partenaires, une rumeur avait été répandue comme quoi ils seraient amants… et qui devint vraie le jour où les deux jeunes hommes entamèrent réellement une relation amoureuse.

Beaucoup jasaient sur le fait que le tévintide passait à présent toutes ses nuits dans la tour du Commandant, imaginant leurs étreintes passionnées sous les draps... mais la vérité était un peu différente.

-§-

Dans un sens, il savait que se servir de Flynn pour éviter d'aller à l'Emprise du lion était stupide – sérieusement, là-bas il neigeait, il faisait froid et il y avait de la glace ! – mais cette fois-ci, Yuri n'avait pas menti en disant qu'il fallait qu'il reste pour jeter un œil à l'état du Templier – en prime, il avait quelques recherches à faire sur les grandes familles de Magisters de Tevinter afin d'essayer de trouver le vrai nom de leur ennemi et, éventuellement, que Raven et ses espions puissent se servir de cela afin de faire un peu pression sur l'empire Tévintide.

Actuellement, le chevalier était allongé sur son lit, complètement nu sur les fourrures et avec une magnifique vue sur ses fesses ainsi que sur son dos dont le mage aurait volontiers profité si son amant n'était pas victime d'une de ses crises due au manque de Lyrium, celle-ci l'ayant visiblement plongé dans une sorte de cauchemar vu le rythme anormal de sa respiration.

Pourquoi avait-il fallut que cela arrive après leur premier round et pile au moment où il était allé récupérer dans son sac une autre bouteille d'huile ?

« Flynn ! » s'exclama Yuri en se précipitant sur le lit pour forcer son ami à s'allonger sur le dos. « Je suis là Flynn ! »

Il vit avec effroi ces yeux azur agrandis dans une expression d'horreur, lui confirmant que quoique voyait le Commandant de l'Inquisition, cela ne lui était pas plaisant du tout. Le mage fit un rapide aller-retour vers son sac pour en ressortir cette rune sur laquelle il avait travaillée via les notes de son mentor et il la posa sur le front de son amant. Il concentra un peu de sa magie à l'intérieur et la rune lui révéla ce qu'il avait déjà deviné : du lyrium était en train de circuler dans cette zone via les vaisseaux sanguins. Certes, il pouvait attendre que celui-ci se déplace pour agir mais c'était repousser le problème jusqu'à la prochaine crise et rien ne lui garantissait qu'il serait de nouveau dans une zone facile d'accès.

Ce qu'il faisait était encore expérimental mais il avait déjà compris une chose : le lyrium qui était pris par les Templiers, en plus d'être éliminé bien plus lentement que pour les mages, se mélangeait au sang et voyageait dans le corps en permanence. Cette substance étant très addictive, elle poussait le Templier à en prendre encore, et encore… ce qui, à terme, avait de graves conséquences allant de l'instabilité émotionnelle au dysfonctionnement des organes vitaux, à commencer par les reins et le foie.

La solution qu'il avait trouvée, pour l'instant, était d'attendre une crise de manque pour utiliser sa rune et ainsi voir à quel endroit une forte dose de lyrium était présente… et de l'y ôter, si cela était possible, en évacuant ce sang contaminé. Ce n'était vraiment pas l'idéal et cela ne fonctionnera pas pour tout le monde, raison pour laquelle il fallait vraiment qu'il mette au point une rune capable d'absorber ce lyrium !

Attrapant le canif sur la table de chevet, Yuri passa quelques secondes sa lame sur la flamme de la bougie puis, non sans appréhension, il s'assit sur le ventre de Flynn afin de le maintenir en place, lui attrapa le menton de sa main libre… avant de lui faire une entaille au-dessus du sourcil droit, arrachant un grognement de douleur à son amant.

Bien que la coupure fût petite, elle saignait abondamment, ce qui était bien dans le sens que le lyrium allait vite être évacué mais moins bien car il dut de nouveau aller fouiller dans ses affaires afin de récupérer une aiguille et du fil. Heureusement qu'il savait faire des points de suture…

« Yuri… »

« Je suis là. » fit le mage en revenant vite aux côtés du Templier. « Laisse-toi faire encore un peu. J'ai bientôt fini. »

Flynn hocha légèrement la tête pour montrer qu'il avait compris et il laissa son ami nettoyer son visage puis recoudre sa plaie. Cela aurait été plus simple avec de la magie ou une potion mais le tévintide ne connaissait pas de sorts de guérison et il n'avait pas pensé à prendre de potions ou bien à en fabriquer.

« Terminé ! » s'exclama-t-il après avoir tranché son fil.

« Où est-ce que tu as appris cela ? » lui demanda son amant, visiblement impressionné. « Ce n'est pas vraiment le genre de savoir qu'un mage possède. »

« Etonnamment, je sais coudre et l'Inquisition possède l'avantage de t'apprendre pas mal de trucs utiles sur le champ de bataille, surtout quand tu as quelques camarades prêts à partager leurs savoirs. »

L'histoire complète, c'était qu'ils étaient en pénurie de potions dans la Plaine Exaltée et que Lavellan avait une vilaine coupure au bras après un nouvel accrochage avec ces fichus zombies qui sortaient d'un peu partout. Comme ils étaient trop loin du camp le plus proche, Duke lui avait fait des points de suture après avoir utilisé une bouteille de whisky trouvée dans les décombres d'une maison en guise de désinfectant. Une fois qu'ils eurent rejoint un camp de l'Inquisition, Yuri avait demandé au Garde des Ombres de lui montrer comment procéder dans l'éventualité où ce cas de figure venait à se reproduire.

Le Templier prit une position assise sur le lit puis il caressa d'une main le visage de son amant, ses yeux azur le fixant avec passion.

« Nous en étions où déjà ? » demanda le chevalier d'une voix où transparaissait tout le désir qu'il éprouvait. « Je me souviens que tu étais allongé sur les fourrures, criant mon nom… »

« Avant cette interruption, j'étais en train de réaliser qu'on allait avoir besoin de ça. » répondit le mage en désignant la bouteille d'huile. « Par contre, ça m'embêterait que tu fasses sauter tes points dans le feu de l'action… »

« Donc il faut que je reste tranquille ? »

« Ca serait mieux oui. »

Ou comment changer brusquement vos projets du moment… Yuri ne voulait pas prendre de risque tant que la plaie était encore récente et vu que ce cher Flynn avait une forte tendance à froncer les sourcils en toutes circonstances, il allait falloir calmer un peu leurs ardeurs. Dommage car il se voyait déjà avec ces jambes musclées par des heures d'entraînement autour du cou pendant qu'il vérifiait consciencieusement si ce soldat avait un cul aussi étroit qu'il se l'imaginait.

Ce fut donc ainsi qu'ils échangèrent des coups de reins plus ou moins rythmés contre une simple séance de baisers où ils laissaient leurs mains se balader sur le corps de l'autre… une idée brillante car elle leur permit à chacun de prendre enfin pleinement le temps d'explorer le corps de leur partenaire, découvrant parfois une zone plus sensible aux caresses qu'une autre.

Oui, ils n'avaient finalement pas perdu leur nuit.


Note : Ah, l'Emprise du Lion… Probablement un des pires coins du jeu car en plus d'y faire très froid, c'est aussi là que se trouvent trois nids de dragons plutôt coriaces et que vous êtes forcés de battre si vous voulez tout explorer et finir une quête annexe. J'oublie aussi le fort ennemi qu'il faut conquérir et qui, à mon sens, est le plus difficile des trois à cause de la charmante surprise qui s'y cache… Autrement, dans le jeu, il n'y a aucun traitement connu pour les addictions au lyrium donc autant dire que celui qui veut arrêter doit être très courageux pour le faire car les effets secondaires sont assez variés.

kaleiyahitsumei: (Default)
 Note : Retour sur le POV de Sodia et bonnes fêtes de fin d'année à tous !

Tentative 4

Quand Sodia fut de retour à Zaphias, elle était encore partagée entre la joie et l'inquiétude concernant Betty. Il était clair pour elle que son amie s'était très bien entendue avec Harry Whitehorse mais elle trouvait quand même un peu irréfléchi de sa part d'avoir accepté cette demande en mariage – Raven avait été aussi étonné qu'elle quand il avait vu le petit-fils du Don prendre ses mains entre les siennes et avait déclaré qu'il souhaiterait l'épouser avant de se raviser en disant qu'il avait peut-être été trop expéditif… Sauf que quiconque connaissait Elisabeth Magnolia savait qu'elle prenait souvent des décisions importantes très rapidement et il ne fut pas si étonnant que cela qu'elle accepte cette proposition avec un sourire qui faillit faire chavirer le pauvre Harry – bon, seule la rouquine n'était pas étonnée car Betty vivait la situation qui l'avait poussée à rejoindre les chevaliers, à savoir un potentiel mariage arrangé avec un homme qui ne s'intéressait qu'à son titre, et vu son caractère, elle devait très nettement préférer être en ménage avec quelqu'un d'un rang différent du sien.

Cette annonce d'un mariage entre un membre éminent de l'Union et une noble de l'Empire avait enchanté l'empereur au plus haut point ainsi que la princesse Estellise et le Commandant. Bien entendu, beaucoup parmi la noblesse avaient râlé, certains rejetant cette alliance en la déclarant comme irrecevable et déshonorante. Cela agaça la rousse ainsi que Flynn qui dut défendre le choix de Lady Magnolia devant le Conseil. Il avait eu du mal à les convaincre jusqu'à ce qu'un des capitaines présents dans l'assemblée ne vienne souligner le fait que bon nombre de jeunes femmes issues de la noblesse qui se trouvaient dans leurs rangs avaient choisi la chevalerie pour échapper à des unions arrangées par avance et non par vocation, ce qui avait des fois des conséquences très fâcheuses pour celles qui ne présentaient aucune aptitudes nécessaire pour se battre. Ceci permit de faire enfin taire la polémique et la réunion put reprendre son cours normal.

Afin de fêter dignement ce mariage, une grande réception avait été souhaitée et Aurnion choisie comme lieu pour la recevoir. Sodia avait participé à tous les préparatifs et avait commencé à voir comment organiser la sécurité des lieux quand il lui fut annoncée qu'elle serait une des demoiselles d'honneur et qu'elle se devait donc de porter autre chose que son uniforme.

C'était donc pour cette raison qu'elle s'était retrouvée à porter cette robe vert anis tandis que, du côté des garçons d'honneur, elle avait dû se retenir de sourire en voyant Yuri Lowell qui essayait discrètement de desserrer la cravate noire de son costume… ce qui échoua quand il eut son pied écrasé par celui de Flynn – lui avait revêtu sa tenue d'apparat pour l'occasion, celle-ci se composant d'une armure plus légère et d'habits aux teintes bleu et or – qui avait apparemment perçu son manège.

Une fois l'union entre Harry Whitehorse et Elisabeth Magnolia prononcée, les festivités en leur honneur purent commencer.

« On ne pouvait rêver meilleure solution pour consolider les liens entre l'Union et l'Empire. » déclara le Commandant qui, tout comme elle, se tenait un peu en retrait. « Même si tout cela aura été un peu précipité. »

« C'est Betty. » soupira Sodia avant de prendre une gorgée du verre de vin rouge qu'elle tenait à la main. « Tant qu'elle est heureuse ainsi … »

Leur conversation fut interrompue par l'arrivée de Yuri qui s'était faufilé entre divers couples qui dansant sur la piste tout en jetant des regards inquiets derrière lui.

« Un problème Lowell ? » demanda la rouquine tout en notant que la cravate noire du jeune homme s'était volatilisée, signe qu'il l'avait certainement ôtée dès qu'il en avait eu l'occasion.

« Il est où ce sale gosse qui vous sert d'empereur ? » questionna l'épéiste en tournant la tête de tous les côtés. « Pas par ici j'espère… »

« Je te prierai de te montrer plus respectueux quand tu parles de son Altesse. » réprimanda Flynn en croisant les bras contre son torse. « Et si ta tenue te dérange autant, tu n'as qu'à aller te changer ! »

« Etant donné qu'une certaine personne m'a dérobé mes vêtements il y a quelques temps et qu'elle refuse toujours de me dire où ils sont, mon seul change possible consiste en un débardeur et un short jaune. Même à Dahngrest, ça passerait pas pour un mariage. »

« Tu ne les as toujours pas récupérés ? » s'étonna Sodia en posant son verre sur une table à moins d'un mètre d'elle. « J'aurais pensé qu'elle les auraient vendus à Kaufman… »

L'histoire de cette soirée bien arrosée à la cité des guildes et ses conséquences était venue aux oreilles de son supérieur qui avait déclaré que son meilleur ami pouvait s'estimer heureux que cela ait eu lieu hors de sa juridiction car autrement, il lui aurait fait passer l'envie de tester de nouveau ses limites avec l'alcool.

« Moi aussi… » soupira l'épéiste avec un agacement aisément perceptible. « Et cette peste de Judy ne veut toujours pas parler ! Si seulement j'avais un moyen de pression sur elle… »

« Dans un sens, tu l'as un peu cherché. » fit le jeune Commandant avant de déglutir, geste qui intrigua sa subordonnée. « Tu sais très bien que tu tiens mal l'alcool. »

A cette phrase, Yuri eut une moue boudeuse et il tourna brusquement la tête sur le côté, faisant voler sa queue de cheval qui vint frapper son épaule gauche. Cependant, à peine avait-il fait ce geste que ses yeux se plissèrent de colère à la vue de quelque chose. En suivant le regard de l'épéiste, la rousse vit Judith, particulièrement difficile à manquer dans cette longue robe noire où il manquait quand même pas mal de tissu pour qu'elle soit considérée comme décente – entre le dos quasi totalement découvert, le décolleté très plongeant sur le devant et la fente sur le côté qui dévoilait beaucoup ses jambes, la majorité des membres de la gente masculine était incapable de poser ses yeux ailleurs que sur la krytienne… au grand dam de pas mal de ces dames.

Quand elle remarqua que Lowell détaillait lui aussi la tenue de sa camarade de guilde, une bouffée de rage s'empara de Sodia…

« Mesdames, mesdemoiselles et messieurs ! » s'exclama Ioder depuis la scène aménagée spécialement pour l'occasion. « Afin de célébrer cette union entre nos deux nations, j'invite chacun de vous, sur cette musique, à danser avec un partenaire de l'autre pays. »

Plusieurs murmures se faisaient dans l'assemblée et, pendant dix bonnes secondes, la femme chevalier craignait qu'il ne soit encore trop tôt pour oser cela. Mais en voyant les couples se former petit à petit, elle soupira de soulagement et vit du coin de l'œil son supérieur arborer un air satisfait.

« Eh bien… On dirait que l'ambiance festive contribue à faire évoluer les mœurs. » fit une voix féminine.

Judith les avaient rejoints, son sourire malicieux sur les lèvres.

« Qu'est-ce que tu veux, traîtresse ? » demanda Yuri avec acidité, n'ayant visiblement toujours pas digéré que ses vêtements aient été dérobés.

« Oh mais ce n'est pas toi que je viens voir. » répondit l'air de rien la manieuse de lance en se tournant vers Flynn. « Le Commandant est-il disponible pour une danse ? »

« Heu… » commença le chevalier, ses yeux bleus n'ayant pu s'empêcher de se poser sur le profond décolleté qui venait d'être placé juste sous son nez et qui lui amena quelques couleurs rosées au niveau de joues. « Certainement, oui. »

Avec un léger rire amusé, la krytienne emmena le soldat avec elle sous les regards déçus de pas mal d'invités de sexe masculin et aussi de quelques femmes qui lorgnaient depuis un moment sur le blond.

« Elle n'a pas peur d'avoir froid habillée comme ça ? » demanda Sodia, n'ayant pu retenir une pique de jalousie envers Judith et le fait qu'elle parvenait à attirer facilement l'attention des hommes sur elle.

« Je peux t'assurer que non. » répondit nonchalamment Yuri en tournant la tête du côté où étaient placés les desserts. « Bon, tu m'excuseras mais… »

« Ah ! Vous voilà Yuri ! »

A la subite apparition de l'empereur Ioder derrière lui, l'épéiste grinça fortement des dents, ce qui fit sursauter la rousse, pas du tout préparée à cette réaction très inhabituelle. Elle vit ce dernier, les yeux luisant d'effroi, se poser avec horreur sur le jeune noble aux cheveux blonds.

« Vous avez perdu votre cravate tout à l'heure. » fit l'Empereur avec le sourire tout en montrant l'objet du délit qu'il tenait dans sa main. « Je peux vous aider à la remettre si vous le souhaitez. »

« Non… ça ira. » répondit le membre de Brave Vesperia avec un frisson, faisant encore plus se questionner la jeune femme sur le pourquoi de ces réactions.

« Dommage. Puis-je échanger quelques pas de danse avec vous ? »

« Ah mais… J'ai déjà une partenaire ! »

Sans prévenir, Yuri lui attrapa le bras et l'entraîna rapidement parmi les autres couples tout en ignorant ses protestations sur le fait qu'elle ne voulait pas du tout danser – c'était une activité qu'elle n'avait jamais appréciée, principalement car à chaque bal, on la forçait à être la partenaire d'un homme qui pouvait potentiellement accepter de l'épouser et que son dernier cavalier en date était Alexander Cumore. Une fois qu'ils s'étaient bien mélangés aux autres, elle jeta un regard noir au jeune homme.

« Lowell… » grogna-t-elle en se plaçant correctement pour entamer la danse.

« Désolé mais fallait que je sauve mon cul ! » s'expliqua-t-il en suivant le mouvement des autres couples. « Il me colle à la première occasion et je suis persuadé que c'est lui qui m'a mis la main aux fesses quand Harry faisait son discours ! »

« Choisis une autre partenaire la prochaine fois ! »

« Dans le cas présent, mes options étaient limitées. »

Le silence se fit entre eux durant une bonne minute, laissant à chacun le temps de se calmer un peu et à la jeune femme d'observer inconsciemment cette peau claire que la chemise blanche, ouverte sur la haut, laissait à découvert. Ce n'était pas comme si elle voyait cela chez lui pour la première fois, surtout d'aussi près, mais déjà à Dahngrest, elle avait eu du mal à ne pas détailler ce torse imberbe et finement dessiné, agrémenté de quelques cicatrices plus ou moins visibles qui montrait qu'elle faisait face à un homme d'action.

« Etonnant que tu saches danser. » laissa échapper Sodia en réalisant qu'il ne lui avait pas marché sur les pieds, ce qui était, elle devait l'admettre, une agréable surprise pour ses orteils.

« Le vieux m'a pas lâché avec ça… » soupira Yuri tout en jetant un coup d'œil vers le dernier endroit où se trouvait Ioder. « Je suis persuadé que c'est ce sale gosse qui a exigé que je sois présent. »

« Tu ne penses pas que tu es un peu paranoïaque Lowell ? »

« Vraiment ? »

Sur ce simple mot, il l'entraîna dans un demi-tour sans la prévenir et, alors qu'elle s'apprêtait à lui faire une réprimande, elle remarqua l'Empereur qui… humait la cravate de l'épéiste ? Elle pensa qu'elle hallucinait jusqu'à ce que son souverain range soigneusement le vêtement dans une poche intérieure de sa veste avant de se diriger vers la table où se trouvaient les desserts.

« Je reconnais qu'il y a de quoi avoir des soupçons… » admit Sodia en reportant son attention sur son cavalier qui faisait la grimace.

« Ce sale gosse en veut à mon cul oui ! » s'exclama Yuri dont le regard se tourna du côté de la table des desserts. « Je rêve ou bien il compte m'appâter avec des gâteaux ? Il est en train d'en remplir une pleine assiette… »

« Tu n'es donc pas gay… »

Le membre fondateur de Brave Vesperia la fixa avec un air choqué… ce qui la fit éclater de rire. Elle se doutait bien qu'il était plutôt intéressé par les femmes mais vu le contexte, elle n'avait pas pu résister.

« Tu devrais avoir honte de rire de mon malheur. » la réprimanda le jeune homme avec une moue boudeuse.

« Ce n'est pas tous les jours que je peux te taquiner un peu. » répliqua-t-elle en se retenant de rire de nouveau. « Et puis là, il n'est pas en train de t'attendre dans ta chambre que je sache. »

Vu la lueur horrifiée qui venait de s'allumer dans le regard anthracite, Sodia jugea qu'elle avait peut-être été un peu loin… avant d'estimer qu'elle aurait mieux fait de se taire quand elle réalisa que l'empereur Ioder était en train de s'éclipser discrètement avec une assiette remplie à ras bord de gâteaux.

« J'ai peut-être parlé un peu vite. » déclara-t-elle avant de sentir la prise sur sa main droite se resserrer douloureusement.

« Ne me dis pas… » commença Yuri en ne dissimulant pas son effroi.

« Tu es prié de me lâcher et oui, tes craintes sont apparemment justifiées. »

Elle ajouterait même qu'elle avait à présent une bonne idée de qui avait pu acheter les vêtements de l'épéiste à Judith mais elle n'avait pas de preuves sur ce point et quelque chose lui disait qu'une perquisition dans les appartements royaux risquait d'être fort… compliquée.

« Pas la peine que je tente de me cacher dans la tente de Flynn sur ce coup. » constata le jeune homme avec dépit. « C'est le premier endroit où il risque d'aller me chercher… »

« J'aurais cru que tu quitterais Aurnion à la fin des festivités. » pointa la jeune femme, trouvant un peu étrange qu'il soit coincé ici. « Un travail dans les parages ? »

« Moi non mais Judy oui… Et elle n'a aucune intention de me prêter Ba'ul pour retourner à Dahngrest. »

Même s'il tentait d'attraper un bateau pour retourner en Illycia, il n'en aurait pas un avant demain matin, ce qui faisait qu'il était coincé ici. Sodia fit rapidement le tour de toutes les options possibles et, à son grand regret, elle n'en voyait qu'une de réalisable…

« Je suis seule dans ma chambre si ça t'intéresse… » commença-t-elle avant de froncer le nez en voyant son interlocuteur la fixer avec suspicion. « Je ne compte pas te tuer et ce n'est pas une proposition pour du sport sous les draps. »

« Dommage ça. » fit-il avec un petit sourire en coin… qui disparut de ses lèvres quand la rousse lui écrasa violemment le pied en lui arrachant un « ouille ! » de douleur.

« Mon offre peut potentiellement ne plus être valable si tu recommences tes bêtises. »

Après un échange de regards noirs, Yuri se mit à réfléchir sérieusement à cette proposition…

-§-

Tu es vraiment une pauvre idiote ma chère sœur ! Si tu avais fait comme convenu, nous aurions un statut bien meilleur que celui que nous avons actuellement mais non, il a fallu que tu brises tes fiançailles pour aller te mettre au service d'un idéaliste ! Qu'est-ce que tu y as gagné au final Sodia ?

Ces paroles, c'était celles que sa sœur aînée, Sarah Devon née O'Daly, lui avait jetées en pleine figure la dernière fois qu'elles s'étaient vues. Elles s'entendaient bien quand elles étaient enfants mais tout cela avait changé quand leur mère était morte. Sa sœur s'était plongée dans les mondanités tandis qu'elle s'était progressivement réfugiée dans une forteresse de solitude.

Là, elle se voyait à Zaude, Sarah près du bord de la plateforme en train de la traiter de tous les noms. Ça, elle pouvait l'encaisser… mais quand sa sœur se mit à insulter leur mère, elle devint folle de rage et elle ne put résister à cette impulsion de lui planter avec violence cette dague en pleine poitrine… avant de réaliser la gravité de son geste…

… puis crier face à l'acte horrible qu'elle venait de commettre.

-§-

« Sodia ! Réveille-toi merde ! »

La jeune femme se réveilla en sursaut et le souffle court, ses yeux s'ouvrant sur le visage inquiet de Yuri. Il lui fallut quelques secondes pour comprendre qu'elle venait de faire un cauchemar et que le jeune homme, vu où étaient posées ses mains, avait dû la secouer par les épaules afin qu'elle sorte des méandres du sommeil. Qu'est-ce qu'il faisait dans sa chambre au juste ?

« Aurnion, mariage de Betty. » dit-il, comme s'il avait entendu la question qu'elle venait de se poser. « Tu m'as proposé de me cacher ici. »

Ah, oui. Pas très convenable de la part d'une fille issue de la noblesse mais elle avait déjà dû partager sa tente avec des hommes, notamment avec Flynn, quand elle était en dehors de Zaphias donc cela faisait un moment qu'elle avait mis certaines convenances au placard. Par contre, elle devait être encore endormie car depuis quand trouvait-elle que Yuri Lowell avait des yeux magnifiques ?

« Terca Lumireis à Roxy. » fit l'épéiste en claquant des doigts près de son oreille, la sortant brusquement de ses pensées.

« Je suis réveillée, merci. » grommela-t-elle en prenant une position assise tandis que son colocataire de la nuit s'éloignait un peu… et qu'elle finisse par tiquer sur ses dernières paroles. « Tu m'as appelée comment au juste ? »

« Pas fait attention… »

Elle comptait lui sortir une réplique bien acide quand il choisit ce moment pour se tourner dos à elle et, visiblement, ramasser quelque chose au sol. En temps normaux, ça l'aurait pas affectée mais là, il était torse nu et la lune éclairait suffisamment la pièce pour qu'elle puisse avoir une pleine vue sur ce fessier parfaitement mis en valeur par ce pantalon noir. Certes, ce n'était pas anormal qu'elle détaille le physique d'un homme mais ça ne lui prenait que lorsqu'elle le rencontrait pour la première fois. Or, cela faisait un moment qu'elle côtoyait Yuri donc ce n'était pas comme si elle n'avait jamais vu son postérieur.

« Ca t'arrives souvent ce genre de choses ? » demanda-t-il en se tournant vers elle, la ramenant immédiatement à la situation initiale. « Crier dans ton sommeil je veux dire. »

« Je ne sais pas et j'aurais vraiment préféré que ça ne soit pas toi qui t'en aperçoive en premier. » répondit-elle en se levant puis en allant fouiller dans son sac. « Tu veux bien allumer la lampe s'il te plait ? »

Aucune chance qu'elle parvienne à se rendormir dans l'immédiat donc autant être productive, raison pour laquelle elle avait, au cas où, embarqué une partie du courrier du Commandant avec elle, à la fois dans le but de le trier et aussi dans celui de se faire une idée de qui pouvait bien lui courir après en ce moment.

« Sérieux, tu comptes bosser en pleine nuit ? » la questionna Yuri en la regardant retourner dans son lit avec un gros paquet de lettres cachetées.

« Je n'arriverai pas à retrouver le sommeil et j'ai besoin de me changer un peu les idées. » répondit Sodia en vérifiant qu'elle avait assez de lumière avec la lampe à huile sur la table de chevet. « De plus, tu ne vas pas te rendormir tout de suite, ça j'en suis certaine. »

Rien que le langage corporel du jeune homme lui montrait qu'il était très alerte, signe qu'il ne venait pas de se réveiller et qu'il avait, probablement, somnoler ou dormi d'un œil. En même temps, c'était lui qui avait insisté pour s'installer par terre…

« C'est sûr que si… » commença-t-il sur un ton exaspéré avant qu'elle ne le coupe brutalement.

« Il n'y a rien de vital pour l'Empire dans ce courrier et, si tu es toujours intéressé, il est possible qu'il y ait une lettre d'une certaine duchesse aux tendances nymphomanes qui a de nouveau quelques propositions indécentes à faire au Commandant. »

Sans attendre de réponse, elle entama sa lecture, tombant sans surprise sur une nouvelle proposition de fiançailles qui devait surement venir d'une jeune femme un peu trop superficielle vu comme elle soulignait sa soi-disant beauté extérieure. Elle avait presque fini de lire le deuxième paragraphe qu'elle sentit le matelas s'affaisser à côté d'elle et, sans surprise, une mèche de cheveux lui chatouiller le bras. Sodia sortit du paquet la fameuse lettre de la duchesse, aisément repérable de par la couleur rouge de son enveloppe, et la remit à Yuri.

-§-

Cela faisait déjà un moment qu'il voulait s'échapper de ce traquenard mais Flynn savait qu'il était coincé et ce, peu importe ce qu'il ferait. Il ne trouvait pas cela acceptable de manipuler ainsi deux de ses amis et cette nuit, quand il avait entendu crier, il serait immédiatement venu frapper à la porte de la chambre de Sodia si Judith ne l'avait pas arrêté puis forcé à la suivre jusqu'à l'endroit d'où elle avait une pleine vue sur la fenêtre de la chambre en question.

« Tout va bien à présent. » fit la krytienne avec un sourire mystérieux aux lèvres. « Il n'y avait pas de quoi s'inquiéter. »

« Tu sais aussi bien que moi que ce que nous faisons est mal. » soupira le chevalier en priant intérieurement pour que tout cela cesse enfin. « Et puis que peuvent-ils lire de si intéressant pour que Yuri ne bouge pas ? »

« J'avoue que je me le demande aussi… Ca a l'air amusant en tout cas. »

Ce fut à cet instant que Flynn eut le déclic : cela devait être toutes les demandes en mariage que Sodia prenait soin d'enlever de sa correspondance professionnelle et qu'elle lui synthétisait ensuite oralement. Le jeune homme se pinça l'arête du nez face au constat que ses lettres n'étaient en sécurité nulle part…


NB : Ioder va-t-il revenir jouer un mauvais tour à Yuri ? Vous le saurez au prochain épisode x)

Auteur vs Persos :

Sheen : Que voulez-vous manger ce soir ?

Orieul : Viande grillée.

Kaleiya : Un truc à base de fromage.

Asahi : Légumes sautés.

Sheen : Une pizza pour carnivore, une quatre fromages et une végétarienne donc.

kaleiyahitsumei: (Default)
 Note : Suite de notre présentation de nos super-héros. Au passage, bonnes fêtes de fin d'année !

2 : Chien et chat

Ce soir-là, White Knight et Lady Silver étaient en route pour intervenir suite à un braquage dans une bijouterie. Ils s'attendaient à devoir suivre la piste des coupables mais ils furent hautement surpris de découvrir ceux-ci ligotés et leur chef tenu en joue par la lame d'un homme vêtu d'un costume sombre – celui-ci était composé d'une tenue entièrement noire assez près du corps, d'une paire de bottes grises, d'une cape en fourrure grise qui couvrait ses épaules et dont la capuche, en forme de tête de loup, lui masquait le haut du visage, ne laissant voir que les deux mèches de cheveux noirs qui s'échappaient sur les côtés, d'un gant gris à la main droite et d'une ceinture de tissu gris et or qui lui soulignait la taille. Ils avaient d'abord eu l'intention de le remercier de son aide mais, quand ils s'aperçurent qu'il comptait leur fausser compagnie avec une partie du butin, ils comprirent que cet inconnu, se faisant appeler Lonewolf, n'était pas vraiment de leur côté…

En toute logique, Flynn avait voulu le stopper mais il fut surpris par l'agilité de son adversaire. Celui-ci semblait voir venir ses coups et les évitait avec une facilité déconcertante. Cependant, le justicier blanc n'avait pas baissé sa garde, parant tous les coups de son ennemi qui poussait des grognements agacés à chacun de ses échecs. Il était clair que tous deux faisaient face à un combattant de niveau équivalent et que prendre le dessus n'allait pas être aisé…

« Intéressant… » fit Lonewolf en souriant. « J'avais des doutes mais plus maintenant. »

Le justicier blanc s'était figé en entendant cette voix : il la connaissait ! Et manifestement, la réciproque était vraie bien qu'il ne parvenait pas encore à mettre un nom sur le visage qui se cachait sous ce masque…

Soudain, profitant de son moment d'inattention, son adversaire lui faussa compagnie pour foncer sur Lady Silver qui n'eut pas le temps de riposter. Il lui fit lâcher son sceptre et, tout en s'éloignant progressivement avec elle en otage… se mit à humer son odeur ? Qu'est-ce que c'était que ce comportement ?

« Lady Silver donc ? » questionna Lonewolf en lui tenant fermement le bras tout en la tenant en joue avec sa lame. « Perso, ce sera juste Silver. Plus facile à retenir. »

« Laisse-là partir. » ordonna White Knight en se rapprochant lentement.

« Si c'est ce que tu veux … »

Sur cette phrase, il poussa la jeune femme vers le justicier blanc qui la rattrapa dans ses bras. Profitant de ces quelques secondes gagnées, Lonewolf s'apprêtait à fuir… quand un fouet claqua contre son torse, le forçant à reculer. Cherchant l'origine du son, les deux justiciers virent quelqu'un sortir de l'ombre avec l'arme en question à la main. A la physionomie, c'était une femme plutôt svelte vêtue d'un sweat à capuche orange avec des rayures noires, d'un pantalon moulant noir et d'une paire de bottes en cuir. On ne distinguait pas son visage à cause de la capuche mais il était possible de voir une tresse rousse s'en échapper.

« Ne crois pas t'en tirer si facilement… » menaça la nouvelle venue dont la voix était très familière à Flynn.

« Kitty est donc de sortie finalement ? » ironisa son adversaire en rangeant sa lame. « On cherche des souris à se mettre sous la dent ? »

Nouveau claquement de fouet, cette fois contre le bras du voleur qui poussa un gémissement de douleur.

« Appelle-moi encore comme ça et je te jure que tu finiras en pâtée pour chiens… » pesta la rousse avec colère.

« Tu devrais vraiment t'acheter un sens de l'humour tu sais. » lui rétorqua Lonewolf en se massant le bras. « Ou bien envisager de te décoincer une bonne fois pour toutes ! »

« Continue de m'appeler comme ça Lowell et je te jure que je vais te refaire le portrait ! »

« Ben voyons. Madame la déléguée de classe devrait envisager d'investir dans le sens de l'humour ou travailler à se décoincer un peu au lieu de me faire la morale en permanence. »

Flynn savait à présent qui ils étaient : son ami d'enfance Yuri Lowell et son ex-collègue et amie de lycée Sodia O'Daly. Apparemment, ils étaient toujours incapables de se supporter l'un et l'autre… mais ceci n'expliquait pas leur présence ici et, surtout, vêtus ainsi.

Soudain, profitant d'une ouverture, Lonewolf se sauva, suivi de près par la rouquine qui semblait déterminée à lui mettre la main dessus. D'un signe de tête, White Knight et Lady Silver leur emboîtèrent le pas, désirant tous deux connaître le fin mot de cette histoire…

-§-

Il faut savoir que, peu avant la première apparition publique de White Knight, un incident avait eu lieu une nuit à Zaphias : deux personnes avaient eu la malchance d'entrer dans le zoo de la ville et d'y surprendre des activités illégales. Si le premier était un lieutenant de police qui pouvait aisément justifier sa présence, l'autre, par contre, n'était venu sur les lieux que dans le seul but d'échapper à une nouvelle arrestation… et sa poisse lui avait démontré qu'il pouvait lui arriver bien pire que de passer quelques jours en cellule.

Yuri Lowell savait pertinemment qu'il n'était pas un modèle de vertu et qu'il agissait comme bon lui semblait – ce qui n'était pas du tout du goût de Sodia O'Daly, lieutenant de police qui était à présent embarquée avec lui dans cette galère – mais comment se faisait-il qu'il soit encore en vie et elle aussi ?

Il se rappelait qu'ils avaient été capturés puis ligotés. La jeune femme avait perdu connaissance suite au coup qu'elle avait reçu sur la tête et lui était sonné suite à l'uppercut qu'il s'était pris dans la mâchoire. Cependant, il était certain que ce type masqué – ses hommes de main l'appelait G – avait demandé à ce qu'on leur injecte le venin d'un fugu et qu'on les jette ensuite dans le fleuve. Il avait parfaitement sentit l'aiguille se planter dans son cou puis… il avait instinctivement fait le mort, ce qui avait permis qu'il ne soit pas balancé dans l'eau attaché et qu'il puisse sauver la rouquine de la noyade.

« Qu'est-ce qui nous arrive au juste ? »

Le jeune homme se posait la même question que Sodia qui gérait encore mal le fait d'avoir, après son réveil vers quatre heures du matin, cherché à sortir de l'appartement… en faisant l'équilibriste sur le rebord du balcon. Yuri n'était pas vraiment mieux de son coté, son nez étant devenu bien plus sensible qu'avant – il avait quand même mis dix bonnes minutes pour comprendre que cette forte odeur de café venait de deux étages plus bas, un de ses voisins du dessous commençant sa journée de travail très tôt.

« Quoiqu'ils nous ont injecté l'autre nuit, ce n'était clairement pas du poison. » ne put-il qu'en conclure en allant piocher dans son frigo. « Tu veux manger un truc tant que t'es là ? »

« Maintenant que tu m'en parles… » fit la rousse avant d'émettre un son ressemblant fort à un léger ronronnement. « Pourquoi j'ai envie de lait tout à coup ? »

Sans vraiment se poser de question, Yuri sortit la bouteille de lait et s'apprêtait à prendre un verre dans le placard… quand Sodia lui ôta brutalement l'objet du délit des mains et se mit à boire le liquide avec un plaisir non dissimulé.

« Whaou… » lâcha le jeune homme en la voyant se lécher les babines après quelques gorgées de cette boisson. « On dirait que tu es… »

Il s'interrompit, comprenant soudainement ce qui était en train de se passer pour la jeune femme : elle se comportait comme un chat, voire peut-être même un félin. Pour confirmer sa théorie, il prit une conserve de thon dans un placard et l'ouvrit… ce qui eut pour effet d'attirer immédiatement à lui la lieutenant de police à l'instant même où l'odeur de thon s'échappa de la boîte métallique.

« Semblerait que j'ai recueilli un chat errant. » déclara Yuri sur un ton taquin, ce qui fit se figer Sodia alors qu'elle était en train de se délecter du contenu de la conserve.

« Tu sous-entends que… » commença-t-elle avant de réaliser ce qu'elle venait de faire. « Le contenu de la seringue nous a fait ça. »

« J'ai pas d'attirance maladive envers le thon contrairement à toi Kitty. »

A cette remarque, elle lui jeta un regard noir et lui cracha à la figure à la manière d'un chat.

« Alors tu es quoi dans ce cas ? » demanda la rouquine avec agacement. « Toi aussi ils t'ont injecté un produit dans le cou vu la marque que tu as. »

« Aucune idée pour le moment. » répondit le délinquant en haussant les épaules. « Je sais juste que mon odorat s'est drôlement amélioré. »

Sodia fronça le nez à cette phrase. Elle eut l'air pensive durant quelque secondes avant qu'une étincelle suspecte ne vienne éclairer son regard. Sans trop comprendre, Yuri la vit entrer dans sa chambre sans lui demander son avis – bon, vu qu'elle avait déjà vu sa garçonnière, il s'en fichait un peu – puis en ressortir une minute plus tard avec une cravate qu'il n'avait jamais mise – cadeau de Flynn qu'il n'avait jamais jugé bon d'utiliser mais qu'il avait tout de même conservé au cas où.

« Bande-toi les yeux. » lui dit-elle sur un ton impératif en lui tendant la bande de tissu.

« Généralement, je ne fais pas le bondage au premier renc- Aïe ! » commença-t-il sur un ton ironique avant de se faire fouetter par le vêtement en question.

« Continue de raconter tes âneries et je te laisse menotté dans un coin paumé avec ceci en guise de bâillon. »

« Dans un autre contexte, je serai assez curieux de voir à quoi tu ressembles dans une combinaison en… » poursuivit Yuri avant de se taire en voyant Sodia mettre la main sur un couteau. « Repose ça ou bien tu vas te faire mal. »

« Alors fais ce que je te demande pour une fois ! »

Vu la façon dont les narines de la rouquine s'étaient dilatées, elle n'était toujours pas ouverte à la plaisanterie – il aurait tendance à ajouter que c'était surtout quand elle était avec lui mais il n'avait jamais vérifié cette intuition. Il céda donc à sa demande et se banda les yeux avec la cravate. Instinctivement il ouvrit grand ses oreilles… et son nez par la même occasion.

« C'est toi qui sent aussi fort le lilas ? » demanda Yuri en se tournant à l'endroit où il savait où était la jeune femme.

« Le lilas ? » répliqua Sodia qu'il entendit sentir quelque chose. « Je ne mets pas de parfum pourtant. Et la fenêtre est fermée qui plus est. »

A cette phrase, il ôta ce qui lui bloquait les yeux et se dirigea vers la fenêtre. A l'oreille, il entendit l'air qui s'engouffrait à l'intérieur puis il passa sa main en dessous du cadre de métal. Là, il sentit un très léger souffle et c'est en se baissant pour observer cela qu'il vit que le joint était abîmé à cet endroit.

« Ça vient pourtant bien de dehors. » fit-il en montrant le point faible de la fenêtre. « J'ai eu le même coup tout à l'heure avec une odeur de café qui venait de deux étages en dessous. »

« D'accord… » déclara la jeune femme tout en prenant un objet. « Attrape ! »

Sans réfléchir, il s'était rapidement retourné… et avait intercepté la cuillère en bois en la saisissant avec ses dents. A cet instant, il comprit que si Sodia était devenue une femme chat, lui était le contraire : un homme chien.

-§-

Après une longue course poursuite, White Knight et Lady Silver avaient finalement retrouvé Lonewolf et sa poursuivante en train de se battre… si l'on peut dire. L'homme loup avait apparemment pris le dessus sur la femme chat et la maintenait dos au sol en étant assis sur son bassin tout en lui tenant fermement les épaules.

« On dirait que la tigresse est quelque peu coincée actuellement… » ironisa celui avec la peau de loup en se penchant un peu vers le bas. « Je t'attacherai bien mais j'aime pas faire ça au premier rencard. »

« Et moi je te collerai volontiers un os là où je pense… » grogna la rouquine en serrant les dents.

« Whaou ! J'aurais jamais pensé que t'aurais ce genre de trip Kitty. »

Lonewolf aurait pu continuer son petit jeu un bon moment si White Knight n'avait pas choisi ce moment précis pour lancer sur lui une petite bombe fumigène qui, en explosant, laissa place à un nuage blanc qui avait la particularité de sentir le poivre et qui pouvait méchamment piquer les yeux – c'était ce qu'avait dit Rita en les leur remettant tout en leur précisant qu'elles étaient encore au stade expérimental.

Toujours est-il que si celui à la peau de loup s'était écarté à temps pour éviter la mini explosion, il n'avait pas eu la possibilité de s'éloigner suffisamment pour échapper à la fumée. Si la rouquine s'en était tirée en rabattant vite sa capuche sur ses yeux, lui avait beau avoir le même style de protection, ce n'était pas du tout suffisant pour son odorat qui reçut de plein fouet une puissance odeur poivrée…

Dans un grognement de douleur, Lonewolf s'écroula au sol, ses deux mains fermement plaquées sur son nez afin de le protéger d'une nouvelle agression de ce style.

-§-

Malgré les protestations de Rita, White Knight et Lady Silver avaient embarqué – de force pour l'un – leurs « collègues » avec eux et les emmenaient à leur QG dans leur véhicule en mode banalisé. Flynn avait ôté son masque et levé la séparation avec l'arrière du véhicule pour pouvoir s'entretenir en privé avec Yuri – il lui avait arraché sa peau de loup avant de le ligoter au siège passager.

« C'est donc comme ça que toi et Sodia vous êtes retrouvés avec des capacités surhumaines. » en avait conclu celui aux cheveux blonds une fois que son ami d'enfance lui ait raconté cette fameuse nuit au zoo. « Et tu as décidé de voler des criminels… »

« Je ne comptais pas le garder pour moi tu sais. » répliqua Yuri en respirant fortement, très certainement pour se débarrasser des restes de la fumée poivrée.

« C'était pourtant l'impression que cela donnait. »

« Désolé de ne pas être un modèle de perfection ! »

Flynn se retint de répliquer à cette attaque. Il savait que cela ne servirait à rien car le but ici était essentiellement de le provoquer et il se devait de rester calme s'il voulait que son ami d'enfance en fasse autant.

« Et comment va Repede ? » demanda l'ex-policier pour changer de sujet.

« Je l'ai laissé à l'orphelinat pour quelques jours. » répondit Yuri avec une légère amertume. « Il a un jardin et il est entouré d'enfants. Tout ce qu'il lui faut ! »

Un long silence se fit dans la voiture avant que le jeune homme aux cheveux sombres, visiblement plus calme – certainement parce que les effets du poivre s'étaient enfin dissipés –, ne le rompit.

« Kitty m'a raconté ta mésaventure avec ce truc spatial. » fit-il avec neutralité. « Ça a eu quoi comme séquelles au juste ? »

« Si on excepte que je peux me passer de gilet pare-balles, rien de particulier. » répondit Flynn en s'arrêtant devant le portail de la résidence des Sidos Heurassein. « Estellise m'a proposé d'user de cette capacité pour combattre le crime. »

« Préviens-moi si tu développes une force surhumaine que je m'entraîne à mieux éviter tes coups… »

Tous deux se mirent à rire de bon cœur, ce qui sembla intriguer leurs passagères à l'arrière vu que la séparation se baissa.

« Qu'est-ce qu'il vous arrive encore tous les deux ? » questionna Sodia, visiblement suspicieuse.

« Oh, j'étais juste en train de lui dire que tu devrais te joindre à leur petite équipe. » répondit Yuri l'air de rien, s'attirant les regards surpris des trois autres personnes présentes. « Ça te faciliterait grandement la vie. »

« Ce serait génial ! » s'exclama Estellise, les yeux pétillants de joie. « On pourra du coup s'organiser plus facilement et on se regroupera ainsi en une union contre le crime ! »

« C'est une bonne idée mais je n'ai pas dit que je… » commença la rouquine avant de s'interrompre en entendant sa Némésis éclater de rire.

« Les braves qui s'unissent contre le mal. » résuma simplement le jeune homme aux cheveux longs. « Ça me plait bien comme concept pour vous. »

« J'en conclus que tu ne comptes pas en faire parti. »

Flynn n'était pas dupe : il connaissait suffisamment Yuri pour déceler le sens caché de ses actions. Dans le cas présent, il souhaitait que Sodia puisse avoir une vie à peu près normale et ce n'était pas en restant dans la police qu'elle y parviendrait. A aucun moment son ami d'enfance n'avait pensé à son propre bien-être, comme il le faisait depuis toujours.

« Techniquement parlant, j'oscille entre le bien et le mal. » fit celui portant le costume de Lonewolf en haussant les épaules. « Mon casier judiciaire est suffisamment chargé pour prouver que je suis loin d'être un enfant de chœur. »

« C'est peu de le dire… » marmonna la rouquine entre ses dents.

« Mais ça ne veut pas dire que tu ne peux pas être un justicier ! » s'exclama Estellise, l'air quelque peu outrée. « Je suis certaine que tu… »

« Parce que mes méthodes vous conviennent ? »

Le silence qui s'abattit face à cette question en disait long sur ce que chacun pensait réellement.

« Rien ne t'empêche de travailler avec nous si l'occasion se présente. » fit Flynn après avoir rapidement pesé le pour et le contre. « Cependant, tout acte criminel de ta part sera sanctionné. »

« Hmm… Ça me semble correct. » déclara Yuri en tournant la tête vers Sodia. « Et toi Kitty ? Travail en groupe ou cavalier seul ? »

« Rien que pour avoir le plaisir de te coller moi-même une raclée, je vais me joindre à eux. » répondit la concernée sur un ton de défi.

« Bien… Alors on va pouvoir commencer par te punir pour avoir voulu partir avec de l'argent volé. »

Un « Gné ? » incrédule s'échappa des lèvres du jeune homme à la longue chevelure sombre puis, en voyant le sourire quelque peu sadique qu'arborait son ami d'enfance, il sut d'avance qu'il allait passer un sale quart d'heure…


NB : Qui sera le prochain ? Mystère…

Auteur vs Persos :

Belphégor : Bon ben on a Catwoman.

Orieul : Et elle est rousse… Ca doit te convenir non ?

Belphégor (suspicieux) : Et en quoi ça me conviendrait ?

Orieul : De mémoire, t'as une certaine fixation sur les rouquines.

Kaleiya : Je confirme… C'en est presque flippant.

Belphégor : … Ma vie privée ne vous regarde pas.

kaleiyahitsumei: (Default)
 Note : POV Yuri à nouveau et, pour une fois, on quitte Zaphias.

Tentative 3

S'il y a bien une chose que Yuri n'aimait pas, c'était les missions stupides – heureusement pour Brave Vesperia, Karol avait le don pour flairer les trois-quarts d'entre-elles et ils avaient assez de fonds pour se permettre de les refuser quand ils les voyaient venir. Certaines avaient été refilées aux nouvelles recrues pour les tester – ils en avaient retenus trois pour le moment, faute d'avoir un bâtiment assez grand pour plus de monde – mais l'épéiste avait été contraint d'accepter celle de Kaufman – il en avait marre de jouer les gardes-du-corps et il ne s'était pas gêné pour le lui dire, comme d'habitude. Heureusement qu'elle le payait bien en contrepartie.

C'était donc en milieu d'après-midi qu'il fut, pour sa plus grande joie, de retour à Dahngrest. Il se dirigeait vers le bâtiment de sa guilde pour aller se reposer un peu quand, en passant près du QG de l'Union, il fut assez étonné de voir Sodia, facile à reconnaître avec sa tignasse rousse et son uniforme de lieutenant, en train de parler vivement avec Raven et Judith. Qu'est-ce qu'elle faisait ici ?

« Tiens, regardez qui est de retour ! » s'exclama le plus vieux avec un rictus moqueur en l'apercevant. « Comment va cette chère Kaufman ? »

« Toi, tu enlèves ce sourire de ton visage ou bien je m'en occupe moi-même. » le menaça Yuri en lui montrant son poing.

« Les grands mots, tout de suite ! Tu n'oserais quand même pas frapper un pauvre vieillard au cœur fragile ? »

« J'aurais plutôt dis « vieux pervers qui se rince l'œil à la première occasion » mais je ne connais pas assez le personnage pour être sure de moi. » répliqua la rousse en plissant les yeux de colère, se souvenant très certainement du jour où elle avait attrapé l'ex-chevalier en train de se faufiler dans le dortoir réservé aux officiers de sexe féminin et dont l'histoire était venue à ses oreilles via Flynn.

« C'est vrai que c'est souvent l'impression qu'il donne au départ. » fit l'épéiste avec nonchalance. « Il faut dire aussi qu'il a tendance à avoir des fourmis dans les mains dès qu'il voit une femme… »

« Hey ! » s'exclama Raven, l'air outré. « Je suis un homme respec… Minute… »

Les sourcils froncés, le plus âgé le regarda lui puis Sodia, comme si quelque chose était suspect chez eux avant de reculer d'un pas en les fixant avec effroi.

« Ca fait une minute que vous êtes ensemble et pas de cris, rien ? » s'étonna l'archer, l'air horrifié. « Mais vous allez bien tous les deux ? »

« T'en as d'autres des questions comme ça ? » répliqua Yuri sur un ton agacé.

« Les miracles arrivent Raven. » tempéra Judith avec un sourire en coin. « Et puis n'oublie pas qu'il a bien été d'accord pour recruter un noble dans la guilde, ce qui fait deux miracles. »

C'est vrai que lors du recrutement, l'épéiste avait été présent ainsi que tous les autres membres de Brave Vesperia. Ils avaient dû avoir environ trente candidatures mais deux avaient retenues leur attention car ils avaient été recommandé par Rita : deux garçons, chacun ayant autour de seize ans, ayant un style de combat similaire mais des compétences magiques différentes. Le premier, spécialisé dans les sorts de soin, avait été pris sans hésitation mais pour le second, un mage de feu originaire de la noblesse de Zaphias, Yuri avait été prêt à dire qu'il n'en voulait pas… jusqu'à ce que le concerné ouvre la bouche – il comprit à cet instant pourquoi leur magicienne préférée le leur avait envoyé : ça avait dû être très explosif entre eux. Sa grande franchise – et aussi sa façon de parler assez familière – lui avait permis d'être recruté.

Par contre, le jeune homme trouvait étrange la façon dont la krytienne le regardait…

« Bah, comme je l'expliquais à notre charmante invitée, son amie ne craint rien avec Harry. » reprit Raven en haussant les épaules. « S'il a envie d'avoir un moment en tête à tête avec elle, c'est son droit et je ne vais pas l'en empêcher. »

« Et moi, j'essayai de lui faire comprendre que son Altesse m'a ordonné d'assurer sa protection et que ce n'est pas en poireautant ici que je vais y parvenir ! » répliqua Sodia, quelque peu énervée.

« Cela fait dix minutes que c'est comme ça. » souligna Judith dans un léger soupir. « Il y a aussi Repede qui est avec Harry et Lady Magnolia. »

Voilà donc pourquoi la subordonnée de Flynn était de mauvaise humeur : elle avait pour mission d'assurer la sécurité de Betty. Même si son amie n'était pas en danger, ça n'allait pas être évident de la calmer vu qu'elle était en service et qu'elle avait l'impression que le plus vieux voulait l'empêcher de faire son travail. La situation n'était pas évidente à gérer…

« Et si on m'expliquait plutôt pourquoi ce voyage de Zaphias jusqu'à Dahngrest ? » demanda Yuri, interrompant ainsi la dispute qui était en cours. « J'imagine que ça a un côté officiel. »

« L'empereur Ioder a proposé à des membres de la noblesse de venir effectuer des séjours à but diplomatiques pour améliorer les relations entre l'Empire et l'Union. » répondit Sodia en employant son ton professionnel tout en gardant le membre de l'Altosk dans son champ de vision. « Comme Lady Magnolia s'était portée volontaire, il m'a été proposé de lui servir d'escorte, ce que j'ai accepté. Sauf que le fait que l'on m'empêche de mener à bien ma mission n'était pas prévu du tout… »

« Je reconnais que de ta part le vieux, ça m'étonne un peu… » admis l'épéiste en fixant avec suspicion son camarade, trouvant tout de même curieux qu'il se comporte ainsi.

« D'accord, d'accord ! » abdiqua Raven, en ayant visiblement assez de subir la mauvaise humeur de la rousse et ne souhaitant pas voir les attaques à son encontre se multiplier. « Si je fais cela, c'est parce que le petit m'a soufflé qu'il trouvait la miss… plutôt mignonne. »

… Il avait décidé de jouer les entremetteurs ? Quoique maintenant qu'il y pensait, Karol lui avait mentionné le fait qu'Harry Whitehorse semblait un peu déprimé ces jours-ci. Ca ne pouvait effectivement pas lui faire de mal que d'avoir une compagnie du style de Betty. Par contre, vu l'expression qu'avait Sodia, elle n'appréciait pas du tout ce qu'elle venait d'apprendre… Pas bon ça.

« Repede n'est pas revenu en catastrophe donc on peut supposer que tout se passe bien. » fit Judith en fixant le bâtiment de l'Union tout en esquissant un léger sourire. « Peut-être même que Lady Magnolia va y rester plus tard que prévu. »

Le grognement de la part de la rouquine en disait long sur ce qu'elle en pensait. Si personne ne la calmait, elle allait sauter à la gorge de quelqu'un et le mordre. Il avait intérêt à être paré…

« Ce serait quand même osé de sa part d'aller aussi vite. » déclara le plus âgé sur un ton un peu malicieux. « Quoique dormir aux côtés d'une belle femme, ça n'a pas de prix. »

A l'instant où il sentit que ça allait exploser, Yuri attrapa Sodia par la taille et plaqua une main sur sa bouche, l'empêchant ainsi d'étrangler Raven et de proférer une bonne série de menaces et, très probablement, de divers jurons.

« Hey ! Il blaguait là ! » tenta le jeune homme pour calmer la rousse qui essayait de se libérer de sa prise. « C'est pas une raison pou- AIE ! »

Honnêtement, vu où était sa main, il aurait dû s'attendre à se faire mordre. Et apparemment, elle ne comptait pas le lâcher avant qu'il l'ait libérée. Il étouffa un autre cri de douleur quand elle lui écrasa violemment le pied, faisant qu'il relâcha légèrement sa prise sur elle.

« Laisse-moi partir Lowell ! » s'exclama la femme chevalier alors qu'elle se faisait tirer en arrière.

« Vous feriez vraiment un charmant couple tous les deux. »

Cette simple petite phrase de Judith calma instantanément la situation : Sodia avait cessé de se débattre, ses oreilles étant devenues rouges de gêne tandis que Yuri, lui, était plus que choqué par ce qu'il venait d'entendre. Lui, en couple avec cette fille ? Certes, il avait compris qu'elle n'était pas sérieuse – enfin, il l'espérait – mais c'était quand même osé de sa part de sortir un truc pareil sans prévenir.

Tandis qu'il s'éloigna d'un pas de la femme soldat, la libérant par la même occasion, la krytienne eut un rire amusé.

« C'est drôle de voir ce qu'il faut dire pour que vous vous calmiez tous les deux. » fit la chevaucheuse de dragons avec les yeux pétillants de malice. « Si seulement cela pouvait arriver plus souvent… »

Pendant que Sodia, remise du choc, argumentait de nouveau avec Raven, cette phrase de Judith piqua l'intérêt de Yuri, ou plutôt le ton qu'elle avait employé. Qu'est-ce qu'elle pouvait manigancer au juste ?

-§-

Après avoir réussi à apaiser la lieutenant concernant le fait que Lady Magnolia ait accepté l'invitation d'Harry, celle-ci était allée à l'auberge tandis que Yuri espérait enfin pouvoir piquer un somme au QG de Brave Vesperia… avant que Raven, pour le remercier du coup de main, ne le traine dans un bar et réussisse à le faire boire plus qu'il n'était capable de tolérer – il tenait mal l'alcool et c'était, malheureusement pour lui, un fait connu parmi ses amis proches. Ses souvenirs d'après son premier verre étaient assez flous mais il était certain de s'être battu ou, au moins, d'avoir reçu un bon coup de poing dans le ventre.

Le seul truc dont il était certain en se réveillant ce matin, c'est qu'il n'était pas dans sa chambre… mais plutôt à l'auberge. Qu'est-ce qu'il foutait ici et qui lui avait fait ces bandages aux mains ?

« Tu sais que tu devrais arrêter l'alcool Lowell ? »

Son sang se figea quand il reconnut la voix de Sodia. Il tourna la tête sur le côté… un peu trop rapidement au goût de la migraine qu'il avait depuis son réveil. Malgré cela, il put constater que la jeune femme n'était pas très habillée, n'étant vêtue que du bas de son uniforme et d'un soutien-gorge noir, et que ceci ne semblait pas vraiment l'émouvoir – il nota qu'elle avait une belle cicatrice sur son flanc gauche, probablement dû à l'attaque d'un monstre vu sa forme irrégulière.

« Tu sais que t'es à moitié à poil là ? » répliqua Yuri, la bouche un peu pâteuse, tandis que ses yeux faisaient le tour des autres cicatrices sur le corps de la jeune femme. « Et je fiche quoi ici moi ? »

« Je t'ai trouvé pas très loin en train de te battre contre un autre ivrogne puis contre un poteau que tu accusais de t'avoir volé ton dessert. » répondit la rouquine en enfilant un tee-shirt noir. « N'étant pas officiellement en service et ne pouvant t'arrêter pour trouble à l'ordre public, je me suis permise de te neutraliser avec un coup de poing bien placé. »

... Soit il avait sacrément bu l'autre nuit, soit elle avait une sacrée droite et pouvait aisément rivaliser avec Judith dans cette catégorie, soit c'était les deux à la fois. Chance pour lui qu'elle n'ait pas choisi de viser plus bas que le ventre…

« Comme je ne savais pas où se trouvait le QG de ta guilde et que Betty est apparemment restée avec Harry Whitehorse toute la nuit, je t'ai ramené ici. » poursuivit Sodia en continuant de mettre son uniforme. « Et je te signale que c'est plutôt moi qui devrais me plaindre de ta tenue vestimentaire. »

Yuri haussa un sourcil, intrigué par cette phrase, puis il baissa les yeux… pour constater qu'il était torse nu ! Il déglutit avec appréhension avant de soulever le drap… et découvrir, comme il le craignait, qu'il était nu comme un ver. Un rire nerveux lui échappa face à cela, surtout quand il se souvint que la cause de cela n'était autre qu'une partie de strip poker avec Judith qu'il avait lamentablement perdue – de ce qu'il avait vu dans un coin de la chambre, il avait seulement réussi à conserver ses bottes – et cette peste de krytienne avait gardé ses fringues.

A tous les coups, elle avait demandé à Raven de le faire boire afin qu'il accepte de jouer avec elle car, sobre, il ne serait pas tombé dans ce piège odieux, surtout parce qu'il savait qu'elle trichait quand c'était à son tour de mélanger les cartes.

Sa vision fut soudainement bloquée par une serviette blanche que la rouquine lui avait jetée au visage.

« Je n'ai rien de mieux à te proposer. » déclara-t-elle tandis qu'il ôtait le morceau de tissu de devant ses yeux. « Au moins tu pourras sortir d'ici avec un minimum de dignité. »

« Merci. » fit-il en s'extirpant des draps, grimaçant face au mal de tête carabiné qu'il avait. « Si t'as un truc contre la gueule de bois, je suis preneur. »

Bon, au final, elle ne lui donna rien contre sa migraine mais elle avait été assez sympathique avec lui pour utiliser une partie de sa solde afin de lui acheter au moins un pantalon et une chemise. La prochaine fois qu'il sera à Zaphias, il faudra qu'il la rembourse, même si elle lui avait dis que ça ne pressait pas – le jeune homme avait noté qu'elle fixait souvent l'endroit où elle l'avait poignardé, ayant très certainement vu la cicatrice lorsqu'elle l'a aidé à aller dans le lit. Il avait insisté et elle avait fini par lâcher quel était son jour de repos et où se trouvaient ses appartements – sans surprise, elle logeait au palais et sa fenêtre n'était pas très éloignée de celle de Flynn.

Comme le chemin était pratiquement le même pour aller au QG de l'Union, Sodia l'accompagnait jusqu'au QG de Brave Vesperia, son masque de chevalier de nouveau en place sur son visage.

« Je dois dire que ça fait un bail que j'ai pas été à poil en face d'une fille. » réalisa Yuri en relevant les manches de la chemise en lin beige qu'il portait. « D'habitude, ça les gêne un minimum. »

« J'ai vu pire quand j'étais une jeune recrue chez les chevaliers impériaux. » répliqua la rousse avec un léger sourire amusé. « Certains de nos camarades masculins avaient tendance à oublier qu'il y avait des femmes avec eux donc j'ai pu en voir plusieurs aller ou sortir des douches sans vêtements. »

« Les joies des douches communes. Me souviens que Flynn se levait toujours aux aurores pour se laver afin de ne croiser personne. Dommage qu'un jour d'autres ait eu la même idée que lui. »

La tête de son meilleur ami était mémorable. Lui qui était plutôt pudique, devoir se savonner devant tout le monde avait été une vraie épreuve pour lui et lui avait permis de prendre sur lui dans ce genre de situation. Ainsi, Yuri n'avait plus jamais été réveillé avant le lever du soleil parce que son ami d'enfance partait se doucher avant les autres afin que personne ne puisse voir ce qu'il cachait sous ses fringues.

« Heu… Lowell ? » fit Sodia en s'arrêtant subitement de marcher. « Tu n'es peut-être pas le seul qui a eu un souci cette nuit. »

Il la fixa quelques secondes sans trop comprendre jusqu'à ce qu'elle pointe du doigt… Raven qui ne semblait pas être au mieux de sa forme… et de son habillement vu que ses cheveux étaient en bataille et qu'il portait uniquement son manteau violet sur lui, signe que lui aussi avait dû y laisser des plumes face à Judith mais qu'il avait été plus malin en choisissant de garder son manteau plutôt que ses chaussures – il devait surtout être plus sobre que lui ce fameux soir. Bon, il avait aussi l'air d'un vrai pervers pour une fois mais il n'était visiblement pas si fier que ça d'être dans cette tenue.

« Lui aussi il s'est fait avoir hein… » soupira Yuri avec dépit avant de faire un signe de la main. « Hey ! Le vieux ! »

« Hein ? » fit Raven en se tournant vers eux, visiblement surpris de les voir. « Vous foutez quoi ici tous les deux ? »

« Elle va récupérer Betty et moi mes fringues. Où est Judy ? »

A cette question, une grimace apparut sur le visage du plus âgé, signe que quelque chose n'allait vraiment pas et que l'épéiste n'allait pas apprécier de l'entendre…

« Juste après qu'elle ait gagné notre petite partie de poker, elle est partie avec ses gains… en précisant qu'elle avait un client qui lui avait promis une belle récompense en échange de tes vêtements… »

… Inspirer… Expirer… Inspirer… Expirer…

Judith allait le lui payer très cher… NON MAIS OSER VENDRE SES AFFAIRES ! Quel culot elle avait celle-là ! Il espérait juste que ce n'était pas à Kaufman parce que là, il pouvait toujours rêver pour revoir ses habits…

-§-

« Ah ! Vous l'avez eu ! Je ne pensais pas que vous l'obtiendrez si tôt. »

Oh mais Judith savait qu'elle arriverait à ses fins, surtout si elle s'arrangeait pour qu'une distraction potentielle soit sur place au bon moment. L'empereur Ioder n'avait pas pleinement compris le pourquoi de son insistance sur ce jour précis mais, en voyant le résultat, il en avait à présent saisi toute l'importance.

« Ai-je à présent votre coopération totale dans cette entreprise votre Altesse ? » demanda-t-elle avec le sourire aux lèvres.

« Mais certainement ! » répondit avec enthousiasme le jeune empereur en jetant un regard en coin sur les vêtements qu'elle avait réussi à dérober à Yuri en trichant au strip poker. « Même si j'ai encore quelques scrupules de participer à ce chantage envers ce cher Flynn, si cela peut permettre de renforcer nos relations avec l'Union, je suis prêt à faire quelques sacrifices. »

« En parlant des relations entre nos nations, puis-je vous souffler une idée ou deux ? »


NB : Au départ, je pensais juste faire accrocher à Judith les fringues de Yuri quelque part… Puis j'ai eue cette idée qui va très certainement porter ses fruits plus tard. Du coup, comment ce cher Yuri va faire pour se vêtir ? x)

Auteur vs Persos :

Kaleiya : Quelqu'un a vu mon chapeau ?

Orieul : Lequel ?

Mélissa : T'en as un paquet…

Kaleiya : Blanc avec une bande orange.

Orieul&Mélissa : Pas vu.

Kaleiya : Mince alors… J'en ai fait quoi ?

kaleiyahitsumei: (Default)

Titre : Combinaisons

Auteur ou cerveau disjoncté: Kaleiya Hitsumei

Beta complètement désespérée face à cela : Eliandre

Note : Presque le même principe que les Croisements (excepté qu'il n'y aura pas que des crossover je pense) mais… le rating est bien plus élevé dû à un contenu potentiellement bien plus osé et digne du PWP. Y aura pas forcément du lemon mais ça peut potentiellement frôler de très près le lime. Pour être certain que vous pouvez lire ce recueil d'OS/drabbles, vérifiez que vous respectez les conditions suivantes :

- Vous avez plus de 16 ans

- Vous êtes au courant depuis longtemps que le père Noël n'a jamais existé

- Vous savez comment on fait réellement les bébés

- Vous n'êtes pas homophobe

- Vous certifiez avoir lu et approuvé les conditions d'utilisations

- Vous n'avez pas menti à l'une des cinq exigences précédant celle-ci.

C'est tout bon ? Alors vous pouvez poursuivre.

Crossover : Arabian Nights (Tales of Vesperia x Aladdin)

Version alternative du Chapitre 6 : Que se serait-il potentiellement passé si Cumore n'était pas intervenu ? POV Yuri et dérapage potentiel en PWP.

Note dernière minute : Vu ce qu'il y a eu, je poste ceci maintenant pour que certains se changent un peu les idées.


Ses yeux azur s'étaient fixés dans ceux onyx de son compagnon. Sous la lumière du crépuscule, ses prunelles semblaient resplendir, ses longs cheveux de jais étincelaient de multiples nuances chatoyantes et son visage était iridescent. Son ami n'avait pas changé d'apparence mais les dernières lueurs du jour paraissaient vouloir lui donner une magnificence irréelle et éthérée.

Le prince ne sut ni comment, ni pourquoi. Sans même s'en rendre compte, ils avaient tous les deux rapproché leur visage sans cesser de se contempler. Flynn avait laissé son instinct guider sa conduite plutôt que sa raison. Dans un état second, il avait fermé les yeux, ressentant le souffle chaud du brun quand…

A l'instant où ses lèvres entrèrent en contact avec celles de son ami au regard céruléen, Yuri eut comme l'impression de planer dans les airs. Jusqu'ici, il s'était demandé ce que cela pouvait bien avoir d'extraordinaire quand il entendait les filles qui gloussaient entre elles parce que l'une d'elles avait échangé son premier baiser avec celui qu'elle aimait. Ce sentiment de plénitude voulait-il dire qu'il était amoureux de Blondie ? L'idée n'était pas déplaisante, loin de là.

Ce contact se rompit au bout de quelques secondes et, en croisant de ses yeux d'onyx ces orbes saphir qui se rouvraient à demi, le garçon des rues l'embrassa à nouveau, ses mains venant s'agripper à cette cape élimée comme pour se raccrocher à cet inconnu, l'empêchant ainsi de le quitter dans les teintes chaudes du crépuscule. Cependant, la séparation ne sera pas pour tout de suite car le jeune homme aux cheveux blonds avait passé un bras autour de sa taille et le tirait vers lui, faisant que la distance entre leurs corps s'était grandement réduite.

« Que faisons-nous au juste ? » lui demanda Blondie dans un souffle, son visage montrant ses hésitations.

« Aucune idée. » répondit Yuri avec un amusement qu'il avait du mal à contenir. « Une envie commune… »

« Oui… Quelque chose d'irrésistible. »

Un léger gémissement de Repede leur rappela qu'ils n'étaient pas seuls en ces lieux. Ils se tournèrent tous deux vers le chien qui, voyant qu'on ne s'occupait pas de lui, était en train de s'installer pour dormir, sa gueule grande ouverte sur un bâillement.

« Il faudrait que je m'en aille. » déclara l'inconnu aux yeux bleus avec regret. « Si je tarde de trop… »

Son invité ne poursuivit pas sa phrase, se mordant la lèvre, comme s'il craignait de trop en dire. Ceci rappela à Yuri les quelques observations qu'il avait faites sur son ami : très probablement un noble, un désir profond de changer les lois, une tendance à vouloir éviter les gardes… et un père malade ? Maintenant qu'il y réfléchissait, le jour où ils s'étaient disputés, c'était au moment où il avait parlé du sultan que le ton était monté. S'il devait combiner toutes ces informations ensemble… son instinct lui dirait qu'il avait affaire à quelqu'un de bien plus important que ce qu'il avait pu penser au départ.

Et en procédant rapidement par élimination, il réalisa que celui qu'il avait hébergé – ou involontairement caché – était très certainement le prince d'Agrabah ! Sauf que le voleur n'arrivait pas à se souvenir de comment il pouvait bien s'appeler…

« Je peux te raccompagner jusque chez toi si tu le souhaites. » proposa le garçon des rues, à la fois pour confirmer ses soupçons et dans l'espoir de retarder le moment de leur séparation.

« Non ! » s'exclama brusquement Blondie, sans savoir qu'il venait de corroborer les déductions de Yuri. « C'est mieux si je rentre seul, crois-moi. »

… Sauf que cela signifiait qu'ils auraient peu de chances de se revoir en étant aussi libres que maintenant. Si leurs chemins se recroisaient de nouveau – ce que le voleur espérait sincèrement –, cela ne sera plus pareil à cause du poids de cette différence sociale bien trop grande entre eux.

Il ne leur restait donc que cette nuit pour être ce qu'ils étaient actuellement… C'était assez égoïste dans un sens mais auraient-ils d'autres occasions comme celle-ci ?

« Reste encore cette nuit. » dit le garçon des rues, son ton s'étant involontairement fait implorant. « S'il te plait. »

Le regard azur revint se plonger dans le sien, brillant à la fois avec hésitation et passion. Il était évident qu'il était en train de peser le pour et le contre, lui aussi ayant probablement réalisé que leur prochaine rencontre ne leur permettra pas de satisfaire cet étrange désir qui les habitait.

« Juste cette nuit. » fit le prince avant de venir poser de nouveau ses lèvres contre les siennes.

Si leurs premiers baisers étaient impulsifs et emplis de ces sentiments dont le sens venait juste de leur apparaître, celui-ci était d'abord désespéré puis, quand leurs bouches s'entrouvrirent, c'était une curiosité, dictée par leurs instincts, qui se mit à parler. Le contact gagnait en intensité, leurs langues se rencontrant entre elles et permettant à l'un de pleinement apprécier la saveur de l'autre – son partenaire avait un goût très légèrement épicé avec une mince amertume qui n'était pas désagréable. Leurs souffles se mélangeaient avec de plus en plus d'ardeur… jusqu'au moment où l'air commença à manquer et qu'ils durent rompre le baiser.

La lumière déclinant de plus en plus, Yuri tira son ami vers l'endroit où se trouvaient les coussins mais, au lieu de s'y allonger pour dormir, il s'assit sur l'un d'eux et fut imité par le blond qui prit place très près de lui. Quand ce dernier se rapprocha pour l'embrasser de nouveau, il l'arrêta en posant deux doigts sur ses lèvres.

« Yuri. » dit le garçon des rues, son regard onyx ancré dans celui azur face à lui qui le fixait avec étonnement. « Je m'appelle Yuri. »

Il y eut un moment de flottement, passage où le voleur se sentit un peu gêné d'avoir donné cette information comme cela, sans trop réfléchir. Puis, quand il vit ces prunelles saphir s'adoucir et un sourire se montrer sur ce visage, il eut comme l'impression que son cœur venait de rater un battement.

« Flynn. » déclara le prince avant de lui caresser le visage d'une main. « Ravi de te connaître Yuri. »

« Le plaisir est partagé Flynn. » fit le garçon des rues avant d'esquisser une légère moue boudeuse. « Dommage que je n'ai plus de bonne excuse pour t'appeler Blondie. »

« Tant mieux car je n'aimais pas beaucoup ce surnom. »

Un léger rire leur échappa à tous les deux. Yuri fit mine d'aller embrasser de nouveau le blond puis, sans prévenir, il attrapa sa chemise et se laissa tomber en arrière sur les coussins, entraînant son ami avec lui qui se retrouva à quatre pattes au-dessus de lui. Le voleur noua ses bras derrière la nuque de celui aux yeux azur et leurs lèvres vinrent se rejoindre dans un baiser plus long que les précédents, langoureux et passionné. Une de ses mains vint s'égarer dans les courts cheveux blond cendré tandis qu'il sentait des doigts caresser son torse, lui arrachant des soupirs dès qu'il touchait une zone plus sensible qu'une autre.

Leur baiser touchant à sa fin, Flynn se releva légèrement et ôta sa cape, celle-ci devant certainement le gêner. Le garçon des rues, mué à la fois par l'envie et la curiosité, glissa une main sous la chemise de son partenaire, se demandant ce qui pouvait bien s'y cacher. Le prince, comprenant le message silencieux, enleva ce vêtement, montrant aux yeux onyx ce torse musclé qu'il ne pouvait parfaitement distinguer au vu du peu de lumière ambiante. Il lécha ses lèvres avec un désir qu'il ne cherchait pas à cacher et il se redressa, posant ses mains sur ces épaules carrées que, jusqu'ici, il n'avait pu que deviner. Ses paumes caressèrent la peau découverte, effleurant chaque détail et mémorisant soigneusement ceux-ci – Yuri notait dans un coin de son esprit que tous deux n'étaient pas taillés de la même manière, Flynn étant un peu plus large d'épaules que lui et sa taille n'étant pas marquée.

Quand un courant d'air froid s'engouffra dans les lieux, le voleur frissonna, ce qui n'échappa nullement à celui qu'il pouvait à présent considérer comme son amant. Ce dernier se sépara temporairement de lui pour replacer le drap devant l'ouverture dans le mur, faisant qu'à présent, leurs yeux durent s'habituer à la pénombre. En tournant la tête sur le côté, le garçon des rues vit la silhouette de Repede s'éloigner vers les escaliers, probablement pour trouver un coin plus silencieux pour dormir.

« Je crois qu'on a chassé Repede. » fit remarquer Yuri, amusé.

« Il se sentait probablement de trop. » supposa Flynn en s'installant derrière lui.

C'était vrai qu'il y avait de quoi…

Le prince glissa ses mains sous son gilet avant de le lui retirer lentement, au point que le voleur s'en impatienta en jetant le vêtement au loin. Il colla son dos nu contre le torse derrière lui, lâchant un profond soupir de bonheur et d'extase quand il sentit la chaleur qui s'en émanait. Tandis qu'il se laissait aller à savourer ce contact ardent, deux bras vinrent entourer sa taille, amplifiant le sentiment de sécurité qu'il avait.

« Tu n'as pas froid ? » lui demanda son amant avec une pointe d'inquiétude.

« Plus trop depuis qu'on est installés comme ça. » répondit Yuri en calant sa tête contre l'épaule de Flynn.

Jusqu'ici, il n'avait pas trop fait attention au parfum de son compagnon. Certes, avec leur duel, ils avaient beaucoup transpiré mais il aimait bien cette odeur, surtout les notes poivrées qu'il huma avec délice.

« Je ne pense que je sente très bon tu sais. » fit le prince sur un ton amusé. « Nous nous sommes bien dépensés tout à l'heure… »

« Pour avoir déjà eu un ou deux éléments de comparaisons, ton parfum est bien meilleur que celui d'un capitaine de la garde qui doit se baigner dans de l'Eau de Cologne tous les matins ! » répliqua le garçon des rues avant de poser ses lèvres sur la nuque du blond. « Tu ne peux pas imaginer à quel point… »

Un rire échappa à son amant qui resserra un peu sa prise sur lui puis il vint déposer un tendre baiser sur son front. S'il faisait jour, Yuri était certain qu'il verrait le sourire bête qui lui barrait le visage mais là, le manque de luminosité faisait qu'ils devaient surtout se fier à leurs autres sens et, honnêtement, cela avait quelque chose de grisant. Cela changeait la façon de percevoir l'autre et il était curieux de découvrir encore d'autres sensations.

Au moment où son partenaire le tourna pour qu'il soit face à lui, il comprit que cette envie devait être partagée.

De nouveau, ils s'embrassèrent avec passion, adaptant leur position pour être plus à l'aise au point que le garçon des rues se retrouva assis sur les cuisses du prince, leurs corps très proches l'un de l'autre. Il sentit une main descendre le long de son dos avant de se glisser sous le tissu de son sarouel et d'attraper fermement sa fesse droite, lui arrachant un léger gémissement surpris ainsi qu'un mouvement du bassin qui fit qu'il se retrouva collé à celui de son amant. Sauf que ce contact eut pour effet de les faire gémir tous les deux et de réaliser qu'il allait bientôt être temps d'envisager d'enlever le reste de leurs habits.

Cependant, Yuri appréhendait ce moment car s'il savait vaguement, via ce qu'il avait pu entendre dans les ruelles d'Agrabah, comment cela se passait avec une femme, il ne savait absolument pas de quelle manière procéder avec un homme…

« Tu veux continuer ? » lui demanda Flynn, le souffle court.

« Vu ce qu'on a entre les jambes, faudrait… » répondit le garçon des rues en reprenant sa respiration. « Le hic c'est que je ne vois pas trop quoi faire là. On est tous les deux des hommes donc… »

« Cela ne signifie pas qu'il nous est impossible de poursuivre. »

Le voleur admit que son amant n'avait pas tort. En y repensant, ils étaient équipés de la même manière à cet endroit-là donc il y avait au moins une chose que chacun devait savoir faire.

Handicapés par le manque de visibilité, ils jugèrent plus prudent d'enlever eux-mêmes le reste de leurs habits, les laissant dans un coin où ils ne risquaient pas de les gêner. Si l'un d'eux avait un quelconque malaise à être vu nu, dans cette pénombre, il n'avait plus vraiment lieu d'être. Leurs mains et leurs oreilles étaient devenues leurs yeux, ce qui ne posait guère de soucis tant qu'ils restaient à proximité l'un de l'autre.

A tâtons, ils se retrouvèrent, pas forcément exactement comme quand ils s'étaient séparés, puis ils reprirent leur étreinte là où elle s'était arrêtée. Les barrières de tissus s'étant envolées, chacun sentait parfaitement les mains de l'autre sur son corps.

Les doigts de Yuri descendirent lentement le long du torse de son partenaire, prenant parfois quelques détours quand il rencontrait une texture de peau différente qui correspondait très probablement à une cicatrice. Lorsqu'il atteignit les hanches, il hésita un peu puis, dans une lente caresse qui fit s'accélérer le souffle de Flynn, il glissa ses doigts jusqu'à son entrejambe, effleurant de son index le membre tendu tout en savourant les réactions de son amant.

Le garçon des rues embrassa de nouveau le prince… et il prit son sexe dressé dans sa main, lui arrachant un gémissement surpris puis commença à le masturber. Des grognements appréciateurs s'échappaient des lèvres du noble ainsi que des soupirs d'extase tandis que ses doigts se perdaient dans la longue chevelure sombre.

« Plus vite ! » souffla-t-il à son amant qui ne se fit pas prier pour s'exécuter.

Quelques mouvements de bassin accompagnaient les gestes du voleur et, alors que leurs lèvres s'étaient de nouveau rencontrées, le prince atteignit l'orgasme dans un cri étouffé, son sperme se répandant entre leurs corps avant que, épuisé, il ne pose sa tête sur l'épaule du garçon des rues.

Yuri laissa son ami reprendre son souffle quelques instants et, sans prévenir, il se retrouva allongé sur les coussins, Flynn au-dessus de lui. Sans avoir le temps de répliquer, il sentait la bouche chaude de son amant se poser à la jonction de son épaule avec sa nuque, lui arrachant un profond soupir appréciateur. Puis ces lèvres descendirent, touchant parfois des zones plus sensibles de son torse jusqu'à atteindre cette partie négligée de son corps au point qu'elle commençait à en devenir douloureuse… et lui faire pousser un cri d'extase face à ce contact ardent.

-§-

Quand il ouvrit les yeux au lever du jour, Yuri constata avec regret que Flynn n'était plus là. Son ami l'avait prévenu qu'il partirait au plus tard très tôt le matin, ce qui avait certainement été le cas. Les réminiscences de leur dernière nuit ensemble se faisaient encore sentir : les caresses tendres, les mains exploratrices, les bouches chaudes, les soupirs… Malheureusement, il n'y avait aucune chance pour qu'une telle chose se reproduise entre eux car le prince d'Agrabah était destiné à devenir sultan et le peuple avait hâte de le voir épouser une femme digne de lui.

C'était complètement injuste mais il ne pouvait rien y faire.

En voulant se lever, le garçon des rues réalisa que son corps nu était recouvert par la cape élimée que son invité portait depuis le jour de leur rencontre. Il ne put résister à l'envie de la porter à son visage et d'en respirer l'odeur du blond, encore très présente dessus.

Il finit par se faire violence, chassant de son esprit les images de ces quelques jours passés avec cet homme auquel il s'était attaché bien plus qu'il ne l'aurait dû. Il se répéta intérieurement qu'il devait se concentrer sur comment se nourrir aujourd'hui et non revoir encore et encore dans sa tête tous les endroits où ces lèvres étaient venues se poser, rougissant quand il repensa à l'un d'eux en particulier.

Il se donna une bonne claque mentale et enfila rapidement son gilet et son sarouel avant de se tourner vers Re… mais où était Repede ? Habituellement, il était toujours là quand il se réveillait. Avait-il raccompagné Flynn jusqu'au palais pendant qu'il dormait ? C'était probable et dans ce cas, son fidèle compagnon devait être sur le chemin du retour.

Yuri descendit les marches, se baissant pour éviter les poutres et arriva jusqu'en bas… où il eut la surprise de trouver son ami à quatre pattes qui toisait du regard Raven, le type louche de l'autre jour.

« Qu'est-ce que tu fais ici le vieux ? » demanda le garçon des rues, particulièrement méfiant vu qu'il n'avait indiqué à presque personne où il vivait.

« Je t'attendais gamin. » répondit son aîné avec un sourire en coin qui ne lui inspirait pas confiance. « On m'a raconté des trucs très intéressants à ton sujet et je me suis dit que tu serais peut-être apte à me filer un p'tit coup de main. »

« Aucune chance que je t'aide dans tes magouilles… »

« Oh, quel dommage ! Moi qui connais un bon moyen pour rentrer au palais sans être vu… »

Cette phrase piqua fortement l'intérêt du jeune homme… ce qui, il l'avait vu, n'avait pas du tout échappé à son interlocuteur.

« J'avais donc bon. » fit le plus âgé en se grattant le menton. « C'est pas évident d'être ami avec un prince quand on est un voleur, encore moins quand on en est amoureux. »

Le cœur de Yuri se serra fortement à cette phrase. Comment ce type avait-il découvert cela ?

« Qu'est-ce que tu veux le vieux ? » demanda le plus jeune, intérieurement paniqué à l'idée que l'on se serve de cette nuit passionnée contre Flynn.

« Quelque chose que je ne peux pas récupérer moi-même. » répondit Raven en s'étirant. « En échange, je garderai ton petit secret et je te montrerai le passage secret qui mène au palais. Marché conclu, Yuri ? »

Le garçon des rues ne prit que peu de temps pour réfléchir car il le savait très bien : il était coincé.

« Marché conclu. »


NB : Bon… J'ai réussi à écrire ce truc et, honnêtement, l'entraînement était nécessaire vu le temps que j'ai mis à écrire une scène de la première partie de Soleil de Minuit.

kaleiyahitsumei: (Default)
 Crossover : Dragon Age Inquisition x Tales of Vesperia

Note : Ayant abusé des fics sur Dragon Age, j'ai fini par tenter d'imaginer ce que donnerait un crossover entre ce jeu et Tales of Vesperia. Voilà donc ce qui en résulte… Par contre, je précise que je n'ai pas terminé la quête principale sur Dragon Age Inquisition (faute à ma tendance au levelling perpétuel et à un inventaire que je ne pense jamais à vider à fond… le bon côté est que je peux espérer tuer les dragons)

Note 2 : Y a un lexique à la fin, essentiellement pour Eliandre à la base afin qu'elle comprenne un peu mieux l'univers.


Le chaos régnait à Thédas depuis le début de la guerre entre les templiers et les mages rebelles puis l'explosion du Conclave qui causa la mort de dizaines d'innocents, y compris de la Divine Justinia, sainte parmi les saintes. Seulement, suite à ce dernier évènement, la pire des choses se produisit : une énorme faille de l'Immatériel était grande ouverte dans le ciel, à proximité de Darse, et des démons en sortaient au fur et à mesure qu'elle s'agrandissait.

Face à toute cette anarchie et après la découverte de maître Lavellan, apparemment unique survivant de cet évènement tragique, la chercheuse Sodia O'Daly proclama l'Inquisition, s'attirant les foudres des quelques représentants de la Chantrie présents. Afin d'être aidée dans cette grande entreprise qui était de rétablir l'ordre en Thédas et de fermer cette immense faille, elle nomma trois conseillers pour l'Inquisition : le maître espion Raven, la diplomate Estellise Sidos Heurassein qui fut recommandée par ce dernier, et enfin, pour la partie militaire, le Templier Flynn Scifo, un des rares qui ne participait pas à cette guerre insensée avec les mages, très probablement suite aux évènements tragiques de Kirkwall dont il fut l'un des témoins.

Avec maître Lavellan et quelques combattants ayant rejoint l'Inquisition – l'elfe des bas-cloîtres Judith, la mage apostate Rita Mordio, le garde des ombres Duke Pantarei et le mage de cercle Witcher –, la chercheuse O'Daly avait ainsi pu offrir son aide à ceux qui en avaient besoin et fermer les différentes failles de l'Immatériel qui apparaissaient aussi bien à Férelden qu'à Orlaïs. Cependant, un choix devait être effectué afin de faire taire ce conflit qui prenait les vies de nombreux innocents : s'allier avec les mages ou avec les Templiers.

Lors d'un passage à Golefalois, l'élu d'Andrasté – surnom gagné par maître Lavellan quand le peuple de Thédas apprit qu'il était capable de refermer ces failles – découvrit la réelle situation des mages rebelles : le magister Alexei Dinoai, un mage du redoutable empire de Tevinter ayant rejoint les cultistes Venatori, avait pris le contrôle des mages, supplantant la grande enchanteresse Khroma, celle qui avait convaincu ses pairs de se révolter contre leur condition au sein des Cercles. L'Inquisition tenta de négocier avec lui mais sans succès. La discussion fut brusquement rompue quand son fils fut victime d'un malaise… et où ce dernier remit discrètement un message à l'élu d'Andrasté lui donnant rendez-vous ailleurs.

Accompagné de la chercheuse, du garde des Ombres et de la mage apostate, maître Lavellan se rendit à l'endroit désigné et tous furent surpris de se retrouver nez à nez avec une faille de l'Immatériel et Yuri Lowell, un mage Altus tévintide qui essayait tant bien que mal de combattre les démons qui en sortaient. Une fois la faille fermée, il leur dévoila que si Alexei avait réussi à prendre le contrôle des mages rebelles, c'était parce qu'il s'était servi de la magie temporelle pour supplanter Khroma.

Au centre de commandement à Darse, le commandant Scifo, en tant que Templier, avait montré son désaccord concernant ce choix d'alliance avec les mages… puis il se retrouva face à face avec le jeune mage de Tevinter qui ne se gêna pas pour lui dire sa façon de penser. Au grand dam de Flynn, l'élu d'Andrasté prit le parti des mages et, après l'arrestation d'Alexei, les mages rebelles rejoignirent l'Inquisition… ainsi que Yuri Lowell.

Aujourd'hui, les troupes de l'Inquisition s'entraînaient en vue d'êtres prêtes pour aller enfin fermer cette immense faille près de Darse. Après avoir été informé de l'avancement des réquisitions en cours, le commandant Flynn Scifo surveillait ses hommes, majoritairement des volontaires qui n'étaient pas habitués à tenir une arme contrairement à la poignée de Templiers qui leur enseignait l'art du combat.

Des éclats de voix attirèrent son attention du côté du lac gelé où il remarqua la présence de trois soldats et de Yuri Lowell. Il se rapprocha et, de par les postures de chacun, il ne lui fut pas difficile de comprendre que le tévintide n'était pas accepté par tous et qu'il subissait les conséquences de la haine qu'éprouvait le peuple de Férelden envers l'empire de Tévinter ainsi que celle que beaucoup éprouvaient déjà envers les mages.

« Un tévintide n'a rien à faire ici ! » hurla l'un des soldats en pointant son épée en direction du mage. « Vous et votre magie du sang… »

« Oh mais tue-moi si ça t'amuse tant ! » répliqua Yuri avec un sourire forcé aux lèvres tout en préparant une boule de feu dans sa main gauche. « Ou bien si tu es assez courageux pour cela. »

« Saleté de Magister de… »

« Que se passe-t-il ici ? »

La question de Flynn stoppa toute action et ses hommes baissèrent leurs armes tandis que le mage dissipa son sort… en tentant de dissimuler son bras droit aux yeux du commandant. D'ailleurs, pourquoi n'avait-il pas son bâton avec lui ?

« Que faisiez-vous au juste messieurs ? » demanda de nouveau le Templier en fronçant les sourcils.

« Il… Il nous a attaqués commandant ! » répondit un des soldats, peu confiant. « On l'a surpris en train de rôder et il nous a jeté un sort ! »

« C'est étrange car je ne vois pas de bâton et, de ce que j'ai cru entendre, la situation était inverse… »

Sans surprise, les trois hommes déglutirent, ayant apparemment compris que leur mensonge n'était pas passé. Après un regard réprobateur et un rappel concernant leur alliance avec les mages, Flynn leur ordonna de partir. Quand Yuri passa à côté de lui, le Templier lui attrapa le bras droit, lui arrachant un gémissement de douleur qui confirma ses doutes : le mage était blessé et avait essayé de le lui cacher.

« Fasta vass ! » jura le tévintide en tevene avant de s'extirper de la prise du chevalier. « Ca va pas la tête ? Tu sais que ça fait un mal de chien ? »

« C'est eux qui t'ont blessé ? » questionna Flynn en fixant le bras caché sous l'épais vêtement. « Si c'est le cas ils doivent… »

« Je suis tombé en voulant cueillir des elfidées pour Rita. Si tu vas un peu plus loin, tu devrais voir une longue trace dans la neige et mon bâton… ou plutôt ce qu'il en reste vu ce que j'ai entendu lors de ma chute. C'est après que je me sois relevé qu'ils me sont tombés dessus. »

A la vue de l'expression que Yuri avait sur le visage, il ne mentait pas. De plus, Flynn avait noté les quelques elfidées qui dépassaient de sa sacoche, ce qui confirmait la véracité de son témoignage. Vu où cette plante était capable de pousser et le climat dans l'empire de Tevinter, le jeune tévintide avait dû, sans s'en rendre compte, mettre le pied sur une couche de neige instable qui, en se détachant, l'avait emporté.

« Tu n'as pas d'autres blessures ? » demanda le commandant en essayant de voir s'il y avait quoique ce soit d'autre qui clochait.

« Heu… Juste que j'ai cru frôler l'hypothermie à un moment. » répondit Yuri, visiblement un peu surpris par cette attitude avant de se reprendre, affichant un léger sourire sarcastique. « Comment vous faites dans le sud avec toute cette neige ? C'est une galère pour se déplacer et je ne parle pas des températures qui sont si basses qu'il est impossible de dormir sans grelotter ! »

« On s'y fait et pour dormir, le secret quand on est frileux c'est d'avoir beaucoup de fourrures à portée de main. »

A partir de cet instant, la glace avait été brisée entre eux et, par la suite, il n'était pas rare, lorsque tous deux étaient libres, de les voir traîner ensemble à Darse – généralement, c'était parce que le mage avait réussi à convaincre le Templier qu'une pause lui ferait du bien.

Puis arriva le jour où il fallut refermer la faille qui terrorisait le peuple. Avec l'aide des mages, l'élu d'Andrasté avait obtenu le pouvoir nécessaire pour accomplir cette prouesse… mais si les réjouissances étaient de mise après cet exploit, elles furent malheureusement de courte durée car leur ennemi était venu les trouver, en colère de voir que la faille qu'il avait vraisemblablement ouverte lui-même n'était plus et, surtout, parce qu'on lui avait pris les mages qu'il convoitait… En conséquence, les Templiers rouges, des chevaliers sous l'influence du lyrium rouge, étaient à présent sous ses ordres.

Une fille étrange, Patty, était venue les avertir du danger mais elle n'avait pas pu empêcher les Templiers rouges de massacrer les volontaires présents devant les portes de Darse. Cependant, c'était indirectement grâce à elle qu'ils trouvèrent un moyen de fuir le village… avant que l'élu d'Andrasté, servant d'appât, n'ensevelisse Darse en provoquant une avalanche avec l'un des trébuchets. La chance voulut qu'il survive en ayant sauté in extremis dans une galerie qui le conduisit sur la route suivie par les survivants de l'attaque. Après de longues heures de marche dans la neige et face à un vent glacial, il les avait finalement rattrapés et, au moment où il s'écroula, le commandant Scifo le trouva et le ramena au campement pour qu'il soit examiné.

Cela devait faire une petite heure que Yuri observait du coin de l'œil Rita, installée près de maître Lavellan, qui travaillait avec acharnement sur ce qui ressemblait à un livre écrit par les elfes. Ne connaissant pas la langue de ce peuple, le tévintide ne pouvait pas l'aider dans sa tâche.

« Tu devrais rester sur tes gardes tu sais. » lui dit Sodia après avoir fini d'examiner son épée. « Beaucoup ont vu que des Venatori étaient présents dans le camp adverse et ils pourraient penser à nouveau que tu es un espion à leur solde. »

« C'est donc pour ça que j'ai droit en permanence à une chercheuse de vérité ou à un templier… » fit Yuri avec un ton légèrement exaspéré. « Si j'étais vraiment un cultiste Venatori, je serais déjà parti pour aller faire mes incantations macabres et sacrifier des esclaves pour pratiquer ma magie du sang. »

Les derniers mots s'étaient en partie étranglés dans la gorge du jeune Altus, très certainement à cause du très mauvais souvenir qui lui revenait en tête à chaque fois qu'il entendait parler de cette magie et de la raison pour laquelle il avait préféré suivre Alexei plutôt que rester dans le confort de l'empire Tevinter, une société où les mages étaient bien plus libres que dans le reste de Thédas.

« Souviens-toi que maître Lavellan et le commandant Scifo t'ont accordé toute leur confiance. » lui rappela la chercheuse en fronçant légèrement les sourcils.

« Et je ne compte pas les trahir si c'est ce que tu sous-entends. » répliqua Yuri en la regardant droit dans les yeux. « J'ai rejoint l'Inquisition en espérant pouvoir vous aider et pour le moment, je perds du temps à lutter contre ceux qui me confondent avec l'ennemi. Tout ce que je veux, c'est me rendre utile. »

« … Si nous survivons au voyage, je m'assurerai que tous se souviennent que tu es des nôtres. En attendant, il nous faut espérer et prier pour que le Créateur nous guide… »

L'espoir… un sentiment tellement fragile qu'il peut se briser à tout instant… pour mieux renaître par la suite. Ce fut ainsi que le peuple de Darse, dans un chœur mélancolique, reprit confiance et, guidés par l'élu d'Andrasté ainsi que par l'apostate Rita Mordio, ils poursuivirent leur route au lever du jour. Toutes les pensées des survivants allaient vers le Créateur, chacun l'implorant intérieurement de mettre fin à leurs souffrances.

Leurs prières furent entendues quand, avec un étonnement non feint, ils arrivèrent en vue d'une forteresse elfe abandonnée dans les montagnes enneigées : Fort Céleste.

Ainsi, l'Inquisition retrouva une base… et surtout, à l'unanimité, maître Lavellan fut officiellement nommé Inquisiteur. La première décision prise fut de s'atteler à la rénovation de leurs nouveaux quartiers généraux, ce qui donnait du travail à quiconque était capable de tenir un marteau. Là où à Darse la place manquait pour loger tout le monde, Fort Céleste possédait l'espace nécessaire pour que chaque unité puisse évoluer sans marcher sur les pieds d'une autre. Raven et ses espions avaient déniché une volière parfaite pour leurs corbeaux, située juste au-dessus d'une bibliothèque remplie de divers ouvrages. Estellise trouva sa place près de la table de guerre, établissant son bureau dans une salle précédant celle du conseil et proche du grand hall, lui permettant ainsi d'être facilement présente auprès de l'Inquisiteur quand il le fallait bien qu'elle avait hâte que les travaux de rénovation s'achèvent, les courants d'air ne manquant pas. Quant à Flynn, souhaitant être près des remparts, il avait choisi une tour où installer à la fois son bureau et, juste au-dessus, ses appartements… si l'on exceptait le fait que le toit aurait eu besoin de quelques réparations, ce qui ne semblait nullement préoccuper le Templier.

Tous s'investissaient durement pour l'Inquisition, que ce soit à une petite ou à une grande échelle… et parfois en s'oubliant soi-même.

« Depuis combien de temps tu n'y as pas touché Flynn ? » avait demandé Sodia avec inquiétude au commandant et conseiller militaire de l'Inquisition.

« Je ne sais plus exactement… » répondit le templier en essayant d'empêcher sa main de trembler encore plus qu'elle ne le faisait actuellement. « Mais promets-moi que si un jour je venais à ne plus être apte à assumer mes fonctions, tu me laisseras partir. »

La chercheuse de vérité ne put retenir une grimace à cette demande. C'était elle qui avait recommandé Flynn à ce poste, vu son potentiel… et surtout cette volonté qu'il possédait. Sans cette force de caractère, jamais il n'aurait réussi à ne pas prendre de lyrium pendant autant de temps. Cependant, le lyrium restait une substance très addictive et si les mages ne souffraient pas d'en prendre quand cela leur était nécessaire, ce n'était pas la même chose pour les Templiers qui ressentaient tous les symptômes de manque : tremblements, douleurs, migraines, cauchemars… Cesser d'en prendre était donc une véritable épreuve, un parcours du combattant des plus ardus.

Elle espérait sincèrement qu'il allait réussir à s'en remettre…

Après plusieurs opérations menées en Orlaïs et en Férelden, l'influence de l'Inquisition allait en grandissant, lui permettant de localiser son ennemi et de découvrir diverses failles de l'Immatériel que l'Inquisiteur Lavellan put aller refermer, aider par ses plus proches amis. Les trajets se faisaient tantôt dans la chaleur de la Porte du Ponant, tantôt sous le couvert des hauts arbres des Tombes Emeraudes, etc. Il y avait tant à explorer pour s'assurer de la sécurité de Thédas…

Ce jour-là, alors qu'il venait d'entrer dans sa tour, Flynn sentit une présence familière dans son domaine et, au moment où il leva la tête, il entendit un léger bruit en haut, ce qui le fit sourire avec amusement. Faisant comme s'il n'avait rien remarqué, il s'installa à son bureau et commença à lire les différents rapports qui l'attendaient.

Par deux fois, il avait été interrompu : la première fois par Sodia qui était venue voir que tout allait bien pour lui avant de se préparer à partir, la seconde fois par l'Inquisiteur Lavellan qui cherchait Yuri depuis un moment dans le but qu'il les accompagne à l'Emprise du Lion – n'ayant pu mettre la main sur le tévintide, ce fut Rita qui prit sa place et ce, de mauvaise grâce.

Lorsque le soleil commença à disparaître derrière les montagnes enneigées, le Templier demanda à l'un de ses hommes de lui amener de quoi se restaurer en précisant qu'il était affamé et qu'il avait encore beaucoup de travail à finir pour le lendemain. Une fois la collation arrivée, il attendit environ cinq minutes, le temps que l'odeur du poulet tout juste sorti du four embaume bien les lieux. En entendant du bruit à l'étage, Flynn ne fut absolument pas surpris de voir, quelques secondes après, Yuri descendre rapidement de l'échelle.

« Alors maintenant tu essaie d'éviter de partir en mission ? » demanda le commandant sur un ton taquin tout en lisant le dernier rapport qu'il avait reçu. « L'Inquisiteur ne va pas être content quand il sera de retour. »

« Je m'en fiche. » répondit le mage, emmitouflé dans une fourrure qu'il avait prise à l'étage. « Il est hors de question que j'aille encore me les geler à l'Emprise du Lion alors qu'il fait déjà très froid ici. »

De mémoire, cela devait être la quatrième fois que Yuri venait se cacher ici. Flynn n'y voyait pas d'inconvénient, essentiellement parce que cela lui permettait de s'assurer que son ami se portait bien et qu'il n'était pas occupé à faire une farce à quelqu'un – généralement, les idées venaient de Judith mais elle parvenait toujours à convaincre le tévintide de l'aider, comme la fois où elle avait réussi l'exploit de teindre les cheveux de Duke d'un rouge vif dont ce dernier eut bien du mal à se débarrasser.

« Et pourquoi Sodia est venue te demander comment tu allais ? » questionna le jeune Altus avant de mordre avec appétit dans un morceau de poulet. « T'as fini par chopper un rhume avec les trous dans ta toiture ? »

Face à cette question, le Templier grinça légèrement des dents, ce qui, vu la réaction du mage, n'était pas passé inaperçu. Il pesa longuement le pour et le contre, remerciant intérieurement son ami de ne pas le presser de questions sur sa condition, et finit par décider qu'il serait mieux de lui avouer ce qu'il risquait fort de deviner par lui-même.

« J'ai cessé de prendre du lyrium et elle venait vérifier si je n'avais pas besoin de son aide pour atténuer les effets secondaires. » admit Flynn en se passant une main sur le visage. « Même si j'apprécie sa sollicitude à mon égard, je ne compte pas l'appeler à la moindre migraine. »

« Du peu que je sais, il est très difficile d'arrêter le lyrium. » déclara Yuri en fronçant les sourcils, pensif. « De mémoire, Alexei s'y était intéressé dans le but de raccourcir la durée des effets secondaires sur les mages. Si tu veux, je peux aller lui demander ses notes et les étudier avec un arcaniste. Peut-être qu'il avait découvert quelque chose qui peut servir. »

« Ça ira, je peux me débrouiller seul… »

« Je n'ai pas l'intention de te laisser gérer cette saleté par toi-même Flynn. »

Le regard azur du commandant croisa celui gris et déterminé du mage.

« Depuis que j'ai rejoint l'Inquisition, tu m'as aidé quand j'en avais besoin. » poursuivit Yuri en posant brutalement ses mains à plat sur le bureau. « Il est donc hors de question que tu ne me laisse pas faire la même chose pour toi ! »

Le Templier s'apprêtait à répliquer mais une étincelle dans ces yeux anthracite le fit hésiter. Pourquoi avait-il le sentiment que quelque chose n'allait pas avec son ami ?

« Très bien. » abdiqua Flynn, épuisé. « Mais j'accepte à condition que la moindre de tes découvertes puisse aussi aider les autres Templiers. Pas uniquement moi. »

« Entendu. »

Ce fut ainsi qu'une nouvelle routine s'installa entre eux : chaque soir, le mage venait examiner le Templier, vérifiant son état physique et mental. Dans le cas où le chevalier était en proie à une crise de paranoïa, le tévintide restait à ses côtés jusqu'au matin, faisant qu'il avait fini par faire la plupart de ses recherches depuis la chambre du commandant de l'Inquisition. Cela n'aurait pas fait jaser au sein de Fort Céleste si un deuxième lit avait été installé dans cette tour, ce qui fit courir le bruit que les deux hommes étaient amants. Si la rumeur faisait rougir le conseiller militaire, le mage était étrangement sur la défensive quand il l'entendait, comme s'il craignait quelque chose…

… et ce fut l'Inquisiteur qui en découvrit le premier la raison lors d'un rendez-vous à Golefalois auquel lui et le tévintide étaient conviés. Presque personne n'était au courant de cette entrevue à part les concernés car celui qu'ils étaient allés rencontrer souhaitait que cela reste discret.

Après qu'ils furent de retour à Fort Céleste, Yuri avait demandé à être seul un moment, ce qui avait inquiété maître Lavellan. Ce fut pour cette raison que, une fois la réunion avec ses proches conseillers terminée, il demanda à Flynn de venir le voir dans ses appartements puis il lui dévoila ce qui s'était produit à Golefalois.

Suite à cela, le Templier demanda si quelqu'un avait vu le mage tévintide quelque part. Rita et Raven lui confirmèrent qu'il n'était pas venu à la bibliothèque, Sodia ne se souvenait pas l'avoir vu passer près du terrain d'entraînement et Judith confirma qu'il n'avait pas mis un pied à la taverne depuis son retour. Patty était la seule à l'avoir croisé dans les jardins et lui avait précisé que leur ami souffrait beaucoup intérieurement. Puis il alla voir Duke qui, comme à son habitude, était aux écuries…

« Il est en haut. » lui déclara calmement le Garde des Ombres avant qu'il ait pu lui demander quoique ce soit.

Flynn monta donc à l'étage et y trouva Yuri, assis dans un coin et qui avait un air misérable sur le visage. Le Templier ne put qu'en conclure que l'Inquisiteur avait raison d'être inquiet : le mage n'avait pas très bien encaissé le fait de revoir son père, l'homme qu'il avait fui car celui-ci, mécontent d'apprendre que son fils multipliait les aventures avec la gent masculine, avait voulu le faire rentrer de force dans le moule… en utilisant la magie du sang pour changer ce qu'il était. Le choix du jeune Altus était parfaitement compréhensible ainsi que la profondeur de la blessure qui lui avait été infligée le jour où il avait découvert tout cela.

Sans prononcer le moindre mot, Flynn s'installa à côté de son ami et il attendit de longues minutes avant que Yuri, d'une voix terne décide de vider son sac.

Le mage lui décrivit l'empire de Tevinter et son obsession à créer des mages parfaits. Les mariages d'amour n'existaient pas, en particulier chez les Altus. Ce n'était que des unions arrangées, une perpétuelle mascarade à laquelle les tévintides se prêtaient depuis bien longtemps et ce, même si cela ne leur convenait pas. Yuri, lui, avait essayé de cacher qu'il n'avait aucun attrait pour les femmes, acceptant les quelques propositions d'un soir qu'il pouvait trouver. La malchance avait voulu qu'un de ses partenaires d'une nuit soit marié et que sa femme soit jalouse. Quand le père du jeune Altus, le Magister Lowell, l'avait découvert, ils s'étaient disputés et, quelques jours plus tard, le jeune homme l'avait entendu parler de ce rituel sanglant destiné à rectifier l'erreur qu'il était. Il n'avait pas tardé à s'enfuir et il avait trouvé refuge auprès d'Alexei.

Yuri se tourna ensuite vers Flynn et lui dit qu'il était désolé d'avoir provoqué cette rumeur, ce que le Templier contra en déclarant qu'il n'avait pas à l'être et qu'à aucun moment il ne s'était senti honteux que l'on perçoive ainsi leur relation. Intrigué, le mage lui demanda d'être plus précis et, quand il vit l'hésitation du chevalier, il insista, ce qui provoqua un soupir d'appréhension chez son ami… avant que celui-ci ne pose sa main contre sa joue avec douceur et dépose un bref baiser sur ses lèvres.

Ce contact laissa le mage particulièrement confus et, afin de lui laisser le temps de réfléchir, le Templier lui précisa qu'il pourrait le trouver sur les remparts.

A présent, cela devait faire une bonne heure que Flynn avait inspecté cette zone en long et en large. Son regard était fixé sur les montagnes enneigées quand il entendit des pas derrière lui. Il se retourna et vit arriver Yuri, les bras croisés contre son torse et frottant ses mains contre ses épaules pour se réchauffer.

« Heu… » fit le tévintide, ses joues se colorant légèrement. « Je ne sais pas trop si… si c'est une bonne chose qu'on… »

« Vu comme cette rumeur amuse beaucoup tout Fort Céleste, je doute que la rendre vraie pose de souci à quiconque. » le coupa le Templier avec un léger sourire en coin. « Et s'il y en a à qui cela ne convient pas, tant pis pour eux. C'est à moi de choisir qui je veux fréquenter. »

« Donc… tu veux qu'on… »

Soudain, le mage fut secoué d'un rire nerveux. Flynn, perturbé par cette réaction, resta interloqué… jusqu'au moment où Yuri combla rapidement la distance entre eux et l'embrassa sur la bouche.

Ce changement officiel dans leur relation fut accueilli de façon positive par leurs proches, à commencer par Judith qui leur offrit une série d'ouvrages dont le contenu avait fait rougir le Templier jusqu'aux oreilles. Bien que le futur restait incertain à cause de la menace qu'ils avaient à affronter, ils pouvaient s'afficher librement dans Fort Céleste et ce, même si certains détournaient les yeux en voyant leurs démonstrations d'affection en public.

Peu importe ce qui les attendait, ils étaient ensemble pour lutter et c'était ce qui comptait le plus pour eux.


Equivalence personnages :

Sodia - Cassandra Penthagast

Flynn - Cullen Rutherford

Yuri - Dorian Pavus

Raven - Léliana Rossignol

Estelle - Joséphine de Montilyet

Judith - Sera

Duke - Blackwall

Rita - Solas (en partie seulement)

Witcher - Vivienne

Patty - Cole

Sans équivalence avec TOV : Varric, Iron Bull

Maître Lavellan : Si le joueur choisit un elfe comme personnage à incarner, il sera du clan Lavellan.

Darse : Village de Férelden et lieu de pèlerinage.

Thédas : Monde où se déroulent les évènements de Dragon Age. Dans Inquisition, les pays accessibles sont Orlaïs et Férelden.

Empire de Tevinter : Situé au nord d'Orlaïs, cet empire valorise les mages au contraire du reste de Thédas. L'esclavage est encore pratiqué et les non-mages ont peu de chances d'obtenir une place importante dans la société tévintide.

Divine : Leader de la Chantrie, obligatoirement de sexe féminin.

Chantrie : Organisation religieuse qui est dominante à Thédas. Jusqu'à la rébellion des mages, c'était elle qui avait le contrôle sur les cercles de mages, l'ordre des Templiers et les chercheurs de vérité. A Tevinter, suite à une rupture avec Orlaïs, existe la Chantrie Impériale qui est dirigé par un homme choisi parmi les Magisters.

Magister : Dirigeants des cercles de mages de Tevinter. Ce sont aussi eux qui dirigent l'empire de Tevinter.

Altus : Descendants de très anciennes familles de mages tévintides. Les Altus sont des mages qui, dans la société tévintide, occupent les plus hauts rangs.

Immatériel : Lieu où vivent les esprits et les démons. Il est séparé du monde de Thédas par le Voile et quand ce dernier est fragilisé, des failles apparaissent, laissant sortir les démons et les esprits.

Chercheurs de vérité : Organisation prenant ses ordres directement de la Divine et pouvant accomplir diverses missions. Ils peuvent aussi agir contre les templiers. Il n'y a pas de chercheurs de vérité à Tevinter.

Ordre des Templiers : Organisation militaire aux ordres de la Chantrie. Les Templiers sont chargés de traquer les mages apostats et de surveiller les cercles de mages (excepté à Tevinter où ils sont essentiellement une force militaire).

Cercles de mages : Regroupement de mages où les mages sont entraînés à maîtriser leurs pouvoirs sous le contrôle des Templiers. Ils sont dirigés par le premier Enchanteur, sauf à Tevinter où ce sont les Magisters qui en sont les dirigeants.

Gardes des Ombres : Guerriers ayant la capacité de combattre les Engeances, des créatures qui ont plusieurs fois menacé Thédas. La Garde des Ombres ne s'intéresse qu'aux compétences de ses recrues, faisant qu'elle met de côté tout le reste (race, classe, origine sociale, passé…). De plus, le rituel pour les rejoindre peut potentiellement être mortel. Leur nombre est assez réduit.

Mage apostat : Mages n'appartenant pas à un cercle et considéré comme une menace. Les apostats sont fréquents chez les elfes.

kaleiyahitsumei: (Default)
 Disclaimer : Tales of Vesperia ne m'appartient pas

Titre : L'Union des braves

Arc UA : Super-héros

Auteur : Kaleiya Hitsumei

Beta / Acolyte : Eliandre

Genre : UA / Aventure / Friendship / Humour (vu les réactions d'Eliandre, je suis obligée de le faire…)

Rating : T par précaution

Note : Nouvel arc UA, cette fois-ci sur les super-héros. Pour le moment, ce sera essentiellement la présentation des dits-héros qui s'uniront pour devenir « L'Union des Braves » et combattre le mal dans les rues de Zaphias. Je verrai comment organiser mes textes au fur et à mesure que ceci avancera.


A Zaphias, plus grande ville du continent d'Illycia, les forces de l'ordre étaient dépassées par la hausse fulgurante de la criminalité. Heureusement, un groupe de justiciers, certains possédants des capacités hors du commun, était là pour les protéger contre les méchants…

1 : La princesse et son chevalier

A l'origine, Flynn Scifo se destinait à faire carrière dans les forces de l'ordre, tout comme son père avant lui, mais le destin en avait décidé autrement quand, un jour où il patrouillait près du centre spatial de Zaphias, des criminels dérobèrent un morceau d'un astéroïde jugé radioactif et qu'en le récupérant sans protection, le jeune homme avait été gravement exposé aux radiations de cette pierre de l'espace.

Même s'il était triste, il ne s'en plaignait pas car il avait trouvé un travail assez confortable de garde du corps, protégeant Estellise Sidos Heurassein d'un éventuel enlèvement, doublé d'un job peu commun…

« Lâchez cette femme et mettez vos mains en l'air ! »

L'homme, actuellement occupé à brutaliser une femme dont il espérait récupérer le sac à main, s'était bien entendu arrêté en pensant avoir affaire à la police. Il fut très surpris de tomber sur un jeune homme vêtu d'un costume majoritairement blanc – le haut de la tenue possédait deux larges bandes bleues verticales qui encadraient un cercle noir à l'intérieur duquel se trouvait huit petits ronds de bronze qui en encerclait un, plus grand, en or –, dont le haut du visage était caché sous un masque blanc au liseré bleu – on pouvait voir qu'il avait des cheveux blonds en bataille – et qui le menaçait avec une épée dans la main droite tout en tenant un pavois blanc ornés en son centre d'un dessin de deux lames croisées dans sa main gauche.

« Me fais pas rire crétin ! » fit le criminel qui appréciait peu ce qu'il pensait être une plaisanterie avant de sortir une arme à feu de son blouson. « C'est trop tard pour Mardi Gras. »

« Dans ce cas, je me vois forcé de sévir monsieur. »

L'individu n'attendit pas qu'il s'avance et tira sur lui… avant de réaliser qu'il l'avait, curieusement, manqué – seuls cinq mètres au plus devaient les séparer et la ruelle n'était pas si large que cela, bien au contraire. Tandis que l'homme masqué commençait à marcher calmement vers lui, il tira deux autres coups… qui ricochèrent littéralement sur le torse de sa cible. Pris de panique, il ne réfléchit pas et vida son chargeur, espérant ainsi le tuer.

Cependant, il s'effondra au sol quand il reçut un violent coup de poing au thorax de la part de celui en costume.

« Putain mais t'es quoi au juste ? » demanda-t-il, terrorisé en comprenant que ce type était tout sauf normal.

« Le mot « qui » serait plus adapté monsieur. » répondit l'inconnu habillé en blanc avant de s'incliner respectueusement devant la femme qu'il avait sauvé tout en rangeant sa lame dans le fourreau qu'il portait à sa ceinture. « White Knight, au service de la justice. »

White Knight, un des premiers justiciers masqués qui était apparu à Zaphias et, très certainement, le plus populaire. Cette nuit-là, il était encore inconnu du grand public et, excepté en privé, personne n'avait encore pu constater son incroyable résistance physique. La rumeur disait que son corps était indestructible.

Le criminel, lui, avait voulu profité du fait que la femme remerciait son sauveur pour leur fausser compagnie mais un violent coup sur la tête le mit KO, le faisant tomber aux pieds de l'acolyte de White Knight : Lady Silver.

Elle était aisée à reconnaître dans son costume blanc et rose - celui-ci était composé d'un haut du même style que celui de son acolyte, à la différence qu'elle avait un cœur rouge entouré d'une couronne d'argent sur sa poitrine, et d'un bas qui se présentait sous la forme d'une jupe évasée accompagnée de collants blancs - et à son casque évoquant un diadème qui lui couvrait le haut de la tête – les cheveux blond platine qui s'en échappaient lui tombaient en de belles anglaises sur les épaules. Dans ses mains, elle tenait un sceptre argenté, celui-là même dont elle s'était servi pour assommer le bandit.

« J'y ai peut-être été un peu fort non ? » demanda-t-elle, un peu gênée, à son partenaire.

« Vous avez fait votre devoir madame donc n'en soyez pas confuse. » répondit White Knight avec le sourire.

Après avoir escorté la femme qu'ils avaient sauvé du danger jusque chez elle et déposé le malchanceux criminel près du poste de police le plus proche, ils rejoignirent leur véhicule, une berline blanche qui avait deux épées croisées entourées d'une couronne dessinées sur le capot et dont l'intérieur avait été quelque peu modifié. Lady Silver monta à l'arrière et White Knight à l'avant. Ce dernier appuya sur le bouton d'un petit écran sur son tableau de bord, ce qui alluma celui-ci en montrant la tête d'une adolescente aux yeux verts et aux courts cheveux châtain.

« Rien d'autre à signaler Rita ? » demanda le justicier.

« C'est plutôt calme apparemment. » lui répondit sa cadette sur un ton morne. « Vous pouvez rentrer. »

Sur cette phrase, l'écran s'éteignit. White Knight mit le contact et tourna la clé sur l'encoche du mode « pilote automatique » avant d'entrer la destination sur ce qui ressemblait fort à un GPS. Lady Silver, pendant ce temps, avait pris le bouclier de son partenaire pour le ranger sous les sièges arrières, dans une cache secrète qu'elle referma rapidement, puis elle appuya sur un bouton au dessus d'elle, faisant se lever une séparation avec l'avant du véhicule. De son côté, White Knight, en constatant que son acolyte avait mis en place cette séparation, enclencha un bouton gris qui fit se teinter toutes les vitres du véhicule juste avant qu'il ne démarre. Ensuite, il ôta son masque, redevenant le citoyen Flynn Scifo.

Ce n'était pas évident de se changer dans une voiture en mouvement mais, avec de l'entraînement, ils y étaient parvenus assez facilement, leurs costumes n'étant pas très compliqués à enfiler. Vu qu'ils rentraient, ils auraient très bien pu se passer de cette étape mais Rita, en écoutant la fréquence de la police, leur avait signalé des barrages sur la route, ce qui pouvait poser souci.

Justement, cela ne loupa pas : leur véhicule dut s'arrêter à l'un de ces points de contrôle. Flynn baissa donc la vitre du conducteur pour tomber nez à nez avec le sergent Adeccor. Au préalable, le jeune homme avait enclenché une commande pour masquer les modifications internes du véhicule et changer sa couleur extérieur en un noir profond pour passer inaperçu.

« Bonsoir sergent. » lança-t-il à celui qui était un ancien collègue à lui.

« Flynn Scifo ! » s'exclama le sergent Adeccor avec surprise. « Que faites-vous aussi tard en ville ? »

« C'est de ma faute monsieur l'agent ! »

Lady Silver, alias Estellise Sidos Heurassein, avait ouvert la vitre arrière et penché légèrement sa tête vers l'extérieur pour s'adresser au représentant de l'ordre.

« J'étais allée chez des amies et nous n'avons pas vu le temps passer. » mentit-elle avec un sourire désolée tout en remettant en place une mèche de cheveux roses derrière son oreille – étrangement, c'était sa couleur naturelle et, à cause de cela, elle devait porter une perruque quand elle était en Lady Silver afin de ne pas être facilement reconnue.

« Le travail donc. » fit Adeccor avec un léger sourire en se tournant vers son ancien collègue. « Vous pouvez passer. »

« Au fait, vous cherchez quelqu'un en particulier ? » demanda Flynn tandis qu'Estellise remontait sa vitre en écoutant d'une oreille ce qui se disait. « Je ne me souviens pas avoir vu ce barrage quand nous sommes passés par ici en début de soirée. »

« Une fausse alerte probablement mais on n'est jamais trop prudent. »

Vu la façon dont il vit la moustache du sergent frémir, c'était clairement un mensonge. A l'instant même où il remarqua ce détail, la radio d'Adeccor se mit en marche.

« Suspect appréhendé par le lieutenant O'Daly. Vous pouvez enlever tous les barrages. »

Bingo. Et manifestement, son ancienne coéquipière, Sodia O'Daly, était toujours aussi efficace.

« Bien reçu. » répondit le sergent à la radio avant de se tourner vers lui. « Bonne nuit à toi Flynn et à la prochaine ! »

« A bientôt Adeccor et finis bien ton service. »

Flynn et Estellise purent reprendre leur route en direction de la résidence Sidos Heurassein, celle-ci étant plutôt un vaste domaine comprenant un gigantesque manoir avec quelques annexes dont l'une d'elles, la plus grande, était occupée par Rita et ses travaux.

D'ailleurs, ils constatèrent, après avoir franchi la grande grille qui représentait l'entrée du domaine, que celle-ci les attendaient de pied ferme.

« Sortez vite de là-dedans ! » fit-elle une fois que le moteur fut coupé. « J'ai des modifications à faire dessus et ça va me prendre du temps ! »

Flynn et Estellise avaient l'habitude de cela de la part de Rita. Depuis le temps qu'ils travaillaient ensemble…

Quand le jeune homme avait dû quitter les forces de l'ordre, cela avait été un vrai crève-cœur pour lui qui espérait y faire carrière, tout comme son père avant lui. Il avait cherché un moment comment rebondir quand il reçut un coup de téléphone de la part de la riche héritière de la famille Sidos Heurassein. Il avait été une fois assigné à sa protection après que quelqu'un ait tenté de l'enlever contre une rançon et la jeune femme lui en était restée très reconnaissante, si bien que lorsqu'elle avait appris qu'il n'avait plus de travail, elle avait décidé qu'il était temps de l'aider à son tour.

C'était donc grâce à Estellise qu'il avait eu ce job de garde du corps et, honnêtement, il n'aurait jamais imaginé ce qui en découlerait par la suite.

Peu de temps après être entré à son service, il avait dû la protéger d'un homme qui tentait de la tuer et s'était interposé entre elle et la balle. L'individu fut abattu très vite par la sécurité – on découvrit d'ailleurs qu'il s'était récemment fait embaucher comme jardinier et que ses antécédents avaient été mal vérifiés – et, étonnamment, Flynn était indemne alors qu'il était certain d'avoir reçu le tir de plein fouet. En ôtant sa chemise dans sa chambre, il avait constaté que, effectivement, il avait été touché mais aucune blessure n'était visible sur son torse. Par contre, quand il s'était déshabillé, il n'avait pas noté qu'un objet était tombé… et c'est en le ramassant qu'il avait réalisé que c'était une balle de pistolet complètement déformée !

Il ne comprenait pas ce qu'il s'était passé et ne savait pas trop à qui en parler. Cependant, en le voyant aussi troublé, Estellise avait compris que quelque chose le travaillait et il lui avait raconté ses découvertes. Tout de suite, elle l'avait pris au sérieux, s'étant elle-même demandé ce qu'il était advenu de cette balle que personne n'avait retrouvée, puis elle l'avait emmené à l'annexe occupée par Rita Mordio, une surdouée de quinze ans qui vivait recluse et dont les travaux étaient financés par la famille Sidos Heurassein.

Si elle s'était montrée sceptique au début, l'insistance de celle aux cheveux roses – qui était aussi sa meilleure amie – fut ce qui la persuada de faire quelques tests. Flynn n'avait pas bronché face à la prise de sang – il avait dut la faire lui-même quand l'aiguille de la seringue se brisa pour la quatrième fois lorsque c'était sa cadette qui essayait de la lui planter dans le bras – mais quand il dut rester immobile face à des armes à feu pointées sur lui, il avait eu un mal fou à lutter contre ses instincts de policier.

Malgré cela, les expériences de Rita permirent de faire la lumière sur ce qui lui arrivait : l'astéroïde avait légèrement modifié son ADN, faisant que son corps était devenu invulnérable à beaucoup d'éléments pouvant le blesser – s'il ne craignait plus de se couper, cogner ou faire tirer dessus, il pouvait toujours se brûler et ce fut suite à cette constatation que la surdouée lui avait fabriqué un costume résistant au feu.

L'idée de devenir une sorte de super-héros était venue d'Estellise – il avait appris par la suite que la jeune femme, en plus d'avoir une couleur de cheveux inhabituelle, avait elle aussi d'étranges aptitudes qu'elle s'évertuait à dissimuler aux yeux du monde. Il avait trouvé cela un peu tiré par les cheveux au départ mais quand elle lui déclara qu'elle le ferait seule s'il le fallait, il avait cédé et c'était ainsi que White Knight et Lady Silver étaient nés.

Est-ce que Flynn regrettait son choix ? Non car il devait reconnaître qu'il se sentait plus à son aise à patrouiller dans les rues de Zaphias pour lutter contre le crime au lieu d'être cantonné à la protection d'une seule personne.

-§-

« Ces derniers jours, plusieurs délits ont été commis et les coupables ont rapidement été remis aux mains de la justice. D'après plusieurs témoignages, deux individus masqués, un homme et une femme se faisant appelés respectivement White Knight et Lady Silver, seraient spontanément venus à leur secours. Nous ignorons quelle est leur véritable identité mais il est certain que beaucoup de citoyens leur sont reconnaissants pour les avoir aidés. A présent, parlons de… »

« Les médias commencent à parler de nous ! » s'exclama Estellise dont le regard turquoise s'était illuminé.

« Je ne m'emballerai pas trop à ta place. » marmonna Rita qui avait changé de chaîne assez brutalement. « Pour le moment, nous sommes que des petits joueurs et ils le savent très bien. »

« Je suis aussi de cet avis. » approuva Flynn qui lisait quelques articles sur Internet. « Nous sommes surtout intervenus sur des agressions ou des petits larcins. Rien ne nous empêche de tenter des opérations plus ambitieuses mais les risques seront plus élevés et je suis le seul ici qui peut me passer d'un gilet pare-balles. »

« Ce ne sera pas difficile de revoir le costume d'Estelle je pense. » remarqua la surdouée en attrapant son ordinateur portable. « Je devrais même pouvoir y ajouter quelques gadgets très simples comme des fumigènes ou des lunettes à vision nocturne. Bien entendu, ça vaut pour toi aussi Flynn. »

« La sécurité d'Estellise est le plus important. La mienne passe ensuite. »

« Rita, tu crois que tu pourrais aussi… »

Le jeune homme décrocha de la conversation, se doutant déjà de quoi il s'agissait, pour s'intéresser à un article relatant quelques faits étranges à Zaphias : des effractions où strictement rien n'avait été volé. Dans la liste des lieux concernés, il y avait une parfumerie, le zoo, un musée et un antiquaire. Aucun lien n'était visible entre ces différents endroits et Flynn sentait que quelque chose se préparait. Cependant, il manquait encore d'éléments pour savoir quoi exactement.

-§-

Alors qu'il buvait tranquillement un verre dans un bar, il ne s'était pas attendu à entendre aux infos que deux justiciers masqués arpentaient les rues de Zaphias. Il s'en serait probablement moqué si les circonstances avaient été toutes autres mais là, sa curiosité avait été piquée au vif : qui étaient ces deux personnes qui dissimulaient leur identité ?

Il n'avait pas assez de données pour répondre à cette question mais il connaissait un bon moyen d'y remédier… restait juste à faire quelques préparatifs et de guetter le bon moment pour agir.


NB : Voilà ce qu'il en est pour Flynn et Estelle. Les autres vont suivre progressivement.

Auteur vs Persos :

Orieul : T'as abusé de Batman dernièrement toi.

Kaleiya : J'avoue que… oui.

Asahi : Là, c'est plutôt Superman qui a servi d'inspiration.

Kaleiya : Vous impatientez pas car j'ai tellement de taf en perspective que ça ne va pas avancer vite tout cela…

kaleiyahitsumei: (Default)
 Disclaimer : Tales of Vesperia ne m'appartient pas et certaines idées sont inspirées du Scorpion du Nil.

Auteur : Kaleiya Hitsumei

Beta : Eliandre

Titre : Soleil de minuit

Genre : AU, Mystery, Romance.

Rating : M

Pairings : Hmm… J'ai décidé de vous laisser la surprise finalement. C'est plus amusant ainsi.

Note: Idée qui m'obsédait depuis un moment, surtout quand j'ai repensé au Scorpion du Nil. Cependant, l'histoire se passe dans un monde imaginaire donc si je me suis grandement inspirée de l'Egypte pour Hélios, vous verrez vite que ce n'est pas le cas pour Séléné.

Playlist :

Kamelot – Kismet

Kamelot – Nights of Arabia

Luca Turilli – Silver Moon

Battle Beast – Touch in the night


Soleil de Minuit – Partie 1

Le soleil était haut dans le ciel, frappant de ses rayons ardents la terre desséchée depuis déjà plusieurs années d'Hélios, royaume qui vénérait l'astre solaire. Auparavant, le sol était plus riche, la végétation plus présente et l'eau moins rare. Mais cela changea lors du couronnement du roi Thar, surnommé « le roi fou » par son peuple. L'année de sa consécration, plusieurs faits étranges se produisirent : la mort subite de sa sœur suite à une morsure de serpent, la disparition de son frère, la pluie qui tombait habituellement environ trente jours par an n'apparut que pendant dix jours à peine, l'assèchement soudain de plusieurs points d'eau qui condamna des villages entiers. Les seuls lieux qui furent à peu près épargnés étaient la capitale Aurum et les villages au bord du grand fleuve Neilos.

La vie du peuple devenant de plus en plus difficile, beaucoup supposèrent que le dieu soleil était en colère contre leur souverain et des révoltes éclatèrent. Cependant, aucune n'aboutit et les rebelles furent pratiquement tous exécutés les uns après les autres. La dernière rébellion eut lieu trois ans auparavant, dans un petit village qui fut rasé par l'armée quelques jours après que le chef de l'insurrection se soit rendu.

Aujourd'hui, plus personne n'osait vraiment s'opposer au roi fou. Les derniers espoirs de changement résidaient en la mort du souverain qui n'avait pas d'héritier et dans une intervention de l'empire de Séléné, situé au-delà de la rive ouest du fleuve Neilos et dont la frontière était en grande partie matérialisée par le cours du fleuve sauvage dont les eaux tourbillonnantes et capricieuses ont dissuadé quiconque de s'installer trop près de celui-ci. Seulement, personne ne croyait que le souverain serait assez imprudent pour ne pas laisser de descendance et Séléné n'était pas un pays adepte de la guerre.

La situation n'irait pas en s'arrangeant si personne ne tentait de comprendre ce qui n'allait pas en Hélios. Elle le savait très bien et c'était pour cela qu'elle et son amie Judith étaient près du fleuve sauvage, à la portion la plus dangereuse de celui-ci mais aussi la seule où il leur était possible de traverser sans passer par le poste de garde.

« N'oublie pas Rita. Tu as peu de temps pour traverser avant que Charybde ne recrache les eaux qu'elle a avalé. » lui rappela la jeune femme aux cheveux bleus.

« Je sais. Si je me rate, soit je finis noyée, soit je rencontre Scylla. »

Charybde et Scylla… Un gouffre qui avalait puis recrachait l'eau, laissant pendant un temps un passage possible pour traverser le fleuve sauvage mais qui, si l'on ne le franchissait pas assez vite, pouvait noyer quiconque sur son passage ou l'envoyer droit sur des rochers aussi pointus que des aiguilles et sur lesquels il était facile de finir empalé puis noyé sous les eaux qui les recouvraient lorsque le cours d'eau était à son plus haut niveau.

« Tiens-toi prête. »

De ses yeux verts, Rita voyait à présent le niveau baisser, révélant de gros rochers plus ou moins plats qui formaient comme un chemin jusqu'à la rive verdoyante de Séléné. Cependant, elle pouvait aussi bien distinguer les restes des pauvres malheureux qui avaient échoué, leurs corps plus ou moins décomposés étant restés piégés dans les griffes rocailleuses de Scylla.

Bien que la vision soit des plus désagréables, elle savait qu'elle devait impérativement réussir à rejoindre l'autre rive…

« Vas-y ! »

La jeune fille sauta dans le lit du fleuve, se hâtant de mettre le pied sur le premier rocher tandis que Charybde avalait les quelques centimètres d'eau qu'il restait. Elle pouvait encore rebrousser chemin si elle le voulait, les rochers s'avérant plus glissants qu'elle ne l'aurait cru, mais son instinct lui disait que plus elle tarderait à aller voir le devin lunaire, plus la vie en Hélios irait en se dégradant. Elle avait atteint le milieu du passage quand Charybde, ayant ingurgité toute l'eau présente, commençait à émettre une sorte de gargouillis sourd, l'incitant à accélérer l'allure.

Puis quand elle atteignit l'avant-dernier rocher, elle eut comme un mauvais pressentiment en réalisant que ce gouffre gourmand n'émettait plus aucun son…

Elle eut tout juste le temps de sauter sur la dernière pierre quand un grondement de plus en plus fort retentit, lui confirmant ce qu'elle craignait : Charybde allait recracher son eau et, vu la hauteur entre elle et la rive de Séléné, elle n'aurait jamais le temps de grimper pour se mettre à l'abri.

La branche basse d'un arbre attira son attention mais, en sautant, elle savait qu'elle ne pourrait jamais l'atteindre. Cependant, elle avait toujours son fouet accroché à sa taille et qui, actuellement, était son seul salut. La lanière de cuir attrapa la branche, s'enroulant solidement autour d'elle et permettant ainsi à Rita de pouvoir commencer à grimper le mur lisse et rocailleux qui lui faisait face.

A peine eut-elle posé une main sur le sol fertile de Sélène que Charybde recracha son eau avec force. De justesse, elle parvint à échapper à la déferlante qui avait faillit l'emporter mais y laissa sa chaussure gauche, cette dernière ayant glissé de son pied quand elle fut touchée par la vague. C'était une perte un peu gênante mais cela aurait pu être pire.

« Rita ! »

« Je vais bien ! »

Judith hocha la tête à sa réponse. A présent, il était temps pour elle de trouver le devin lunaire et à son amie de garder un œil sur la situation et, si possible, savoir si qui elle savait était libérable…

-§-

Aux portes du palais royal à Aurum, Flynn était un peu nerveux. Le capitaine Schwann lui avait dit qu'il lui donnerait une nouvelle affectation plus adaptée à ses talents alors que cela ne devait faire qu'une simple semaine qu'il avait été mis en poste à la capitale. Il avait été muté depuis le poste-frontière entre Hélios et Séléné sur la demande de son supérieur direct après seulement deux semaines de service là-bas. Ce n'était pas plus mal dans un sens car l'atmosphère était quelque peu étrange là-bas, les plus anciens en poste à cet endroit ayant la curieuse manie de se méfier de la moindre feuille tombant d'un des arbres du pays voisin, comme si quelque chose risquait de leur arriver à ce moment précis. Le fleuve lui avait pourtant semblé être la plus grande source de danger, son cours tumultueux étant encadré d'un côté par la ligne d'arbres de Séléné et de l'autre par les Dunes, collines en grande partie rocailleuses qui séparaient le fleuve sauvage du fleuve Neilos.

« C'est déjà la troisième fois en un mois que l'on te change de poste. » lui fit remarquer Sodia.

« Oui mais cette fois, je serais affecté au palais royal. » répliqua-t-il avec une légère tristesse en la regardant. « Ce qui veut dire que tu ne pourras pas venir. »

La jeune rousse lui fit un léger sourire en le fixant de ses yeux violine.

« J'attendrai au village que tu ais une permission ou que tu trouves le temps d'écrire. »

Le jeune homme esquissa un sourire à cette phrase. Lui et la jeune femme se connaissaient depuis leur enfance, lui simple fils de paysan et elle fille d'un membre de la petite noblesse qui s'était retiré loin de la capitale pour goûter au calme de leur modeste hameau. A présent que ses parents étaient morts, Flynn n'avait plus qu'elle comme attache et il s'en voulait un peu de la laisser en arrière cette fois-ci, simplement à cause du fait que les femmes étaient interdites au palais royal.

« Ah ! Les amours de jeunesse ! »

Surpris, il se tourna rapidement et découvrit le capitaine Schwann, un sourire espiègle aux lèvres, qui le regardait de son œil visible, le second étant caché par une mèche de ses cheveux noirs.

« Je devrais peut-être y aller à présent… » fit Sodia, ses joues un peu rougies par la gêne. « Si je tarde trop, il fera nuit quand j'attiendrai le village. »

« La lune sera pleine ce soir donc vous n'aurez rien à craindre des Nyx. » dit le capitaine sur un ton plus sérieux.

Les Nyx… Cela faisait longtemps que plus personne n'en avait vu mais les voyages de nuits étaient toujours peu recommandés, surtout lors de la nouvelle lune. Ce peuple vénérant l'obscurité avait été exterminé il y a une vingtaine d'années afin de faire cesser une bonne fois pour toutes les attaques nocturnes contre les habitants d'Hélios. Certaines rumeurs racontaient qu'il y en aurait encore qui se cachaient dans les dents de Cerbère, une chaîne de montagnes qui se situait au sud d'Hélios et de Séléné. Seulement, le jeune homme doutait quelque peu de leur véracité.

« Je sais me défendre si nécessaire. » précisa la jeune femme à l'attention du plus âgé avant de se tourner vers lui. « Porte-toi bien. »

« Toi aussi. » lui répondit Flynn, un léger sourire aux lèvres.

Elle lui fit un signe de la main avant de s'éloigner, remettant au passage en place la natte rousse qu'elle portait sur le côté. Il la regarda encore quelques instants avant de se tourner vers son supérieur qui l'observait de ses yeux bleus avec un air amusé et nostalgique à la fois.

« Qu'elles sont loin mes belles années… » soupira-t-il avant de se reprendre. « Mais revenons-en à nos affaires. Suis-moi. »

Le jeune homme s'exécuta, suivant le capitaine à l'intérieur du palais.

« Je sais que c'est un peu précipité comme mutation mais je ne m'étais pas attendu à ce qu'il parvienne à se débarrasser aussi vite de celui qui t'a précédé à ce poste. Il est épuisant à faire ça sans arrêt et j'ose espérer que tu tiendras le coup plus de deux semaines… »

S'il se fiait à ce que lui disait le capitaine Schwann, il allait servir de garde du corps à une personne… Mais qui, à part le roi, en aurait besoin au palais ?

« T'es un peu jeune pour travailler comme garde dans le harem mais je n'ai plus vraiment le choix avec lui… »

Le harem… Flynn ne put s'empêcher de grimacer à la mention de ce lieu. Dans son village, il ne connaissait personne qui y était entré mais les rumeurs couraient que si on plaisait suffisamment à son Altesse, on avait la possibilité d'entrer dans ce lieu et d'y vivre une vie facile… en échange de quelques faveurs bien particulières. Ces hommes étaient considérés comme des prostitués de luxe réservés à l'usage exclusif de sa Majesté.

« Actuellement, parmi les trente deux pensionnaires, il y a quatre favoris qui vivent dans cette partie-ci. Tu seras chargé de la protection de l'un d'eux à l'intérieur et en dehors du harem… Bien que j'admette que celui-là est un cas assez… particulier.»

Garde du corps de l'un des favoris du roi ? A quoi cela pouvait rimer ? Quels risques pouvaient bien encourir ces hommes qui ont pour unique rôle de satisfaire les désirs charnels du roi ?

Ils étaient à présent devant une double porte en bois massif dont le battant gauche comportait un judas en or. Le capitaine toqua deux fois puis, après une légère attente, le judas s'ouvrit.

« J'amène le nouveau. »

Après cette phrase, le battant gauche s'ouvrit, révélant un garde qui leur fit signe d'entrer. En s'avançant, Flynn put constater qu'ils étaient dans un couloir de quelques mètres de longueur qui menait à une porte similaire et dont il pouvait voir briller les trois verrous dorés.

« Comme tu peux le voir, le harem est un peu à part du reste du palais. Il est divisé en trois parties mais seules deux sont vraiment pleinement utilisées depuis qu'il n'y a plus de femmes. »

Le garde leur ouvrit la seconde porte et ils pénétrèrent dans ce qui était une immense cour composée d'une grande fontaine près de laquelle de jeunes hommes peu vêtus – certains étaient même totalement dénudés – se prélassaient, lisant un livre ou se faisant dorer au soleil sur les dalles de pierre blanche qui entouraient cette source d'eau, d'un vaste bassin où certains s'y baignaient allègrement, d'une bande d'herbe surplombée de palmiers qui offraient un coin d'ombre agréable par ces températures et d'autres, plus hauts, qui étaient parsemées le long de la cour.

Un grand bâtiment se trouvait sur la gauche et plusieurs personnes y faisaient des allers-retours. Cependant, le capitaine alla droit devant, restant sur le chemin pavé encadré de colonnes de pierre et couvert d'un plafond sur lequel étaient visibles des mosaïques représentant le voyage de l'astre solaire à travers le ciel. En regardant à droite, Flynn vit un autre bâtiment mais, face aux grilles de métal qui en fermaient l'accès et à l'absence totale de vie qui y régnait, il en conclut qu'il devait être à l'abandon.

Quand ils furent arrivés au bout du passage, un portail en or massif leur barrait la route et, derrière celui-ci, se trouvait un troisième bâtiment dont les extérieurs attenants étaient richement décorés, possédant une fontaine surmontée d'une sculpture de poissons, un immense bassin au pourtour en carrelage bleu ciel, un sol entièrement recouvert d'une pelouse bien verte, un espace ombragé avec diverses plantes aux fleurs colorées…

« Ici sont logés les favoris. Sache d'abord que les résidents du harem portent tous un tatouage représentant un soleil à l'avant-bras gauche. » lui expliqua son supérieur tandis qu'un garde vint pour leur ouvrir. « Pour ce qui est des favoris du roi, ils en possèdent un second en bas du dos symbolisant un œil et, généralement, ils doivent porter une chevalière avec ce signe. Sauf une exception, ce sont les seuls qui peuvent aller librement dans le harem et certaines parties du palais. »

Le jeune soldat put constater, une fois qu'ils eurent passé le portail, la différence d'ambiance avec l'autre partie du harem : les favoris étaient entourés de serviteurs et d'au moins deux gardes chacun. Seuls trois d'entre eux étaient visibles mais il était aisé de voir qu'ils étaient richement vêtus, certains d'habits somptueux faits d'étoffes chères et colorées, d'autres de bijoux précieux qu'ils devaient bien avoir du mal à porter vu la quantité qu'ils avaient sur eux. Tous avaient une attitude hautaine, regardant de haut les soldats et le personnel du palais, cela comme s'ils étaient les souverains de ces lieux et que tout leur était dû.

Alors que Flynn fronçait les sourcils face à ce constat, l'un des favoris, initialement occupée à se faire éventer par un serviteur, reçut en plein visage une motte de terre, ce qu'il ne sembla guère apprécier vu son expression furibonde et les exclamations de colère qu'il poussa envers le personnel l'entourant. Un peu plus loin, le soldat repéra une personne se détachant du lot, probablement l'envoyeur de ce projectile qui avait l'air de savourer le spectacle devant ses yeux. Ce personnage était un jeune homme qui devait être du même âge que lui, possédant un regard anthracite qui ressortait sur sa peau claire, de longs cheveux bruns tombant en cascade sur ses épaules et simplement vêtu d'un ensemble en lin noir qui le différenciait de toutes les autres personnes présentes.

C'est en voyant la chevalière en or à sa main gauche qu'il comprit que cet individu était le quatrième favori, manifestement très différent des trois autres autant par son attitude que par son apparence.

« Sale bouseux ! » s'exclama celui qui avait reçu le projectile au visage. « Tu mériterais d'avoir la tête coupée pour ça ! »

« Et dire que je voulais juste t'aider à te maquiller pour ce soir. » répliqua le jeune homme aux longs cheveux bruns sur un ton ironique. « Avec le temps que tu perds devant ton miroir, je suis toujours étonné que tu n'ais pas encore tenté de t'accoupler avec ton reflet. »

« On se calme par ici ! » ordonna le capitaine Schwann en frappant dans ses mains avant de faire signe au quatrième favori de venir vers lui. « Yuri, j'ai quelqu'un à te présenter. »

Le dénommé Yuri se tourna vers eux et son regard anthracite s'arrêta sur Flynn, le détaillant brièvement de bas en haut. Puis il poussa un soupir d'agacement avant de s'exécuter en croisant les bras contre son torse.

« Je peux me passer de nounou le vieux donc tu peux le renvoyer d'où il vient. » fit le favori sur un ton blasé.

« La règle pour toi est que tu dois avoir au moins un garde qui te suis dans chacun de tes déplacements, que tu le veuilles ou non. » contra le capitaine sur un ton ferme. « Tu peux essayer à nouveau d'en changer mais je t'en trouverai un autre, comme à chaque fois. »

Le jeune homme aux longs cheveux bruns grinça des dents à cette remarque puis fixa de nouveau le jeune soldat, cette fois-ci l'air dubitatif.

« Tu l'as pris au berceau celui-là ? J'ai du mal à dire s'il a encore besoin d'un hochet ou non… » déclara Yuri en posant une main sur ses hanches tout en se penchant légèrement en avant. « Faut vraiment chercher pour voir s'il a du duvet au menton. »

Bien que ces remarques ne lui plaisaient absolument pas, Flynn se retint de répliquer, se mordant la langue pour éviter d'ouvrir la bouche et révéler le fond de sa pensée. Il espérait intérieurement que le jeune homme en avait fini avec lui mais, en le voyant commencer à lui tourner autour, il comprit que ce manège était loin d'être terminé.

« Ce type est vraiment un soldat ? On dirait un gamin à qui on a collé un pagne blanc et rouge ainsi qu'une armure… » poursuivit le favori en se replaçant face au blond avant d'esquisser un geste dans la direction de ce dernier.

« Pour votre gouverne, j'ai parfaitement l'âge requis pour porter cette tenue, que cela vous plaise ou non. » finit par répliquer Flynn en repoussant la main de Yuri avant qu'elle ne le touche à l'épaule.

« Ah ! Je commençais à me demander s'il avait une langue ou si elle lui avait été coupée à la naissance. »

Face au sourire satisfait du favori, le soldat se maudit intérieurement, réalisant qu'il venait de répondre aux provocations dont il était victime. Il venait de faire exactement ce que celui aux longs cheveux bruns espérait.

« Bon, maintenant que chacun a bien vu à qui il avait affaire, je fais les présentations. » fit le capitaine en lâchant un léger soupir de dépit. « Yuri, voici Flynn qui sera ton nouveau garde attitré et qui, je l'espère, restera en poste plus de deux semaines car je commence à en avoir assez que tu parviennes à t'en débarrasser aussi vite. Flynn, voici Yuri, favori du roi que tu as pour mission de surveiller et de suivre dans ses moindres déplacements, sauf s'il est appelé pour satisfaire les désirs de son Altesse. J'ajouterai que, sur ordre du roi et étant donné son statut assez spécial, ce cher Yuri n'a pas le droit de sortir du harem s'il n'est pas accompagné par toi ou par moi. »

Les deux jeunes hommes se toisaient du regard, l'un avec un amusement qu'il ne cherchait pas à dissimuler et l'autre avec agacement en pensant qu'il allait devoir travailler dans un lieu qu'il détestait déjà par avance. Une certaine tension commençait à se créer entre eux, ce qui, pour le capitaine Schwann, ne présageait rien de bon pour l'avenir.

« Enchanté, Flinnie. » lança le favori sur un ton provocateur en tendant sa main.

« Moi de même, Yuri. » répliqua le soldat avec fermeté en essayant d'écraser la main de celui face à lui, ce que ce dernier imita sans sourciller.

« Bien… Son Altesse souhaite dîner avec ses favoris ce soir donc je vous reverrais à ce moment-là. » déclara le capitaine qui, au vu de l'absence de réaction de ses cadets, en conclut qu'il n'avait probablement pas été écouté.

Tandis que le plus âgé s'en alla dans un soupir dépité, les deux jeunes hommes continuaient de jauger l'autre du regard, chacun essayant de déterminer tout ce dont il pouvait s'attendre de la part de celui en face.

« Suis-moi. » finit par dire Yuri avec un signe de tête vers le bâtiment. « Que tu saches au moins où tu vas dormir à partir de cette nuit. »

Avec une certaine réticence, Flynn s'exécuta, emboîtant le pas de celui dont il avait à présent la charge. Les autres personnes présentes ne semblèrent guère s'intéresser à eux si l'on exceptait les regards noirs des autres favoris envers leur homologue.

« Il y a deux étages comme tu peux le voir mais la majorité des chambres existantes ne sont pas occupées. » lui expliqua celui aux longs cheveux bruns en montant l'escalier de pierre blanche menant au niveau supérieur. « Au rez-de-chaussée, il y a les bains ainsi que les cuisines de cette partie du harem et quelques chambres. Une seule est occupée par un favori – l'autre abruti qui aime qu'on brasse de l'air pour lui – et les autres servent principalement à loger les serviteurs ou à entreposer les biens matériels des chouchous du roi. »

Le soldat perçut clairement le mépris dans la voix du jeune homme mais il n'y porta que peu d'attention, estimant que cela n'avait rien à voir avec son travail.

« Concernant l'étage, la chambre la plus près de l'escalier est celle de l'arc-en-ciel vivant que tu peux voir en train de se noyer vainement dans une coupe de vin. » continua le favori en désignant d'un geste évasif un homme d'une trentaine d'années vêtu d'habits très colorés et qui houspillait un serviteur tenant une ombrelle blanche au dessus de sa tête. « A droite, c'est celui qui n'est jamais content qui loge ici avec ses deux gardes suite à un incident avec le brasseur d'air au sujet de son oiseau qui est mort il y a six mois plus tôt. »

Ils continuèrent leur route jusqu'à arriver au bout de l'étage, face à la toute dernière chambre qui était fermée, comme toutes les autres, par une porte en bois sombre.

« Et voici ma chambre. » déclara Yuri en ouvrant le panneau de bois. « Je t'aurais bien laissé mon lit mais la dernière fois que j'ai fait cela, l'arc-en-ciel est allé se plaindre et le garde que j'avais à l'époque a été fouetté dans la cour avant d'être renvoyé. On te fera une place de toute façon, comme pour tes prédécesseurs… »

L'emploi du mot « on » intrigua Flynn qui ne comprit sa raison d'être qu'une fois qu'il eut pénétré dans la pièce : en plus du somptueux lit à baldaquins bleu nuit qui trônait dans la chambre, il y avait deux paillasses et un panier en osier. Sur une des paillasses, un jeune adolescent aux cheveux châtain quelque peu rebelles était occupé à raccommoder un vêtement aux teintes sombres tandis que, l'observant de son œil unique, un chien borgne au pelage bleu et blanc se tenait à ses côtés. En voyant sa tenue en lin beige, sa ceinture de tissu marron et l'absence de sandales aux pieds, il était aisé de deviner que ce garçon était un serviteur, vêtu de sorte à passer inaperçu aux yeux de ses maîtres et à se fondre aisément dans le décor.

« J'suis revenu ! » s'exclama le favori en s'asseyant brutalement sur le lit. « Et on a une nouvelle nounou. »

Le soldat se retint de grogner à cette remarque tandis que le garçon leva la tête vers lui, le regardant de ses yeux marron avec surprise et curiosité.

« Déjà ? Mais je… Euh… » bafouilla le cadet avant de se lever précipitamment, imité par le chien. « Je suis Karol et je suis au serv… »

« Je ne t'ai obligé en rien à rester et tu es libre de partir quand tu veux donc tu n'es pas réellement à mon service. » le coupa Yuri de façon brutale.

« Tu n'es pas forcé de me le rappeler à chaque fois ! Et puis j'ai nulle part où aller excepté ici ! »

Flynn resta quelque peu interdit en constatant cette absence de relation maître et serviteur entre le favori et le garçon. La nature de leurs échanges était plutôt celle entre deux frères ou deux amis, ce qui tranchait radicalement avec ce qu'il avait pu voir jusqu'ici dans le harem. Quand il sentit quelque chose d'humide contre ses doigts, il baissa son regard azur pour constater que le chien était face à lui, le fixant en remuant joyeusement la queue.

« Lui c'est Repede. » poursuivit le serviteur tandis que le jeune homme aux longs cheveux bruns s'était affalé paresseusement sur le lit. « Habituellement, il n'apprécie pas beaucoup les gardes qui défilent ici, des fois au point de les mordre. »

« Celui-là t'avait frappé Karol ! » s'exclama Yuri en se redressant, ses yeux fixant son cadet avec sévérité. « Et si Repede n'était pas intervenu, je ne sais pas dans quel état je t'aurais retrouvé. »

L'animal aboya d'un air approbateur, posant son œil sur le plus jeune avant de le tourner de nouveau vers le soldat. Ce dernier décida de s'accroupir face au chien et lui tendit la main, geste auquel le canidé répondit à l'identique avec sa patte.

« Ravi de te connaître Repede. » déclara Flynn avec un léger sourire. « Moi c'est Flynn. »

En réponse, le soldat eut droit à un coup de langue affectueux au visage, ce à quoi il répliqua par une caresse derrière les oreilles du canidé.

« On dirait que t'es apte à rester parmi nous. » lança Yuri en se mettant à plat ventre sur le lit avec les jambes pliées, dévoilant ses jambes finement musclées. « Peut-être que tu arriveras à survivre ici… »

« Je ne vois pas pourquoi il en serait autrement. » répliqua le soldat un peu sèchement en fronçant légèrement le nez. « Ce n'est pas comme si le harem était un champ de bataille. »

« Vraiment ? »

L'expression du visage du favori devint instantanément froide, celui-ci n'ayant manifestement pas apprécié ce qu'il venait d'entendre. Il quitta le matelas tandis que son garde se releva puis il vint se poster face à lui, le fixant droit dans les yeux.

« Pour avoir un mépris pareil envers cet endroit, c'est que tu ne viens pas de la capitale. » fit Yuri avec un rictus quelque peu mauvais. « Crois-moi ou non mais je suis certain que tu vas réviser très vite ton opinion, Flinnie. »

Juste après, le favori le frappa avec force dans le bras gauche, arrachant au soldat un gémissement à la fois de surprise et de douleur, puis sortit de la chambre d'un pas rapide.

« On va aux bains avant que les trois autres abrutis ne les monopolisent ! » s'exclama le jeune homme vêtu de noir alors que Karol puis Flynn se dépêchaient de le suivre. « Saleté de dîner… »

L'allure vive de Yuri les amena rapidement aux bains, reconnaissables à leurs doubles portes sur lesquelles étaient gravées des poissons. Ils les passèrent et entrèrent dans une salle fraîche et humide où, pour compenser le peu de lumière que les ouvertures laissaient passer, des bougies étaient allumées dans quelques niches et, par un savant système de miroirs, la lueur du soleil était amplifiée. La pièce en elle-même était composée de deux bassins, carrelée de blanc aux murs et de gris au sol. Des jarres et des pots d'onguents étaient à la disposition ainsi que des serviteurs visiblement dédiés à ce lieu.

Sans aucune pudeur, le favori ôta ses habits, les laissant tomber au sol avant de les écarter brutalement sur le côté avec son pied. De là où il se trouvait, le garde voyait très bien les longues jambes finement musclées, le fessier visiblement bien ferme et le dos grandement caché par cette longue chevelure sombre, ne laissant voir que le creux des reins, là où se trouvait le tatouage d'œil porté par les favoris du roi. Celui qui apercevait le jeune homme ainsi pour la première fois pouvait aisément le confondre avec une femme face à sa silhouette androgyne.

Tandis qu'il se glissa dans l'eau d'un des bassins, le jeune serviteur alla prendre une jarre qui devait être aussi grande que lui – le soldat esquissa un geste pour aller l'aider mais constata rapidement que son cadet avait assez de force pour la porter seul. Ensuite, il versa son contenu sur la tête du favori.

« Tu devrais venir aussi tu sais. » dit celui aux longs cheveux sombres en se tournant vers celui aux yeux azur. « Il y a assez de place pour deux. »

Un silence répondit à cette invitation, faisant soupirer d'agacement le favori du roi qui reporta son attention sur sa toilette.

Il faut dire que la mission qui avait été confiée à Flynn était de surveiller Yuri, pas d'être à son service. Il se devait donc de le tenir à l'œil, même s'il était contraint de le regarder se nettoyer de la tête aux pieds avec l'aide de Karol. Cependant, lorsque le serviteur commençait à lui laver sa longue chevelure sombre, le soldat crut apercevoir une marque sur le haut du dos du favori. Il pensa l'avoir imaginée puis son regard azur croisa les yeux anthracite de Yuri… et celui-ci, une fois ses cheveux noirs rincés, renoua le contact visuel tout en restant dos au soldat avant de dévoiler l'arrière de sa nuque, révélant ainsi un tatouage représentant un scorpion.

A cet instant, le jeune homme aux cheveux d'or compris pourquoi le quatrième favori n'était pas autorisé à se déplacer seul : il était un prisonnier. Normalement, il devrait se trouver en cellule ou être exécuté mais, pour une raison ou une autre, il était entré au harem, probablement parce qu'il avait plu au roi.

Sa toilette terminée et ne souhaitant pas s'attarder plus longtemps, Yuri se hâta de sortir de l'eau puis de se sécher avant d'essorer autant que possible sa longue chevelure sombre. Flynn était lui aussi pressé de quitter cette pièce quand il remarqua que Karol était allé voir les autres serviteurs. Au bout d'une minute, que le favori utilisa pour enfiler un pagne de lin blanc, le plus jeune revint avec une cuvette et des flacons contenant probablement des onguents.

« Prends une des jarres avec toi. » déclara Yuri en peignant ses cheveux avec ses doigts. « Vu que tu ne veux pas te laver ici, il faudra bien que tu le fasses quelque part. »

« Cet endroit n'est pas conçu pour que quelqu'un comme moi l'utilise. » s'expliqua Flynn en allant prendre la jarre la plus proche.

« Alors on a qu'à échanger nos places. Ça permettra peut-être de virer ce qui est coincé dans ton… »

« YURI ! » coupa Karol, les joues légèrement rosies. « Il vient juste d'arriver… »

« Pas une raison valable. »

Après un échange de regards noirs entre les deux plus âgés, ils quittèrent les bains et prirent la route menant à leur chambre. Devant la porte de cette dernière, un serviteur attendait, tenant entre ses mains un vêtement sombre qu'il vint poser sur le lit une fois que le battant de bois fut ouvert. Il repartit ensuite tandis que le regard du favori se posa sur la tenue, détaillant chaque partie de ce qui était vraisemblablement un jupon de lin noir accompagné d'une tunique sur laquelle avait été cousue des dizaines et des dizaines de petites perles noires qui brillaient légèrement à la lumière ainsi que des petites perles d'argent, bien plus rares sur le vêtement mais qui avait un éclat intense, comme des étoiles dans un ciel nocturne.

« Je préfèrerai de loin aller dîner avec juste le pagne… » marmonna Yuri en secouant sa chevelure humide. « Je n'ose imaginer le prix de cette chose… »

Si Karol lui fit la morale concernant le fait qu'il allait être en présence du roi et de plusieurs personnalités importantes du palais, Flynn observait la scène d'un œil tout en enlevant son armure de cuir avant de commencer à se nettoyer le visage, ôtant ainsi la poussière qui était présente sur sa peau. Il prenait soin de ne pas en mettre sur le bracelet qu'il portait, cadeau de son défunt père et qui était composé d'une lanière de cuir et d'une pierre turquoise.

« Tu n'auras qu'à dire au vieux que j'ai mal au ventre ou un truc du genre ! » s'exclama le favori avec de grands gestes. « Je déteste quand il m'exhibe comme ça comme un trophée… »

« Tu as déjà manqué deux repas avec son Altesse. » rappela le serviteur sur un ton sévère. « Raven a dit qu'il t'y traînerait lui-même si tu lui donnais de nouveau une excuse bidon ! »

Pendant que la querelle se poursuivait, Repede vint se placer à côté du soldat et observa la scène en émettant un léger grognement. Ceci attira l'attention du jeune homme aux cheveux d'or qui se tourna vers l'animal, intrigué par sa réaction. Puis il leva les yeux vers la porte et remarqua la présence d'un serviteur qui essayait de les espionner tout en restant caché derrière le mur. Flynn s'apprêtait à se lever pour aller tirer cela au clair mais fut précédé par le chien qui, profitant que leur voyeur était concentré sur Yuri et Karol, s'avança jusqu'à l'intrus et…

« OUARGH ! » hurla l'espion quand Repede planta ses crocs dans son mollet, attirant ainsi l'attention de tous sur lui.

« Hey ! Qu'est que vous fichez ici vous ? » demanda sévèrement le jeune serviteur. « Les appartements de Narcisse sont en bas ! »

« Dites-lui de me lâchez ! »

« Alors tirez-vous d'ici et dites au brasseur d'air que s'il veut me voir, il n'a qu'à venir en personne. » ajouta le favori sur un ton sec. « Du vent ! »

Le serviteur s'éloigna, d'abord difficilement puis, dès que l'animal l'eut relâché, il partit en courant. Face à cela, Yuri poussa un soupir agacé.

« Ils ne perdent pas de temps… » souffla-t-il avant de tourner son regard anthracite vers Flynn. « Si tu veux survivre ici, tu ferais mieux de nous écouter avec Karol. On risque d'avoir assez vite de très mauvaises surprises à contrer. »

Même s'il voyait parfaitement que le favori et son serviteur étaient sérieux, le soldat ne pouvait s'empêcher d'être sceptique, se demandant quels genres de dangers pouvaient bien se terrer dans le harem. Dans le doute, il allait rester vigilant.

-§-

Si Hélios était un royaume vénérant Sol, dieu du soleil ainsi que de la lumière et du feu, Séléné était un empire dont les habitants priaient essentiellement Luna, déesse de la lune et de la nature. Ce choix s'expliquait en partie par la végétation verdoyante et luxuriante qui s'y épanouissait, faisant de ces terres un lieu riche en vie – la légende voulait que le pays devait sa flore abondante à l'union de Luna avec Océan, dieu des eaux et de la mer Azurée vénéré par les krytiens ainsi qu'époux de la déesse de la lune. Sa capitale était Tsuki, une cité prospère où l'harmonie régnait, que ce soit avec autrui ou avec l'environnement lui-même.

L'empereur était décédé l'année dernière suite à une longue maladie, laissant sa place à son jeune fils, Ioder, un garçon ayant parfaitement intégré les valeurs de son peuple et qui pouvait compter sur le soutien de sa cousine Estellise ainsi que sur celui du devin lunaire, Duke.

Si la princesse était une jeune femme souriante et pleine d'esprit, le devin, comme tous ceux ayant exercé cette fonction avant lui, était un homme mystérieux qui vivait en ermite dans un pavillon situé derrière le palais impérial et qui faisait face à un bel étang. Bien souvent, il était assis au bout du ponton surplombant cette étendue d'eau, communiant silencieusement avec Luna tout en admirant le reflet de l'astre lunaire. Beaucoup le trouvait curieux avec sa longue chevelure blanche et bouclée ainsi que ses yeux rouge sang mais peu savaient qu'il était en partie Nyx, ce qui lui donnait la capacité de voir dans l'obscurité sans pour autant être doté de leur incroyable capacité de persuasion. Il ne priait presque jamais Umbra, divinité des ténèbres, de la nuit ainsi que de la ruse, essentiellement parce qu'il avait été rejeté par les Nyx à cause de sa couleur de cheveux, ce qui l'avait poussé à s'installer à Séléné.

Cette nuit-là, les choses étaient un peu différentes. Estellise faisaient des rêves étranges et répétitifs depuis plusieurs jours, ce qui inquiétait de plus en plus Ioder. Il était allé en parler à Duke qui en avait conclu que c'était un message de la déesse de la lune à leur intention. Cependant, le déchiffrer était difficile, les songes de la princesse étant bien trop chaotiques pour qu'elle se les remémore parfaitement. Se souvenant d'une cérémonie que lui avait apprise Elucifer, son prédécesseur, le devin lunaire l'avait recherchée dans ses manuscrits et aujourd'hui était venu le moment de la mettre en pratique.

« Etes-vous prête votre Altesse ? » demanda Duke de sa voix grave et profonde.

La jeune femme, reconnaissable à ses courts cheveux roses et ses grands yeux vert d'eau, acquiesça d'un signe de tête. Pour l'occasion, elle avait revêtu un yukata blanc sur lequel avaient été peintes de belles fleurs de cerisiers, un serre-tête en argent auquel avaient été accroché des fleurs de pommier et, entre ses mains, elle tenait une fleur de lotus. A ses côtés, dans son simple kimono bordeaux et son hakama noir, le devin lunaire pouvait presque paraître quelconque en comparaison.

« Il faut que nous sachions ce que Luna veut nous dire. » déclara Estellise, sûre d'elle. « Je suis persuadée que c'est important. »

« Très bien princesse. »

Sur ces mots, Duke prit une fiole de verre et se baissa au dessus de l'étang, la remplissant avec l'eau sur laquelle se reflétait la pleine lune. Il remit ensuite le récipient à la princesse puis attrapa le shakuhachi qu'il porta à sa bouche. Il souffla dans la flute de bambou, bougeant ses doigts sur celle-ci pour en sortir les notes appropriées tandis que la jeune fille but l'eau de l'étang. Le devin se mit ensuite à bouger légèrement sa tête, permettant à d'autres sons d'être émis par l'instrument.

Soudain, le cœur de la fleur de lotus scintilla et une sorte de poussière bleutée s'en échappa, entourant progressivement Estellise. Celle-ci ferma les yeux et inspira profondément, aspirant du même coup l'air chargé de cette poudre dans ses narines. Quand elle expira, sa peau claire se mit à luire faiblement d'une lumière laiteuse, donnant ainsi l'impression qu'elle était plus blanche qu'elle ne l'était réellement. La princesse ouvrit ensuite ses yeux, leur teinte vert d'eau brillant dans la nuit.

Ce fut à cet instant que Duke posa son instrument et porta son regard sur la jeune femme, celle-ci servant à présent d'enveloppe charnelle temporaire à Luna, déesse de la lune.

« Je m'excuse d'avoir tant tardé à faire cette cérémonie. » déclara le devin lunaire en inclinant légèrement la tête.

« Ne vous excusez pas. » lui dit Luna avec douceur. « Même si j'avais compris plus tôt qu'il y avait un problème, je n'aurais pas pu vous contacter avant que la princesse n'ait atteint ses seize ans. »

« Racontez-moi. »

« J'avoue m'inquiéter pour mes frères, Sol et Umbra. Je sais que cela n'a rien d'étrange mais même Océan pense qu'il s'est passé quelque chose de très grave entre eux… »

Il fallait savoir que Sol, Umbra et Luna étaient frères et sœurs, enfants du dieu du néant qu'ils avaient tous trois emprisonné afin de sauver l'humanité et les autres dieux d'une destruction assurée. Luna, plus jeune de la fratrie, était très appréciée de ses frères mais ces derniers étaient réputés pour ne pas être capables de se supporter, raison pour laquelle Umbra s'était exilé dans le ciel nocturne. L'une de leurs querelles les plus connues fut lors de l'anniversaire de la déesse : sa sœur étant timide, Sol lui avait offert un peu de sa lumière afin qu'elle puisse elle aussi briller dans la voûte céleste mais Umbra, lui, avait dérobé une partie de la lumière de son frère afin d'éclairer le ciel nocturne de millions d'étoiles pour sublimer la beauté de sa sœur. Le dieu solaire en tenait encore rigueur à son frère mais, de mémoire, Duke ne se souvenait pas avoir entendu dire qu'Umbra s'entendait bien avec les autres dieux…

« Océan et moi avons ressenti une rage immense émaner d'Hélios. » poursuivit Luna dont les yeux étincelants fixaient le devin lunaire. « Sol n'a jamais été aussi en colère et c'est son pays qui est en train d'en subir les conséquences. J'ai essayé de demander à Umbra s'il savait quelque chose mais il refuse de me parler. Mon époux a essayé de parler à Topaze mais mon frère aîné ne l'a pas laissé faire. Si cette situation perdure, le royaume d'Hélios va disparaître. »

« J'ai effectivement entendu des rumeurs disant que le dieu soleil était devenu bien plus sévère ces dernières années. » fit Duke, la mine sombre.

« C'est fort possible. Océan et moi n'avons que peu d'influence sur Hélios mais nous souhaitons comprendre les raisons de Sol pour infliger un tel châtiment à ce peuple et je ne suis pas certaine qu'Umbra soit à blâmer. »

« Je ne possède guère les moyens d'élucider ce mystère mais je ferai de mon mieux pour cela. »

« Merci à vous. »

Sur cette phrase, Luna quitta le corps de la princesse sous la forme de la poussière bleutée et disparut dans l'air. Estellise, à nouveau maîtresse de son corps, laissa couler une larme le long de sa joue.

« Elle était si triste… » dit-elle en regardant le disque lunaire avec mélancolie. « Que faire pour l'aider ? »

« Ce ne sera pas évident votre Altesse. » déclara Duke, l'air pensif. « Il nous sera difficile d'aller en Hélios sans mettre votre sécurité en péril, ce que votre cousin pensera aussi. »

« Peut-être… pourrions-nous y aller en douce ? »

« Vous autant que moi n'y passerons pas inaperçus. De plus, je ne peux me permettre de quitter cet endroit trop longtemps. L'idéal serait… »

Soudain, un cri retentit dans la forêt. Tous deux se tournèrent vers le côté gauche de l'étang, là d'où venait le son qu'ils venaient d'entendre et où, plus loin, se trouvait le fleuve sauvage, frontière naturelle entre Hélios et Séléné.

« Qu'est-ce que c'était ? » demanda la princesse, inquiète.

« Nous allons bientôt le savoir. » répondit Duke en prenant en main son kagura suzu, un instrument composé de multiples cloches.

Le devin lunaire se leva et pointa son kagura suzu vers la forêt puis, dans un geste souple du poignet, il le fit retentir à trois reprises. Un silence de quelques secondes se fit avant que, soudainement, les arbres ne s'écartent, laissant ainsi passer deux énormes lianes qui enserraient une jeune fille aux cheveux châtain, apparemment inconsciente. La végétation vint poser l'adolescente avec délicatesse sur le ponton de bois puis retourna d'où elle venait, laissant ensuite la forêt reprendre sa forme d'origine.

La princesse vint s'installer près de leur mystérieuse invitée, la regardant avec curiosité – il faut dire que cette tunique rouge et noire n'était pas vraiment dans le style vestimentaire des habitants de Séléné.

« Qui est-ce ? » demanda Estellise, visiblement très intriguée. « Elle ne semble pas être d'ici. »

« Comme j'allais vous le dire votre Altesse, l'idéal pour nous serait de faire venir ici quelqu'un d'Hélios. » répondit Duke en reposant son instrument. « Il semblerait que cela soit fait. »

-§-

A Hélios, le dîner avec le roi avait dû être annulé à la dernière minute, celui-ci ayant apparemment une affaire urgente à régler. Si les favoris s'étaient plaints d'avoir fait tant de préparatifs pour rien, Yuri, au contraire, s'était enchanté de cette nouvelle. Cependant, Flynn avait remarqué que, au lieu de se changer pour dormir, il observait l'entrée du harem avec une certaine appréhension… ou alors le rat qui se promenait sur la terrasse et qui ne serait visiblement pas contre un petit casse-croûte.

« Il commence à se faire vraiment tard. » fit remarquer le soldat qui commençait à avoir faim, le favori ayant attendu longtemps avant de demander à son serviteur d'aller leur chercher à manger. « Il est plus que temps de dormir. »

« Je n'ai pas sommeil. » répliqua le jeune homme vêtu de noir en se tournant vers son interlocuteur. « Libre à toi de dormir si tu en as envie. »

« Pas tant que je serai certain que tu dors toi aussi. »

« Tu vas attendre un bon moment dans ce cas. »

Le garde grogna un peu mais quand, enfin, leur cadet arriva en bâillant avec un plateau chargé de nourriture, il eut du mal à ne pas baver, sa faim lui étant revenue en mémoire. A l'instant où les mets furent posés sur le sol de la chambre, il tendit la main…

« Attendez ! »

Face à cet ordre de Karol, Flynn stoppa son geste vers le plateau tandis que Yuri se figea, l'air à la fois inquiet et furieux.

« Que se passe-t-il ? » demanda le soldat, intrigué.

« Un truc cloche sur le plateau… » fit le cadet, observant attentivement chaque plat qu'il avait pris. « Je suis certain qu'on y a touché mais je n'arrive pas à savoir ce qui a changé. »

Un long silence perdura dans la pièce, perturbé par de léger gargouillis d'estomacs. Celui vêtu de noir s'approcha d'eux, détaillant le plateau en serrant la mâchoire.

« Les fruits… » souffla le favori dont les yeux sombres s'étaient fixés sur les figues. « Pourquoi il y en a quatre ? »

Aux yeux de Flynn, cela ne semblait guère anormal mais visiblement, cela ne l'était pas aux yeux des deux autres. Quand Repede se mit à renifler la partie suspecte du plateau et qu'il poussa un léger grognement, il comprit qu'il y avait quelque chose de pas très net avec ces figues.

« Yuri ne mange pas de figues. » expliqua Karol en se tournant vers Flynn. « Je n'en prends généralement que pour moi et Repede mais jamais plus d'une par personne. On en a rajouté une quand je ne regardai pas… »

« Même si le raisonnement est logique, il est difficile de prouver que tu n'en a pas prise une par erreur. » fit le soldat, toujours intrigué par ce manège. « Et puis j'avoue avoir du mal à comprendre ce qui vous inquiète tant. »

« S'il te faut une preuve, on va t'en donner une. » déclara Yuri sur un ton glacial.

Sur cette phrase, le favori prit la coupe de fruits puis la posa sur le rebord de la terrasse. A peine une minute après qu'il se soit éloigné, le rat qu'ils avaient observés plus tôt arriva et vint mordre allègrement dans l'un des fruits avant de partir avec vers son repaire. Il revint ensuite faire de même avec le suivant mais, cette fois-ci, il se figea subitement et, après avoir poussé un petit cri strident, tomba raide mort au sol.

« Quand je te parlais de monsieur jamais content, je t'avais mentionné qu'il avait un oiseau à une époque. » fit le jeune homme aux longs cheveux bruns en fixant le soldat droit dans les yeux. « Il est mort de la même façon que ce rat et le coupable est quelqu'un du harem. »

Yuri, le regard glacial, vint se planter face à Flynn.

« Donc quand je te disais que cet endroit était plus dangereux qu'il n'y paraissait et que tu ne voulais visiblement pas me croire, ceci devrait te permettre de revoir ton opinion. »

Sur cette phrase, le favori alla s'allonger sur son lit, la mine particulièrement sombre. Tandis que Repede alla le rejoindre, Karol poussa un soupir de dépit.

« Deux de tes prédécesseurs sont morts pour ne pas nous avoir écoutés. » expliqua le serviteur en s'asseyant au sol. « On ne sait pas qui a fait ça mais on se doute que c'est quelqu'un d'ici. »

« Personne n'a cherché à enquêter sur ces morts ? » demanda le soldat, à la fois intrigué et indigné. « Et pourquoi le roi accepte de les laisser impunies ? »

« Parce que ce qui se passe au harem doit y rester. »

A l'entente de cette voix, Flynn tourna la tête vers l'encadrement de la porte et y vit le capitaine Schwann. Ce dernier ne semblait guère ravi d'être ici et, entre ses mains, il tenait une fiole en terre cuite.

« C'est une règle en vigueur depuis des générations et elle n'est pas prête d'être abolie. » poursuivit le plus âgé en tournant son regard vers le favori. « J'imagine que tu n'as pas mangé. »

« Et si t'es là le vieux, c'est que ce soir, c'est moi qui m'y colle. » répliqua Yuri en prenant une position assise sur le lit. « Elle va être longue cette nuit… »

« Que se passe-t-il au juste ? » demanda le soldat, ayant du mal à comprendre la situation.

« Il y a que le roi veut que je fasse mon travail. »

Quittant le lit, le favori s'approcha du capitaine, l'air résigné. Il fixa ensuite la fiole en fronçant le nez de dégout.

« Je le ramènerai quand il aura terminé. » précisa le plus âgé à Flynn avant de se tourner vers l'entrée du harem. « Son Altesse doit commencer à s'impatienter. »

Yuri les salua d'un geste évasif avant de quitter le harem.

-§-

Dès qu'il avait vu l'habit, Yuri avait compris : il n'allait pas dormir très longtemps cette nuit, voire pas du tout – bon, il n'était pas un matinal donc ça ne changerait pas grand chose. En tant que favori, il était supposé avoir des privilèges que n'avaient pas les autres pensionnaires du harem. Cependant, son statut était aussi celui de prisonnier, lui ôtant le droit d'avoir des terres et celui d'être libre de ses mouvements. Il pouvait se passer de ces avantages mais s'il pouvait quitter le harem définitivement, il le ferait sans hésiter.

Seulement, c'était impossible et il le savait très bien…

Les portes des appartements du roi étaient reconnaissables à leurs dorures et aux deux gardes postés en permanence devant celles-ci. Par contre, ce qui n'enchanta pas le favori, c'était la présence de cet homme aux longs cheveux blond platine et vêtu du long manteau pourpre du sorcier solaire. Même avec ces lunettes rectangulaires, Yuri voyait parfaitement la lueur mauvaise au fond du regard de Garista.

« Bonsoir Schwann. » salua le sorcier avant d'adresser un signe de tête poli au favori. « Yuri. »

« Que désires-tu aussi tard Garista ? » demanda le capitaine, laissant échapper un léger soupir agacé.

« Je m'apprêtais en fait à partir… et à te remettre ceci en cas de besoin. »

En voyant le sorcier sortir une fiole en terre cuite d'une des poches de son manteau, le favori eut du mal à cacher sa grimace, se doutait qu'elle devait contenir une mixture qui n'allait certainement pas lui plaire. Il prit aussi une bande de tissu sombre qu'il présenta à l'un des gardes de la porte.

« Bandez-lui les yeux. » ordonna Garista.

Yuri aurait été étonné d'y échapper à cette heure de la nuit. Ce traitement singulier auquel il avait droit ne venait pas de son statut de prisonnier mais plutôt de ce qu'il était et dont très peu de personnes avaient connaissance au palais : il était un Nyx. Si cela se savait, ce serait à la fois le condamner à mort à Hélios mais aussi avec son propre peuple car, même s'il n'avait pas vécu longtemps à Némésis, le jeune homme savait que les traîtres n'y étaient pas du tout les bienvenus – il n'en était pas un sauf qu'être le favori du roi était équivalent à leurs yeux.

La plupart des gens pensait que le peuple de l'obscurité avait totalement disparu mais c'était sous-estimer la progéniture du dieu Umbra, créée à l'image de celui-ci : les Nyx pouvaient voir dans les ténèbres comme en plein jour et étaient malins, une qualité qui avait permis au favori de vivre en Hélios sans éveiller de soupçons sur sa vraie nature. Quoiqu'il faille peut-être aussi mentionner le plus grand talent des enfants du dieu des ténèbres : dès que la nuit régnait, les Nyx pouvaient hypnotiser les humains et les persuader de faire bien des choses. Yuri avait grandement usé de ce talent au début puis il l'avait ensuite délaissé, n'en ayant plus une très grande utilité.

A présent, les rares fois où il se servait de ses capacités étaient pour lutter contre les coups bas des autres favoris du harem – certains des soldats qui avaient été assignés à sa garde avaient découvert ce qu'il était et menacé de le révéler au peuple… ce qui leur avait valu d'avoir la tête brusquement séparée du corps. En plus du roi ainsi que du capitaine Schwann et de Garista, Karol était au courant et ce dernier avait accepté de garder le secret – il faut dire que son cadet se sentait redevable envers lui et qu'il ne voulait pas risquer de perdre un ami.

Avec réticence, il se laissa bander les yeux – Yuri jeta un dernier regard noir au sorcier qui semblait prendre un malin plaisir à occulter la source de son pouvoir – et, une fois qu'il perdit la vue, il ouvrit grand ses oreilles, celles-ci allant être l'un des deux sens qui compenserait celui dont il était temporairement privé.

« Il serait peut-être plus judicieux de lui faire boire mon breuvage avant de poursuivre. » suggéra Garista d'une voix légèrement sifflante au fond de laquelle il percevait toute la perfidie que le personnage s'évertuait à dissimuler. « Qui sait s'il ne va pas nous faire une entourloupe… »

« Son Altesse souhaite qu'il soit apte à réfléchir donc le droguer maintenant serait contre-indiqué. » répliqua la capitaine Schwann sur un ton sec et quelque peu suspicieux, indiquant qu'il n'était pas prêt à faire confiance au sorcier. « Et n'oublie pas que je serais présent. »

« Très bien. Alors à demain Schwann. »

Les pas de l'homme au manteau pourpre s'éloignèrent, Yuri percevant aussi un léger son de frottement, typique de celui d'un vêtement trop long qui traine sur le sol. Il entendit aussi un très léger tintement à côté de lui, juste après que les gardes aient commencés à ouvrir les portes des appartements du roi. La sensation de la main du capitaine de la garde dans son dos lui indiqua qu'il pouvait avancer.

Le favori fut stoppé au bout d'une dizaine de pas et, à l'instant où les portes se refermèrent, il perçut un léger soupir de soulagement.

« Ce qu'il ne faut pas faire… » marmonna son aîné à voix basse. « Remercions Umbra que tu ais échappé à sa drogue cette nuit. »

Yuri s'en était douté : quand il avait quitté sa chambre au harem, il avait bien vu le plus vieux ranger la fiole dans une poche qui n'était probablement pas censée exister sur l'uniforme d'un capitaine et, en constatant qu'elle était identique à celle de Garista, il les avaient discrètement échangées – vu le personnage, le sorcier allait très certainement vouloir la récupérer et vu sa vigilance, il espérait la revoir vide.

« Ça le fait pas pour un capitaine de vénérer un dieu autre que Sol. » murmura le jeune Nyx sur un ton taquin. « Tu te trahis là. »

« N'oublie pas à qui tu dois les quelques nuits où tu n'es pas revenu malade dans ta chambre. »

Le dieu des ténèbres n'était pas vénéré que par ses enfants : les espions et les voleurs lui faisaient souvent des offrandes, ce que Yuri avait appris avec un certain Raven… aussi connu sous le nom de Schwann Oltorain et qui était aussi celui qui était en partie responsable de la situation dans laquelle il se trouvait actuellement. Le jeune homme s'était demandé un bon moment comment il avait pu ne pas se méfier de cet homme à l'époque. S'il avait su à qui il avait réellement affaire, il n'aurait jamais tenté de profiter de la venue du roi à son village pour essayer de l'hypnotiser et ne serait pas tombé dans le piège qui lui avait été tendu.

Mais Raven était aussi celui qui le protégeait face à Garista. Le sorcier concoctait toutes sortes de drogues à son intention et une bonne partie avait été interceptée par l'espion. Elles étaient conçues pour le rendre docile, au point de parfois le plonger dans un état léthargique des plus désagréables quand il en sortait. A cause de son statut, il était contraint de les prendre quand elles lui étaient prescrites afin d'éviter toute tentative de s'en prendre au souverain.

L'écho d'une paire de sandales sur le sol de marbre se fit entendre à environ cinq mètres d'eux puis s'arrêta face à lui. L'odeur épicée qui lui vint aux narines, un mélange de safran, de cardamone et de cannelle, était amplement suffisant pour savoir qui se tenait à cet endroit : le roi Thar.

« Bonsoir Yuri. » fit son Altesse d'une voix chaude tout en lui caressant la joue du dos de la main, un geste qu'il faisait toujours avec lui en privé. « Encore une fois, tu es d'une beauté à couper le souffle ce soir. »

« Je pourrais en dire autant de sa Grandeur si je pouvais la voir dans toute sa splendeur. » répliqua un peu sèchement le jeune homme.

Tout autre pensionnaire du harem aurait évité de mal parler au souverain mais le favori n'était pas comme eux. Contrairement à eux, il ne cherchait pas à s'attirer les faveurs royales via de permanentes courbettes et des flatteries incessantes. Il ne se gênait pas pour dire le fond de sa pensée quand il en avait l'occasion et, en échange de cette liberté d'expression, il se pliait plus ou moins sagement aux envies de son amant.

« Ha ha ha ! J'admets que c'est un vrai gâchis de cacher un si beau regard mais il m'est très difficile de te convoquer à des heures où Sol brille dans le ciel. » fit le roi en glissant sa main sous son menton avant de rapprocher son visage du sien. « Quoique te garder ici jusqu'à l'aube ne me déplairait point. Te voir après nos étreintes, avec les teintes du levant éclairant la pièce, doit être un spectacle des plus grandioses. »

« C'est un nouveau fantasme ? » osa demander Yuri sur un ton légèrement sarcastique. « A ce rythme, nous n'en ferons jamais le tour votre Altesse. »

Un léger rire amusé lui répondit. Il sentit ensuite les lèvres du roi contre les siennes durant à peine deux secondes puis l'une de ses mains puissante se refermer sur son poignet.

« Nous avons le temps avant de s'attaquer à cette étape. » déclara le souverain en l'emmenant avec lui jusqu'au lit puis en le faisant s'y s'asseoir. « J'ai cru entendre que tu avais un nouveau garde. Te convient-il ? »

« Je dois admettre qu'il est le premier à être tout de suite accepté par Repede. » fit le favori sans entrer dans les détails. « Autrement, ça change d'avoir quelqu'un qui ne vient pas de la ville… »

« Ce qui n'est pas une raison valable pour déjà tester ses limites. » coupa le capitaine Schwann sur un ton de reproche. « Pardonnez-moi votre Altesse mais s'il pouvait cesser de dégoûter ses gardes, cela me faciliterai grandement la tâche car trouver des remplaçants devient de plus en plus compliqué… »

Le jeune homme n'entendit pas de réponse, probablement parce qu'elle avait dû se faire par un hochement de tête. Cependant, il ne tarda pas à sentir une main chaude et légèrement rugueuse se glisser dans l'ouverture de sa tunique, venant explorer son buste dans un geste plus possessif qu'affectif.

Un nouveau venu au harem sursauterait face à cette action, n'ayant pas encore connaissance des habitudes et préférences du souverain quand il s'agissait de l'acte sexuel et des préliminaires. Yuri était là depuis suffisamment longtemps pour savoir qu'elles variaient d'un favori à un autre ainsi que suivant les humeurs du roi – il avait parfaitement compris que Raven faisait souvent exprès de le choisir lorsque le roi Thar était d'une humeur exécrable car, dans ces cas-là, son partenaire n'avait pas intérêt à jouer la carte de la flatterie s'il voulait éviter une séance de sexe des plus brutales où le seul but était de déverser sa rage.

Avant d'entrer physiquement au harem, le jeune Nyx avait dû suivre le roi dans le reste de son voyage près du fleuve Neilos, période qu'il avait essentiellement passée attaché dans les appartements royaux. La première nuit où il avait dû se plier aux exigences de l'accord conclu entre eux – à savoir la survie de ceux de son village contre son entrée au harem –, il s'était quelque peu rebellé en mordant avec force le souverain, ce qui lui avait valu d'être « maté » dans un grand coup de reins particulièrement douloureux. Dans un murmure à son oreille, Thar lui avait bien fait comprendre qu'il n'appréciait pas du tout qu'on cherche à le dominer et Yuri, après avoir difficilement ravalé sa fierté, avait accepté d'être plus docile. Les fois suivantes furent moins brutales, plus particulièrement quand Raven lui donnait à boire un aphrodisiaque qui le rendait plus sensible aux caresses qu'il recevait tout en le plongeant dans un état légèrement euphorique – l'alcool présent dans la mixture en était très certainement à l'origine, le jeune homme ayant une faible tolérance aux boissons en contenant au point qu'il essayait d'éviter d'en boire quand il le pouvait.

« Cet après-midi a été épuisant et assez ennuyeux. » lui susurra Thar à l'oreille. « Je suis curieux de voir comment tu comptes me divertir. »

Effectivement, il avait intérêt à être apte à réfléchir ce soir car il allait avoir besoin de son imagination. Heureusement pour lui qu'il en avait à revendre.

« Si son Altesse m'y autorise, je peux l'aider à évacuer la tension qu'elle a tendance à avoir au niveau des épaules. » suggéra le Nyx en posant ses longues mains sur la partie du corps concernée avant de légèrement la palper, sentant clairement que les muscles étaient tendus à cet endroit.

Un grognement appréciateur se fit entendre tandis qu'il commençait à masser cette zone avec précaution – c'était Karol qui lui avait appris comment faire certains massages un jour où il s'ennuyait. Il fut brusquement interrompu quand il se retrouva plaqué contre le corps du roi et qu'il colla son visage contre sa nuque, humant son odeur avec un plaisir non dissimulé tout en lui arrachant des soupirs de plaisir en lui mordillant cette partie qui était assez sensible chez lui. Par réflexe et aussi par habitude, il pencha la tête sur le côté, facilitant la tâche du roi qui était concentré à lui faire un suçon, ce dont le jeune homme n'eut aucune difficulté à deviner via le mouvement des lèvres sur sa peau – son épiderme ne frottant contre rien de particulier, il en conclut que le souverain devait s'être rasé aujourd'hui.

« Au cas où sa Majesté l'aurait oublié, elle n'a pas pris le temps de dîner ce soir. » rappela le capitaine avec neutralité, ce qui fit se décaler le roi Thar de son amant. « Je peux lui faire apporter une collation pour elle et son favori si elle le désire. »

« Un repas léger sera parfait. » approuva le souverain en posant une main au creux des reins de Yuri. « Le dessert n'en sera que meilleur après. »

Le geste était possessif, le jeune Nyx le savait parfaitement. S'il était connu que les pensionnaires du harem s'échangeaient des faveurs sexuelles, ils devaient cependant se montrer discrets vis-à-vis de cela quand ils quittaient cette partie du palais, surtout s'ils étaient parmi les favoris. Le roi tolérait difficilement ce fait et, si par malheur, il arrivait à ses oreilles qu'un de ses amants venait à le tromper avec un serviteur ou un garde, les concernés finissaient décapités. Pour cette raison, personne ne parlait des évènements du harem en face du souverain car, suivant son humeur du jour, il pouvait aussi punir celui qui lui rapportait l'information.

« Avant que nous ne commencions, y-a-t-il quoique ce soit que tu souhaites pour toi ? » lui demanda le roi Thar tout en lui ôtant sa tunique.

« Je suis là pour satisfaire vos désirs et non… »

« … les tiens. » compléta le souverain avec un léger amusement. « De tous mes favoris, tu es le seul dont les demandes tiennent sur les doigts d'une seule main. »

Cela était vrai. Yuri était l'unique pensionnaire du harem à ne jamais rien demander en faveurs, faisant que ce qu'il obtenait en vêtements et bijoux étaient uniquement des présents directs du roi – la majorité du temps, ces cadeaux coïncidaient avec les soirs où il était désigné pour aller aux appartements royaux mais il les refusait fréquemment ou les renvoyaient une fois venu le lendemain. Les deux seules requêtes qu'il avait formulées furent pour faire de Karol son serviteur personnel et faire rentrer Repede au harem.

Cependant, jamais il n'avait demandé sa liberté car il se souvenait encore parfaitement des conséquences dramatiques de sa seule tentative d'évasion : en guise de punition, le garde et le serviteur qu'il avait à l'époque avaient été exécutés sous ses yeux.

« Si c'est pour cette raison que vous videz les caisses en babioles sans intérêt que vous me faites amener sans arrêt, utilisez plutôt l'argent des impôts pour financer autre chose. » lança le jeune Nyx avec une pointe d'ironie. « J'ai pas besoin de votre aide pour encombrer ma chambre. »

« Je cru le remarquer. » répliqua le roi Thar tandis que des bruits de pas discrets, probablement ceux de serviteurs, se firent entendre. « En tant qu'hôte, il est de mon devoir de m'assurer que mes invités n'aient besoin de rien. »

« Oh ? Ce n'est pourtant pas ce que raconte le charmant tatouage que j'ai en haut du dos… »

Se fiant aux sons qu'il percevait, Yuri comprit que le repas de son Altesse était arrivé. A tâtons, il se déplaça jusqu'à être face au dos du souverain puis plaça ses mains sur ses épaules et commença à palper la zone à masser. Le silence régna tandis qu'il se concentrait à sa tâche.

Ses pensées vagabondèrent jusqu'à le ramener trois ans en arrière, au jour où il avait violemment chassé le percepteur royal et convaincu les habitants de son village de se révolter. Rita, une amie à lui, envisageait à l'époque de monter à la capitale pour y consulter différents registres. Avait-elle trouvé les réponses qu'elle cherchait ? Quant à Judith, une krytienne qui s'était récemment installée parmi eux, priait-elle toujours ardemment Océan afin qu'il partage ses bienfaits avec le peuple d'Hélios ou était-elle retournée à Myorzo ?

Dans ces moments-là, il regrettait vraiment d'être ainsi en captivité, n'ayant que de vagues échos de ce qu'il se passait dans le royaume…

« Je vais devoir m'absenter pour deux jours. » déclara le roi Thar en se tournant légèrement vers lui. « Un nouveau vent de révolte commencerait à souffler parmi le peuple. »

« Et en quoi cela me concerne ? » demanda Yuri un peu brutalement, cessant par la même occasion de masser les épaules du souverain.

Le son d'un flacon que l'on ouvrait ainsi qu'une légère odeur d'huile d'olive vint à ses narines. Le jeune Nyx n'eut pas besoin de plus pour savoir que le temps des dialogues constructifs était fini et il s'allongea sur le dos, les jambes à moitié pliées et attendant la suite des évènements. Elle ne tarda pas : le reste de ses vêtements lui furent ôtés, le laissant complètement nu sur les draps en lin. En sentant les mains du roi se poser sur ses pieds et remonter lentement le long de ses jambes, il écarta ses cuisses au même rythme, stoppant une fois que les doigts atteignirent l'aine. Il laissa échapper un léger soupir quand le souverain vint effleurer de ses lèvres l'intérieur de chacune ses cuisses, laissant ses longs doigts s'agripper aux draps en lin tandis qu'il sentit un souffle chaud sur ses parties intimes, provoquant un frisson le long de sa colonne vertébrale.

Un froissement de tissu lui indiqua que le roi devait probablement ôter son pagne, seul vêtement que le favori était certain qu'il portait. L'odeur de l'huile d'olive revint à ses narines, plus puissante, et il n'eut pas à attendre longtemps pour que deux doigts poisseux viennent se poser contre son anus puis s'y glisser en lui arrachant un grognement d'inconfort.

Yuri s'était depuis longtemps accommodé à ce genre de traitement. Les premiers jours, en plus des douleurs en bas du dos, il lui arrivait de vomir en repensant à ce qu'il avait dû faire – aujourd'hui, les rares fois où il rendait ce qu'il avait avalé étaient quand il était obligé de boire une des mixtures de Garista. Il s'estimait souvent heureux de ne pas être une femme car vu le temps qu'il passait avec les cuisses écartées, c'était certain qu'il aurait déjà eu plusieurs enfants et qu'il serait encore plus paranoïaque qu'actuellement dans le harem.

En sentant cette décharge familière à l'intérieur de son corps, le favori lâcha un gémissement de volupté et il se laissa aller à ces sensations si plaisantes…

-§-

N'arrivant pas à dormir, Flynn avait discrètement quitté les appartements du favori pour marcher un peu et en profiter pour se familiariser un peu plus avec les lieux. La nuit régnant, l'ambiance et les températures étaient totalement différentes, au point que la fraîcheur nocturne lui donnait la chair de poule. Excepté quelques serviteurs qui nettoyaient la cour et un garde, le jeune homme ne vit personne, que ce soit dans la partie de favoris ou dans le reste du harem. Tous ceux qui habitaient ici étaient très certainement en train de dormir.

En revenant sur ses pas, le jeune garde passa de nouveau en vue du troisième bâtiment et dont l'accès était totalement fermé par des grilles de métal. L'obscurité lui donnait un air des plus sinistres, comme s'il était hanté.

Peu enthousiaste à l'idée de rester dans les parages, il retourna d'où il venait sans s'apercevoir que la pierre de son bracelet s'était mise à luire faiblement tandis qu'il observait cet endroit…


NB : Pfiou… Enfin fini… Depuis le temps qu'il traînait ce projet, je me demandais si j'arriverais enfin à achever le début.

Auteur vs Persos :

(Suite à la canicule, Kaleiya a préféré déménager dans un pays bien plus frais le temps que les températures redeviennent supportables chez elle)

Profile

kaleiyahitsumei: (Default)
Kaleiya Hitsumei

August 2017

S M T W T F S
   1234 5
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Syndicate

RSS Atom

Most Popular Tags

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Sep. 21st, 2017 01:53 pm
Powered by Dreamwidth Studios